Récit de la course : Trail de la Galinette - Brèche du Mont Julien 2011, par Aleitheia

L'auteur : Aleitheia

La course : Trail de la Galinette - Brèche du Mont Julien

Date : 6/2/2011

Lieu : Cadolive (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1038 vues

Distance : 18km

Objectif : Pas d'objectif

13 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

28 autres récits :

Trail de la Galinette - brèche du Mont Julien

  Trail de la Galinette, brèche du Mont-Julien, 6 février 2011

 

 

Deux parcours proposés pour ce premier trail de l'année à Cadolive, à une trentaine de kilomètres au Nord-Est de Marseille : la Brèche du Mont-Julien, 18km pour 850m de dénivelé, et les drailles de la Galinette, 36km pour 2100 de D+. En ce qui me concerne pas d'hésitation, je serai sur le petit parcours, ce sera déjà pas mal! La preuve : 

 

     Depuis 3 semaines, j'ai dû stopper tout entraînement à cause d'un gonflement de la jambe qui m'a empêché de fléchir le pied et d'une douleur au tibia qui me fait redouter une périostite... Totalement impossible de courir et même de randonner, c'est là que je regrette de ne pas avoir de vélo! Je rechausse mes runnings 5 jours avant la course pour deux courtes séances pas franchement concluantes, mais au moins plus de douleur. On va dire que je pars sur ce trail avec du jus hein!

 

     Le départ de la course est prévu à 8h30, erf pas vraiment pour moi ces horaires,  lever à 6h pour partir de Marseille à 6h30, sauter le petit déjeuner c'est top! Il y a des jours où je me dis que je dois être un peu maso pour me lever à cette heure-là un dimanche matin pour aller transpirer dans la campagne, mais finalement on est tous pareil!

J'arrive à Cadolive vers 7h15, j'aperçois pas mal de coureurs, parfait si je les suis je devrais arriver au gymnase. Eh ben non, en fait tout le monde est perdu! Il n'y a pas de fléchage et le village a beau être petit c'est pas si facile que ça de trouver le retrait des dossards, surtout que le départ n'est pas au même endroit mais à la mairie à 1km.

Récupération du dossard et 2e problème : pas de consigne, je finis par laisser mon sac dans le gymnase à moitié dissimulé derrière un stand, en espérant que personne n'aura l'idée de l'embarquer pendant que je serai sur la course. 

Je scrute un peu la foule des coureurs, pas la moindre vision du rouge kikourou, ben alors? Je traîne dans la salle jusqu'à 8h puis me dirige vers la mairie pour le départ. Je croise Kkris qui vient retirer son dossard, puis Robert T sur la place en train de faire des photos... En voilà une bonne idée, j'ai prévu mon appareil aussi, qui refusera obstinément de s'allumer.

 

8h15 départ des joëlettes des dunes d'espoir, pour les autres coureurs le briefing d'avant-course et le départ sont décalés par rapport aux prévisions, certains ont dû avoir du mal à se réveiller...

 

Quelques mots de l'organisateur sur le parcours et un avertissement : "ceux qui ont des jambes utilisez-les dès le départ pour ne pas vous faire coincer dans le goulet à 1km!". J'ai le temps de rencontrer Joy juste à côté de moi sur la ligne, qui me présente de loin Dentelles et Baskets (de loin parce que vous comprenez bien que je ne suis pas en première ligne!).

 

Départ à 8h45 et oui, c'est de la côte! Au bout de 500m tout le groupe où je suis marche sur quelques portions à plus de 15%. Au bout du premier kilomètre on quitte le bitume pour un sentier monotrace, et ce qui était prévu arrive : tout le monde à l'arrêt! Perso ça ne me gêne pas trop mais j'espère que tous ceux qui veulent faire un temps sont effectivement partis devant! On arrive à faire un pas toutes les minutes, certains s'énervent, d'autres le prennent avec philosophie. Un type essaie de passer en force : "Laissez-moi passer je suis sur le 37!". Réponse immédiate en choeur : "Ben t'es pas tout seul mon gars alors tu fais comme tout le monde et tu attends ton tour!". Eh oui, fallait partir plus vite!

 

A ce rythme ce n'est même plus de la rando. Le 2e km marque la fin de la montée, on a avalé 250m de D+. Un coup d'oeil au GPS me confirme que j'ai battu mon record de vitesse : 2km en presque 40 minutes! La vue est vraiment belle et le temps idéal, grand soleil et pas de vent. 

 

La descente va peut-être permettre de rattraper un peu de temps? Même pas, toujours en monotrace et un brin technique, beaucoup n'osent pas courir et impossible de doubler. Zut, mon seul point fort en trail c'est que je n'ai pas peur des descentes, et je ne peux même pas en profiter...

Retour à une piste large et roulante, ça y est on peut enfin recourir, certains tentent de gagner du temps en déboulant à fond, ils s'arrêteront dès que les pierriers feront leur réapparition quelques centaines de mètres plus loin. Comme quoi la vitesse pure n'est pas tout!

Ca remonte aussi sec sur quelques dizaines de mètres puis c'est la descente tant attendue. Je me faufile et me lâche un peu, on est à peine au 4ekm et pas loin de l'heure de course, la descente dure jusqu'au 6e. Petite pause technique en bas, des petits malins croient bon de venir me dire que le parcours c'est de l'autre côté. Il y a des moments où je regrette de ne pas être un homme!

Deux petites bosses successives mais que je trouve bien casse-pattes, l'acide lactique s'accumule et j'ai beau me gaver d'hydraminov (nouvelle boisson fort gentiment envoyée par Jay, merci encore!) le jus déserte peu à peu... Je ne suis pas la seule apparemment!

Premier ravito au 7e kilomètre, un peu léger malgré des bénévoles très sympathiques : de l'eau, des chips et des cacahuètes... Pas pour moi ça, je complète le camel et repars. Nouvelle côte qui me scotche façon bottes en ciment, il faut vraiment que je travaille le dénivelé. Dans la descente suivante la cheville part en vrille, je teste avec prudence, ça tient. La concurrente devant moi ne peut pas en dire autant et retourne vers le ravito pour se faire rapatrier. 

Petite portion de route puis retour vers les sentiers avec un faux plat montant largement courable, mais j'ai un mal fou à retrouver mes jambes. On passe la bifurcation des deux parcours pour entamer une montée en monotrace au soleil, il commence à faire chaud. Je distance un peu le petit groupe derrière moi et rattrape un coureur qui n'a pas l'air très en forme.

"Tout va bien?"

"A votre avis ça a l'air d'aller?"

Euh OK, moi qui vante l'esprit trail, là...

"Je peux faire quelque chose pour vous?"

"Nan!"

Bon celui-là je l'abandonne sans regrets! Il ne reste pas de grosse montée si je me souviens bien, on peut allonger un peu. Je m'inquiète un peu de la croix qu'on devait avoir sur le dossard pour être classé, pas de trace jusque là. Au 2e ravito on nous annonce qu'il n'y aura pas de croix. Très bien. Mon camel est trempé, il doit y avoir une fuite dans ma poche à eau, le temps de démonter le sac, le tuyau s'est fait la malle... 

Ca remonte un peu, rien à voir avec les côtes du début et le terrain est beaucoup moins technique, mais les mollets me rappellent qu'ils ont eu leur compte d'acide lactique pour la journée. C'est là que suivant bêtement des coureurs au loin devant moi, je rate une bifurcation. Argh, je peste, qu'est-ce qui m'a pris de ne pas bien regarder? Il n'y a pas de rubalise sur le parcours, seulement des marques de peinture orange sur le sol, il suffit de relever un peu trop longtemps la tête pour rater un embranchement. J'ai déjà observé des groupes entiers de coureurs suivant le premier et se perdant tous ensemble... Là pas trop de mal, un peu plus d'1km en rab. 

Finalement la fin de classement c'est super, on croise plein de monde et comme personne n'est pressé par le chrono, ça discute! On se demande si les premiers du 37km ne vont pas nous dépasser, la fin de parcours est commune.

Je suis avec deux coureurs, on croise une concurrente qui boite, les pierriers n'ont pas fait de cadeau! On revient vers Cadolive pour retrouver le bitume, il ne reste pas grand chose. Allez une petite accélération pour la ligne d'arrivée, je me retrouve toute seule et pas aussi proche de l'arche que je le croyais, la portion de village me semble interminable... et l'arrivée soudain beaucoup trop proche quand je passe sous l'arche. 

J'avais tablé sur 3h, ce sera 3h30... Mouais c'est loin d'être terrible mais ce n'est pas grave, la course était très belle et le temps vraiment idéal. J'aperçois Kkris arrivé depuis belle lurette. Un petit tour à la douche et à table pour la paëlla d'arrivée, lres premiers du 37km arrivent.

 

N'ayant pas envie de retourner tout de suite à Marseille, je me cale sur l'herbe au soleil à côté de l'arche pour voir les arrivées du 37km. J'ai le temps d'apercevoir Riri51, auteur d'une belle perf et tellement rapide qu'il est déjà reparti avant que j'ai eu le temps de le saluer! Je rate quelques arrivées de kikous (désolée, pas reconnus sans vos buffs!), Yannick arrive un peu après, il vient de faire une jolie course (avec de la chance à la fin car quelques minutes avant son arrivée l'arche s'est effondrée).

 

Une très chouette journée, du soleil (beaucoup), du sport (un peu quand même) et un parcours en nature vraiment sympa! Comme quoi ça vaut le coup de se lever à 6h le dimanche matin!

 

A bientôt! 

 

Photos libres de droits sur Internet 

13 commentaires

Commentaire de FAB72 posté le 07-02-2011 à 19:56:00

Bravo pour ta course merci pour le récit rendez vous au trail des 6 collines

Commentaire de Rudyan posté le 07-02-2011 à 20:36:00

Super Marion! L'important pour toi était de terminer car avec ta pause de 3 semaines ce trail n'était vraiment pas évident!
Maintenant tu vas pouvoir repartir de plus belle!

A bientôt.

Yannick

Commentaire de chanthy posté le 07-02-2011 à 20:44:00

merci de nous faire partager cette superbe course.
temps idéal pour se lever...et aller courir :)
au plaisir.

Commentaire de riri51 posté le 07-02-2011 à 20:44:00

Merci pour ce CR et bravos pour ta course car se lancer sur un tel parcours "en ayant fait autant de jus" c'est courageux!
Bonne récup et à bientôt!

Commentaire de Jay posté le 07-02-2011 à 21:02:00

Bravo Marion .. une course menée à son terme malgré une coupure de 3se... cela promet pour les prochaines courses avec un retour en forme pour les entraînements :-)
Objectif Mirmande dans 1 mois .. De quoi effectuer une préparation dans la sereinité maintenant que tu n'es plus gênée par l'hydratation :-)
Tu vas te régaler !! :-P

Txo, Jay

Commentaire de foxdiver posté le 07-02-2011 à 21:08:00

Bravo Marion, l'apport c'est parfois nécessaire ;) le repos ça fait aussi de l'entrainement...à se recroiser très vite

Commentaire de kkris posté le 08-02-2011 à 09:38:00

merci Marion pour ce récit, bravo à toi, à bientôt!

Commentaire de La tortue13 posté le 08-02-2011 à 16:38:00

Merci pour ce beau récit. Je pense que nous avons du courir et arriver ensemble : l'épisode du camel qui fuit me parle.
C'était mon premier trail et je trouve l'exercice bien costaud. Depuis 2 jours, descendre les escaliers est un exercice très pénible. Peut être nous re croiserons nous sur une prochaine course. Hélène

Commentaire de Vestale posté le 08-02-2011 à 17:05:00

Bravo à toi!
Joli compte-rendu.
@ bientôt, peut-être vers la Sainte-Beaume?!

Commentaire de laurent05 posté le 08-02-2011 à 17:36:00

merci pou ce beau récit bravo pour ta course
au plaisir de te recroiser
laurent

Commentaire de RogerRunner13 posté le 08-02-2011 à 18:01:00

Salut Marion et merci pour le récit, malgré ta méforme une belle balade quand même.

Commentaire de DJ Gombert posté le 12-02-2011 à 20:30:00

L'essentiel c'est de prendre du plaisir.... notamment celui de recourir.

PS : Pour le dénivelé, si tu fais comme sur la photo de ton profil c'est pas gagné ... ;-)

Commentaire de CROCS-MAN posté le 16-02-2011 à 19:58:00

Bravo Marion, même pas peur!!!
Merci pour ton super récit

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !