Récit de la course : Marathon de Lyon 2007, par Le Dahut

L'auteur : Le Dahut

La course : Marathon de Lyon

Date : 29/4/2007

Lieu : Lyon 01 (Rhône)

Affichage : 1942 vues

Distance : 42.195km

Matos : DS trainer (ok tems sec)
Short (ai longtemps hésité entre short et cuissard) - La chaleur m'a fait opté pour le short (blindé de creme NOK pour éviter les échauffements : avec succes)

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Allez, je m'y mets aussi, en faisant un peu dans le prolixe :

Rappel de l'objectif initial : - de 2h50 sous peine de devoir fournir une caisse de bière aux assoiffés m'accompagnant. 

Pas l'ombre d'une déception en ce qui me concerne. Le coup de calgon, je l'ai eu pour Pâques sous la forme d'une tenosinovite !
Durant, les 2 semaines qui ont suivies, je n'étais vraiment pas sur de pouvoir prendre le départ, alors être à l'arrivée est déjà une belle satisfaction.

Le reste c'est passé comme prévu :
Départ avec David : je l'ai accompagné sur environ 25 kil avec le cardio dans le rouge pour cause de manque d'entrainement, de quelques kilos bien trop rapides et de réchauffement climatique.
Ca a été un plaisir de galoper un peu, ca faisait 3 semaines que j'attendais ça...

Aux alentours de la sortie du Parc, je lève le pied avant de devoir trainer les deux et commence à me disperser. Un brin de causette avec François et d'autres coureurs, échanges de plaisanterie au ravitaillement ou avec des spectateurs. Mauvais signes : déconcentration et euphorie sont les signes avant coureurs de l'explosion en plein vol. J'avale mon dernier gel au 26ème, me croyant être au 30ème, j'encaisse douloureusement l'ascension vers La Feyssine (ben quoi, regardez la courbe rouge foncé de Fred !!!) avant d'entamer un retour vers Gerland qui sera long très long. Il va me couter cher ce semi en 1:29 : jamais été aussi rapide sur la première moitié d'un marathon, moi…

Le Rhône à ma droite pour longtemps, avec l'obsession d'y tremper mes jambes en feu. Les ravitaillement se changent en pique-nique : j'engloutis bananes et pain d'épice comme si il n'y avait pas de barbecue après la course. Difficile de repartir après ces arrêts buffet. Vous avais-je dis que depuis le 10ème une ampoule au pouce gauche me donnait un peu de soucis? Je craignais les échauffement dû au port du short, et ce sont mes chaussettes qui me trahissent. Vers le 35ème, je me dis que c'en est trop : je m'arrête et retire ces foutus chaussettes pour finir pieds nus (dans mes shoes, faut exagérer non plus). Au ravito suivant, je m'asperge avec une bouteille et remplis mes DS trainer de flotte. Peut être que c'est ça que les chaussettes n'ont pas supporté… là, pieds nus, ce n'est pas possible de flic floquer comme ça : nouvel arrêt au stand, assis sur les marches des nouvelles berges du Rhône pour sécher l'intérieur de mes chaussures et mes pieds avec les dites chaussettes avant de repartir. Une anecdote en passant: c'est plus ou moins le moment que choisit Yannick (tiens, et Fred alors ?) pour me rejoindre, me dire qu'on va aller chercher David et me laisser sur place illico, mes chaussettes dans une main, du pain d'épice dans l'autre. Un véritable avion…

Je termine à l'aise au cardio, normal à 6'30 au kilo. A plusieurs reprises, je me fait chambrer par des spectateurs qui me disent de faire un effort, quoi, quand même. Que c'est dans la tête, qu'il faut y aller maintenant, il ne reste plus que 5 kilomètres. Je donnais une impression de facilité manifestement. Sauf que l'acide lactique avait remplacé le sang dans mes cuisses et mes mollets… Au 38ème, une vague douleur au tibia droit, plutôt localisée sur le coté externe, au niveau de la cheville en fait. Rien de vraiment gênant mais un peu inquiétant... Je retrouve cette impression, si typique du marathon fini dans la douleur, qu'il ne finira jamais. Les kilos sont de plus en plus longs, et moi de moins en moins rapide… la ligne d'arrivée se mue en un horizon fuyant. Plus que 4 kilos, on peut se permettre un peu de lyrisme...

Coup de boost : les tambours sur la ligne droite en plein soleil une fois que l'on a quitté les berges : limite si je pars pas au sprint, mais je me ravise : il reste encore au moins deux kilos, autant dire deux milles mètres, ce qui n'est pas rien. Ok, je le garde pour la fin. Mais quand même, ils m'ont foutus des frissons ces tambours.

Et contre toute attente, la fin arrive enfin. Dernier virage, le public en délire, je lâche les chevaux. Cette fois ci même pas peur, les mètres ne sont plus qu'une centaine. Je les parcours à donf histoire de finir un peu comme raconte Ronan, grandiose sur la ligne, les bras levés, mes chaussettes à la main !!! A la demande générale : une photo de l'arricée : bon on ne voit qu'une main dans laquelle la casquette cache un peu la chaussette droite mais tout de même, on distingue assez pied les pieds nus dans les running.

Finalement, je termine (c'était pas fait) troisième (je l'avais parié) en faisant mon deuxième meilleurs temps sur la distance (je l'espérai meilleur).

Sinon, à part que m'être fait mettre par un Yann handicapé me reste un peu en travers de la gorge, ce WE aura été excellent.
Quand et où est-ce qu'on remet ça ?

- Un grand merci à la médecine sans qui tout ça tout ça...
- La coupure de 2 semaines au milieu de la prépa n'est pas une variante que je conseille
- ca va être chaud de ne pas me ruiner en binouse cette année - voire la bande de copain en photos :

6 commentaires

Commentaire de Baobab posté le 19-05-2007 à 11:45:00

Merci pour ce CR et bravo.

tu n'aurais pas une petite photo de ton arrivée chaussettes en main, histoire de ?

; )


bonne continuation

Commentaire de Baobab posté le 19-05-2007 à 11:51:00

Merci pour ce CR et bravo.

tu n'aurais pas une petite photo de ton arrivée chaussettes en main, histoire de ?

; )


bonne continuation

Commentaire de titifb posté le 20-05-2007 à 06:45:00

BRAVO pour ta course, finalement pas si mal que ça !!! Et bravo pour ton CR sympa...

Commentaire de gdraid posté le 21-05-2007 à 09:58:00

Tu racontes comme Ronan,
tu finis comme un champion, les pieds nus
bravo Le Dahut !
JC

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 22-05-2007 à 00:34:00

C'est pas Zola Budd, mais pas loin, "le coureur aux pieds nus",
qui fait son marathon avec une insolente décontraction !
Bravo pour la balade en 3h21 (hallucinant) et le récit trop fun !

NoNo_l'escargot_du_Revermont

Commentaire de l'ourson posté le 20-11-2007 à 23:45:00

Bravo Le Dahut ! Belle perf.. Tu termines ton CR en remerciant la médecine, sans qui tout ça... Rien de grave j'espère.. en tout cas ça va mieux on dirait... :-))
L'Ourson_tant_que_la_santé_est_là.._encore_une_raison_de_plus_d'aller_à_Lyon_en_2008_;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !