Récit de la course : Run in Lyon - 10 km de Lyon 2017, par QuentinDRDC

L'auteur : QuentinDRDC

La course : Run in Lyon - 10 km de Lyon

Date : 1/10/2017

Lieu : Lyon 02 (Rhône)

Affichage : 478 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

65 autres récits :

Quand rien ne se passe comme prévu ou presque.

Quand j'ai reçu le mail du boulot proposant une inscription groupée,  j'avais trouvé que ça tombait plutôt pas mal, vu que je venais de participer à mon premier 10 et que ça m'avait bien plu. Du coup, poser une date pour se motiver un peu à faire une sortie d'entraînement de temps en temps, ça me semblait une bonne chose. D'autant que j'avais bien vu lors du trail effectué que je ne savais pas courir sur le plat. En tout cas moind bien que des concurrent(e)s que j'arrivais à peu près à déposer dans les montées et descentes raides.

 

Donc voilà. Je me suis inscrit. Et à ma grande surprise, j'ai facilement trouvé la motivation pour aller courir un nombre impressionant de 5 ou 6 fois sur 3 semaines de vacances (on ne rigole pas dans le fond s'il vous plait). Assez pour commencer à y prendre du plaisir surtout en variant les itinéraires dans un joli coin que je découvrais. De retour à la maison, je commence à m'intéresser un peu à l'activité, d'où mon inscription sur kikourou. J'y apprends que mon rythme d'entraînement n'est pas si surhumain que ça et pleins de trucs intéressants sur le travail de la foulée. Bon pour le nombre de sorties par semaine ça change pas grand chose, mais pour le plaisir de courir je dois un grand merci à celui qui a posté le lien vers le blog du même nom. Bon, si je revenais à la course moi. Ah oui, donc je m'étais inscrit dans le sas 1h05, vu que sur les 10km et 250d+ de l'epreuve precedente, j'avais fait 1h20. Puis j'ai fait une sortie de 5km en moins de 28 min en ayant l'impression d'en avoir sous la pédale, confirmée la week-end suivant par 10 bornes en 1h10,  toujours sans trop forcer.

Bref, je le sentais pas mal ce 10. Puis il y a 15 jour, le drame:  lors d'un tournoi de foot entre collegues, je me fais une petite entorse à la cheville. Rien de bien méchant,  mais repos total 1 semaine et juste 2 petites sorties pour verifier que je peux courir dessus sans gêne. Sorties courtes sur lesquelles j'arrive quand même à rester sous les 6min au km. 

 

Pour la course elle même,  je prevoyais de venir en train. Sauf que j'apprends qu'il n'y aura pas de train dimanche matin. On bricole dans l'urgence une solution avec depose à une station de metro. Bon ca c'est fait. Comme de la pluie est prevue, je prevois de mettre un surpantalon et une veste légère pour gerer l'attente, que je mettrai dans le sac à dos juste avant le départ. Sauf que j'apprends que les sacs à dos sont interdits. Caramba, encore raté. Mais finalement la pluie n'est plus annoncée... Ouf, je peux donc tout poser à la consigne.

 

Arrive le matin de la course. Gros petit dej', grosse hydratation. La vache, comment je maîtrise trop... ou pas.

Depose sans problème au métro. C'est quand même  rigolo le métro un matin de RIL. Bondé comme en semaine, mais avec presque que des coureurs et leur famille. J'arrive sur place, et je trace direct aux toilettes ( beurk). Bon, peut être que j'ai un peu trop hydrate finalement. Je passe à la consigne et je ne garde qu' une petite bouteille et un peu de solide pour l'attente/le sas, puis je vais me placer près de l'arrivée pour encourrager Nico qui selon mes calculs ne devrait pas tarder. Et j'ai bien calculé. Ou alors Nico a bien géré son semi. Ou les deux. Je n'ai que quelques minutes à attendre pour le voir passer. L'ambiance est assez folle, les coureurs sont dans un etat de fraicheur assez variable mais c'est la fête.  Il est temps de rejoindre le reste de l'équipe au point de rdv. Petit à petit, les collègues arrivent. C'est cool de se voir sur un truc comme ca et d'en profiter aussi pour discuter un peu avec ceux qui ont fini leur semi.

Mais? Quelle est cette sensation etrange? Il faut se rendre à l'évidence. Il faut refaire un petit tour aux toilettes. Rebeurk. Franchement y'a des jours où je suis content de pas être une fille, ce qui me permet de ne pas avoir à m'asseoir sur ce truc.

Bon, treve de plaisanterie, il va falloir songer à rejoindre les sas. Même si on m'avait conseiller de me positionner plutôt en avant, je renonce très vite vu la densité... Ce qui implique de se faire bousculer pendant un bons quart d' heure par des coureurs retardataires qui tiennent absolument à être juste derrière la barrière. L'attente est longue, seulement trompée par les quelques habitants qui font les clowns sur leur balcon ( merci à eux).

Enfin la barrière s'ouvre. Ça avance doucement, avant de sérieusement bouchonner au milieu du sas gris. Faut dire qu'il y a des toilettes dans ce sas. J'y serais bien passé moi aussi (toujours ma gestion " géniale" de l'hydratation le matin), mais je n'ai rien bu depuis 2h au moins et j'hestime pouvoir tenir pour la durée de la course. Donc je zappe, mais nous sommes tout de même bloqués à l'entrée du sas vert. Encore 5 min d'attente avant de pouvoir rejoindre les quais. La c'est un peu l'hallu. L'orga veut nous echauffer en faisant de la "gym suedoise". Mouais bof, ça s'apparente plus à de la boite de nuit en plein air je trouve. Par contre c'etait chouette de pouvoir encourrager les marathoniens. 

Bon ca y est, c'est parti. Ah tiens non. Ils font plusieurs vagues dans le sas. Du coup je me retrouve pas loin de la ligne dans la seconde vague. Reste la question de la bouteille. Évidemment avec ma vessie pleine, je l'ai pas finie. Tant pis, elle tient dans la poche du short, modèle millesime 1993 en coton.

Top départ. Je pars grosso modo sur le rythme de mes dernieres sorties 5km, surtout parcequ'il y a une ouverture pour éviter d'être dans le gros du trafic. Bon, ca colle pas trop avec mon plan initial qui etait de partir prudent et d'accélérer à la sortie du tunel, mais ca permet au moins d'éviter le gros du troupeau... jusqu'au km2 où on rattrape déjà les derniers de la vague précédente, dont un certain nombre de ceux qui jouaient des coudes dans le sas. J'en profite pour boire une petite gorgée et zapper le ravito, et aussi pour taper dans les mains du public fort sympathique. Apres tout, on est quand même plus là pour s'amuser que pour se prendre au sérieux. 

Puis vient le tunel. L'horreur. Deja il fait chaud, y'a pas d'air. Puis j'ai rattrapé le troupeau qui suit de près le meneur d'allure. C'est etroit et vraiment pas simple de doubler. Surtout qu'il faut faire la place pour laisser passer une moto de secouriste. Pas bien grave mais j'ai pas compris pourquoi il est passé dans la voie bus pleine de coureurs plutôt que sur la piste cyclable. 

Enfin la sortie. Un bon coup d'air frai, une petite cote, une route qui s'elargie, voila l'occasion d'enfin passer le meneur et ses suiveurs. A la pref, j'accelere un peu. Puis je vois au loin un portique noir. Je dois pas être bien frai parce que je me dis que ça doit etre l'arrivée alors que je sais que les semis ont fait le tour de la place. Il faut quand même eviter ceux qui traversent sans prevenir pour aller faire coucou au photographe.

Au portique j'en peu plus. Mais de toute façon le publique a envahi la moitié de la chaussée et il est devenu pratiquement impossible de depasser le long de Bellecour. Mais faut etre honnete avec soi-même,  à ce stade ça ne m'a pas coûté plus qu'une poignée de seconde. Et puis c'est quand même sympa ce public. 

Au ravito final, pas moyen de retrouver les collègues. Dommage, j'aurais bien prolongé le plaisir en partageant un verre. Faudra y penser la prochaine fois à fixer un rdv pour l'after aussi.


Pour faire un petit bilan:

- orga, bénévoles et public au top.

- toilettes pas propres mais c'est compréhensible vu le nombre de passages.

- beaucoupd'attente mais je vois pas comment il pourrait en etre autrement avec autant de monde.

 

En ce qui me concerne: 

- je tiens pas sur 10km le rythme que je tiens facile l'entraînement sur 5. A moins que ce soit le tunel qui m'ait fait vraiment mal physiquement en plus d'avoir probablement été la section la plus lente.

- faut revoir la gestion de l'hydratation avant course.

 

En tout cas super journée. Encore merci aux bénévoles et au public, avec mention spéciale aux militaires qui securisaient l'entrée du tunel tout en n'etant pas les derniers à encourager les participants. 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !