Récit de la course : La Val'Lyonnaise - 26 km 2009, par vial

L'auteur : vial

La course : La Val'Lyonnaise - 26 km

Date : 25/10/2009

Lieu : Vaugneray (Rhône)

Affichage : 668 vues

Distance : 26km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

val lyonnaise 2009 une bielle, une ! coulée

Une bielle, une !!!

Les années se suivent, mais ne se ressemblent pas…….

Me voilà engagé sur la Val’lyonnaise 2009, terrain de jeu de mes exploits 2008. Une inscription chaotique avec une inscription internet qui pose problème, et une préinscription catastrophe le 22 au sir, sans certitude d’une arrivée à temps de mon courrier postal de confirmation. L’organisation de la course, toujours top, me fera confiance au  retrait dossard avec seulement le fameux sésame : la copie de la licence, mon courrier n’étant pas encore arrivé.
La Val’lyonnaise, c’est l’incontournable préparation lyonnaise de la stélyon. Caluire n’étant pas top en prépa stélyon (10 km rapide) je peaufine ma préparation le jeudi matin avec un cross sur invitation de l’ASPL, l’association de la police lyonnaise. Une arrivée au fort de Vancia (splendide fort d’inspiration Vauban) sur les chapeaux de roues, étant à 8h30 en discussion pour l’installation de photovoltaïque, départ à 9h30 de la maison pour un début de course à 10h…. Matinée un peu électrique, à 9h45 retrait du dossard ….dans le coffre d’un collègue, 3km de chauffe et le départ se fait sans moi !! Astuce : je suis en relais à 2 sur 4 boucles de 3,5 km.  10 minutes après le coup d’envoi je prends le relais de mon pote, perd le temps précieux qu’il a engrangé, je boucle le 4ième relais final en me faisant bouffer à 50 mètres d’une arrivée impressionnante dans les tunnels d’accès du fort. Conclusion, à deux V2 on prend la première place du relais à 2, le troisième larron termine 3ième solo et 1ier V2, laissant pantois pas mal de jeunesse….

Ce matin covoiturage avec toystorie69. Je retrouve Pierre sur l’est de Lyon et nous filons sous la pluie vers l’ouest lyonnais, en bavassant course à pied.
L’organisation est top comme d’habitude : 800 coureurs accueillis, parking suffisant au pied du départ, boissons chaudes offertes, le sac cadeau en produits locaux avec ticket entrée piscine et repas-pasta -je choisis sobrement le jus de pomme plutôt que le coteau du lyonnais- et je file m’échauffer ¼ d’heure avant le top en saluant beaucoup de connaissances.

Le départ du 26 km est donné à 9h dans un beau bordel : est-ce le changement d’heure qui perturbent les coureurs, ceux de la première ligne encore en travers lors du coup de pistolet ?

D’entrée de jeu ça calme, la Val lyonnaise c’est 5 bornes de montées avec peu de descentes -2 km pour le 15 km qui partira un quart d’heure après nous, puis une grosse montée sur 2,5 bornes pour atteindre la point culminant. Je pars avec François, un copain V2 avec qui je tire la bourre habituellement sur une bonne partie de la course, lui finissant toujours bien. Premier km en 4mn et quelques secondes, et peu de répit dans le relief. Jusqu’au 5ième nous sommes un bon paquet à alterner les grimpettes et le peu de descente du début du parcours, à majorité bitume. Dans la deuxième partie, grimpette en chemin à la peine et descente en chemin boisé, avec pas mal de rochers affleurant. J’ai décroché de François, mais c’est le moment de se faire plaisir dans la pente. Beaucoup hésitant ne me voient pas longtemps, je reprends à la faveur du terrain chaotique pas mal de places (pointé dans le top 50) Nous quittons les chemins pour attaquer une grimpette vers le 11ième km avec un grand coup de mou – j’ai négligé le gel au premier ravito du 5km et je paie peut-être cela avec une première partie éprouvante. De toute façon je manque de caisse en montée, et de kilomètres (ces derniers temps pas de sorties au-delà de 15 bornes !!) j’encaisse bien les quelques grimpettes sur un profil majoritairement descendant, où j’essaie de lutter contre le chrono. Les paysages superbes défilent parmi les collines de l’ouest lyonnais. Pollionay est en vue au km 15 avec un chrono de 1h10 minutes. Ensuite je commence à payer cher le manque de prépa. Les gars commencent à passer, mes seules victoires se faisant sur la fin des coureurs du 15 km que nous retrouvons quelques km sur un circuit commun. Au 18ième km un pote de Feyzin me rejoint, et m’encourage  devant ma difficulté à dérouler, car j’essaie de sauvegarder le retour au bercail. Je connais le final avec un gros « coup de cul » au 22ième et les trois derniers km en faux plat montant. Dans le raidard du 22 la première féminine me passe alors que, comme beaucoup, je marche les mains sur les genoux pour ne pas exploser à la sorti. Passé Grézieu, je n’avances plus, sur le chemin herbeux des deux derniers km, malgré les encouragements des arrivés du 15 km qui me connaissent, je suis dans le dur, à regarder passer ceux qui terminent bien. La deuxième féminine me passe à 500 m de l’arrivée, avec un coureur aux cheveux blancs : je sais que le podium V2 est parti –ce qui aussi me rassure car le niveau serait alors faible…. Encore 100 mètres de bitume, avec un dernier baroud d’honneur à tenter une arrivée en accélération. Chacun reconnaît que les derniers km sont terribles, pour moi c’est la catastrophe, j’ai du me trainer les 8 derniers km et perdre au moins une minute par km !! Je suis 70ième, 5 ième V2, avec deux V2 à 30 secondes devant moi, qui ne m’ont pas fait de cadeau dans mon agonie !! Avec en prime sur le dernier km un petit groupe derrière moi en train de tchatcher alors que certains souffrent !! Le chrono est sans appel : 2 :02 :42, soit à 8mn de mon pote François, contre 24ième en 1h55 l’an passé !! Le manque de prépa se paie cash, je me console avec une belle sortie de prépa pour la stélyon… Dommage car la météo était top, le beau temps nous accompagnant depuis le début de la course, avec juste un peu de fraicheur sur les hauteurs.
Je retrouve Pierre Toystorie69 qui en termine content en 2 :09 :52 et content car se prétendant simplement «jogger »,  qui, à mon avis, est en train de changer, pour la catégorie supérieure.

Douche, repas pasta et remise des prix complète cette belle matinée entre (nombreux) potes de courses à pied dont Fimbur de kikourou. En conclusion, la Val’lyonnaise reste une course aussi sympathique qu’exigeante, dans un cadre magnifique, une course bon enfant à un tarif plus qu’honorable pour la qualité de l’organisation.
Maintenant il va falloir engranger du km. Peut-être comme me le propose Pierre, sur une sortie prépa organisée par Running Conseil à Ste Catherine le weekend end prochain, pour une trentaine de bornes.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !