Récit de la course : Saintélyon 2013, par Arcelle

L'auteur : Arcelle

La course : Saintélyon

Date : 8/12/2013

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1527 vues

Distance : 75.9km

Matos : Trabucco

Objectif : Se dépenser

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

La même, mais très différente

Avant la course

La Saintélyon commence avant la course : la rencontre de kikoureurs dès le TGV, puis au Flore, lieu vraiment agréable de repas d’avant course et de préparation. Merci à Nini, Heloïse et Elcap.

A table : Caro.S91, PatriciaB, Sab zaïna, bubulle, ejouvin, Jack91290, les parisiens ne se mélangent pas ou quoi ? Merci Guimauve de nous avoir rejoints, on a l’air moins sectaires.

Dans la queue aux pâtes : Arclusaz au moins 3 fois, normal. Je précise que je n’ai jamais réussi à me resservir de pâtes !

Et en fin de repas, le témoignage de l’aller des extra-terrestres de la 180 : Mamanpat, Jean-Phi, Tomtrailrunner.

 

La course

Première mauvaise surprise juste avant le départ, la sangle poitrine de mon sac lâche. Etienne me bricole un rafistolage avec une cordelette de Caro, merci à vous. C’est assez galère à remettre après les ravitos, mais c’est mieux que rien.

Le début de course est très semblable à 2012, jusque Saint Christo, avec l’apparition du verglas dès Sorbier. Je n’ai pas hésité longtemps à chausser les yaktrack dès la première aire de chainage, et cette fois il y avait moyen de s’assoir sans avoir les fesses dans 30 cm de neige. Un peu plus loin j’aperçois l’écusson 180 de Mamanpat qui a un moral d’enfer !

Deuxième mauvaise surprise : un mal de ventre tenace sur au moins 15 km. Mais je continue à avancer selon le plan de marche, je suis à peu près dans les temps à Ste Catherine, un peu moins à la sortie après plusieurs minutes à tenter de remplir un gobelet ou d’attraper un Pim’s (que je ne reverrai malheureusement pas sur les autres ravitos).

J’ai aimé la montée du Bois d’Arfeuille, j’ai pu avancer à mon rythme et surtout dans le calme, plus personne ne parlant. Que c’est bruyant cette course avec tous les coureurs qui passent leur temps à vérifier que leur acolyte n’est pas loin !

Grâce aux yaktracks, j’ai évité les glissades dans le verglas, mais avec l’apparition de la boue, troisième mauvaise surprise dans la descente du bois des Marches (je crois), je glisse en n’osant pas trop ralentir le coureur derrière moi que je sens s’impatienter ; la cuisse tape violemment sur une pierre, ouille que ça fait mal !

Non, je refuse l’idée d’un nouvel abandon après celui de la CCC presque sans raison : il y a encore 35 km, ça va être long, mais je finirai ! Je continue la descente à la vitesse d’une tortue puis j’arrive à St Genou ; plus de 5 minutes pour entrer dans la tente + la queue pour accéder aux tables, c’est sympa de quitter la région parisienne pour venir courir de nuit dans la nature …

Le moral revient un peu avec enfin des bonnes surprises : le lever du jour, voir Jean-Phi à Soucieu qui est cuit mais positive et rappelle que notre objectif est de finir, l’idée de sortir la musique pour la première fois, ça permet de débrancher le cerveau.

En revanche la douleur à la cuisse est toujours aussi forte, surtout dans les descentes, ça tape fort. A cela s’ajoutent les habituelles ampoules, dont 4 bien douloureuses sous les pieds. Je crois que je n’avais plus pleuré de douleur physique depuis mes 10 ans, là ça revient tous les quarts d’heure. Bon, la fatigue doit jouer aussi.

J’essaye de trottiner au maximum, je double les « morts » mais me fais doubler par ceux qui peuvent courir normalement. Les encouragements des spectateurs sont d’un grand réconfort, et je note qu’avec seulement 8% de féminines, nous sommes nettement plus encouragées que les hommes.

A Sainte Catherine, j’avais estimé pouvoir faire moins de 11h en finissant « fort » comme l’année dernière. Depuis la chute, j’ai bien sûr abandonné cette idée mais je m’accroche. Je suis surprise de descendre sans aucune difficulté les 180 marches, pas la moindre douleur dans les quadris.

En passant la ligne d’arrivée (en 12h09 Déçu), je veux aller enrager et déprimer dans un coin mais 15 mètres, plus loin ces idées noires sont aussitôt oubliées en voyant plein de kikous qui ont passé des heures à attendre l’arrivée des « 180 » et d’autres qui profitent juste de l’ambiance de l’arrivée : Arclusaz, ejouvin, Lalan, Ogo, Jean-Phi qui arrive quelques minutes après puis Elcap, et ceux dont j’ignore le visage ou le pseudo. J’ai raté Nini quelques minutes plus tard pendant la douche (mention spéciale pour la dame du vestiaire, la même que l’année dernière, qui est aux petits soins pour nous).

J’assiste avec admiration à l’arrivée du peloton de la 180, l’émotion de Mamanpat est belle à voir.

 

Après la course

2 jours après la course, je garde malgré tout la satisfaction d’être allée au bout en plus du plaisir d’avoir rencontré et pu partager avec tous les kikoureurs.

Mais j’ai clairement pris très peu de plaisir sur ces 12h09 de course, nettement moins que l’année dernière, en raison de la douleur bien sûr, mais aussi de l’excès de participants rendant impossible la progression à son rythme et donnant aux ravitos des allures de combat de guerre.

Mes seuls bons souvenirs de la course sont les entrées dans les chemins étroits, descendants et bien verglacés où tout le monde sur chaque pas, dans la nuit sur le sol blanc. J’ai moins aimé ce qui va avec : les bouchons et les coureurs qui glissent en attrapant le bras de leur voisine pour se retenir.

Je n’ai pas eu la moindre courbature, je suppose que l’entrainement devait être bon pour mon petit niveau, mais la course se joue aussi sur plein d’autres paramètres, la preuve.

Bien sûr, ne jamais dire jamais, mais la Saintélyon ne devrait pas être au programme de 2014. Cette course, comme la CCC d’ailleurs où je m’étais trop peu amusée, m’a amenée à m’interroger pendant l’épreuve sur l’intérêt de participer à nouveau à des formats aussi longs. Bien sûr ces doutes sont déjà en grande partie éliminés, mais je ne vais pas me précipiter sur des inscriptions 6 mois à l’avance, et plutôt essayer de me faire un programme au fil de l’eau, en fonction des envies du moment.

12 commentaires

Commentaire de ejouvin posté le 10-12-2013 à 18:06:25

Bien content que notre présence t'ait permis de ne pas aller déprimer. La course était finie et il fallait juste conserver les bons moments. Cela montre aussi le bien fait de voir des visages connues à une arrivée, qu'on se le dise. La "solidarité" entre coureur doit être de mise et merci de le rappeler par ton CR.

Bravo pour avoir tenue le choc et garde en mémoire les bons souvenirs. Soigne ta cuisse et profite de cette après course pour recharger les batteries.

Pour 2014, comme tu le dis, attends que l'envie revienne et tu ferra ce qui te plait.

Commentaire de jack91290 posté le 10-12-2013 à 18:15:10

En tout cas bravo pour ta course, malgré ta douleur a la cuisse.
Ravi d'avoir fait ta connaissance.

Jack

Commentaire de caro.s91 posté le 10-12-2013 à 18:25:35

Mais non, on a vu des Lyonnais aussi !!! ;-)
Tu as su finir malgré tes douleurs à la cuisse, c'est ca aussi l'ultra! J'espère que ce n'est pas grave et donc te revoir prochainement en pleine forme et avec une grosse motivation.

Caro

Commentaire de jack91290 posté le 10-12-2013 à 18:42:19

En tout cas bravo pour ta course, malgré ta douleur a la cuisse.
Ravi d'avoir fait ta connaissance.

Jack

Commentaire de bubulle posté le 10-12-2013 à 20:01:32

C'est vrai qu'on a fait un peu une table de parigots, maintenant que tu le dis, oups. Une espèce d'instinct grégaire idiot, sûrement. Perso, je sais pourquoi (une tendance à une certaine timidité peut-être pas toujours évidente de prime abord si on ne fait que lire ce que j'écris).

Bon, c'est ballot, c'est vrai, cette histoire de chute qui t'a pourri la fin d'une course qui s'annonçait plutôt réussie (si on "oublie" un peu la foule). Il fallait s'accrocher, tu as pu le faire en refusant un deuxième abandon sur du long, c'est loin d'être rien.

Faut-il renouveler? Cela, c'est sûr que toi seule le sait et, comme souvent, je me garderai bien de tout conseil (moi, je ne les suis jamais, alors, hein, bon).

A l'année prochaine, sur une course, un off, un off sur une course ou toute autre formule rassemblant des kikous.... Bises!

Commentaire de Nini posté le 10-12-2013 à 20:10:16

J'étais aussi en même temps que jean phi à soucieu. On s'est raté.. Rate ausi à l'arrivée. Dommage

Bravo à toi pour ta course. A une prochaine.

Commentaire de Japhy posté le 10-12-2013 à 21:25:49

Oui ben tu as dû écrire ce CR lundi? Parce que se demander quel est l'intérêt de ces formats longs, j'ai déjà lu ça quelque part! Mais où je vous le demande???? Peut-être à la fin de mes propres CRs!
Allez, on sait bien qu'on finit toujours pas recraquer.
Après un bon repos, c'est ce que tu dois faire maintenant! Bravo pour ta course!

Commentaire de Arclusaz posté le 10-12-2013 à 22:12:09

quelle courage ! courir aussi longtemps avec des ampoules, je ne connais pas mais j'imagine.

et tu as raison, c'est seulement l'envie qui doit nous guider : ces petites balades, c'est quand même un peu dire donc faut pas se forcer... mais, j'en suis sur on se reverra au Flore, à Gerland ou ailleurs...

PS : oui, j'ai fait 4 ou 5 fois la queue aux Pâtes. Mais, c'était pour discuter (j'suis timide mais je me soigne)! je n'ai eu qu'une assiette et demi (à la première fournée) et une minuscule après 22h30. Et la tarte...ben, j'en ai pas vu la couleur. Je me vengerai en 2014 et nous serons à la même table pour que tu comptes les assiettes.

Commentaire de Sabzaina posté le 10-12-2013 à 22:34:52

Contente de t'avoir rencontrée, partenaire de jeu des 365h ;)
Bravo et surtout soigne-toi bien...

PS: Je plussoie concernant la gentille dame des vestiaires/douches

Commentaire de ogo posté le 11-12-2013 à 09:54:10

Bravo à toi. Il fallait avoir de la ressources pour aller au bout malgré tes maux de ventre, ta douleur à la cuisse et les ampoules. Plusieurs fois qu'on se croise de loin effectivement. La prochaine fois, on ne coupera pas à des présentations officielles ;)

Commentaire de lalan posté le 14-12-2013 à 17:46:40

T'as fini au moral. Ca rassure. C'est bien de ne pas trop réfléchir aux prochaines courses à planifier. Bravo pour ta course. Bonne fin d'année.

Commentaire de Jean-Phi posté le 23-12-2013 à 14:17:19

Et bien moi je t'ai trouvée vraiment courageuse après la chute et le passage à Soucieu ou nous n'étions pas au top ni l'un ni l'autre. Bravo pour ton finish, j'aurais aimé être capable de t'accompagner jusqu'au bout mais... Le talent n'est parfois pas dans le temps que l'on met mais bel et bien dans sa capacit à s'affranchir des difficultés pour alelr au bout. Tu l'as fait merveilleusement bien. En tout cas, content de t'avoir vu et revu à l'arrivée.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !