Récit de la course : Marathon de la Liberté 2015, par fredrunner76

L'auteur : fredrunner76

La course : Marathon de la Liberté

Date : 14/6/2015

Lieu : Courseulles Sur Mer (Calvados)

Affichage : 456 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

marathon de la liberté 2015

MARATHON LIBERTE 14 JUIN

Prépa prévue : PLAN 10 SEMAINES (EN % FCM) POUR 3H45 ET 4 SEANCES /SEMAINE ;

Prépa réalisée : sur les 10 semaines j’ai fait seulement 2 semaines à 4 séances dont 1 natation, le reste était à 3 séances (2 courses + nage  ou 3 courses) en collant le contenu au maximum au plan

Mon contexte :  41 ans, plusieurs semi (mini 1h48, ) un 1er marathon  (Paris 2014 en 4h25), plusieurs trails entre 15 et 20km, et un entrainement depuis 1.5 an avec le club de triathlon de Rouen (course+ un peu de nage, pas de vélo ni compet’)

Mon  parcours à Caen est prévu avec mon collègue et ami J.D, avec qui nous avons fait Paris l’année dernière.

On a prévu entre 5m20 et 5m25 au  km sur le 1er semi, puis on fera selon les sensations sur le 2nd.

Objectif passer en 1h55 maxi au semi pour arriver à 3h59 maxi.

Déroulement de ma course :

Départ à la fraiche de Courseulles, l’ambiance est détendue entre coureurs, pas de stress ni de précipitation dans les sas qui sont en fait de simples regroupements.

On dépasse les 2 meneurs d allures 4h00 dès les 2 premiers km, normal, notre allure est un cran au-dessus. On ne s’ emballe pas, il est facile de gérer l’allure sur ces parties plates ;ça discute un peu à droite à gauche.

Le premier ravito arrive assez vite  :del’ eau une ½ banane.

Je suis parti avec 2 gels prévusen secours pour la fin de course et la gourde d’un litre vide, prête à remplir au semi.  A Paris, je l’ai trimballée pleine pendant 2heures, en buvant l’eau des ravito, cette année j’éviterai ainsi près de 800gr pour rien sur la 1ere moitié, mais, je veux être sûr de boire à volonté sur la seconde.

Leparcours est toujours légèrement en faux plat et alterne montées descentes assez simples pour l’instant ; je pensais être plus que ça au bord de la mer, mais on la voit quand même assez régulièrement.

Quelques spectateurs au bord des routes, on tape dans la main des enfants sur le bord, un jeune joue de la trompette devant la maison, un DJ passe du Farrel Williams…tout roule.

Arrivée avant Ouistreham. Ici on se rapproche de la mer le bitum est plein de sable,et le passage n’est pas très étroit ce qui n’est pas terrible pour l’adhérence.

Le passage dans Ouistreham est assez contrasté avec le début de course,  on passe les feux rouges, le trafic est retenu par l orga et les forces de l ordre, c’est un peu moins tranquille. Enfin,on prolonge vers le canal de l’Orne.

Au ravito suivant je fais le plein de la gourde, +stop techniquepuisje ressers mes  chaussures, résultat une bonne minute 30 de perdu.

Le long du canal est assez sympa, et on commence à faire des calculs sur ce qui nous reste à faire.

On passe par le point SEMI en 1h56, donc un peu en retard de ce qui était prévu.

La fameuse première difficulté au k27 arrive, on quitte le canal pour monter le pont qui rentre dans Blainville, là les rangs des coureurs s’espacent un peu et le ravito dans Blainville est bienvenu.

On attaque les fameuses montées/descentes tant redoutées, je refais mon calcul dans ma tête si je fais  les 15 derniers km à 6m00 chacun j’arriverai pile dans les  4h,  je crois que ça va le faire !! je ne regarde pas derrière mais les meneurs 4h00 doivent être maintenus à distance…

Je vois très vite que cette prévision ne va pas tenir longtemps, mes cuisses deviennent dures, et je dois observer quelques périodes courtes de marche avant de repartir, je préfère décider moi-même de choisir ces moments, plutôt qu’y être imposé …

Les grandes traversées dans les champs entre chaque commune commencent à devenir difficiles, et entre Periers sur le Dan et Mathieu dans une montée, je me fais doubler par la meneuse 4h00 (seule femme meneuse je crois) avec son petit groupe, J.D est 30mètres devant, je me dis qu’il va s’y accrocher, mais comme moi, il ralentit aussi…

Quelques minutes après, je vois bien sur le 2nd meneur 4h00 qui me double avec ses rares runnerset qui discutent tranquillement.

Dire que le moral en prend un coup c’est peu de choses… je tache de pas trop y penser, je regarde la montre, il est hors de question de voir passer les 4h15….j’arrive à profiter des petites descentes pour relancer avec des petites foulées, sans trop me cramer, ça passe pas mal. Je prendrai mes 2  gels à 30mn d intervalle.

On arrive dans la descente du Mesnil et on passe devant le petit château que j avais repéré en passant en voiture, c’est très joli, mais l’odeur incroyable d’un barbecue/saucisse nous arrive en plein nez, je m’en serai bien passé !

J.D avec qui on resté groupé quasiment en permanence depuis le début me prévient qu’il s’ arrête pour un stop technique, je continue, je ne le reverrai  plus jusque l’arrivée.

A partir d’ici j’ai l’impression de regagner du temps, et je prévois d’être vraiment pas loin après les 4h00.

Cette petite portion après le château est très poussiéreuse, caillouteuse, le soleil commence à apparaitre,heureusement qu’on ne l’a pas eu tout le temps finalement !

Sous une tente de secours, je vois un runner qui s’ asperge les cuisses avec une bombe de gaz pour les limiter les crampes j’ imagine, j’aurai bien fait ça aussi moi !! à la place je prends ma gourde et m’arrose les genoux devant et derrière, l’effet n’est pas mal du tout... je commence à avoir assez chaud, je m’arrose le front avec la gourde aussi, et là je vais regretter très vite ce que j’avais fait au dernier ravito : j’ avais mis des quartiers d’orangededans pour donner un peu de goût….quelle erreur de débutant….ça me colle au front….pas malin, mais ça me fait rigoler un peu fait.

On arrive sur les grands boulevards au nord de Caen, ça sent l’arrivée à plein nez, je réalise que je vais améliorer mon record perso de près de 20mn quand même…

A  cet instant je n’ ai que 1 ou 2 runners dans mon entourage proche, une moto de l’orga vient à notre hauteur pour nous accompagner un peu, nous rappeler qu’il ne reste que 3km, la femme assise à l’arrière, m’encourage, je lui explique que j’explose mon record perso, c’est un peu dur mentalement pour moi à ce moment là, elle me sourit, le motard roule à notre vitesse, il y a un petit côté tour de France…merci à eux pour ce moment, çarestera gravé longtemps …

Dernier virage sur la droite pour regagner l’avenue de l’arrivée, elle est où la bannière ??? encore un peu loin il y a un petit virage autour du dernier rond-point, les spectateurs donnent de la voix, ça y est je suis « transporté » plus rien ne peut arriver…et pourtant dans les quelques dernières centaines de mètres,  un concurrent est allongé au milieu de la route sous couverture, les soigneurs amènent la civière, quel enfer pour lui, si près du but, je me souviens alors d’un CR qui racontait la même mésaventure en2014, j’espère alors que ce n’est pas le même...

Je vois les pompom girls qui s’agitent devant la ligne, le couloir d’arrivée se rétrécit, je mets la main sur le chrono, le fameux sentimentextra de l’arrivée est bien là,  je passe la bannière et regarde le chrono : 4h06h10 à affiner, j améliore de 19minutes mon premier temps sur Marathon, c’est énorme pour moi.

Finalement je ne suis qu’un tout petit peu déçu de ne pas avoir vu les 3h59…mais c’est tellement proche ; cette barrière est atteignable pour moi, d’autant plus que le dernier tiers du parcours est réputé très difficile.

Il est temps de récupérer la médaille, et prendre un premier petit ravito (trop bon le chocolat au caramel! ), j’attends J.D qui lui, arrivera 6 mn derrière.

Un petit coup d’œil à la tente des Kiné, il y a au moins 30 personnes qui attendent tant pis…le stand des produits normands est hyper accueillant, camembert, pont-Levêque, pâté, on trinque avec une mini dose de cidre, le soleil est là, on est heureux, la vie est belle non ?

« mesPLUS  »:

-Ravito bien gérés : Gourde vide pour éviter le poids sur le 1er semi, pas trop mangé de bananes en fin de course pour éviter les lourdeurs d’estomac.

-Pack Hotel/inscription impeccable : B& B très proche à pied pour les bus et revenir prendre sa douche après la course ; on a pu échanger avec d’autres coureurs.

-Les navettes sont très pratiques, l’organisation est nickel.

-le Plan sur base de Fréquence Max est plus facile à tenir précisément en qu’en % de VMA, s c’est mon sentiment.L’entrainement et l’expérience m’ont aidé à relancer dans les cotes sur les derniers 15k avec des petites foulées  et plus de fréquence.

Pas de gros bobos, une seule ampoule un peu baleze.

« mesMOINS» :

-Je m attendais à plus longer la mer sur les 20 premiers, le public est un peu rare par endroit, par contre là où il est, il donne de la voix,

-Je me souviendrai de ne plus mettre de quartier de fruit dans ma gourde !

6 commentaires

Commentaire de Bacchus posté le 24-06-2015 à 21:11:25

Bravo, belle gestion, la prochaine les moins de 4H seront accessibles
C'est vrai que ce parcours est difficile

Commentaire de caro.s91 posté le 25-06-2015 à 19:12:04

BRavo! 19 min de mieux, c'est super !
Les -4h sont en vue !!! :)

Commentaire de Jd_runner posté le 26-06-2015 à 12:23:00

Coucou mon Fred... Quelle belle course on a vécu quand même...

Félicitations encore pour ta progression sur la distance sur ce parcours pas facile du tout.

Vivement le prochain marathon à faire ensemble ;)

Commentaire de -Syldenis- posté le 26-06-2015 à 18:44:49

Bravo pour ton record. Les 4h seront pour la prochaine fois, c'est sur.
Tu évoques un plan d'entraînement avec des séances de natation. C'est un plan que tu as adapté ou un plan intégrant ces séances. Dans les 2 cas ça me paraît malin et ça m'intéresserait d'en savoir plus.

Commentaire de francois 91410 posté le 26-06-2015 à 23:00:31

c'est bien de progresser ainsi, car cela te laisse pas mal de possibilité d'améliorer encore nettement ce record. Prochaine étape : -7min
bonne récup

Commentaire de Fabien Super Basket posté le 29-06-2015 à 10:33:56

Je n'avais pas vu ton récit, alors bravo pour ta course et pour le récit.
J'aime bien le coup des oranges : j'ai moi même hésité à mettre un citron pressé et du sucre dans mes 2 gourdes de 25cl. J'aurais eu l'air malin si j'avais du asperger ma tendinite avec. Mais en réalité, j'ai trimbalé les deux gourdes pleines tout le long pour rien, utilisant l'eau des ravitos pour boire et m'asperger. La prochaine fois, je ne prend strictement rien et je finis en 3h30 ;)
Sinon rassures-toi, ce n'était pas moi sous la tante, après ma mésaventure de l'an dernier, j'ai été prudent sur les derniers km...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !