Récit de la course : Saintélyon 2009, par jean-chris05

L'auteur : jean-chris05

La course : Saintélyon

Date : 6/12/2009

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1487 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Saintélyon 2009

 

C’est lorsque vous avez chaussé vos pantoufles que vous rêvez d’aventure. En pleine aventure, vous avez la nostalgie de vos pantoufles. (Thornton Wilder – romancier américain)

 

10h40 : Mon train quitte Gap sous le soleil. Passage sous les sommets enneigés du pic de Bure. Un beau week-end s’annonce.

 

14h45 : Arrivée Lyon Part Dieu. Quais surchargés, métro fermé, il faut s’adapter. Comment regagner Gerland et ses navettes pour Saint-Étienne?

Monter dans un tram bondé vers une destination inconnue, enfourcher un vélo le sac sur le dos ?

Tant pis, je me résigne à prendre un taxi qui m’allège d’un petit billet de 20.

Encore un billet de 10 et je prends  la dernière place du premier car pour Sainté. Impression désagréable de monter dans une bétaillère, direction l’abattoir.

 

16h15 : Arrivé sur place je suis naturellement attiré par l’élection de miss gros pis 2009, le boeuf que je suis s’égare dans la foire agricole du premier hall d’exposition. Un gentil paysan m’oriente dans la bonne direction : « les coureurs c’est derrière, ici y a que des vaches. »

 

16h30 : Dossard 6714 en main, puce validée, je m’installe tranquillement dans un hall encore bien vide. Petit matelas, coussin gonflable, bouchons anti-bruits et buff kikou sur les yeux : la sieste entamée dans le train peut se poursuivre.

 

19h00 : Dernier repas, je ne suis plus seul dans mon coin, nouvelle sieste (j’ai passé plus de la moitié du WE couché : la course à pieds, un sport de fainéants…)

 

22h30 : J’ouvre un oeil  et deux oreilles, le speaker nous prédit un temps clément pour la nuit. Je sors pour vérifier avant de choisir ma tenue pour la nuit (pyjama ou caleçon ?)

Dehors IL PLEUT ! Mais rien de bien méchant et il ne fait pas très froid. Je décide même de remplacer mon sac à dos par une ceinture porte bidons qui devrait suffire tout en étant plus légère et pratique dans la bousculade des ravitos.

 

23h00 : Dépôt de mon sac dans un bus à destination de Lyon (Et si je passais discrètement la nuit avec eux ? Bof, perspective peu excitante que de raconter ma nuit avec mille sacs…)

 

00h00 : je préfère la luxure d’un bon 69 km qui devrait réussir à me tenir éveillé toute une nuit. Et oui, sur la Saintélyon, pas de plaisirs solitaires. Nous sommes prêt de 5000 à nous élancer pour une aventure qui s’annonce plus épique que torride.

 

C’est donc Pierre Corneille et son Cid plutôt que Marc Dorcel  et ses Coureuses de la nuit qui nous accompagnerons au court de cette saga.

 Sous moi  donc cette troupe s'avance,
Et porte sur le front une mâle assurance.
Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port,
Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,
Les plus épouvantés reprenaient leur courage!       
                                   (Le cid – Corneille)
  

Notre troupe s’avance tout d’abord sur 9km de bitume ayant pour seul intérêt de nous mettre en jambes et d’étirer le peloton.

 Une heure, les pieds dans la boue, nous plongeons brusquement dans Cette obscure clarté qui tombe des étoiles (Le cid)

 Spectacle magique lorsque je me retourne, un serpent lumineux s’échappe de la ville.

 

 St Christo en Jarez : 01 :49 :49 - 2282ème - 8,47km/h

C’est avec 10 secondes d’avance sur mes prévisions que je passe au premier ravito. J’attrape quelques biscuits au vol et c’est reparti avec 7 minutes d’avance sur 2008.

Je poursuis l’ascension vers Moreau sur mon rythme de fantassin.

Les premiers relayeurs, lancés au galop, déboulent sur notre gauche.

 
Moreau : 02 :38 :47 -  2157ème - 8,16km/h

125 places de gagnées en quelques 6 kilomètres. Le point culminant est atteint. La portion qui s’annonce, sentiers plus ou moins techniques et longue descente glissante vers Ste Catherine est le premier moment de vérité. L’an dernier, euphorique, j’y avais laissé mes cuisses et mes illusions chronométriques. Ne pas s’emballer. 

 Le trop de confiance attire le danger (Le cid) 

Ste Catherine : 03 :22 :22 – 1832ème - 8,06km/h

Encore 325 places de gagnées. 8 minutes d’avance sur le plan, 12 de mieux qu’en 2008. Me suis-je encore enflammé ? Ai-je pris trop de risques sur cette portion accidentée et boueuse ?

 A vaincre sans péril on triomphe sans gloire. (Le cid) 

J’ai pourtant l’impression d’être toujours aussi régulier dans l’effort. Un véritable petit diesel sans turbo…

Une nouvelle portion ardue se profile dans les halos de nos frontales, la glissante descente du bois d’Arfeuille s’annonce.

4 heures du matin, au cœur de la course nous sombrons dans les ténèbres...

 O combien d'actions, combien d'exploits célèbres Sont demeurés sans gloire au milieu des ténèbres. (Le cid) St

Genoux : 04 :33 :47 – 1766ème – 7,93km/h

66 petites places de gagnées dans cette longue plongée. Soudain, des lumières sur notre gauche : le ravitaillement.

Bouffée d’oxygène dans la chaleureuse grange qui sert de point de ralliement. Envie de s’allonger dans la paille. Quelques âmes en peine errent, regards hagards. Fuir avant d’être gagné par la torpeur. Courir, courir toujours plus loin. Dans la longue et régulière descente vers Soucieu, ne pas se laisser gagner par l’ennui qui la nuit, nuit.

Trouver des pensées positives :

 C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière.     (Edmond Rostand)             

Soucieu : 05 :34 :21 – 1579ème – 8,08km/h

Encore 187 places de mieux dans cette cavalcade vers la 45ème borne. Plus que 24 ou encore 24 ? La réponse est proche. L’an dernier, commencement des soucis à Soucieu. Suis-je mieux préparé cette année ? J’ose le croire.

 On est toujours trop prêt quand on a du courage. (Le cid) 

Les cuisses ne crient pas misère dans la raide plongée vers le Garon. Quelques marches pour franchir le pont, un grand bond en avant pour moi. Dans le raidillon qui suit, le faisceau de ma frontale illumine la fumée blanche de mon haleine. Impression de m’élever dans un brouillard ouaté et lumineux. Je ne serais pas surpris de croiser un ange au sommet.

Pas de miracles, je redescend de mon nuage et commence à ressentir douleurs et lassitude après la rude sortie du parc de Chaponost. Encore 15 longs kilomètres…

 

 Beaunant : 07:01:05 – 1389ème – 8,05km/h

Encore 190 places de gagnées dans un dernier baroud d’honneur. De nombreux braves ont dû sombrer sur ce tronçon.

Terrible montée de Ste Foy, plus la force de rugir en entrant dans Lyon. Chemin de croix vers Fourvière que nous ne verrons même pas, descente pavée d’embûches.

 
 Eglise St Georges : 07:56:53 – 1389ème – 7,90km/h

17 places de mieux, dernier sursaut d’orgueil. La platitude des 5000 derniers mètres m’achève. Interminables quais du Rhône, la mer se rapproche, impression d’entendre les cigales. Il est temps d’en finir.

Virage à gauche, dernière ligne droite, encore 100 mètres, 75, 50, 25…

 Et le combat cessa faute de combattants. (Le cid) 

 

Palais des sports de Gerland : 08:33:05 (8 :30 :47 en temps réel) – 1412ème – 7,95km/h

Voilà, c’est fini, une heure de gagnée sur 2008, un beau maillot vert à l’arrivée, des souvenirs plein la tête mais 40 places de perdues dans les derniers instants, une « Sainté de bronze » envolée pour quelques secondes et des jambes endolories pour les trois jours à venir.

 Jamais nous ne goûtons de parfaite allégresse : Nos plus heureux succès sont mêlés de tristesse.           (Le cid)  

  

 

Petit retour chiffré sur ma seconde Saintélyon :  Objectif : finir en moins de 9h00 contre 9h30 en 2008.

Changement de tactique pour y parvenir : l’an dernier, c’était tout doucement dans les montées et à fond dans les descentes (les premières seulement, car à la fin c’était tout explosé dans les cuisses et tout doucement tout le temps.)

Cette année, le maître mot : la REGULARITE. Toujours courir (ou presque), ne jamais dépasser le 10km/h et stabiliser ma moyenne à 8km/h. Je me suis entraîné pendant 8 semaines à 8km/h pour finir dans les 8 heures (La règle des trois huit…).

 

Voici le résultat (tableau emprunté au CR de Mamanpat, j’ai gardé les couleurs mais pas les temps – dommage !)

  
 

Distance

Temps

Km/h

Clt Général

Clt V1H

StE - St Christo

15,5

1:49:49

8,47

2282

821

St Christo - Mornand

6,1

0:49:36

7,38

  

StE - Mornand

21,6

2:38:47

8,16

2157

776

Mornand - Ste Cath

5,7

0:43:35

7,85

  

StE - Ste Cath

27,2

3:22 :22

8,06

1832

667

Ste Cath - St Genoux

9

1:11:25

7,56

  

StE - St Genoux

36,2

4:33:47

7,93

1766

646

St Genoux - Soucieu

8,8

1 :00 :34

8,72

  

StE - Soucieu

45

5 :34:21

8,08

1579

590

Soucieu - Beaunant

11,6

1:26:44

8,03

  

StE - Beaunant

56,5

7:01:05

8,05

1389

526

Beaunant - Lyon

6,2

0:54:48

6,79

  

StE - Lyon

62,8

7:56:53

7,90

1372

512

Lyon - Gerland

5,2

0:36:12

8,62

  

StE - Gerland

68

8:33:05

7,95

1412

521

        
  
  

12 commentaires

Commentaire de laurent05 posté le 17-12-2009 à 08:35:00

bravo jean chris pour ta course, belle progression
par rapport à l'année dernière.
bon maintenant il faut chausser les skis...
a+
laurent

Commentaire de tidgi posté le 17-12-2009 à 09:33:00

Courais-tu en faisant de la poésie ?

Bravo pour ton chrono et ces places gagnées progressivement.
En 2010 : moins de 8h ?

Thierry

Commentaire de gdraid posté le 17-12-2009 à 10:51:00

Quel plaisir de te lire !
Merci Jean Chris des Hautes Alpes, pour ton humour et tes citations, notamment celles du normand Pierre Corneille, si pertinentes sur une telle épreuve ...
Bravo pour cette difficile course nocturne, bien menée jusqu'au bout, conforme à tes plans de préparation technique et physique.
JC

Commentaire de Mustang posté le 17-12-2009 à 21:29:00

excellente régularité!! bravo!!

Commentaire de yves_cool_runner posté le 18-12-2009 à 19:42:00

8h00 en 2010 ? A cœur vaillant rien d'impossible ! Bravo pour cette SaintéLyon sereine et bien menée.

Commentaire de Tercan posté le 18-12-2009 à 21:41:00

Arfff dommage pour la STL de bronze... quoi que ça fait une superbe excuse pour revenir l'an prochain :)
Jolie course en tout cas !

Commentaire de Pierrot69 posté le 19-12-2009 à 11:22:00

Ah oui!!! Tu m'as vraiment talonné tout au long du parcours! :-)
Ces quais sont vraiment durs, durs sur la fin mais une chose est sûre la tactique était la bonne et le chrono est largement amélioré par rapport à l'an passé! A ce rythme là c'est moins de 8h l'année prochaine ;-)

Commentaire de knix05 posté le 21-12-2009 à 10:42:00

Bravo pour ta course et ton chrono !
Le compte-rendu mérite une mention assez-bien. En effet, ce n'était pas évident de citer Marc Dorcel pour raconter ta traversée nocturne.

A bientôt sur une course !

Commentaire de Yann78 posté le 21-12-2009 à 15:03:00

Très belle régularité dans ta course !!
Une leçon que je vais essayer de retenir pour progresser sur cette course.

Commentaire de Lucien posté le 23-12-2009 à 18:59:00

T'as bien dosé ton effort, c'est tout en finesse. Bravo pour ta perf et ce cr bien chiffré qui nous donne un bon aperçu de ta régularité. Heureusement que Corneille était avec toi sinon....... Salut Chris et à +

Commentaire de julsocks posté le 24-12-2009 à 00:03:00

C'est marrant comme le ravito de St Genoux laisse la meme impression a tout le monde. Objectif: y rester un minimum pour ne pas se transformer en zombie :)

Commentaire de LudoH posté le 13-01-2010 à 23:54:00

un beau CR pour une belle course!

bravo!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.26 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !