Récit de la course : Merrell Sky Race - Trail des Cerces 2008, par Shostag

L'auteur : Shostag

La course : Merrell Sky Race - Trail des Cerces

Date : 13/7/2008

Lieu : Serre Chevalier (Hautes-Alpes)

Affichage : 2036 vues

Distance : 68km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des Cerces 2008 - 68 km, +/- 3.630 m

A croire que je porte vraiment la poisse, toutes les courses auxquelles j’ai participé depuis la Transvésubienne ont connu des conditions climatiques exécrables. Le Trail des Cerces n’a pas dérogé à la règle : nous avons eu droit aux orages, aux températures très fraîches et peu estivales, au vent glacial et même pour certains à la neige. L’organisateur a néanmoins maintenu le parcours initialement prévu, avec une deuxième partie magnifique enchaînant les cols, lacs, ruisseaux et alpages de haute montagne comme vous pourrez le constater sur les photographies ci-dessous. 

Au Pré Chabert (1.470 m), la plupart des coureurs sont en short et coupe-vent alors que le ciel est gris, couvert et qu’il pleut fortement. Je suis un des rares à être habillé « grand froid » avec collant long, polaire et gants. Peu de signes distinctifs d’appartenance à Kikourou si ce n’est les buffs de Xax04 et Riri51. Ce dernier me fait rapidement remarquer que j’ai oublié le badge électronique pour ma chaussure (encore merci !) et sans lui pas de chronométrage ni de temps officiel. Ma décision est vite prise, quitte à démarrer avec un léger retard, je préfère être classé : c’est donc en fond de ligne que j’assiste en spectateur à 6h10 au départ en attendant mon accompagnateur retourné à l’hôtel.

Dix minutes plus tard, je récupère le précieux badge et m’élance seul sur la piste qui mène au hameau du Casset. Le terrain est boueux avec de nombreuses flaques, je patauge même en choisissant la meilleure trajectoire. Le tracé suit le fond de vallée en direction du Col de Lautaret : mon inquiétude est de me perdre, rater un embranchement ou un point de contrôle. Heureusement le balisage est de grande qualité et je rejoins enfin le serre-file et les derniers coureurs après 4 km au niveau du Bois des Berges et d’un agréable sentier.

 02_-_bois_des_bergers_encore_en_solitaire.jpg

Nous traversons le Lauzet et continuons sur le GR50 vers la Madeleine et les Sestrières. Je cours toujours sans discontinuer avec le coeur entre 160 et 170 bpm et remonte petit à petit dans le fond du peloton. Juste avant le Pont de la Marionnaise, nous bifurquons à droite et la pente devient plus raide : je sors les bâtons et commence à marcher. Nous passons sous la nationale et empruntons l’ancienne route du Galibier où je suis surpris de rattraper Riri51 et Xav04, plus expérimentés et normalement biens meilleurs que moi. Serai-je parti trop fort dans ma hâte de rattraper le retard pris au démarrage ? C’est mon sentiment et je décide de rester avec eux deux pour récupérer : le cœur repasse autour de 150 bpm et nous atteignons tranquillement le 1er ravitaillement à la stèle Desgrange. C’est là que je quitte à regret mes compagnons, manifestement aujourd’hui en « ballade bucolique », pour m’élancer à l’assaut du Col du Galibier (20 km, 2.672 m, 2h52).

 04.jpg

 14.jpg

Le début de la descente, du Col au Plan Nicolas en passant par le Colomban Noir, est très technique, raide avec de gros rochers et extrêmement glissant. J’utilise efficacement mes bâtons, appuis supplémentaires utiles dans ces conditions et grignote à nouveau quelques places au classement. La seconde partie, piste de la Lauzette puis long sentier en faux plat descendant avec quelques petites remontées dans les alpages de la Combe de Mortavieille, m’est moins favorable. Je suis resté sous les 160 bpm pour me préserver et tombe au Pont de la Charmette (27 km, 1.758 m) en 3h45.

 19_-_combe_de_mortavieille.jpg

Nous marchons tous à bon rythme vers le refuge des Mottets et second ravitaillement, par le Plan Lachat. Je prends l’option « sentier », véritable mur qui coupe les lacets de la piste de terre blanche, pour atteindre l’ancien camp militaire des Rochilles. Le cœur est désormais autour de 140 bpm et restera à ce niveau jusqu’à la fin. Je suis un des plus rapides et fait la différence : mon entraînement en randonnée pédestre porte ses fruits. Nous traversons le camp pour attaquer le dernier ressaut vers le Col des Rochilles (35 km, 2.496 m, 5h17).

La vue y est splendide, devant nous se dévoilent le Lac du Grand Ban et le Lac Rond. Nous entrons désormais dans la haute montagne où les lacs d’altitude, vallons sauvages verdoyants et préservés vont se succéder avec des montées de cols abruptes dans les roches et les pierriers. C’est pour de telles ambiances et de tels panoramas que je cours et je suis aux anges, la beauté des lieux n’étant pas atténuée par le mauvais temps. La descente aux Chalets de Laval, comme les suivantes, n’est pas roulante : peu d’accroche, très cassante et de nombreux passages en monta cala. J’atteins le 3ème ravitaillement (42 km, 2.030 m) en 6h10.

 25_-_lac_de_la_claree.jpg

 26.jpg

Le soleil étant enfin sorti, je mets ma tenue d’été (short et t-shirt) et prends une longue pause de dix minutes avant d’attaquer le gros morceau de la journée : l’ascension du Col des Béraudes qui nous fait prendre 875 m en 2,8 km. Les sensations sont excellentes et je vais réaliser une montée canon, non pas au regard du temps (1h12 soit + 720 m/h) mais par rapport aux autres coureurs que je dépasserai par dizaines. La 1ère partie se fait dans la forêt et les alpages jusqu’au palier du Lac des Béraudes qui précède une 2ème portion plus rocailleuse et vertigineuse, où subsistent quelques névés, avant le Col lui-même (45 km, 2.895 m, 7h34).

 30_-_montee_des_beraudes.jpg

 33.jpg

 34_-_lac_des_beraudes_vu_depuis_le_col.jpg

Ma position est désormais stabilisée. La descente du Rocher des Béraudes est dangereuse et nous l’abordons prudemment : une main-courante est même installée et nous contraint à patienter quelques instants. Il est ensuite difficile de courir dans le travers du GR57 : le terrain ne s’y prête pas, la sente est étroite et gazeuse. Nous marchons donc jusqu’au Col du Chardonnet (52 km, 2.638 m, 8h22), avec sur la fin une montée plutôt inattendue de près de 150 m de D+.

 39_-_col_du_chardonnet.jpg

Je commence à sentir une vive douleur au genou gauche, notamment lors des gros chocs (les prémisses du syndrome rotulien), et ne peux (ou ne veux ?) plus courir que par intermittence. Je baisse donc le rythme jusqu’au refuge du Chardonnet et admire le paysage et les nombreux lacs, points d’eaux et ruisseaux rencontrés. J’arrive au dernier ravitaillement (54 km, 2.220 m) en 8h48.

 40_-_crete_de_chardonnet.jpg

Je n’arrive plus à prendre de gel et me rabats sur les fruits secs et frais proposés. Je repars ensuite pour la dernière escalade du jour qui va nous mener au Col de la Roche Noire. Dès le début, je ne me sens pas au mieux : le cœur plafonne à 130 bpm et le souffle me manque. Je ne double plus, je suis doublé (que 3 coureurs mais cela suffit à saper le moral). Je progresse au ralenti, je fais quelques pauses pour reprendre mon souffle et j’essaie d’accrocher sans réussite un wagon salutaire. J’atteins péniblement le col (57 km, 2.697 m, 9h59) à + 450 m/h. J’ai perdu facilement entre 10 et 15 minutes. Problème d’alimentation : fallait-il passer au salé plus tôt ? D’endurance : il s’agit de ma course la plus longue, je cale peut-être encore pour l’instant à 3.000 m de D+ ? De gestion de course : ai-je trop donné dans les Béraudes ?

 44.jpg

Je marche dans les 300 m de D- qui en moins d’un kilomètre nous amène au niveau du Vallon de la Moulette. Je range alors les bâtons dans le sac et en mettant ma douleur de côté, commence à courir : en penchant mon corps sur l’avant et portant mon poids sur la pointe des pieds, j’arrive à progresser normalement. Par chance, la descente finale est roulante et peu traumatisante : je vais réussir à garder un bon rythme (140/145 bpm) dans le Puy du Cros et la Forêt de Guisane (ce passage magnifique en sous-bois sur terre humide est d’ailleurs bien long) jusqu’à retomber sur le parcours initial au niveau de la Chalp. Ne reste qu’un peu de piste et de route pour rejoindre l’arrivée, où je jette mes dernières forces et suis victime d’un vif point de côté qui me contraint à marcher une minute. Je passe l’arche après 11h09 en 325ème position (sur un peu moins de 800 partants) après 68 km et +/- 3.630 m d’efforts.

 46.jpg

Temps et classement officiels : 352ème en 11h19m24s. L’organisation n’a finalement pas comme annoncé pris en considération mon passage sur le tapis de départ 10 minutes après tous les autres participants : à quoi sert le chronométrage électronique si seule l’heure d’arrivée est retenue ?

D'autres photos ici.

Bilan

Très agréable expérience : organisation rodée, parcours sublime à plus de 2.000 mètres d’altitude et bonne performance.

Je progresse régulièrement puisque je suis plus rapide (9,34 km/h de moyenne en « équivalent plat ») qu’il y a 50 jours à la Transvésubienne (9,04 km/h) pour des conditions climatiques et une difficulté semblables mais un parcours plus court avec 59,2 km et + 2.600 m.

Il reste que je suis loin d’être encore au niveau (quel plateau et quelle densité !), contraint de passer rapidement au bout de 4/5 heures au diesel et calant autour de 8/9 heures de course. Je n’ai pas encore les capacités de finir le Grand Raid du Mercantour ou  alors à l’agonie, au boulot …

 

9 commentaires

Commentaire de titifb posté le 14-07-2008 à 19:53:00

Merci pour ce CR et ces très belles photos. Vous n'avez pas eu de chance avec la météo, car si les paysages étaient beaux, crois-moi sous le soleil, ils sont SUBLIMES, et le lac des Béraudes, vaut le déplacement (surtout, en début de saison lorsqu'un iceberg se promème sur ses eaux turquoises).

Tu as payé ton départ et une montée aux Béraudes un peu trop vite ! Ca coûte cher en énergie...
A bientôt peut-être.

Commentaire de AL 42 posté le 14-07-2008 à 20:53:00

Beau recit et superbes photos.

Commentaire de Mamanpat posté le 15-07-2008 à 09:59:00

Merci pour ce super récit et ces maginifques photos ! J'arpente ces pistes en ski alpin et nordique l'hiver,et du coup découvrir ces paysages sans neige me donne envie de participer à cette course !!!!

Et bravo !

Pat

Commentaire de brague spirit posté le 15-07-2008 à 10:34:00

Belle course,bien humide.Encore un peu de gestion du temps,et je vais devoir me faire du soucis,si je veux rester devant aux Melezes(ce sera facile,vu que je fais le petit parcours).Superbe grandes photos,juste un truc,si tu peux pour ton prochain CR,utiliser une police de caractere supérieur,ce serait bien.

Commentaire de xav04 posté le 15-07-2008 à 13:50:00

Bravo pour ce beau cr accompagné de jolies photos!! Je suis trés content de t'avoir rencontré et ne t'inquiète pas tu as largement le niveau pour t'aventurer sur des trails plus longs!!!
Félicitation pour ta jolie performance sur un parcours et une météo sélective et à bientot sur un prochain trail

Commentaire de NICO73 posté le 15-07-2008 à 17:44:00

Les photos et le récit donnent envie d'y aller. Bravo et merci pour ce CR

Commentaire de la panthère posté le 15-07-2008 à 17:59:00

superbe Cr, quelles belles photos!
c'était du costaud! bravo!

Commentaire de mokujin13 posté le 15-07-2008 à 18:49:00

super récit ,précis et tout et tout,ca me permet de le montrer a mes amis pour voir la course des photos que j'ai pas pu faire(oups oublié appareil).Félicitation pour ta course et bon courage pour la suite

Commentaire de akunamatata posté le 16-07-2008 à 08:19:00

Hola ami shostag,
on sent la progression de l'ultrarunner au fur et a mesure de la saison, felicitations pour ta course et ta place, tu avais l'air tres bien lorsque je t'ai croise.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !