Récit de la course : Semi-Marathon des Pyramides 2012, par diegodelavega

L'auteur : diegodelavega

La course : Semi-Marathon des Pyramides

Date : 4/3/2012

Lieu : La Grande Motte (Hérault)

Affichage : 1057 vues

Distance : 21.1km

Matos : XT310 - HOKA ONE BONDI

Objectif : Faire un temps

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon premier semi en moins d'1h30

C'était le premier objectif de ma saison : après un hiver pendant lequel j'ai privilégié le qualitatif (beaucoup de fractionnés et de 1000m), je décidai d'entamer une préparation en vue du marathon d'Annecy à la mi-avril. Ce semi s'inscrivait donc parfaitement dans le programme. Après des progrès constants (1h37, 1h33, 1h32) depuis mes premières foulées il y a 3 ans et demi, je tentai les 1h30 avec une allure de 4'15 / km. Je récupère mon dossard et je remercie les bénévoles; je me régale et profite de ces ambiances d'avant course. Tout ce monde si content et joyeux dans ces périodes difficiles ... vraiment la course à pied a des vertus insoupçonnées !

Le Départ

Après un petit échauffement de circonstance, je ma place pour le départ (assez mal d'ailleurs - je perdrai 20 à 30s pour passer sous le portique). La météo est parfaite en ce 4 Mars. Tout le monde s'élance au signal du starter et je déclenche mon XT310 en même temps pour avoir le temps officiel avec moi. Je piétine pendant 20 à 30s avant de prendre une foulée digne de ce nom. Pendant ce temps, le meneur d'allure des 1h30 a pris une centaine de mètres d'avance que je mettrai 3 à 4 km à combler (à une allure de 4'10/km) afin de ne pas trop me griller.

5 à 10 kms

Tout se passe pour le mieux et les sensations sont bonnes; je suis en compagnie du couple accompagnateur/malvoyant ... en admiration !! A l'approche du ravito du 5km, j'accélère un peu afin de pouvoir repartir avec le groupe des 1h30. Deux gobelets d'eau suffiront ... je repart avec le groupe. Jusqu'au 10eme RAS ... je tiens parfaitement le rythme et je reste devant le groupe des 1h30 (20 à 30m maxi pour ne pas me faire lâcher au ravito). Pour celui du 10eme je prends 1 gobelet d'eau et 1 gobelet de boisson énergétique ... tout se passe en trottinant mais sans marcher pour ne pas perdre le contact.

10 à 15 kms   

Les jambes vont très bien et je suis toujours dans l'allure ... le cardio est bon car j'arrive même à échanger quelques mots assez facilement avec une amie que je retrouverai à Millau cette année. Au 13ème je l'encourage car elle a du mal à maintenir les 4'15 /km. C'est à ce moment- là que je remarque l'augmentation sensible de la température : effectivement nous longeons la côte et le soleil se fait sentir. Nous croisons déjà les premiers ... quelle allure ! Au 14eme km le meneur d'allure me repasse : bizarre car je n'ai pas changé de rythme ... mais je ne change rien car je veux gérer. Au ravito du 15eme km je veux absolument recharger les batteries et je décide de perdre une vingtaine de seconde en marchant : 2 gobelets d'eau 1 gobelet de boisson énergétique  ... j'en profite pour avaler le seul gel que j'avais pris avec moi.

15 à 20 kms

Après le demi-tour au ravito du 15eme, je relance difficilement (j'ai vraiment horreur de couper mon allure dans ces ravitos). Le groupe du meneur des 1h30 ne s'étant pas arrêté, je repars avec 20 à 30s de retard sur lui. Je remarque un très léger souffle de face ... ce qui a pour conséquence de m'attaquer le moral. A partir de là, j'entame une période difficile : les jambes se font sentir et j'ai même un gros coup de moins. Je me concentre, me referme et m'applique sur la technique : allonger ma foulée, utiliser les bras ... surtout oublier le manque d'énergie qui apparaît et se recentrer sur des pensées motivantes. Grâce à tout ça je réussis à maintenir une allure de 4'20 /km du 17 au 20eme km et à maintenir l'écart avec le meneur d'allure qui se trouve toujours 20 à 30s devant. 

l'Arrivée


Au 20eme, un coup d'oeil à la montre et un rapide calcul : il me reste 8'30 pour parcourir les 2 derniers kms et passer sous les 1h30. Et là, la magie de l'entraînement a opéré ... car si mes jambes n'allaient pas mieux, je les sentais de moins en moins. La motivation montait et une autre forme d'énergie apparaissait ... j'arrivais à me placer en situation de séance d'entraînement (merci les 1000m). Le 20eme km était bouclé en 4'12 ... incroyable ! je ne souffrais quasiment plus et mes jambes étaient dynamiques. Les 500 derniers mètres resteront dans ma mémoires et devront me servir pour mes prochaines courses car j'ai pu franchement accélérer au point de reprendre des coureurs !! Le chrono défile 1h29'30 et la ligne d'arrivée est proche ... je vois le groupe du meneur d'allure qui passe l'arrivée ... j'accélère encore un peu et je vois le chrono officiel qui défile... 1h29'50 .... et la ligne d'arrivée !!! BIP j'arrête mon chrono ... 1h29'55 à ma montre ... et me précipite sur un membre de l'organisation pour badger mon dossard. Résultat officiel ... 1h29'58 ... je suis le dernier concurrent sous les 1h30 ... YEEESSSSS ... j'explose de joie dans le sas d'arrivée. La place ne m'intéresse pas ... je ne gagnerai jamais de course car je n'ai n'y le gabarit, ni les pré-dispositions nécéssaires ... juste le plaisir de l'effort et des petits défis personnels.

Que du bonheur

Je reprends mon souffle et me dirige vers la zone de ravitaillement. J'attends ma collègue qui arrive finalement 1 min après ... elle a du bien gérer la fin de son semi et je l'en félicite. 

Maintenant je peux vraiment m'appuyer sur cette super expérience pour continuer ma préparation en vue d'Annecy (objectif  sous les 3h10 - 4'25 à 4'30 /km). Pour conclure, un petit bilan :

Le positif :

  • Le travail qualitatif de l'hiver (et que je continue) a porté ses fruits
  • Mes ravitos mon vraiment permis d'effectuer un effort assez régulier sans m'encombrer l'estomac
  • La capacité à pourvoir finir "fort" (merci les 1000m)
  • Pas exténué à l'arrivée ... donc beaucoup de plaisir

Le négatif :

  •  La perte de temps sur les ravitos qui me semble trop pénalisante => essayer de me faire accompagner la prochaine fois avec un complice au 15eme (celui qui m'a fait le plus mal pour relancer). Ainsi avec un petite bouteille d'eau et une autre de boisson énergétique, je peux vraiment garder le rythme en me restaurant.
  • Mon placement au départ : j'y ai laissé une vingtaine de seconde que j'ai du combler et j'y ai forcément laissé des plumes. 

 

2 commentaires

Commentaire de Bruno CATANIA posté le 06-03-2012 à 21:52:59

Bravo pour l'analyse de la performance et de ton entrainement. En espérant que cela puisse te servir pour tes futures courses.
En tout cas merci pour le CR

Commentaire de CROCS-MAN posté le 07-03-2012 à 21:25:04

Bravo, et si tu courais avec une bouteille pour pouvoir zapper les ravitos?
Merci pour ton récit

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !