Récit de la course : Marathon de Lyon 2015, par tidgi

L'auteur : tidgi

La course : Marathon de Lyon

Date : 4/10/2015

Lieu : Lyon 01 (Rhône)

Affichage : 1354 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Faire un temps

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

65 autres récits :

Parfois 3 sans 2...


Je retrouve le marathon de Lyon pour la 7° fois, çà devient une habitude : la solution de facilité à 2 pas de chez soi, et pas trop mal placé dans le calendrier.

Pas trop mal placé ? C’est un point de vue quand l’épreuve arrive 5 semaines après un ultra montagnard, ce qui limite fortement la préparation…

Et c’est précisément à ce jeu que je joue pour la 3° fois, en essayant de tenir un objectif chrono sans chercher à faire une perf.

 

3h30. Un objectif chronométrique raté en 2011 (après la CCC, pour 3h38) et en 2013 (après l’UTMB, pour 3h39).

Régulier mais pas rassasié puisqu’à nouveau me voilà à retenter le coup 5 semaines après la TDS cette fois-ci.

Jamais 2 sans 3 ?

 

Un peu de vitesse, le 10km de l’Horloge 3 semaines avant, 16km à l’allure cible 2 semaines avant, et c’est parti pour aller chercher ce chrono sans trop de pression toutefois.

 

 

 

Après le traditionnel RDV (où je retrouve Mamanpat, Jean-phi, Mazouth, Mathias, William, Papakipik, Turtle1975) sous la queue du cheval place Bellecour, chacun va gagner son sas.

Vous l'aurez deviné : à gauche ce n'est pas vraiment un concurrent. Son marathon a déjà été fait, avec quoi ?

Pour ma part, je me retrouve alors sans âme connue autour de moi. Pas grave, on va patienter et commencer à se mettre dans la course.

Arrive le ballon des 3h30, en la personne d’une meneuse d’allure. Placée à mes côtés, on en profite pour discuter. Je lui dis que je ne veux pas la voir devant moi ( !). Ce « petit bout de femme » vaut 3h au marathon. Ca me donne ainsi une idée du sas où je devrais être pour ma part, si un jour me vient l’idée de courir avec un ballon…

 

Le départ de chaque sas se fait toutes les 5 minutes.

Arrive le mien : PAN, c’est parti !

 

A l’avant du sas, à côté de la meneuse d’allure, j’ai l’impression d’être en tête de course pendant les premières centaines de mètres.

C’est relativement fluide, suite à l’espacement de chacun des sas, on ne se gène pas.

 

Pas contre, et ce sera le cas pendant les premiers km, çà double beaucoup, alors que je tourne en moins de 5’ au kilo. Etonnant ! Comme si j’étais dans le sas 3h15. A croire que beaucoup ne sont pas partis dans le bon groupe… où sont partis trop vite et vont se faire ramasser à la fin…

 

Je regarde mes temps de passage à chaque km avalé : trop vite de 10 à 15 secondes ! Je le sais, mais pas moyen de trouver l’allure cible de 5’/km. Je me dis alors – avec un gros brin de naïveté – que ce sera toujours de l’avance prise quand les jambes seront trèèèès lourdes vers les 25/30° km.

Je prends alors le temps à chacun des ravitos, grignotant ainsi sur l’avance prise auparavant.

 

Le parcours est plus roulant, et de fait devient plus monotone. Nous longeons la Saône jusqu’à Collonges pour revenir vers Lyon par l’autre rive. Ceci dit c’est loin d’être désagréable.

Au 10°km, je retrouve Annick avec le petit dernier, venus tous les 2 m’encourager depuis le Pont de Collonges. Un bisou rapide et je repars dans l’autre sens vers la capitale des Gaules.

 

Jusqu’ici tout va bien. Même si je suis un poil rapide dans l’allure, tout roule. Mais je sais bien que c’est à partir du 2° semi que les jambes vont se faire plus lourdes.

 

Passé le ravito du 15°km, nous nous engageons dans le tunnel mode doux de la Croix Rousse. Les rares fois où je le traverse, c’est avec un cardio élevé à tenter une marque. Que nenni ici, on reste calme !

Mince, le radar flash de la sortie du tunnel s'est déclenché ! (Merci ogo/Olivier)

Crédit photo ogo

La séparation « semi » et « marathon » a eu lieu et les marathoniens vont donc se retrouver seuls dans le parc de la Tête d’Or.

De fait, il y a moins de public. Dommage, j’aimais bien l’agitation les années précédentes… En même temps, il vaut mieux une séparation ici que dans les travaux du quartier de la Confluence…

 

Je croise Mathias juste avant de rentrer dans le parc. 19° km. Ça commence à tirer et je deviens moins serein. Je relance pour une foulée plus aérienne (je me comprends pour le côté « aérien » ;-)).

Le semi est passé en 1h43. Ça tient !

 

A un moment, et malgré la musique dans les oreilles, je sens comme un essaim de coureurs derrière moi. Je comprends que le ballon des 3h30 arrive sur moi. Etonnant ! J’ai pourtant de l’avance ! (Petit coup de flip...)

Cherche-t-elle à faire de même ? En tout cas, je reste devant…

 

La longue descente des berges du Rhône va nous amener au 32°km. Comme çà tire de plus en plus, je découpe dans ma tête : rester à tout prix devant ce ballon jusqu’au 30°. Puis m’accrocher derrière coûte que coûte après !!

 

J’entends la meneuse d’allure encourager autour d’elle, dire de ne pas lâcher. Ça motive toujours. C’est bien !

De toutes façons, les jambes commencent à couiner et le mental va devoir prendre le relai si je ne veux pas perdre de vue l’objectif de temps.

Le 30° passé, je me retrouve à sa hauteur (ou l’inverse !). Cette fois, on ne se laisse pas décrocher même si l’avance a grossi. Curieux paradoxe !

Par contre, on ramasse sévère sur la route, des crampés, des « plus de jus ». Sont-ce ceux qui sont partis trop vite au départ ?… Un peu comme moi ?...

 

Etant toujours à côté du ballon, j’entends la meneuse reconnaitre qu’elle va un peu vite.

 

Je profiterais bien de la traversée du stade de Gerland mais le fait de serrer les dents n’aide pas à bien ouvrir les yeux !

L’allure diminue à présent pour rester entre 5’ et 5’10’’ au kilo.

 

A l’entrée de la Confluence, le ballon est bien derrière moi, ce qui signifie qu’elle a réajusté son allure car je n’ai aucunement accéléré. Au contraire, l’allure est maintenant stabilisée à 5’10, bien loin des 5’40 que je faisais lors des 2 premières tentatives. Pas mal, çà devrait le faire…

Quoiqu’il en soit, çà m’enlève un peu de pression.

 

L’objectif de ces derniers km : gérer le peu d’avance que j’ai pu prendre par rapport à l’objectif : on tape dans la réserve quoi ! Et avec une foulée bien dégradée en prime…

 

39°, 40°… tiens 41,195°. Original ! Sympa de voir ce panneau, çà veut dire que les 195 mètres sont déjà faits. Allez ! Plus qu’un kilomètre.

Je me redresse, essaie de mieux sentir cette foulée en m’écrasant moins. C’est bon pour le moins de 3h30.

 

Dernière ligne droite avant de franchir cette ligne. Ayé, j’ai pu tenir pour faire cet objectif !

Mais épuisé, j’aurais pas mal donné sur cette fin de course. Il a fallu aller le chercher ce chrono.

(Et je l’ai ressenti quelques jours après encore)

 

Le moment sympa de cette matinée sportive : le petit after houblonné avec les amis.

 

 

 

 

L’an dernier, l’objectif « performance » sous les 3h15 a été atteint à la 3° tentative.

Cette année, ce fut la même chose pour cet objectif « à la con ». Un jeu commencé en 2011. 

2011 : CCC. 5 semaines. Marathon de Lyon en 3h38

2013 : UTMB. 5 semaines. Marathon de Lyon en 3h39

2015 : TDS. 5 semaines. Marathon de Lyon en 3h28.

 

Même si le parcours est à priori plus roulant, j’en conclue que c’est la TDS qui permet le mieux de se préparer à ce marathon Clin d'œil

 

C'était mon 10° marathon. Et l’envie d’en faire d’autres reste intacte.

 

 

 

 

 

 

 

11 commentaires

Commentaire de Mamanpat posté le 10-10-2015 à 21:11:24

Au poil l'ami !

Commentaire de tidgi posté le 11-10-2015 à 20:40:49

Pile poil ! Merci !

Commentaire de Arclusaz posté le 10-10-2015 à 22:41:59

A poil l'ami !

Commentaire de tidgi posté le 11-10-2015 à 20:34:47

Pas bien de copier sur ta voisine, en plus tu copies mal : manque une lettre !

Commentaire de Jean-Phi posté le 11-10-2015 à 09:46:20

Au top l'ami !

Commentaire de tidgi posté le 11-10-2015 à 20:36:53

Pas bien de copier sur ta voisine, en plus tu copies mal : pas les bonnes lettres !

Commentaire de Jean-Phi posté le 13-10-2015 à 10:28:36

C'est ce qui marque ma différence ! ;-)

Commentaire de sebmelalix posté le 11-10-2015 à 18:37:09

Bravo Thierry pour ce 10eme marathon, t' as bien été chercher ces moins de 3h30 et merci pour ton récit.
A+ Seb

Commentaire de tidgi posté le 11-10-2015 à 20:35:19

Merci Seb

Commentaire de franck de Brignais posté le 18-10-2015 à 22:08:54

Enorme... carrément énorme !! Les enchaînements ultra/Marathon te réussissent à merveille !
Bon... faut quand même faire gaffe à la cheville hein ? ;)

Commentaire de tidgi posté le 28-11-2015 à 19:00:43

Merci Franck !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.24 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !