Récit de la course : Saintélyon 2012, par Galaté57

L'auteur : Galaté57

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2012

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1382 vues

Distance : 70km

Objectif : Terminer

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Un Mosellan à la Saintélyon

Il était un fois un Mosellan qui voulait participer à la Saintélyon

Des années durant, il lisait les comptes rendus des particpants et ne pensait qu'à connaître les mêmes sensations de cette nuit épique.

Eh oui, j'en rêvais, je l'ai fait. Rigolant

Déjà un grand merci à aux loulous de l'ESH qui ont organisé ce déplacement et grâce à eux et leur bonne humeur, le wee-end n'a été que du bonheur en fin de compte..

Donc, départ samedi matin à 11H00, nous nous retrouvons sur le parking, le ravitaillement donne l'esprit des loulous et profitons des conseils de Christophe un fin connaisseur de cette course

Arrivés à Saint Etienne pour 18h30, encore peu de monde, le retrait des dossards n'est qu'une formalité

 Direction Le Flore pour un repas et un peu de calme. Endroit idéal, pour se reposer et se préparer tranquillement. Quelques kikous sont déjà présent, l'arrivée massive d'une tribu de mosellans assez joyeux les perturbent dans leur pensée saintélyonnesque..Incertain J'en profite pour acheter un buff à l'éffigie de Kikourou et nous quittons la salle pour rejoindre une annexe pour digérer et se préparer

22h15, dépôt des sacs à la consigne et nous rejoingnons le hall de départ, je retrouve Jérôme de la team Kalenii pour qui c'est une première, car il n'a jamais dépassé la distance du marathon

Kalenji Team

Une photo du groupe avec le sourire

Il est temps de sortir affronter le froid, départ dans l'euphorie, l'allure de 9km/10km me convient. Avec plus de 5000 participants, il est facile de trouver un groupe. Une fois Saint Etienne quitté, chacun allume sa frontale, les premiers chemins sont là. Avant le 10ème kilomètre les bords de chemin sont blancs, la neige crisse sous nos pas. Au fil des kilomètres, l'épaisseur augmente, ce qui était plaisir au début devient contraignant, Je sens la température baissée et le vent se lever. Un arrête s'impose pour immortaliser cette vue splendie

<a%20href="https:

 

Je zappe volontairement  le 1er ravittaillement de Saint Christo, la cohue est indescriptible.

Le 20ème km est passé en 2H50, je réalise que mes prédictions chrono sont sérieusement à revoir à la hausse, surtout que la prudence s'impose, déjà de nombreuses chutes devant moi sur cette première portion, les girophares des véhicules de secours sont souvent présents. Pour ma part, je ne déplore qu'une chute dans la neige sans dégats. Les TR3 accrochent bien et le mesh fait preuve d'une bonne imperméabilité dans ces conditions.

Arrivé au ravitaillement de Sainte Catherine à 04H05, 1/4 d'attente pour obtenir un fond de gobelet de soupe tiède. Je cherche un coin tranquille pour compléter ma tenu, un ML supplémentaire et une paire de sous-gants en soie sont indispensables pour continuer. Dehors les premiers à abandonner rejoignent les bus.

Un partipants annonce une température à -10° avec ce vent. Certains rencontre des problèmes avec leur camel gelés,  la position de la poche et la protection du tuyau à l'intérieur du sac m'évite ces désagréments.. Quand ce n'est pas le verglas, c'est la boue qui rend difficile les passages, ne nombreux bouchons se forment, beaucoups de participants  inexpérimentés ont des difficultés à s'engager dans les descentes, perturbant les autres.

Les chutes se suivent, certaines assez spectaculaires. J'abandonne l'idée d'une chrono, l'objectif devient de terminer entier surtout après une seconde chute dans boue, les pierres en-dessous restant très glissantes.

Le long ruban des traileurs continue à éclairer la nuit

 

L'aube se lève, je reste surpris de ne pas ressentir le manque de sommeil. C'est extraordinaire, le public est présent dans les villages pour nous accueillir, celadonne du baume au coeur. Je sais que le plus difficile est passé, reste la descente du Bois de la Dame qui se fera sur les fesses.

 

La neige se fait plus rare, mais le sol reste glissant, voici le dernier ravitaillement à Beaunant, les participants sont plus clairsemés, je ne réalise pas encore le nombre d'abandon. C'est un "mur" à 20% sur 1km qui se présente à la sortie. Plus personne n'a la force de courir, le seul objectif est de décroché le tee-shirt de FINISHER, les visages sont creusés, c'est impressionnant.

Lyon nous accueillent,  les derniers km sont long sur les quais, surtout cette partie de galets. Un dernier virage, un décompte sur 100m, l'entrée du hall, la montée sur le portique arrivée, je lève les bras. La Saintélyon est passée !!

Tellement fatigué que j'en oublie d'arrêter mon chrono, il m'aurat fallut 11h14 pour rejoindre les deux villes.

Retrouvailles avec les loulous de l'ESH, sur 37 départ, nous sommes 36 à l'arrivée. Un seul abandon suite à une mauvaise blessure au genou.

Pour ma part le bilan reste positif malgré la fatique.

- Les TR3 ont démontré leurs bonnes capacités sur longuers distances,

- Pas d'ampoules, juste une petite douleur aux ischios sur la jambe gauche qui devrait s'estomper d'ici 72H00.

- Aucun problème gastrique, mon alimentation reste minime, est un bien ? D'après ma monte 300GPS j'aurai dépensé 1051 calories Clin d'œil

- En pointant à la 3855ème place au départ, j'arrive à la 2852ème place, il faut aussi dénombrer plus de 1000 abandons sur les 6.000 inscrits.

BREF, la Saintélyon est une épreuve à faire tout en gardant à l'esprit que l'objectif principal reste de terminer.

7 commentaires

Commentaire de Jean-Phi posté le 03-12-2012 à 16:30:28

Bravo pour être allé au bout sans trop d'encombres ! A refaire ?

Commentaire de Japhy posté le 03-12-2012 à 19:28:09

Bravo pour ta course! Comme toi, pas vraiment eu "sommeil" pendant. Par contre je suis allée chez une amie l'après-midi et je me suis endormie assise quand elle me parlait. :)

Commentaire de Byzance posté le 03-12-2012 à 21:12:46

J'ai un peu discuté avec tes copains du 57300 au Flore (en tant qu'ancien habitant ça crée des liens). Pour t’entraîner, à la côte des de Beaunant, tu as (en plus court) la montée vers l'église de Marange (celui de Silvange et pas de Zondrange) depuis le stade de foot. Te voilà près pour faire une perf sur "Thonville - Nancy" !!!

Commentaire de Galaté57 posté le 03-12-2012 à 21:14:22

Idem, à 14h00 à peine monter dans le bus, il avait même pas atteint l'autoroute que je m'étais endormi.

A refaire ? C'est une question qui se posait à beaucoup hier. Réponse plus tard.

Commentaire de zwiling posté le 03-12-2012 à 22:51:03

Bravo et vive la lorraine !! (Fabien, lorrain exilé dans les monts du lyonnais)

Commentaire de ChrisTof posté le 04-12-2012 à 09:30:51

Bravo à toi pour ta première STL. Pour ma part, c'est donc une 4ème Sainté d'Argent consécutive. L'or m'échappe à nouveau en raison de conditions d'adhérence pas vraiment idéales. C'est d'ailleurs ce qui m'amène à penser que cette 4ème participation sera peut-être la dernière.
Merci pour ton récit et bonne chance à toi dans tes prochaines aventures...que ce soit chez nous en Moselle ou ailleurs, en France comme à l'étranger !

Commentaire de Galaté57 posté le 04-12-2012 à 20:55:46

Merci, j'espère que nos chemins se croiseront encore, sans toi et les loulous de l'ESH, cette aventure n'aurait pas existé pour moi. Vous m'avez permis de passer le samedi sans stress et donner l'envie de terminer cette Saintélyon.
Je ne peux que vous inviter à venir vivre une autre aventure magnifique, celle de l'AUBRAC le 23 juin.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.33 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !