Récit de la course : Saintélyon 2008, par flapi38

L'auteur : flapi38

La course : Saintélyon

Date : 7/12/2008

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1610 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Le récit

Cette fois ci, ca y est après 2 mois de préparation a peu près bien suivie, me voila prêt à affronter les routes et les chemins de la Sainté-Lyon.

Comme d'habitude, départ à la bourre de la maison pour aller poser les enfants chez mes parents avant d'attraper au palais des sports de Gerland la navette pour St Etienne. En plus, je rebrousse chemin une fois pour aller prendre une couverture de survie (obligatoire d'après le site...) pour me mettre en avance.

Bref, du tout moi, quoi. En plus, j'oublierai mon lecteur MP3, que j'avais patiemment rempli pour entretenir le moral. On ne se refait pas.

Donc, repas chez les parents, tentative de petite sieste, mais qui ne dure pas longtemps, je suis trop stressé à me demander ce que je vais encore oublier. J'en profite pour faire mon sac pour la course, et c'est parti.....

Arrivée à St Etienne vers 17h15, je file récupérer mon dossard avant de retrouver un certain nombre de kikous arrivés tôt pour assister à l'AG des amis de Kikourou dans le resto qui nous accueillera pour le repas. J'en profite pour remercier l' (les) organisateur(s) de ce rendez-vous, c'était parfait.

L'AG sera suivi d'un bon repas: Pates (étonnant, non?), tarte aux pommes (avec sa petite boule de glace) et café (parfait quoi, et bon en plus), qui nous amènera vers les 22h30.

Là, il faut commencer à s'activer un peu. Je récupère les affaires, et on commence à s'équiper avec CoachCyril et le Kéké tout en discutant course bien sur. La tension commence à monter un peu, une petite reposette vite fait et on part pour le hall des expositions. L'heure fatidique approche, le hall est plein, c'est un truc de malade...

On part avec mes compères sur la ligne de départ avec les 4497 autres malades, ça fait du monde quand même...On mettra un peu de temps à passer la ligne de départ, mais ca y est c'est parti....

Je pars sur un timing de 10h00 un peu au pif au départ et un peu angoissé quand le kéké m'a annoncé tourner en 9h30. Vu mon niveau relatif, ca m'envoie plutôt vers les 11h00, ca part mal, mais bon on verra.

Et nous voilà parti dans les rues de St Etienne, puis dans les faubourgs. Les lumières des lampadaires éclairant la course. NicNic (qui est venu me soutenir), le Blueb et raideur69 (pour soutenir Bene38) et Langevine (attendant de prendre son relais) m'encouragent au passage. J'ai failli ne pas les voir, mais ca crie fort, je ne pouvais pas les rater.

Puis, la montée arrive, et le peloton s'étire dans la nuit. C'est quand même impressionnant de voir la route éclairée loin devant, et de pouvoir imaginer par où on va devoir passer dans les minutes qui suivent. Mais, le plus beau reste sans doute de se mettre sur le bord, de couper sa frontale et de se retourner pour voir passer un court instant (c'est une course quand même) le flot ininterrompu de lucioles lumineuses.

Bon, il faut y retourner quand même. Le cardio me simplifie la gestion de l'allure, car je me sens bien léger ce soir, et la gestion au feeling aurait pu être désastreuse. Je me calle sur 140 sur le plat et jusqu'à 150 dans les côtes. Premier constat, je double beaucoup de monde à la montée en marchant, mais j'ai du mal à les contenir sur le plat. Pas de doute, ca sent les habitués du goudron.

Arrivée à St Christo en 1h56 pile poil dans le timing voulu. La route a peu à peu fait place aux chemins bien boueux, mais globalement en suivant un peu les gens devant, on ne patauge pas trop. Je zappe le ravito, car il y a trop de monde comme prévu. De toutes façons, je suis parti avec de quoi tourner en autonomie complète au niveau de la bouffe. Pour l'eau, il faudra faire attention pour la fin. Cette année, je peaufine les réglages pour la prochaine...

Et, on continue la grimpette jusqu'au second ravito sur des chemins toujours plus boueux. Il faut même parfois mieux courir sur la bordure du champ d'à côté plutôt que sur le chemin, mais bon, on ne va pas se plaindre, il ne pleut pas, il ne neige pas, et on ne verra pas de brouillard. En levant la tête, on peut même profiter des étoiles, et il ne fait finalement pas si froid que ça. Les conditions sont franchement idéales.

Je zappe le second ravito pour la même raison que le premier. La poche à eau est pleine, je me ferai un plaisir de la vider régulièrement, car c'est vrai que vu la nuit et la température, on peut facilement oublier de s'hydrater.

Et, c'est parti pour la descente....enfin. Je commence à avoir mal aux mollets, mais ça ne me dérange pas plus que cela. La descente dans les chemins boueux, c'est mon truc ça, j'aime bien, alors j'envoie un peu pour voir. Je double beaucoup de monde, soit parce que je suis inconscient d'envoyer comme ça avec une visibilité réduite dans un chemin détrempé, soit c'est vraiment des habitués du goudron.

Je me fais bien plaisir, alors j'envoie un peu plus fort. Globalement, il y a toujours la place pour passer à deux donc je n'hésite pas. Tant et si bien, qu'à la fin, paf, je me refais la même cheville que je n'arrête pas de me froisser depuis un bon mois.

Ouillouilllouille, ça fait mal. Je m'arrête le temps de laisser la douleur s'atténuer et je me remets à marcher pour voir. C'est bien fait pour moi ça, un petit moment d'euphorie, et voilà.

Bon, ça n'a pas l'air grave, je me remet à trotter puis à courir. Comme pour la Rhône orientation, la cheville est chaude. Ca a l'air de tenir, alors je relance. D'abord, doucement, je me reprends à envoyer dans la descente, dès que la douleur disparait, mais en faisant bien attention à tenir mon pied cette fois.

Arrivée à St Catherine en 3h30, soit avec 20mn d'avance sur le planning, la forme est toujours là. Je profite du ravito pour remplir mon verre, chiper deux ou trois trucs à grignoter avant de filer vers la sortie. Je croise le père à Cyril qui m'annonce que Cyril et le kéké sont à quelques minutes devant moi. NicNic est un peu plus loin, étonné de me voir déjà arriver. Dans la côte qui suit, Langevine me colle une tape sur l'épaule pour me signaler sa présence. Son relais n'a pas chomé. Je la suis 2mn pour papoter un peu, et laisse filer la gazelle vers son objectif.

Après une petite montée, c'est de nouveau.....la descente, et deviner quoi, j'ai les crocs, alors j'attaque doucement, puis de plus en plus. Je prends vraiment plaisir à dévaler (en faisant gaffe à la cheville cette fois) et à doubler plein de monde. J'arrive même à rester au contact avec les relais dans les descentes, et comme tout le monde se pousse, j'en profite.

A St Genoux, le ravito oblige à faire un détour, alors comme je suis fainéant, je zappe. J'ai encore assez d'eau pour continuer, et bien assez de provisions dans le sac (trop peut-être ). Du coup, dans la montée qui suit, je me fais rattraper par.......le kéké parti s'empiffrer au ravito. Sa remarque sur mon départ trop rapide me fait réfléchir un peu, c'est vrai que d'habitude, il me met une grosse branlée.....Bah, le doute ne dure pas, on verra bien à la fin.

Ca remonte un peu, et puis grosse descente sur Soucieu avec pour changer de plus en plus de route, où ça tape de plus en plus fort dans les genoux. J'aime pas ça la route, depuis les saut en parachute à l'armée qui m'ont flingué les genoux. Alors, je serre les dents et je laisse repasser tous les cocos doublés dans les chemins boueux, c'est un peu énervant.

 Je suis content quand même, j'ai dépassé les 45kms, et je galope toujours dans les 9-10kms/h sur le plat d'après le GPS. En plus, je sens que le kéké n'est pas très loin (je vais l'avoir...)

Arrivée au ravito de Soucieu en 5h49, soit toujours avec 20mn d'avance sur le planning. NicNic est époustouflé (bon ok, il est juste un peu bluffé) par ma prestation, et me file des conseils sur la fin de la course. Je croise Kéké qui ravitaille aussi avant de filer dans la nuit. Je prends un bon thé chaud et 2/3 cochonneries à grignoter avant de reprendre la poursuite. C'est motivant d'avoir un lièvre...

D'ailleurs, je suis tellement motivé, que je le reprends dans la montée vers Chaponost. Houla, le flapi qui fume le kéké, ça va faire des vagues dans les journaux ça. Mais, bon, ce sera de courte durée (quelques kms, quand même), car dans la descente vers Beaunant, il me repassera. J'aurai vraiment eu trop de mal avec les descentes sur le goudron aujourd'hui moi.

Petit ravitaillement en eau et chocolat/banane avant de repartir à la chasse au Kéké. Et que croyez vous qu'il arriva, le flapi re-fume le Kéké dans la montée de Beaunant. Mais, bon, je suis réaliste, dès que ça redevient plat, il me remet vite fait au pas. Le faux plat de St Foy les Lyon commence vraiment à me courir. Kéké m'encourage à le suivre, mais je n'arrive pas à me faire violence pour le suivre. Il reste une petite dizaine de bornes, et je ne voudrais pas exploser avant la fin.

C'est donc tout seul et un peu à la dérive pour la première fois depuis le début que j'essaie d'avancer dans les faux plats, puis la descente qui nous ramène vers Perrache (saleté de goudron). J'attrape un verre d'eau au dernier ravito (saleté de goudron), et me force à relancer pour traverser le Rhône (saleté de goudron). Je marche dans la montée en traversant le pont (saleté de goudron), puis rattrape les quais (saleté de goudron). Je suis tellement pressé d'arriver que je me remets à courir.

C'est long. J'encourage un autre coureur un peu à la rue comme moi, qui finit par me coller en me demandant si je sais quand on arrive. Je lui montre le pont suivant, "et après c'est 1kms à gauche", lui dis-je. Il est loin ce pont, et on a l'impression de ne jamais s'en approcher. Je suis content qu'avec les illuminations, on ne soit pas passé à Bellecour, finalement . J'ai vraiment mal aux jambes maintenant, et je m'arrêterai bien, mais comme je ne suis plus tout seul, je me force à continuer pour rester avec lui. J'ai bien fait de l'aider finalement, puisqu'à son tour, il me soutient.

Bon an, mal an, on finit par rejoindre cette s******* de pont, mais mon compagnon est vraiment à bout, et préfère terminer en marchant, malgré mes encouragements. Je le laisse donc à regret et rentre dans le parc de Gerland en trottinant, et en serrant les dents (mal aux fessiers, moi). Il faudra encore quelques interminables minutes pour rejoindre l'arrivée, où à 200 m de la fin, je me surprend même à piquer un sprint pour ne pas me faire remonter par les suiveurs dont j'entends approcher les pas. Et là, surprise, plus de mal de jambes, rien, disparu. C'est à rien y comprendre.

Bref, arrivée en 8h52, ce qui par rapport à mes prévisions de 10h00 me fait bien plaisir. Ce sera quand même à relativiser puisqu'il manque presque 3kms pour faire 69.

Il ne me reste plus qu'à bosser un peu la route (Argh, je hais le goudron), me faire un mental de tueur (j'vais me faire Kéké, j'vais me faire Kéké....), vider un peu mon sac (y avais de quoi ouvrir une superette), perdre ma bouée (le premier qui rigole....), et je suis fin près pour me faire une Sainté de bronze la prochaine fois.

Un gros merci à mon coach NicNic avec qui on devrait essayer la sainté en duo l'année prochaine, s'il a réussi à soigner son aponévrosite d'ici là (je pense que je m'entrainer pour le solo, quand même, on sait jamais ).

Un grand merci à mon Kéké préféré (j'vais quand même finir par me le faire) pour m'avoir servir de lièvre. 

15 commentaires

Commentaire de intuitiv posté le 10-12-2008 à 07:50:00

voila une course gérée au poil, bravo.

Commentaire de agnès78 posté le 10-12-2008 à 08:10:00

1h d'avance sur ton prévi, même s'il manque +/- 2 kils, c'est super... surtout avec autant de ... goudron ;-))) BRAVO pour ta superbe gestion de course! Bonne récup'
bises
agnès

Commentaire de langevine posté le 10-12-2008 à 08:33:00

la gazelle est très fière de ta performance! ;-) Qui c'est ki ki me disait: j'ai pas le mental pour faire ça... bla bla bla...??? Ben comme quoi, tu peux te surprendre toi même parfois! ;-)
Et maintenant, récupère vite, n'oublie pas qu'on a nos premières leçons de skating à prendre!!!
Bisous!

Commentaire de Jerome_I posté le 10-12-2008 à 09:27:00

bravo pour ta course et to récit. Content de t'avor revu ce weekend.

Jérome

Commentaire de Zeb posté le 10-12-2008 à 09:31:00

Bravo Flapi !!
Belle course, tu va bientôt rattraper le p'tit frère !!

Commentaire de Coach Cyril posté le 10-12-2008 à 10:29:00

Bravo Philippe pour ta course !!!!

tu vois ça y est on a réussi la STL !!!!

allez promis on bosse la vitesse pour l'an prochain !!!



Cyril_d'orient'alp_bientot_CoachCyril.......

Commentaire de le_kéké posté le 10-12-2008 à 12:45:00

Belle course mon grand, un peu plus tu tappais du kéké. En tout cas pour une première c'est une sacré réussite, j'aurais pas parié que tu t'en sortes si bien.
J'ai étais vraiement surpris de te retrouver là à mi-course, c'est pour ça que je t'ai dit que tu étais parti trop vite.
Je confirme que pour des trailers montagnards comme nous, la préparation sainté c'est essentiellement du plat (c'est ce que j'ai fait cette année)
Perso j'ai essayé de me retenir de pas filer dans les descentes en doublant tout le monde pour en garder sur la dernière partie (mais ça me démangeait parfois)
Mais bon du coup j'en ai peut être un peu trop gardé ??? on saura jamais.
En tout cas chapeau car c'est une belle perf que tu as réalisé, je sens que ma première patée en CAP face au futur ex-maillon faible ne va plus tarder mais attention il est combatif le kéké.

Commentaire de sarajevo posté le 10-12-2008 à 13:26:00

belle course flapi ....
bonne gestion .... chouette chrono ...
bravo
a+
pierre

Commentaire de jean-chris05 posté le 10-12-2008 à 18:31:00

Beau récit, belle gestion de course. Nous étions dans le même rythme jusqu'à Ste Catherine, je termine en 9h28...
Félicitations,
Jean-Christophe

Commentaire de L'Castor Junior posté le 10-12-2008 à 22:03:00

Courir après le kéké quand on a une bouée (de Khanard ?) et un sac plus encombré que celui de langevine, il faut être sacrément pervers...
Remarque, ça a l'air de marcher, au vu du superbe chrono !
Félicitations mon gars, et vivement la prochaine course ensemble :-))

Commentaire de béné38 posté le 10-12-2008 à 23:52:00

Bravo Flapi pour cette belle course et cette belle perf ! Donc l'année prochaine, goudron, goudron et re-goudron !!!
A samedi !
Béné

Commentaire de LtBlueb posté le 10-12-2008 à 23:55:00

y'avait les récits du kéké , il va maintenant y avoir les récits de Flapi qui court après le kéké ! comme quoi on a pas fini de rigoler !!

sérieux, chapeau pour ta perf , -de 9h pour une première ,c'est un beau début encourageant qui appelle une suite !!! bravo !

Commentaire de Mamanpat posté le 11-12-2008 à 15:05:00

Ben si on n'a pas compris que tu n'aimais pas le goudron, on t'apportera des plumes !!!!

Un grand bravo et merci pour ce récit fort sympathique !

Pat

Commentaire de chtigrincheux posté le 12-12-2008 à 04:54:00

De bien bons conseils à suivre ,tip top ton humour j'en rafolle .A pluche pluche

Commentaire de Souris posté le 29-12-2008 à 14:36:00

Arf, tu n'as pas pourri le kéké (mais il ne pait rien pour attendre celui-là!!), en tous cas bravo pour cette 1iere en -de 9h.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.24 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !