Récit de la course : Marathon de Lyon 2011, par Sylvain01

L'auteur : Sylvain01

La course : Marathon de Lyon

Date : 2/10/2011

Lieu : Lyon 01 (Rhône)

Affichage : 832 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Tout droit dans le mur

C’est décidé depuis 6 mois déjà : cette année ce sera mon deuxième marathon. Et ce sera à Lyon à moins d’une heure de Bourg. Une ville que je connais bien pour y avoir fait une partie de mes études (à une époque bien lointaine maintenant ) pendant laquelle je ne courrais pas mais je me déplaçais à vélo.

 

Objectif de la course : faire 3h30. (J’ai fait 3h43 sur mon premier marathon Nice Canne en 2010).

J-90 :

Et c’est  donc une préparation dès le mois de Juillet. J’essaie de m’inspirer d’une prépa de Jogging magazine basée sur 4 sorties par semaine sur 12 semaines. Le début de la prépa se passe bien car il fait froid en ce mois de Juillet et comme je n’aime pas la chaleur pour courir cela me convient parfaitement. Mais dès le mois d’août et des chaleurs redevenues conformes je m’aperçois que 4 sorties par semaine c’est beaucoup trop pour moi. Je passe donc à trois sorties.

J-30 :

Le premier test sera la ronde des Grangeons : un trail de 16km à Amberieux en Bugey début septembre. Et ce dimanche matin il fait tellement chaud que j’explose après 8 km car je ne me suis pas hydraté…  J’arrive complètement trempé de sueur. Pas de bon augure tout cela ! Mais j’ai bon espoir qu’il fasse frais voire froid le 2 octobre au matin à Lyon.

Je continue donc ma prépa en ce beau mois de septembre en essayant de jongler entre une activité professionnelle intense et une vie de famille bien remplie.

J-1 :

Jacques a récupéré mon dossard le samedi à Lyon. Merci à lui, cela m’évite un aller retour sur Lyon le jour de l’anniversaire d’Amélie.

Le soir venu je mémorise le parcours et prépare mes affaires.

Le jour J :

Arrivé sur place à 7h30. Je me gare à 500m de la ligne de départ. Il y a déjà beaucoup de monde place Bellecour. Certains s’échauffent même ! Un peu tôt à mon avis.

Un rapide tour des stands, un arrêt pipi, un petit repérage de l’arrivée et du départ et je vais me positionner dans mon sas. Il y a foule. Le speakeur annonce 15000 personnes. En fait se court en même temps le 10km ,  le semi et le marathon ! Cela fait un gros départ.

Il fait déjà chaud : 15 ° et il n’y a pas d’air. Je me cale derrière le meneur d’allure des 3h30. Je ne veux pas le louper ! La fanfare de l’armée de terre nous fait patienter en musique. On entend à peine le speakeur. 

L’heure H :

Et c’est parti !

 

 

marathon_lyon.jpg

 


 

Enfin c’est parti pour les premiers au loin là bas. Nous on marche pendant 2 minutes avant de pouvoir courir. Je déclenche mon chrono sur la ligne. Et c’est le début d’une course d’obstacles où le but du jeu est d’éviter les coureurs débutants du 10 km qui sont partis trop vite et qui tirent la langue.

H + 14 minutes : km 3

On est toujours dans les bouchons. Je suis passé devant le meneur d’allure car je cours sur le bord de la route, il y a moins de monde à doubler. Il fait frais, on remonte puis redescend les quais de Saône.

 

 

photo_generale_1.jpg

 

 

H + 24 minutes : km 5

Après un détour par le centre nous voilà sur un pont du Rhône. On continue de doubler des coureurs du 10 km . Tout va bien. On est à l’ombre. Je prends une bouteille d’eau et un morceau de banane.

Direction le parc de la tête d’or par les berges.

H +  33 minutes : km 7

Nous longeons le parc de la tête d’or. RAS je suis bien.

H + 48 minutes : km 10

Nous sommes dans le parc de la tête d’or. Nous avons largué les concurrents du 10 km. Les rangs sont plus clairsemés. Il ne reste que des coureurs expérimentés. Le rythme est plus régulier. Il fait frais dans le parc. Il y a du monde pour nous encourager. C’est beau. Je suis bien. Je mange et me désaltère rapidement. Je suis juste dans le groupe des 3h30.

C’est l’heure de la pause pipi contre un arbre. Je repars vite et reprends ma place dans mon groupe très rapidement.

H + 1h11 : km 15

Nous sortons du parc. RAS. Je possède déjà 4 minutes d’avance sur mon temps de référence.

H + 01h40 : km 21

C’est le semi ! Presque 5 minutes d’avance… Et je suis bien. On est toujours à l’ombre dans le centre ville. On vient de perdre les concurrents du semi. Et on se retrouve un groupe de 8. D’un seul coup !

 Je continue à boire et à me verser le reste des bouteilles sur la tête.

H + 2h : km 25

Nous suivons la Saône jusqu’au bout de la presque ile. Il fait de plus en plus chaud. Il y a de moins en moins d’ombre. De moins en moins de gens pour nous encourager. Les rangs s’étirent rapidement. J’ai vraiment chaud maintenant. Le décor est moche. J’ai 4 min 30 d’avance. Je lève le pied et laisse le peloton des 3h30 gagner un peu de terrain car si ils continuent à ce rythme c’est 3h15 qu’ils vont faire… Je prends donc mon temps au ravitaillement des 25.

H + 02h26' : km 30

Nous avons franchi le Rhône. Nous sommes à Gerland. Il fait très chaud. Trop chaud. Je suis seul. J’ai plus de 4 minutes d’avance. Je reste confiant mais je commence à piocher. Je prends du temps pour marcher au ravitaillement. Et puis je sors mon joker : mon MP3 qui doit me redonner du gaz puisque je cours seul maintenant. Nous passons dans le stade de Gerland vide. C’est sympa. Je crie allez l’OL !

H + 02h42’ : km 33

Après un coup de moins bien au km31 mon MP3 joue son rôle : dans cette longue remontée du Rhône je ne baisse pas trop de rythme. Mais il fait de plus en plus chaud. Encore 3 minutes d’avance. Les jambes deviennent lourdes. Et puis cette chaleur…

H + 02h54' : km 35

Je prends une bouteille d’eau. Elle est chaude !!! J’ai trop chaud, j’ai mal aux jambes. Je marche un long moment. C’est très dur. Je n’ai plus de force. On croise maintenant les concurrents qui redescendent les quais pour aller à l’arrivée. Je pioche vraiment. Mais je suis encore en avance. Il faut relancer la machine. Encore 30 secondes d’avance. Je n’avance plus. Allez courage.

H + 3h'' : km 36

C’est le mur. Je suis en plein dedans. Je n’en peux plus. J’ai chaud, mal au ventre, mal partout. Il n’y a plus rien dans le moteur. Je marche, je cours, je remarche. C’est la panne. Il ne reste que 6 km mais je ne sais pas comment je vais faire le reste de la course. Le MP3 ne joue plus son rôle. Je ne l’entends plus.

H + 03h12' : km 38

Nous sommes remontés presque au parc de la tête d’or. Maintenant c’est la descente vers l’arrivée place Bellecour. Je relance la machine sur 100 m mais l’effort est vain. Je n’en peu plus, j’ai trop chaud. Je marche. Je repars. C’est l’horreur. Je m’accroche. Plus que 4 km : une éternité. Je suis toujours seul. Les autres concurrents n’ont pas l’air beaucoup mieux que moi. Les spectateurs m’encouragent. Cela me permet de ne pas m’arrêter là. Mon objectif est loupé. Je n’ai plus le moral. J’ai soif. J’ai mal. Je marche… Il fait chaud. Il fait trop chaud.

H + 3h35 : km 41

C’est la fin. Il faut passer sous un pont. C’est l’horreur. La remontée est terrible.

H + 3h41 : arrivé.

C’est enfin l’arrivée. Il y a du public qui m’encourage. Je sprinte très péniblement.

 

 

lyon.jpg

 

Je passe sur la ligne en 3h41’5’.

  Je m’écroule sur le trottoir et reste la pendant 10 minutes en plein soleil. Personne pour me relever ou me donner de l’eau. L’après ligne d’arrivée ressemble à un lendemain de concert. C’est sale et complètement désorganisé. Personne pour s’occuper de vous. Pas de médaille ou de cadeau souvenir. C’est bientôt 13h. Tout le monde est parti manger à l’ombre. Il doit faire 28°.  Il faut dire que 12000 personnes sont déjà passées par là et cela depuis plus de 3h pour les premiers du 10km. Il ne reste plus que de pauvres marathoniens exténués et vidés.

Je me classe 276° sur 1017. Le premier a mis 2h23 min et le dernier 6h01 min.

J’ai donc testé pour vous le fameux mur du marathon. Et je ne l’ai pas vu venir et je l’ai pris en pleine poire.

Pour les amateurs de course à pied le semi est très sympa. Je vous le conseille. Pour la marathon je pense qu’une autre deuxième partie de parcours pourrait être trouvé par l’organisation.

Mais je sais que je peux faire 3h30. Et je suis déjà motivé pour recommencer mais cette fois par temps frais voir froid. Il faut que je trouve un marathon en hiver…

 

 

 

 

depart2.jpg

 

J+4 : plus aucune courbature et une grande envie de recourir ce weekend…

 

Merci à tous ceux qui m’ont soutenu que ce soit avant, pendant et après la course.

8 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 07-10-2011 à 22:48:53

ben ..... tout est dit dans le titre !!!!

Ce CR est à lire et à relire pour bien comprendre les spécificités du marathon : on est bien, en avance et tout peut s'écrouler en quelques minutes (je parle comme un vieux briscard alors que ce marathon fut mon premier !).

Bon, quand même, 3h41, ça reste une sacrée performance !
bravo et tu as , sans doute, beaucoup appris dimanche.

Commentaire de cécé posté le 08-10-2011 à 09:26:55

Salut Sylvain... Hé bein, j'ai souffert avec toi! Récit passionnant comme d'hab.
Moi aussi je courais samedi dernier, j'ai fait 6trs de piste histoire de m'échauffer avant mon match, ça fait quand même 2km... lol
Pour ton problème de T° je te propose cette course... http://www.npmarathon.com/
A+ ;)

Commentaire de bubulle posté le 08-10-2011 à 13:05:14

A chaque marathon, on apprend..:-). Donc, là, c'est "attention, quand on part trop vite par rapport à son objectif, on finit par le payer". Mais ton objectif était ambitieux : après un premier en 3h45, viser 3h30 est optimiste..:-)...et, au final, le résultat est plutôt de très bonne qualité compte tenu de la chaleur.

En fait, tu avais bien visé pour la date : un marathon début octobre, normalement il fait une température à peu près idéale. Là, pas de chance avec la chaleur. En hiver, en fait, tu auras du mal à en trouver un : ils se concentrent vraiment sur mars à juin, puis septembre à novembre.

Par contre, je pense qu'un bon choix est déviter une course où partent en même temps un 10km et/ou un semi, surtout si les 3 courses sont mal séparées comme c'était visiblement le cas à Lyon. A tous les coups tu pars trop vite du fait des dépassements permanents....et en plus tu te grilles à zigzaguer pour ces dépassements. L'idéal, en fait, c'est un relativement petit marathon (500 à 1000 coureurs), de préférence avec un ou deux autres coureurs de même rythme (sinon, tu te retrouves assez vite tout seul).

Cf, par exemple, mon CR du marathon Seine-Eure de l'an dernier où j'ai fait mon meilleur temps perso (qui est de l'ordre de ce que tu as fait dimanche dernier, en fait!). Les conditions de course avaient beau ne pas être idéales (froid au départ puis vent de face vers le 30ème), le bon rythme adopté et facile à garder du fait du relativement faible nombre de coureurs, favorise la bonne performance et évite la survitesse.

Dans ton coin, j'aurais imaginé le marathon d'Annecy comme un bon choix. 15 avril 2012, ça donne de bonnes chances de pas avoir trop chaud, le parcours est réputé comme roulant et même s'il y a un semi, il ne part pas en même temps.

En prime, doit y avoir pas mal de kikous rhônalpins sur la course à mon avis..:)

Commentaire de Eric Kb posté le 08-10-2011 à 13:58:44

Encore bravo Sylvain, belle bagarre. 3h30 c'est parfaitement à ta portée, mais il faudra que tu te choisisses un marathon de printemps pour une prépa sans chaleur et pour supporter 4 séances par semaine.... A plus !

Commentaire de Touffe posté le 08-10-2011 à 17:51:36

Félicitations! Finir en étant dans le rouge comme ca, c'est dur...
On a dû faire un bout de chemin ensemble avec le groupe des 3h30 jusqu'au 4ème ravitaillement.
Bonne récup en tout cas, si ce n'est pas déjà fait

Commentaire de sebmelalix posté le 08-10-2011 à 19:21:24

ouah!!! récit haletant mais épuisant!!! , j'ai vecu et souffert avec toi les derniers kilomètres, ça m'a tellement rappellé l'année passée (ce fameux mur) sauf que j'avais mis 4h59!!!!! Donc félicitations à toi néanmoins pour cette très belle performance.
J'ai bien aimé ton récit.
Seb

Commentaire de Franciss posté le 09-10-2011 à 14:51:18

Mais qu'es-tu allé faire dans cette galère ? On te l'avait pourtant bien dit que Lyon et Marathon ne sont pas compatibles... Bon ,ben en tout cas, tu as quand même battu ton record (c'est déjà pô mal...) et tu lui aurais carrément mis une claque avec de la fraîcheur supplémentaire... A bientôt j'espère !

Commentaire de tidgi posté le 09-10-2011 à 23:11:39

Ah, ce fameux mur. Tu nous a fait un cas d'école sur ce marathon...
Pour moi, c'était l'an dernier avec un écroulement au 28°km.

En tout cas belle perf malgré çà. Pas de souci pour les 3h30. Tu as appris là...
Bonne récup.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !