Récit de la course : La Course du Marcassin 2018, par DavidSMFC

L'auteur : DavidSMFC

La course : La Course du Marcassin

Date : 8/5/2018

Lieu : Cerny (Essonne)

Affichage : 162 vues

Distance : 11km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Découverte de la Course du Sanglier en balade !

Depuis plusieurs années, je voulais y participer. C'est chose faite deux jours après mes 84 kilomètres à la No Finish Line. Un cinquième dossard en 10 jours avec 150km en 4 courses dans les pattes... Je ne pouvais rien espérer si ce n'est de prendre du plaisir.

 

Une très bonne organisation, un chouette parcours et une météo estivale pour un très bon moment passé à Cerny (91) !

 

Je finis les 11 kilomètres et 120 mètres de dénivelé positif en 1 heure environ.

 

Mon récit est disponible ici.

http://mesexperiencessportives.over-blog.com/2018/05/08/05/2018-course-du-sanglier.html

 

---

 

[08/05/2018] Course du Sanglier

Cela fait plusieurs années que cette course m'intéresse mais je n'ai encore jamais eu l'occasion d'y participer étant donné qu'elle tombe à une période où se déroulent nombre d'autres épreuves, souvent plus proches de chez moi ou correspondant davantage au profil de course recherché. La découverte sera donc cette année. Mais je m'inscris sur le petit format (les Marcassins) car elle s'intègre dans un enchaînement de courses assez intense.

C'est en effet mon cinquième dossard en 10 jours que je vais porter aujourd'hui. J'ai parcouru 150 kilomètres à pied en quatre compétitions depuis les courses de la Brie des Morin samedi 27 avril. 33 kilomètres au Trail du Tacot Briard enchaînés avec les 12 kilomètres de la Course des Têtards le soir-même puis, trois jours plus tard, le semi-marathon des Foulées de l'amitié à Chelles pour finir ce week-end avec 83,456 kilomètres sur le Champ-de-Mars à l'occasion de la désormais traditionnelle No Finish Line de Paris.

Ce mardi 8 mai, c'est dans l'Essonne que je me rends, à proximité de lieux où j'ai déjà couru quelques fois, entre Mondeville et Etampes. La Course du Sanglier à Cerny est une des nombreuses courses nature de la région. J'adore venir courir dans l'Essonne, les organisations sont rodées et conviviales et les parcours sont toujours top, que ce soit du côté de Vauhallan, Igny, des Fauvettes, de Mondeville, de Maisse ou encore vers Villabé, Evry ou Brunoy.

Pas loin d'une heure de route pour aller à Cerny, tout de même, mais je sais que je ne serai pas déçu. J'arrive sur place peu avant 8h45. Un parking est improvisé au milieu des champs, dans une large zone de hautes herbes. Les bénévoles nous aiguillent pour le stationnement. Il y a du monde au rendez-vous, presque le double de participants par rapport au nombre de pré-inscrits, la météo y est sans doute pour quelque chose (grand soleil, 16°C à 9h00 et plus de 20°C annoncés en fin de matinée).

L'avant-course

Une fois garé, je rejoins le village de départ/arrivée, à côté du Stade de Cerny. C'est dans le gymnase que nous récupérons notre dossard. Ce sera le 527 pour moi aujourd'hui. Il y a nettement plus de monde dans la file des inscriptions sur place que celle des pré-inscrits désormais. Je croise un kikoureur qui fait partie de l'organisation de la course, JLW, celui qui dynamise le post de la course sur le forum Kikouroù. C'est sans doute grâce à ce post que je suis là aujourd'hui. Il me dit que cela fluctue chaque année, parfois plus de pré-inscrits, parfois plus d'inscriptions sur place.

Je pars me préparer aux vestiaires après avoir récupéré le lot de bienvenue, une paire de gants assez légers sur lesquels figure le logo de la course. J'enfile ensuite mes chaussures de Trail. Je pense que j'aurais pu mettre n'importe quel type de chaussures de course aujourd'hui vu que le terrain est très sec mais je préfère assurer le coup avec les Kalenji Kiprun Trail XT6. Short et tee-shirt évidemment avec le dossard accroché à l'avant de ce dernier et rien de plus que la casquette Kikouroù sur la tête, je peux partir sans rien sur cette course de 11 kilomètres où nous aurons pas moins de 3 ravitaillements !

Retour dans la grande salle où j'aperçois une connaissance dont j'ai appris la présence sur la course juste avant de venir. Il s'agit de Bastien, ancien camarade à l'Université d'Evry. Il participe à la Marche Nordique dont il est le tenant du titre et me confirme que c'est une chouette course avec un beau parcours.

Je pars déposer mes affaires à la voiture (c'est là que sera mon seul hic par rapport à l'organisation, l'absence de consignes alors qu'il y a de quoi faire dans le gymnase, mais ce n'est qu'un détail) et je reviens à quelques minutes du départ. Sur le chemin, je me teste rapidement pour voir si je vais pouvoir courir... Je ne suis pas archi convaincu mais à rythme modéré, cela devrait pouvoir le faire. En effet, suite à la NFL, j'ai les jambes très lourdes et j'ai ressenti une gêne après une quarantaine de kilomètres dimanche suite à quoi je n'ai fait que marcher. Je ne veux pas me blesser donc je suis prudent.

Juste avant le départ, je croise un autre kikoureur, doudouX que j'ai déjà vu plusieurs fois. Lui aussi enchaîne avec la No Finish Line où il a fait 60 kilomètres samedi, ce après quoi il a décidé de s'inscrire à la Course du Sanglier sur un coup de tête, en prépa du Morbihan, sur le 21km. Je rejoins ensuite l'ensemble des coureurs du 11km et me positionne dans les dernières lignes pour le départ afin d'être sûr de partir doucement. Je me connais !

Photos de l'organisationPhotos de l'organisation

Photos de l'organisation

La course (du départ au km 5)

Au coup de canon des arquebusiers du coin, c'est parti pour une course nature d'une distance approximative de 11 kilomètres, assez roulante malgré quelques difficultés puisque l'on a entre 90 et 120 mètres de dénivelé positif selon les annonces. Je pars très tranquillement, en promenade, sourire aux lèvres. Il y a du monde sur le bord des chemins pour ce départ puisque le 21km s'élance dans 15 minutes puis la Marche Nordique 5 minutes plus tard donc coureurs et accompagnateurs nous encouragent au passage.

Je suis plutôt satisfait de ce début de course car j'arrive à courir, doucement mais sans trop de gêne. Je suis très loin dans le peloton assez garni de la Course du Marcassin mais je me sens relativement bien même si j'ai conscience que je ne vais pas pouvoir aller beaucoup plus vite. Je suis assez attentif à ce qui se passe autour de moi, le profil des concurrents qui m'entourent, de tous types. Il y en a même deux qui se font une vidéo (live ?) en pleine course. C'est sympa.

Nous avançons sur des chemins plats à travers les champs après un départ en faux-plat descendant. Au milieu, de l'herbe et sur les côtés, c'est carrément du sable. On se croirait à la plage avec le soleil ! C'est au bout d'environ 2 kilomètres qui sont passés très vite que nous attaquons la partie la plus difficile de la course. D'abord, c'est un long faux-plat montant dans les champs, au pourcentage très faible mais qui n'est pas si simple pour les non-initiés. Je continue d'y aller tranquillement. Nous attaquons ensuite, à l'ombre des arbres, une belle petite montée. C'est alors qu'après qu'un ami à lui soit parti en accélérant dans la montée, j'entame la discussion avec un coureur.

J'ai déduit des encouragements de ses camarades sur les premiers kilomètres que ce concurrent n'est pas un habitué des courses à pied et il me le confirme en me disant qu'il fait une course par an. Effectivement, ce n'est pas une grosse fréquence ! Nous discutons un peu jusqu'à ce qu'il bute malheureusement sur une racine ou une pierre au milieu de la montée alors qu'il s'est déporté sur la droite, dans les hautes herbes qui masquent le sol. Je marche un peu avec lui pour voir si cela va, il boîte bas et me dit que je peux le laisser, ça va aller. Mais il semble en sérieuse difficulté dorénavant.

Je le laisse et recommence à courir pour faire ma course en espérant rejoindre son camarade pour l'avertir que son ami s'est blessé vu qu'il semblait lui dire qu'il l'attendrait sans doute après la montée mais je ne le croiserai pas. Cette montée me convient bien en revanche, elle me permet de courir à rythme cool mais tout en dépassant du monde. Je me sens toujours assez bien. Nous passons déjà le quatrième kilomètre puis nous arrivons au premier ravitaillement après avoir longé des champs de colza sur un terrain assez instable pendant quelques centaines de mètres. Je dépasse quelques concurrents sans forcer pour autant car je sens bien que je n'ai pas non plus la super forme.

J'arrive au ravitaillement et plutôt que de saisir un gobelet à la volée, je préfère m'arrêter, marcher tranquillement jusqu'aux tables pour prendre un morceau de banane et un verre d'eau que je consomme à l'arrêt avant de repartir en courant après avoir jeté les déchets à la poubelle. Je prends mon temps !

Du km 5 à l'arrivée

Là, les kilomètres suivants vont défiler à une vitesse incroyable. On passe le cinquième puis le sixième dans la foulée... On vient vraiment de faire un kilomètre là !? Je n'en reviens pas. Je profite du parcours très sympa, je pense à différentes choses et tout passe relativement facilement. Les faux-plats montants comme les portions plates et désormais, on descend alors forcément, ça va plus vite.

Je ne veux pas trop allonger la foulée pour ne pas ressentir de douleur, je sens que ma gêne sur le côté du genou droite est toujours bien présente depuis dimanche matin. Lorsque je cours un peu plus vite et que je lève un peu plus la patte, je la sens bien. Mais en même temps, je suis bien physiquement donc je me relâche davantage en descente et l'élan me fait accélérer. Les jambes ne déroulent pas si mal et le terrain me convient bien. C'est de la terre et un peu d'herbe avec pas mal de cailloux ou racines à éviter mais c'est ce que j'aime.

Au final, progressivement, j'accélère. Et je double. En plus, j'adore ça, le pac-man en pleine course. Donc évidemment, plus j'en fais, plus j'ai envie de continuer. Et voilà, ça remonte, je dépasse ! ça descend, je double quelques féminines plus prudentes en descente tandis qu'un vétéran me double à toute vitesse alors que je l'ai passé il y a peu. Sauf que dès qu'on arrive en bas de la descente, c'est limite s'il ne met pas le frein à main sur la zone plate à travers les champs. Sacré ralentissement en tout cas, je le dépose.

Bonne ligne droite jusqu'au deuxième ravitaillement de l'épreuve, juste avant le huitième kilomètre. Une nouvelle fois, je prends le temps de m'arrêter tranquillement. Je m'hydrate car il fait chaud. Un morceau de banane et un verre d'eau, on ne change pas les bonnes habitudes. Je redémarre doucement pour mettre mes déchets à la poubelle et c'est reparti. Et ça grimpe à nouveau, la deuxième plus grosse difficulté du parcours, une belle montée en sous-bois.

C'est dans cette côte que je me retrouve avec un coureur avec qui je vais sympathiser. Nous commençons à discuter en trottinant dans la bosse et nous allons accélérer progressivement. Il n'a pas l'habitude de faire des courses et de parcourir autant de kilomètres mais est sportif. Il m'expliquera à l'arrivée qu'il pratique le Rink Hockey. Il prépare un triathlon en format XS (celui de Deauville) donc il faut bien qu'il court un peu. Mais du coup, je le relance bien et il tient un bon rythme dans la montée.

En haut, alors que j'allonge la foulée dans le début de la descente, il me dit ne pas trop savoir comment gérer ces portions plus favorables et avoir plutôt tendance à se retenir d'aller plus vite pour gérer la fin de course. Mais ensemble, nous avançons bien et je l'emmène dans mon sillage. Il me dit qu'il me suit donc j'accélère petit à petit parce que j'ai de bonnes sensations. Nous dépassons quelques concurrents, ça le motive.

[08/05/2018] Course du Sanglier
[08/05/2018] Course du Sanglier

En bas de la descente, nous revoilà au milieu des champs. Il nous reste un peu moins de deux kilomètres à parcourir avec un enchaînement de lignes droites et beaucoup de monde devant dont certains qui avancent clairement moins vite que nous. Il y a du monde à aller chercher. J'accélère encore en surveillant qu'il me suive bien. Il s'accroche. On passe le dernier ravitaillement, je fais comme d'habitude tandis que mon partenaire de course ne s'arrête pas. Je fais donc l'effort pour le rattraper, sans trop de mal.

En revanche, au bout d'un moment, il finit par avoir un peu plus de difficulté à me suivre et reste derrière un concurrent. Je me sens bien donc je préfère ne pas l'attendre vu qu'il reste à peine un kilomètre. Je vais finir par un pac-man accéléré. Nous attaquons le faux-plat montant que nous avions franchi dans le sens inverse en début de course, je rattrape du monde. On passe devant le gymnase et il nous reste même pas 500 mètres avec le tour du stade à faire, dans l'herbe.

Allez, encore quelques coureurs et coureuses à reprendre, je me fais plaisir. Avec cette bonne accélération, je transpire bien maintenant mais ça fait du bien. Sans forcer pour autant, je suis relâché. Je serre un peu les dents dans la ligne droite finale pour dépasser 3 derniers participants et je franchis la ligne d'arrivée en environ une heure de course. Correct vis-à-vis de mes conditions de course et en ayant géré tranquillement la distance. J'ai pu augmenter l'allure progressivement et profiter du chouette parcours et de la très bonne organisation.

Je mange et bois un peu à l'arrivée en discutant avec celui avec qui j'ai fait un petit bout de course et qui n'a juste pas pu accélérer davantage dans le dernier kilomètre et je repars heureux de Cerny. Une très belle course, un chouette cadre. Je pense que je reviendrai !

 

Au final, je termine la course avec un plutôt bon résultat vues les conditions, à la 96ème position sur 300 arrivants en 59 minutes et 05 secondes.

 

NDLR : Après recherches grâce aux photos de l'organisation, j'ai retrouvé les deux coureurs avec qui j'ai partagé un moment de la course à l'aide de leurs numéros de dossard.

Le premier - celui qui s'est fait mal - a finalement fait une course très correcte. Steve finit en 1h05'51. Le deuxième - avec qui j'ai accéléré en fin de course - a juste un peu craqué sur la fin. Nicolas termine une minute après moi en 1h00'06.

2 commentaires

Commentaire de JLW posté le 10-05-2018 à 01:10:49

Merci David pour ce très beau récit qui fait chaud au coeur de tous les bénévoles. Nous sommes ravis que le parcours et l'organisation t'ait plu. L'absnce de consignes est un vieux debat au sein de notre organisation. Il est vrai que cela serait un plus mais cela demande evidemment un surcroit d'organisation et surtout de bénévoles ainsi qu'une certaine responsabilité associée a la garde des sacs ... Bref, jusqu'ici nous essayons de garantir l'essentiel avec les moyens et les volontés dont nous disposons.

Commentaire de DavidSMFC posté le 10-05-2018 à 08:55:54

Merci JLW, je suis ravi d'avoir pu te croiser avant le départ ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !