Récit de la course : Marathon d'Annecy 2013, par abdelkader

L'auteur : abdelkader

La course : Marathon d'Annecy

Date : 21/4/2013

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 1236 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

74 autres récits :

PREMIER MARATHON A ANNECY

Bonjour,

Voici le récit de mon premier marathon. 

Faire un premier marathon me démangeais depuis quelques mois.Courir 42km  alors que ma plus longue   distance parcourue est de 33 km en 3h25mn. Mon choix se porte sur celui d’Annecy et non de Lyon car il a une mauvaise réputation  et de plus la date est trop éloignée.                                                                                                                          

Mon objectif finir en  moins de 4h.

Inscriptions sur le net, réservation de l’hôtel  sur le net et  également le choix d’un plan sur le net,  le net c’est clair, vive les  nouvelles technologies.

Ma préparation se fera  en 10 semaines ,4 sorties par semaine  avec comme objectif 3h45. c’est ce que donnent tous les sites de CAP,   chrono donnée suivant mes derniers résultats de  courses,  deux 21 km en 1h40 et  le 10 km en  43mn 55s. Je sens la barre un peu haute pour  une première mais cela me motive.                                                                                Premier contrat rempli.

Le 12 février début d’entrainement.

Semaine 1, 2, 3 : je respecte le plan à la lettre.                                                                                                                  

Semaine 4: A la première séance une douleur au mollet gauche viendra  perturber mon  programme, les deux  sorties suivantes sont  annulées. A la sortie longue de 2 h, je sens que cette petite pause n’a pas atténué ma douleur.                                                                                                                                  

Semaine 5 : Contraint et forcé j’annule les trois sorties suivantes. Malgré ce  pépin  ma motivation résiste.  Il me reste que la sortie longue en endurance que je modifie en m’imposant de faire 10 km à 70% FCM et  10 km à 90% FCM. La douleur a presque  disparue. Cette séance me permet de poursuivre mon plan.

Semaine 6, 7, 8: Vivement que ces séances  se terminent, 16 sorties difficiles  avec une fatigue qui s’accentue et qui s’accumule. Certaines  séances fractionnées  sont réduites, je sature. Les sorties longues me semblent un peu plus faciles, elles sont respectées à la lettre.

Semaine 9, 10 : Enfin un peu de répit, ces 8 séances seront courus sans zèle, c’est le premier plan ou je n’en fait pas plus que ce qui est demandé.une récupération bienfaisant.                                       Deuxième contrat rempli, plus ou moins.

J-1 : départ à 14h00 de Lyon pour Annecy. Arrivé à l’hôtel  à 15h30, après avoir déposé  mes  affaires. je prends la direction du gymnase des sœurs blanches qui se trouve à moins de 1km200. La remise du dossard est rapide et bien organisé, je ne mets pas plus de 10mn pour l’avoir.

Un petit tour dans le vieux Annecy, diner  dans un restaurant italien, le menu je vous laisse devinez, ………….. bravo, des pâtes, depuis 3 jours midi et soir des pâtes + en dessert  riz au lait. Je décide de prendre en dessert une crème brulé, ouah qu’elle est bonne. 

dodo à 21h40.

Le jour J : Dimanche 21 avril, je me lève à 5h30, 6h petit déjeuné, café, pain+confiture, un verre de jus d’orange,  je ne change pas mes habitudes. Un bon bain afin de me relaxer, et de bichonner mes jambes qui vont devoir courir 42,195km. 45mn plus tard, il est temps de s’habiller, un tee-shirt vert, cuissard de course a pied, noir, chaussette,  basket Mizuno.  Un dernier inventaire  avant de me rendre sur la ligne de départ : 5 Gels  ok, Smartphone chargé ok, lacets avec double nœud et pas trop serré ok                                                                                                                                                                                                      

départ à 7h45  avec  ma panoplie pro-CAP.

 Le temps est couvert, avec une température  de l’air  de 6°C. Aucun exercice d’échauffement n’est prévu.

KM 1-2 : Le départ est donné, je me positionne avec les meneurs d’allures des 3h45 pendant 1 km500.  Cette grappe autour du meneur d’allure m’énerve, il faut jouer des coudes, zigzaguer entre les coureurs, je manque à plusieurs reprise de me vautré. Je hisse la grande voile et je prends le large.

KM 3-29 : J‘accélère, 12km/h au lieu de 11,2km/h. Des arrêts  à chaque  ravitaillement, 1 fois sur 2, c’est  eau+ gel  autrement c’est eau + banane. Les Kms défilent sans difficulté. J’ai distancé la grappe. Je suis euphorique, le paysage est splendide. Le long du parcours les gens vous encouragent  en vous interpelant par votre prénom, la première fois je me suis retourné,  j’ai cru que c’était un ami. Passage du 21 km en 1h49, tout va  bien, aucune douleur, respiration régulière, aucune sensation de  fatigue. Vitesse environ 11,6km/h jusqu’au 29ième km.

KM 30-32 : Surpris mon smartphone  m’annonce que ma vitesse est de 9,4 km/h, j’essaie d’accélérer mais je ni parviens pas. Mon mental est bon, je ne ressens pas de fatigue et pourtant mes jambes refusent d’obéir aux ordres de mon cerveau. Je fais rapidement un petit calcul, 30 km en 2h40, il reste 12 km à faire en moins de 1h20 pour un temps de -4h au marathon, c’est possible. J’entends derrière moi des claquements de pas, la grappe autour des meneurs d’allures des 3h45 me dépasse. Je sollicite encore une foi mes jambes, mais ils ne répondent pas. La grappe s’éloigne assez rapidement de mon champ de vision.

KM 33-35 : Je n’arrive même plus à maintenir une vitesse de 9,5 km/h, mon allure descend, descend à 8,4km/h.  Mes jambes semblent être deux battons, plusieurs  arrêts de 10  secondes s’imposent afin qu’elles reprennent de la  souplesse. Courir, courir il reste  que 7 km, psychologiquement ca va bien, mais mes jambes paraissent être en mode sécurité, un pied devant l’autre elles donnent le minimum syndical.

KM 35-38 : Mon allure est maintenant à 7,3km/h. tous les 2 km environ un arrêt de – de 10s s’impose, je plie mes jambes et pose mes mains aux dessus des genoux pour les soulager des douleurs qui ressemblent  à des crampes, puis je me remets à courir.

KM 39-42 : j’entends des claquements de pas, encore plus fort que la fois précédente, je me mets sur un coté et regarde  passer la grappe autour du ou des meneur(s) d’allure(s) des 4h. Une grappe tellement dense que je me  demande s’il reste des coureurs après celle ci. L’objectif de-4h se dérobe à la vitesse de cette masse qui s’éloigne.

Les deux derniers kms seront difficiles sur le plan physique avec ces deux membres inférieurs de Pinocchio.

Les encouragements des personnes qui forment une haie d’honneur sur 1 km avant la ligne d’arrivée me permette d’avaler la fin de ce marathon à une allure un peu plus rapide.

Résultat : 4h07mn25s. Malgré mon erreur  de mettre les voiles, je suis satisfait de ce premier marathon.

Je voudrais remercier les organisateurs, les bénévoles, et également les nombreux  spectateurs qui sont devenue un peu mes amis. À  bientôt,au marathon  2014!!!

Chacun vaut ce que valent les objectifs de son effort.

Merci d’avoir lu ce récit jusqu'au bout.

1 commentaire

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 28-04-2013 à 18:34:08

Un premier marathon, ça se célèbre, bravo Abdelkader. Le prochain se fera sous les 4h00, c'est sûr.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.15 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !