Récit de la course : Marathon de Nantes 2015, par francois 91410

L'auteur : francois 91410

La course : Marathon de Nantes

Date : 19/4/2015

Lieu : Nantes (Loire-Atlantique)

Affichage : 694 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

20 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

30 autres récits :

Le Voyage à Nantes

Le Voyage à Nantes

19 avril 2015

 

 

Le marathon de Nantes renait et reprend des couleurs depuis 2008 et sa prise en main par la cellule Evénements du FC Nantes (pour la dernière année cependant). Résultat : 3700 inscrits contre 800 en 2007.

Avec une promo invitant (à juste titre) à découvrir la ville et des packages dossard + hôtel très intéressants, l’organisation ne laisse rien au hasard. Il n’en fallait pas davantage pour m’inscrire très tôt à cette course, qui sera mon 17e marathon. Le récit du Lutin m’a pourtant prévenu, le parcours n’est pas simple : nombreuses relances, et des ponts, et des ponts à franchir :


L'architecte de la ville a du faire un séjour à San Francisco ... 


Ma préparation de 12 semaines se fait en deux temps : première moitié type semi pour travailler la vitesse, seconde moitié type marathon. Premier test au semi de Rambouillet : catastrophique en 1h50 (tiens faudrait quand même que je le fasse ce récit…). Je mets cela sur le compte d’une grosse grosse insomnie la nuit précédente… Mais bon, globalement, je sens quand même que mes séances d’entrainement sont assez poussives. Pas moyen de savoir où j’en suis finalement.

 

L’avant course 

Je me dis qu’il faut absolument lever le pied à tous niveaux dans les derniers jours pour espérer un regain de forme, ce que j’arrive à faire.

La veille, arrivée en tgv tranquillou. Retrait du dossard au village marathon

 

Puis un coup d’œil sur la ligne d’arrivée : le tapis rouge est déjà prêt, lui.

 

Malgré une météo grise et venteuse, je fais un tour de ville pour prendre quelques points de repères et profiter de la richesse architecturale, culturelle et historique de la ville.

 


L'entrée du Château des Ducs de Bretagne



La Porte St Pierre, à côté de laquelle nous passerons deux fois demain




La Cathédrale St Pierre et St Paul 


A l'intérieur de la Cathédrale : "Le Courage", représenté sur le tombeau de François II et de Marguerite de Foix, derniers Ducs de Bretagne et parents d'Anne de Bretagne. Du courage, il nous en faudra demain !


Le départ ce sera ici dans quelques heures...


Pasta party light dans un resto italien à deux pas de l’hôtel, lui-même à 100m de la ligne de départ. Bref, tout va bien jusque-là.

 

Ciel bleu au départ


30mn avant le départ je sors de l’hôtel, il fait un temps magnifique. Pas de vent, température fraîche mais très correcte au soleil. Petit échauffement, puis quelques étirements. Le départ se fait devant la cathédrale, je regagne le sas 3h30. Pas de stress. C’est le coup de feu.

Les premiers hectomètres se font en descente ; heureusement le peloton est serré, ce qui évite de s’enflammer. Comme je n’ai pas de tempo prévu, je fais les premiers km au feeling. 04:53 au km. Admettons, on va essayer ça.

« Hey c’est François ?! »

Une nouvelle fois, après Caen, Steph61 a le don de me retrouver au milieu d’un peloton de 3000 coureurs ! Après sa blessure avant La Rochelle l’an passé il veut prendre sa revanche en 3h35, ce qu’il réussira à faire. Je le sens d’ailleurs assez facile par rapport à moi … un signe. Dans la cohue d’un ravito on finit par se perdre de vue, je l’imagine s’éloigner peu à peu devant moi.


Merci à Mme Steph61 pour la photo !


Le vent se lève

Au km 8,5 sur le pont des Trois Continents on croise les deux premiers … au km13. Le trou est déjà fait sur leurs poursuivants.

Le tour dans Trentemoult est vraiment longuet. On commence à sentir la brise, de face, au retour vers le pont. Je plafonne en 04:59 et me dis que je peux maintenir ce rythme.

Premier passage au Hangar à Bananes… le vent continue de forcir. Heureusement il y a du public au niveau des Machines, mais le petit détour dans le quartier avant de prendre le pont Anne de Bretagne ne ressemble à rien...

Avant de rentrer dans la vieille ville au km17 ça souffle bien. Avec un gars qui m’accompagne depuis quelques kilomètres, on se dit que le deuxième passage ici sera terrible.

 

Des bosses et des creux de 20m

En fait ça commence déjà à tirer. Les jambes sont lourdes, et les faux plats successifs en centre-ville vont bien faire leur effet, pas violents mais bien réels. Le passage dans le jardin des plantes est assez étonnant au milieu des promeneurs du dimanche, où trône incognito l’arche du semi. 1h48 … vraiment pas terrible. Je vois mon allure continuer de faiblir, impossible de relancer après la descente de la cathédrale.


Le fait d’entamer le second tour redonne le moral : « c’est le dernier tour », comme si ça sentait l’arrivée proche. Mirage.

Avec soulagement j’atteins le 25ekm. Rapide calcul. Mince il m’en reste encore 17 quand même ! Juste derrière, le pont Eric Tabarly à nouveau : passage en plein vent. La houle se forme on dirait ! De l’autre côté, on se met à l’abri, le vent dans le dos ; les discussions entre coureurs sont devenues rares. On va entrer dans le dur.

 

Avis de tempête

Du 26 au 31, je sens bien les genoux refuser peu à peu de se lever. Ma foulée devient rasante. Mes relances ne durent pas et restent inefficaces malgré le vent favorable. J’arrive à maintenir une allure stable en 05:25 environ. Ca va être long…

Le deuxième passage au Hangar à Bananes est furieux : des rafales nous ralentissent encore plus, impossible de se mettre à l’abri jusqu’en bas du pont Anne de Bretagne… comme prévu. Portion négociée en 05:41 jusqu’au km35 et fatigue de l’équipage garantie. Entretemps, j’ai réussi à me faire doubler par le meneur 3h45.

 

Bientôt le port ?

Il était écrit que c’était un jour sans. Le deuxième tour en ville ne peut passer que si on en a encore sous la semelle. Quand on n’a plus rien, tel un naufragé on tente de s’accrocher à n’importe quel bout de bois flottant pour ne pas sombrer et se noyer. Las. Pas de beau petit postérieur féminin, pas vraiment de public du côté du cimetière, et le soleil qui commence à bien taper. Heureusement, des bénévoles très chaleureux nous rappellent que nous accomplissons quelque chose de peu commun. Le deuxième meneur 3h45 me double, il a du mal lui aussi. Impossible de suivre pourtant.

Mon entrée dans le Jardin des Plantes est pitoyable, je suis presque à l’arrêt ; le pied gauche est devenu douloureux, sa pose délicate. Km38. Je ne doute plus que je rallierai l’arrivée, mais c’est pas encore fait. Compter chaque hectomètre parait irrationnel à ce stade mais c’est bien ce que je fais machinalement, à l’énergie. Je suis passé à plus de 06:00 / km.

Enfin les quais et le 41e. Le canal St Felix est interminable mais le public est massé ici, dense. C’est pour cela qu’on ne s’en lasse pas. Deux virages à gauche, c’est la dernière ligne droite, le tapis rouge.



L’arrivée.


 

C'est bien la première fois que j'arrive à faire une aussi belle ligne droite ascendante avec mes temps au km ...

 

Une petite sieste plus tard, je déguste la juste récompense Place du Bouffay. Moment de méditation pour se souvenir que le marathon est une épreuve où l’humilité est la première qualité à démontrer.



Quelques jours après, le pire, c’est que je ne sais toujours pas analyser ce piètre résultat… Grosse fatigue ? Préparation inadaptée ? Handicap physique dû aux problèmes de pied ? J’ai tendance à pencher pour la première hypothèse, mais bon …

C’était un beau voyage, qui invite à revenir flâner dans cette belle ville.

 

 

François

Dossard 1283

03:48:30

1482e sur 3010

 

 

PS : Le Voyage à Nantes, c’est une manifestation nantaise où depuis quelques années vous pouvez suivre un parcours culturel dans lequel se rencontrent art et paysage, patrimoine et architecture contemporaine - prochaine édition : du 3 juillet au 30 août 2015.

www.levoyageanantes.fr


20 commentaires

Commentaire de Tonton Traileur posté le 21-04-2015 à 20:05:56

il est sympa ce p'tit marathon, hein François ? ah, les ponts nantais ... tout un programme !
tu l'as croqué le p'tit Lu ?

Commentaire de francois 91410 posté le 22-04-2015 à 16:27:51

ça sent le connaisseur ;-) même pas pu profiter d'un bon petit muscadet ... si j'avais su ...

Commentaire de ana85 posté le 21-04-2015 à 20:58:18

Salut François ! On ne se connaît pas mais je t'ai reconnu dans le sas de départ à ta casquette Kikourou :-) Bravo pour avoir fini la course, même dans la douleur !

Commentaire de francois 91410 posté le 22-04-2015 à 16:28:53

Pas bien de regarder un kikou de loin sans venir lui faire la bise ;-)
nous sommes partis près l'un de l'autre ... mais arrivés loin l'un de l'autre !

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 21-04-2015 à 21:52:45

C'est un tout petit crash, j'ai fait beaucoup mieux avec 4h25 à Paris avec un 30ème km en 2h29.
Pfffff...
C'est là qu'on mesure l'effort qu'on a fait en passant sous les 3h30. On ne gagne pas à tous les coups mais on apprend à chaque fois. A très bientôt !

Commentaire de francois 91410 posté le 22-04-2015 à 16:30:06

j'aurais pu effectivement faire un bien plus beau crash, mais ce doit être réservé à une certaine élite !! oui on apprend à chaque fois ...

Commentaire de J-dArgile posté le 21-04-2015 à 22:08:28

Bravo François ! 3h48, moi, ça me fait rêver !
Et la médaille est à croquer !!!

Commentaire de francois 91410 posté le 22-04-2015 à 16:31:14

ce temps également me faisait rêver il n'y a pas si longtemps, sachons relativiser en effet ! la médaille en fait ... heu ... bof ... peut mieux faire

Commentaire de La Tortue posté le 22-04-2015 à 00:22:51

ah ben zut alors, tu es passé à moins de 500m de chez moi et je t'ai loupé ! tu aurais du me prévenir, je serais venu te botter les fesses dans le jardin des plantes !

le vent, quel vent ? bof, juste une jolie p'tite brise de nordé, rien de bien méchant pour nous ;-) et puis te plains pas, ici quand il n'y a pas de vent..il pleut (parfois on a même les 2 en mêmle temps comme sur le marathon 2014 !)

bravo et pas de stress pour le chrono, les conditions étaient très exigeantes mine de rien ! et la prochaine fois que tu passes dans la cité de Jules Verne, promis, tu fais signe !

Commentaire de francois 91410 posté le 22-04-2015 à 16:33:31

et pourtant j'étais bien dans le kivaoù ;-) dommage en effet je n'ai même pas pensé à te faire signe ... shame on me
bon, enfin, t'aurais pu venir me botter les fesses que ça n'aurait pas changé grand chose amha ... par contre ça m'aurait fait plaisir de t'y croiser

Commentaire de Mustang posté le 22-04-2015 à 09:43:47

un de plus..........l'essentiel est de franchir la ligne !
A Nantes, y avait-il des gens qui regardaient les gens qui regardaient passer les coureurs?

Commentaire de francois 91410 posté le 22-04-2015 à 16:34:25

;-)
à vrai dire, je n'ai pas eu le loisir de regarder ... cela. J'avais plutôt la tête basse !

Commentaire de Olivier d Elancourt posté le 22-04-2015 à 16:14:53

C'est toujours avec un grand intérêt que je lis tes récits consacrés aux marathons auxquels tu as participé. Je t'ai d'ailleurs aperçu lors de ta préparation à Rambouillet, j'étais deux trois rangées derrière toi sur la ligne de départ. Ton récit montre qu'il faut effectivement faire preuve d'une grande humilité face à cette course si particulière. Je compte d'ailleurs me lancer sur la distance à l'occasion du prochain marathon Seine-Eure auquel tu as, de mémoire, déjà participé. Les expériences comme les tiennes sont intéressantes à lire car elles montrent bien qu'il y a souvent un écart entre les objectifs d'avant-course et la réalité du terrain. A méditer !
P.S : Je crois que nous devrions nous croiser fin mai si j'en crois le planning que tu as renseigné pour la NFL.

Commentaire de francois 91410 posté le 22-04-2015 à 16:37:14

Merci pour ces compliments ... Seine Eure, c'est un bon choix au niveau difficulté. Valeur sûre du fait du très faible dénivelé notamment. A la limite la seule réserve réside dans le fait que des passages sont qd même bien déserts, et globalement ne t'attends pas à un gros public (ça peut compter à certains moments...) donc mentalement, aussi, il faut être prêt !

Commentaire de Steph61 posté le 22-04-2015 à 17:54:26

François,
Ravi de t'avoir retrouvé dans cette foule et d'avoir fait quelques km avec toi. J'imagine ta déception mais ce marathon n'était pas facile vu le vent et la température de plus en plus élevée. Malgré ton 17ème marathon (respect !), on apprend donc toujours … et rien n'est écrit d'avance. Je n'en suis qu'à mon 4ème et je connaitrai certainement aussi des désillusions lors de prochaines courses… Les mauvaises expériences étant aussi des expériences dont il faut tirer des leçons, je suis sûr que tu as déjà relativisé et que tu commences à penser au prochain. A bientôt.

Commentaire de francois 91410 posté le 22-04-2015 à 22:02:19

oui bien sûr, la satisfaction reste toujours de pouvoir terminer ce type de course. Le prochain sera le 26 octobre a priori

Commentaire de valdes posté le 26-04-2015 à 11:37:53

Ah ben je savais bien qu'il y avait des kikous à Nantes, mais je ne vous ai point vue. Il m'a bien plus ce p'tit marathon de Nantes. Pas spécialement fastoche, pas spécialement magnifique, mais très très bonne ambiance, bonne organisation, jolie ville. En un mot, très très sympatoche. Et le marathon, ben voui, c'est pas du tout évident. Le 18ème sera peut-être mieux ? Joli chrono quand même. Je suis arrivée 30' après toi et tu sais, même le premier gars, lorsqu'il nous a doublé alors même que l'on achevait notre première boucle (ça c'est dur), avait l'air de bien souffrir ... M'enfin, lui, il ne lui restait qu'à peine 2 km ... Une idée de ton prochain ? Mont-Saint-Michel peut-être ?

Commentaire de francois 91410 posté le 26-04-2015 à 11:58:05

merci pour ton com. Faute de fil de discussion et de rdv kikou, pas facile de se retrouver ... le prochain sera le 26/10 soit à Strasbourg, soit à Rennes, soit à Toulouse. @+

Commentaire de Arclusaz posté le 02-05-2015 à 19:07:03

tu es donc humain !!!!!! tu enfilais les records et les "marathon faciles" comme des perles, ç'est normal que de temps en temps ça se passe un peu moins bien ! et le jour où je ferais 3h48, je ne dirais pas que j'ai planté mon marathon....

Commentaire de francois 91410 posté le 02-05-2015 à 19:38:24

Merci de ton com réaliste, et que je partage ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !