Récit de la course : Trail de la Sainte Baume 2008, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Trail de la Sainte Baume

Date : 2/3/2008

Lieu : Gemenos (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1620 vues

Distance : 24km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les Rolling Stones dans la Ste Baume

     Et c’est parti ce samedi après-midi, sur l’autoroute, direction Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne puis sortie 34 pour Gemenos, où se déroule le lendemain le 1er Trail de la Ste Baume.

     Le ciel est d’un bleu ! Le soleil, resplendissant et ce cadre, éblouissant. D’abord les Alpilles ( on sent les Baux !) puis Ste Victoire au-dessus d’Aix et enfin la Ste Baume, Garlaban….Je vois Pagnol dans la Gloire de mon Père, le Château de ma Mère, Manon des Sources, ces films icônes que je vénère pour la vie et les paysages qui comblent de plaisir mon goût pour la Provence.

     Arrivée à l’hôtel. Personne. Un monsieur nous voit. « J’arrive ». Il arrivera quelques minutes plus tard….La chambre. OK. Puis première reconnaissance en ville. Grand tour à pied. Un café sur une petite place. Installation en terrasse. Trois ou quatre tables occupées. Attente (encore !) de dix ou quinze minutes, pour voir un serveur! Pas grave ; on n’est pas pressés, mais quand même…

     Faut aussi voir pour manger le soir. A l’hôtel, c’était plein, paraît-il mais le restaurant. ne fonctionne pas.D’autres sont soit fermés, soit peu animés, soit un peu chers, avec des menus à 20, 22€ ou plus. Pour un repas d’après trail, peut-être, mais la veille….Enfin on trouve « L’assiette gourmande » (sur la place du départ ; on le verra le lendemain) . Aspect avenant. Menu à 13€. On reviendra tout à l’heure.

    On s’aperçoit aussi que le centre ville est carrément envahi de voitures et qu’il ne reste plus une place pour se garer. Mais comment vont faire les arrivants demain ?

     Je cherche dans toute la ville une quelconque information sur le trail du lendemain. En tout et pour tout, une seule affiche à l’office du tourisme (de la place du départ). Bizarre quand même que l’arrivée de plus de 500 personnes le lendemain dans un village de 5000 habitants  ne génère pas plus d’animation. Mais le lendemain matin, elle sera bien là, cette animation….

     Ceci après un repas qui a pris toutes les allures de la satisfaction sauf que…la nuit fut très agitée par des intestins eux-mêmes aussi très agités….. !

     Dimanche matin 8h, je suis orienté vers le parking derrière l’école maternelle, « M. le maire demande à ne pas entrer en ville ». Très bien. On n’est pas à 500m près, à pied. Le soleil se lève au-dessus de la montagne, rutilant. Dossard à la salle des fêtes, la bouteille de vin  offerte et mise en tenue : short, maillot de cycliste avec poches arrière pour l’appareil photo et les barres de céréales, la ceinture bidon avec gels et je rejoins ma femme pour lui donner les clés de voiture et le portable. Direction la place de la Poste pour le départ.

 

Le stand marathon attire ses chalands. L’heure approche. Nous nous regroupons. Le silence s’installe.

 

Au micro, on nous parle du parcours. « Prudence » est le mot d’ordre. Mais à entendre le speaker, c’est impressionnant. Je prends vite fait un kikou en photo

 

et  rentre l’appareil en poche, juste avant le départ. Qui est pris sagement. Jusqu’à la fameuse première « draille » où l’attroupement se forme à son entrée. C’est très étroit et l’on passe un par un. Il n’y a plus qu’à attendre. Plusieurs minutes. Alors on plaisante. On discute, En attendant son tour !

 

   La première ascension se fait alors. Une montée parmi pinède, chênes verts et sur la pierraille. Puis le paysage se dégage. Aubagne s’éloigne dans le lointain. Le fameux observatoire se rapproche, tout blanc sur le calcaire du mur de la Ste Baume. Chacun va à son train, en petits groupes. Les signaleurs sont tout simplement extraordinairement gentils et nous encouragent en nous guidant. Le fallait-il, tant le parcours est bien balisé. Mais ça fait chaud au cœur.

   On passe le « sommet » le plus haut et ça redescend.

 

C’est plus technique, c’est -à- dire casse g….le. Terre, cailloux, rupture de pente sur des gros rochers. Il y a même un passage qui aurait mérité une corde pour se tenir, comme au Phoebus Trail de Gruisan.. Je double un gars qui fait son premier trail. Alors il n’en mène pas large. Les deux contrôles. Les deux ravitaillements.

 

 Mais après le deuxième contrôle je me retrouve avec un gars qui pense s’être trompé de parcours, ne voyant plus de rubalise. C’est vrai, on nous appelle, en face ! Demi-tour alors et je vois que la rubalise était tout simplement cachée par quatre voitures de randonneurs, garées tout autour du seul ruban pendant à l’arbre ! Bon, sur 25km, on n’est pas à un kilomètre près… !

    Puis une nouvelle montée, en pleine forêt, celle du Golgotha, je pense ! Un pied devant l’autre lentement, très lentement…

   Mais le plus dur, à mon avis, c’est la draille finale. Un interminable boyau pierreux entre deux montagne, où je me retrouve seul, à passer les quelques dernières buttes casse g…le, elles aussi. Enfin le village et l’arrivée. Un peu dans les vaps. J’étais à la limite du manque de sucre, je crois. J’ai peut-être commencé les gels trop tard.  Ma femme est là, avec jus d’orange, eau et sa satisfaction de me voir vivant, persuadée, comme d’habitude, que je risque ma vie, dans de telles folies !

   L’affluence n’est pas très grande non plus. Il n’y en a même pas 20 derrière moi. Etonnant, mais l’honneur est sauf. Le résultat sera le soir sur le site de Courir en France. : 439è sur 454, en 4h14 et 11è V3 sur 12. Aïe, il était temps ! Glycémie, après le sandwich de l’organisation avant de monter en voiture : 1, 90g. OK mais c’est ma femme qui prendra le volant, pour un retour tout aussi ensoleillé que l’aller !

3 commentaires

Commentaire de DJ Gombert posté le 04-03-2008 à 09:06:00

Merci pierrot pour ton CR simple et aéré comme le ciel de Provence.
A bientot sur un Trail.

Commentaire de pierrot34 posté le 04-03-2008 à 12:01:00

Salut et merci DJ. Les Citadelles, ça te dirait? (Je suis sur le 20km)

Commentaire de seapen posté le 04-03-2008 à 16:08:00

A lire les différents com. j'ai l'impression que ce trail de la sainte baume "n'était pas de la tarte". dû au terrain difficile je pense ? et au dénivellé. saluts.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !