Récit de la course : Saintélyon 2007, par Mamanpat

L'auteur : Mamanpat

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2007

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 2999 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

523 autres récits :

Le récit

SaintéLyon 2007 vue de l'intérieur by Mamanpat

Samedi 1er décembre

17h45 - Maison - Meximieux

Pour la 147ème fois, je fais le point de toutes mes affaires. Ais-je bien pris tout ce dont j'avais besoin ? Chéri me rassure, "mais oui ma puce, c'est bon !".
Un bisou à chacun de mes hommes et je ferme la porte... J'ai envie de pleurer, je suis complètement azimutée !

18h30 - Campus de la Doua - UFRAPS - Villerubanne
Me voilà au point de rendez-vous pour retrouver Laurent et Mélissa, quel soulagement de les voir !
Arrivent Arnaud et Thierry, les coéquipiers de Mélissa pour leur relais à 3 et hop en voiture !
Le trajet jusqu'à Saint Etienne est très deshinibant, on parle de tout et de rien, on rigole, on partage.
Pour Mélissa c'est une 3ème participation en relais après un parcours solo sur l'édition 2006 (plus jamais a-t-elle dit...). Première participation pour Arnaud et Thierry.
Laurent est aguerri est c'est rpesque routine pour cette 3ème fois en solo !
On arrive au Hall Expo de St Etienne (merci Pat pour l'orientation ! Belle équipe avec Mélissa au volant ! De quoi anéantir tous les a priori sur les femmes au volant et leur sens de l'orientation !).

19h45 - Hall Expo - Saint Etienne
Nous penettrons dans l'immense hall, peu de monde encore, parfait pour récupérer les dossards sans attente.
Nous nous installons pour pique-niquer (devinette : qu'y-a-t-il dans nos gamelles ? La bonne réponse gagne son poids en pates...).
Il est déjà 21 h, encore 3 heures avant le départ. Il faut s'occuper, ça discute, ça se lève pour aller chercher un café, ça croise des têtes connues de partout, ça discute, ça va pisser, ç discute, ça va pisser, ça se pose, ça... c'est bon vous avez compris ??? 

La hall se rempli et bientôt on ne peut presque plus avancer sans marcher sur les participants ! Ca brasse, ça parle, ça dort, ça s'habille, ça mange, ça se masse, ça se prélasse... 

Je cherche à plusieurs reprises la joyeuse équipe des kikoureurs, croisée seulement à 23h juste après la photo de groupe ! Zut alors !

Déjà 23h15, faudrait peut-être que je me prépare et que je pose mon sac !
Un joyeux bordel d'ailleurs que le dépot des sacs dans les bus : à la frontale et cordes de spéléo !
Hésitation sur le coupe-vent (merci Fly Flo ! Je ne l'ai même pas mis finalement !).
Dernier coucou à Mel, Arnaud et Thierry, Lorenzo est lui déjà parti sur le départ depuis un moment, sans avoir oublier de m'encourager avant.

23h45
Je m'avance vers le départ, seule et pourtant cernée de fous. L'ambiance est là, le speaker s'agite au micro.
10 mn et je me pose la terrible question : "mais qu'est-ce-que je fous là ?".
5 mn, 3 mn... Mon portable bip, mince j'ai oublié de le mettre en silencieux ! J'ai plusieurs messages : A2, Tibo, Chéri (sans oublier ceux de la journée : Tatine, Chris, Mari, Papa & Maman...). Je les lis vite fait, c'est motivant et terriblement rassurant de se savoir soutenue. Mes proches sont là, avec moi, sur la ligne de départ...
Celui de Tibo répond à ma question. "Que la force soit avec toi" me dit-il...

23h58mn30s
Une super musqiue de U2, un petit feu d'artifice, toutes les frontales éclairées...


ATTENTION !.............. ET C'EST PARTI !!!!!!!!!
Minuit, le départ est donné.

Placée aux arrières postes, il me faut bien 3 mn de marche avant de passer sous l'arche de départ.
Un nombre de spectateurs impressionnant est agglutiné le long des barrières de sécurité, les encouragements en tout genre vont bon train.
Loin d'être embarquée par l'euphorie du départ, je suis complétement ahurie par cette marée humaine qui déferle tout autour de moi. Je regarde, je vois, j'observe, j'écoute, je scrute... J'ai l'impression de m'être détachée de mon enveloppe corporelle et d'assister à un spectacle géant ! La sortie de Saint Etienne par ses grands axes fait de ce départ un flot humain immense ! C'est terriblement prenant !

Et je remarque quelques minutes plus tard que mon tibia gauche me lance. Mais non, c'est carrément une horrible tension qui se réveille ! J'avance tout doux mais au lieu de passer, la douleur se répend dans mon pied que je n'arrive pas à dérouler en souplesse du coup sur le sol !
Ca commence super bien !
Cette tension va disparaitre avec l'arrivée de la grimpette à Sorbiers, soit 7 km et près de 45 mn après le départ !
A la première montée un peu plus appuyée je suis surprise : tout le monde marche. Rien de compliqué pourtant mais je me remémore vite que je dois ménager ma monture... Alors je marche, et je le ferais pour chacune des montées.
Soit dit  au passage, elles sont toutes raides les montées !!!!! M'aurait-on menti ??...

Je prends donc ce rythme, plus que cool et suis noyée au milieu des participants. D'ailleurs certaines, sous prétexte d'être tranquilles sont carrément pénibles : et j't'appelle "steeeeeeeeeeepppppph, t'es là ?", et j'te téléphone, et j'te prends en photo, et j'me retourne et te fous ma frontale dans la tronche... Arghhhh... Je ne le verrais pas longtemps...

2h05 - Saint Christo
Me voilà à Saint Christo, 16 km de parcourus, premier pointage. Le premier relayeur m'a doublé avant la grande montée sur Saint Christo (ça calme !!!). Je ne me sens pas vraiment bien, j'ai déjà un peu mal aux jambes. Je ne m'arrête pas au ravito, j'ai de doute façon encore du mal à avaler quoique se soit ! (mes dents du fond baignent dans les pasta !!!).
Bien me prend de ne pas m'arrêter, je me sens de mieux en mieux. 
Les chemins deviennent particulièrement boueux et peu après Saint Christo, nous sommes obligés de passer par les champs ! Et ça colle ! J'ai une bonne semelle de boue sous mes trails !
J'entends une fille crier "aaahhhh" puis "plouf"... J'arrive sur la fille qui a en fait éviter au dernier moment une méchante flaque que le concurrent devant à lui bien goûté ! Non seulement il s'y est enfoncé jusqu'à mi-mollet mais il y a laissé sa chaussure ! Qu'il a du récupérer à la main !!!!
Il devient difficle d'éviter les flaques, les relayeurs qui nous doublent ne pensent eux pas à leurs chaussettes blanches ! J'ai mangé un peu de boue d'ailleurs par ici !

3h50 - Sainte Catherine
Point crucial que celui de Sainte Catherine.
"A Sainte Catherine, tu dois te sentir bien" m'avait conseillé Lorenzo. Cool, c'est le cas !
Je prends quelques minutes (environ 7 oupour avaler une crème de gruyère et 2 Tuc (rationnement !!! Les premiers y zont tout mangé les Tuc !!!), boire un thé chaud et faire quelques étirements.
Encore de bien belles montées s'offrent à nous et la fameuse descente du Bois d'Arfeuille... A pas ma copine celle là !!!! Je n'en vois plus le bout tellement il y en a (bout, boue, ok ???) ! Tout plein de cailloux dessous, des contournements accrobatiques pour éviter les piscines... Bref, j'avance pas des masses et du coup ça me pête un peu les jambes !
Puis on remonte sur Saint Genoux et là j'entends "une montée là devant et après ça descend jusqu'à Soucieu". Yes ! Je tiens le bon bout ! Pendant cette petite montée, je prends le temps de me retourner.
C'est magique, une magnifique chenille lumineuse arpente le flanc de colline, sur fond de ciel clair étoilé ! Un pur moment de bonheur !
La descente arrive, sur bitume. Aie, les jambes n'apprécient guère ces 2 changements simultanés !!!
"Relache Pat, relache..." et quelques kilomètres plus loin me voilà en train de courir, pour de vrai ! Alors que je trottinais depuis le départ, j'ai l'impression de passer en mode footing ! Et surtout je me fais particulièrement plaisir !

6h23 - Soucieu en Jarrest
Cette étape je l'avais vraiment mise en point de mire en me disant qu'après c'était un peu la dernière ligne droite. Je me sens bien depuis déjà bien 8 km, je veux que ça dure. Je ne m'arrête pas non plus.
Je décide de mettre la musique sur les oreilles et de rentrer dans ma bulle... "Pat, 23 km, c'est ton footing du dimanche matin, tu vas bientôt arriver...".
Cette idée va me faire monter une boule dans la gorge, tu peux le faire, tu vas le faire...
J'ai besoin à la fois de me reprendre et de me booster, c'est ce message qui va m'y aider : "Pat, que la force soit avec toi. Et quand ça fera vraiment mal dis-toi que ça ira mieux dans un moment. C'est tout dans la tête...". Je sors mon portable tout exprès pour le relire merci Thib !).
Et je reprends ma foulée, je vis je crois MON moment d'euphorie de la SaintéLyon ! Peut-être je me laisse un peu trop embarquée d'ailleurs, mais que c'est bon ! Je vole ! Je chante et je ne fais que doubler, redoubler des centaines de personnes !
On arrive vers Chaponost, traversée de parc puis pour en sortir, une bonne petite montée en chemin ! Tiens y'avait longtemps ! Puis redescente directe sur bitume.... AIE ! Je ne sais plus si je dois écouter l'énergie ou mes jambes. 
Mauvaise pioche en prenant la première option : je prends un point ce qui me détruit encore plus les jambes ! Et ce jusqu'à Sainte Foy. Je subis, c'est terrible.
Au ravito de Sainte Foy, je prends quelques secondes pour m'étirer et m'attaque à cette grande montée de l'aqueduc, horriblement longue. Elle me permettra malgré tout de récupérer en faisant passer le point, je bois, je mange...
La sortie de Sainte Foy arrive et c'est la panneau LYON qui s'offre à ma vue avec l'affiche "reste 10 km".

"10 km, c'est rien !", surtout que les 5 qui arrivent sont en descente quasi jusqu'à Bellecour. Mes jambes ne veulent plus rien savoir, elles crient à chaque pas que je leur impose. "Mais taisez vous donc !". 
Ma tête les guide un peu comme un marionnetiste le fait avec ses marionnettes.
Mes ongles de pieds commencent à être douloureux, et des ampoules se forment sous mon pied droit, et les pavés à Perrache n'arrangent pas mes affaires !
Bellecour, enfin !
Je ne peux évidemment pas louper le panneau de Badgone pour la photo des kikou et lui tire une belle langue !

IMG-4362.jpg

Reste 5 km.... Traversée de la place, du pont et un panneau qui indique à nouveau 5 km ! AAAHHHA terrible !!!!
Cette dernière portion est interminable, je la connais par coeur, j'y fais mes footing entre midi et 14h en semaine. Entre chaque panneau indiquant les kilomètres restant, l'impression est que cette distance a été mulitpliée par 2 ou 3 ! 
Un coup d'oeil à la montre, j'arrive à rester sur une moyenne de 6 à 7 mn au kilo, "pas si mal" me dis-je pour m'encourager !!!!
La Cité Internationale pointe enfin son nez, puis la salle 3000 et je vois un panneau jaune au loin, celui du dernier kilomètre... 
Une boule se reforme dans ma gorge, l'air n'y passe plus, je suffoque, tout ça à l'idée que ça y est l'arrivée est là, à quelque centaines de mètres. J'essaie de ne pas y penser, je respire comme si je faisais une accélération sur 1 minute !
Un virage, 2 kikous relayeurs, le stade de l'UFRAPS et je vois l'arche d'arrivée ! Cette fois la boule se resserre encore un peu plus, tel un immense sanglot d'enfant. "Calme toi Pat, respire !".

Dernier virage, petit chemin sur la droite, je suffoque, l'air ne passe plus, les larmes commencent à monter...
Les encourgaments fusent le long des barrières de sécurité.

Plus que quelques dizaines de mètres... et là sur ma gauche je vois Papa, puis Maman. "Ils sont venus !".
Leurs visages sont éclairés d'un sourire fière et leurs yeux sont rougis et humides.
L'émotion me submerge, l'air ne passe plus du tout ! J'ai un mal fou à respirer ! J'ai carrément les larmes aux yeux !

IMGP4204.JPG



20 mètres et c'est le BIP de ma puce !

9h30 - Campus de la Doua - Villeurbanne


... J'AI FINI ! J'AI REUSSI !!!!!...

L'après course...

9h30 - Campus de la DOUA - UFRAPS - Villeurbanne


Je viens juste de franchir la ligne, je ne sais plus si je dois fondre en larmes, rire, crier ou tout simplement m'éffondrer !
Un visage familier s'approche de moi, Eric ! Pas surprise de le voir là, cet ami d'enfance de chéri est un extra-terrestre sportif !
Puis je tombe dans les bras de mes parents, "tu l'as fait !" de me dire Maman...
Je ne sais plus trop où j'habite en fait, mes jambes ne me portent plus et quelques finishers sympathiques me récupéreront à quelques reprises sous la tente d'arrivée alors des faiblesses sont à 2 doigts de me faire choir !

Me voilà avec mon superbe tee-shirt Nike Finisher ! Un coup de fil à Chris, quelques textos (A2, Thib, Mary) pour signaler mon arrivée ou répondre à leurs appels !

La suite n'est qu'une succession hyper douloureuse de pas qu'il faut obligatoirement faire pour récupérer mon sac (bravo l'organisation mais pensez à faire ça au niveau du sol, sans escaliers PITIE !!!).
Je fais tout au ralenti et fini tant bien que mal à me changer et faire un tour pour tenter de retrouver Lorenzo et Mélissa et voir quelques kikoureurs avant de partir.

La question ultime sera rapidement posée par maman : "tu ne le referas pas hein ?" "heu... ben si ! Maintenant je sais que je peux le faire !"

PatSL1.jpg

La course
Voilà, j'ai découvert, je sais que je mon corps est en mesure d'assumer ce genre d'épreuve, dans la durée et dans la technicité.
Mes gros points forts sont ma gestion de course et mon mental.
Objectif : acquérir de l'expérience, engranger des kilomètres et surtout du dénivelé pour être en mesure de courir (et non pas seulement trotinner) et aussi en montée.

La préparation
Parfaite je pense, j'avais un super coach ! Je vais garder des séances régulières de fractionné pour travailler les changements de rythme.
Thank you very much Lorenzo !

PatSL3.jpg


L'équipement
Peut-être un peu trop couverte et heureusement que Flo (Racinet, 4ème s'il vous plait !), m'a quasi imposé de ne prendre que le petit coupe-vent ! Moi j'aurai pris les 2 !
Le camelbak c'est nikel mais il faut que j'investisse dans une autre brassière ! Le frottement du camel dans le dos sur les coutures de la brassière m'a valu de belles blessures, on dirait que je me suis faite attaquer par un écureuil enragé dans le Bois d'Arfeuille ! (Melvin l'a cru d'ailleurs !)
Les Nike Trabucco sont parfaites et les Run 1000 également (et même pas trop sales !).

L'alimentation
Très bien géré, mais j'en avais beaucoup trop pris ! Mais ça s'apprend aussi, je pourrais m'alleger du coup !

Le soutien
Mille mercis à tous ceux qui m'ont encourager et qui m'ont laissé des messages, des mails, qui m'ont appelée et ce jusqu'à quelques minutes du départ.
Cette épreuve était un véritbale défi pour moi et une entrée par la grande porte dans le monde du trail : un ultra qui plus est nocture !
Ca aide vraiment beaucoup, en toute modestie on se sent fière et puis on se dit qu'en arrivant au bout de son défi, ces personnes là nous attendent aussi et qu'il faut le faire pour elles également.

Toutes ces félicitations à l'arrivée sont un encouragement à continuer, à faire toujours mieux ou plus, ou différent et surtout une preuve formidable que le sport crée des amitiés, réunit les gens, fait nous connaitre les uns les autres, sportif ou non.

PatSL2.jpg


La SaintéLyon 2008 ?
Je serai sûrement au départ !!!! Je ne partirai pas plus vite, mais moins doucement !
Et en bonne Patator, je me fixerai sûrement un temps pour cette prochaine édition !...

 

15 commentaires

Commentaire de sarajevo posté le 09-12-2007 à 18:40:00

SUPER CR Pat....les frissons sont bien passés ...
j'ai bien revécu la course....en + j'étais juste derrière toi ....
A une prochaine fois ...

pierre

Commentaire de fabzh posté le 09-12-2007 à 19:13:00

Bravo mamanpat
Tu as bien gerer ta course pour finalement être un finisher.
félicitation, bonne récup
fabzh

Commentaire de Moicélolo posté le 09-12-2007 à 19:14:00

Super Pat, pour ta gestion de course et j'espère que l'on se rencontrera sur un trail prochainement.

Lolo

Commentaire de aie mac posté le 09-12-2007 à 19:25:00

bon, ben ça valait le coup d'attendre! :-)
bravo pour cette première.
am

Commentaire de laurent05 posté le 09-12-2007 à 22:06:00

bravo pour ta course
merci de nous faire partager
ces bons moments
a+
laurent

Commentaire de patcap21 posté le 09-12-2007 à 23:10:00

Superbe récit pour cette belle sainté...encore bravo et merci pour le partage de ton expérience

a+
Pat

Commentaire de totote01 posté le 10-12-2007 à 23:45:00

bravo pour ta course, tu as bien sû la gérer.
RDV en 2008, j'espère bien terminer cette fois çi!!!
A+ michèle

Commentaire de blob posté le 11-12-2007 à 13:30:00

beau récit, humour et émotions.
Pour une première, tu donnes vraiment l'impression d'avoir géré (et non subi) ta course.
bravo

Commentaire de chtigrincheux posté le 12-12-2007 à 13:49:00

Bleuffante de vérité, de sincérité, de spontanéité
Tu carbure aux tripes également
Quand tu as une idées en tête tu ne l’a pas ailleurs….
Tu donne envie de faire le voyage l’année prochaine .Qui sait …
Je raffole de ta plume
Sportivement Philippe

Commentaire de Gibus posté le 13-12-2007 à 14:54:00

T'as raison, à l'arrivée, on ne sait pas qu'est ce qui est le mieux pour exulter : crier, pleurer, chanter. Quelle joie d'être finisher. Chapeau à toi.

Commentaire de LtBlueb posté le 13-12-2007 à 22:24:00

Pat, bravo tu l'as fait ! je prends enfin le temps ce soir de me délecter de tous les CRs non lus ; il y en a pléthores, mais aucun ne se ressemble et c'est profondément enrichissant de refaire cette course à travers tes mots . j'ai pris grand plaisir à te lire et à imaginer ton émotion lors de ce dernier km . merci. L'Blueb

Commentaire de Jerome_I posté le 22-12-2007 à 23:28:00

bravo pat pour ta course et ton récit... C'est vraiment émouvant de lire ton CR et surtout ton arrivée, la boule dans la gorge est la... Pour moi c'est le haut des poumons qui double de volume et l'air ne circule plus... Allée rendez-vous en 2008.

Jérome

Commentaire de Hay-David posté le 05-01-2008 à 11:46:00

Bravo à toi Pat!

En lisant ton CR je me suis souvenu de l'émotion qui m'avait envahi à l'arrivée de cette magnifique course. Tu sais rendre tes émotions d'une main (plume) de maître et elle passent aux lecteurs!

Enfin bravo pour cette course que tu as géré tranquillement surtout que tu l'as fait toute seule même si accompagnée par tes amis et la famille par la pensée)! Dommage que tu n'aies pas croisé plus de kikous, mais ce n'est que partie remise et RDV à la STl 2008!!!

PS : au fait c'est quoi la crème gruyère? (ça donne pas envie!!! ;) )

Commentaire de joy posté le 16-01-2008 à 14:01:00

B R A V O !!!

Commentaire de langevine posté le 19-11-2008 à 10:53:00

je viens de prendre le temps de lire ton récit et me mettre dans l'ambiance de la sainté...
c'est trop bon de lire toute cette émotion, de frissonner avec toi... Vraiment vivement qu'on se croise enfin sur les chemins du trail!!
bizous!
Karine

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.43 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !