Récit de la course : Marathon de Marseille 2009, par JOE14

L'auteur : JOE14

La course : Marathon de Marseille

Date : 26/4/2009

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 660 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une expérience unique (pluie d'enfer)

 

 

 

 

 

 Bonjour à tous, c'est le 09 avril que je décide  de m'incrire à ce marathon.

Le printemps est là, j'ai fait de bons résultats certes, sur du court... Aussi, devenir marathonien (sans préparation) au premier marathon de Marseille est l'unique oportunité que j'ai et que j'aurai dans ma vie, car le football est mon vrai sport et l'explosivité n'est pas du tout compatible avec une endurance où il n'y a pas de changements brutaux de rythmes sur 42kms.Et puis il est vrai que taquiner le Nico qui s'est archi mis la pression depuis octobre était alléchant.

je m'inscris donc en me mettant dans le sas des 3h30à 4h, de 12 de moyenne, +/- réaliste à mon avis.

Tout au long de la semaine le mauvais temps semblera de la patie, oui, le mauvais temps qui se transforme en avis de tempête le samedi soir sur la météo marine!

C'est quand même sans pression que je passe la journée de samedi.Mais dans la nuit le vent souffle énormément : des raffales à 110km/h je pense, je me réveille en sursaut toutes les heures et je me dis que le marathon va être annulé.

6h le réveil sonne et je me lève sans soucis direction la cuisine où je mange un bon plat de pâtes ainsi qu'une barre pour le marathon et une canette de burn intense de 45cl, chut il faut pas le dire!

Et je compte partir à 7h, je suis à 10mn du port en scooter. Dernier préparatif et par la fenêtre j'avais regardé, le vent se calmait et le ciel était quasi clair. Mais juste avant de m'en aller, ma femme descend et sans dire un mot va à la cuisine et me porte un sac poubelle, elle a entendu la pluie, je me dis quelle chance j'ai d'avoir une femme pareille!

Je traine donc et décide de partir à 7h20 et j'arrive à 7h30 donc, avec une autouroute surchargée en eau pour si peu de temps de pluie!

Je me gare derrière la mairie, et rejoins mon sas quand je croise Nico73, son copain Laurent (client à 3h15) et Lionel collègue de boulot du Nico.On se chauffe un peu et nous sommes rejoint par le solitaire qui nous prend en photo avant le départ.

Pan!Et c'est parti, on calle du 12 à l'heure avec Jean Louis et on s'appercoit vite que Nico tente le 13, 1er kilo tranquilou, rue St Fé Rue de Rome puis direction rond point du prado. La file s'étire et il faut zigzaguer pour éviter les flaques! J'accélère pour suivre Nico, mais je me rends compte qu'il dépasse le 13 et prudent, je ralentis et suis rejoint par Jean Louis. On blague et on se calle a cette vitesse. Obelisque, rond point du pouce, et mauvaise surprise, mon molet gauche me tire un peu. J'ai changé de chaussures la veille pour prendre les chaussures de route à cause de la pluie : moins d'amorti pour plus de légereté, pari perdu! mon mollet semble se détendre, mais nous revenons vers David, puis direction le prado et parc borely, génial, superpassage. Nous ressortons vers l'escale et nous croisons nos poursuivants, puis nous rentrons le long de l'hypodrome avant de poursuivre par la villa Borély et sortir du parc direction re-le prado.

Dans le parc, je perds Jean louis, je me relace les chaussures et palpe mon molet qui durci. Je me dis que ça tiendra, il m'a déjà fait le coup, la crispation, et j'accèlere pour revenir vers lui avant de sortir du parc.

Nous voilà donc prado direction le Rond point du prado? Ben non, on ne peut pas recouper une file où l'on est déjà passé! donc retour sur nos pas, on croise en sens inverse Nico73 et Laurent, très à l'aise, 4minutes nous séparent. Direction David... Je me sens bien, et je me dis que le premier semi est bientôt atteind avec comme dernière difficulté, la bosse de la corniche. J'attaque la bosse, je suis à 13, génial, j'ai du souffle, des jambes, excellent. Je reviens sur jean louis et là, 19ème kilomètre crac, une décharge dans le mollet, je stoppe net, ca y est le marathon est terminé pour moi!

Un sentiment : la déception, puis je me mets en tête d'arriver au moins sur le port. 24km il me semble. Sur le port la foule m'encourage, mais je me fais doubler par mes collègues de banques qui ont une allure assez lente. Le moral est dans les chaussettes, je ne serais pas marathonien! Et là je me lance un défit : trainer jusqu'à l'estaque où ma mère m'attend. En marchant vite je suis a 6km/h je me dis, pourquoi pas! C'est parti : arenc, j'en peux plus, j'arrive vers l'estaque 29ème kilomètres, la jambe ne se relache pas. Le froid avec la pluie et le vent accentue la douleur. Je bois énomément, mange à fond et poursuis. J'arrive au 1er rond point et au loin je distingue le scooter rouge de ma femme, je siffle, elle m'attend et me tend un t shirt sec! Que du bonheur! J'ai vraiment de la chance. Un bisous et je repars, sur un nuage, regonflé à bloc. Je me dis : plus que 14km avec du 6 à l'heure ça fait un peu plus de 2 heures, je peux être sous la barre des 5heures! Pourquoi pas! Allez foutu pour foutu tu finis maintenant!

Je repars donc, je revois mon cardio, branché sur la vitesse car le coeur lui est très bas... De nouveau 12, ça fait plaisir, mais c'est court. La grande bosse avant le dernier rond point et crac, nouvelle contracture, grrrrrrrrr je me mords les lèvres et me relance en haut. J'apperçois cette fois ma mère, j'ai envie de lui sauter dans les bras, mais j'ai honte d'être dans cette état de détresse. Je serre les dents, me mords la joue et me relance à 11, ça va le faire! Il le faut! et la recrac, dans la descente. Puis je retraverse le rond point où j'ai vu mon énergie... et espère mais non, ma femme est partie. Quand soudain, sur le trottoir non loin au 34ème, je la vois et je reprends du mordan, j'ai le choix des T shirt manges longues? Courtes? Les 2? aller je me mets un tShirt par dessus l'autre et c'est reparti, je repars pour le final, mais quel final!

Après m'être arrété au ravito du 35ème, j'urine toutes les 10minutes, 4heures que je suis parti, le corps a froid, est agréssé et la lutte contre la douleur n'arrange rien. Mes reins ne semblent plus capables de stocker l'eau pour mes muscles, j'arrête de boire! Je me gave de bananes et c'est le fameux 33ème. La passerelle, avant le croisement des marchés aux puces! Quel cauchemard! La grèle et des rafalles à 100km/h, la douleur, ca y est je suis mort ; et en fait c'est en enfer que je suis! je cours , je marche, j'alterne, mais le mieux semble être une marche rapide à 6 à l'heure car je redouble du monde! Les coureurs sont livides, marqués, moi je vais bien, à par cette douleur et cette jambe de plus en plus raide!

Redescente le long de la joliette, aux docs et là! 39ème kilomètre impossible d'avancer, la jambe ne le permet plus. La droite a tellement compensé que le mollet droit, tout en bas et brulant, est raide à son tour. Je panique plus, j'irai à 4 pattes si il le faut!J'urine pour la centième fois et je repars tant bien que mal. C'est limite, je vais tomber et je marche les mains en avant. Nous voilà place des docks. Il reste 2 kilomètres, aller, faut persévérer. Je pense à rien, je vide ma tête et me détache de mon corps. Me voilà en vue du port : dernier kilomètre! Je repars, 12km/h - 13 aller je double et c'est le sprint final la jambe va lacher! Je mets le tshirt sur ma tête et fini 200 mètres sans rien voir!

Ca y est, le calvaire est fini! Et bien sur ma femme est là, trempée, elle est venue, elle est dehors sous la pluie depuis quasi 3heures à faire l'assistance. Je lui dis que c'est elle qui a gagné la médaille, je n'y serais pas parvenu sans elle! Merci mon amour pour tout!

Bilan: Objectif de départ : finir : atteind

         Essayer de faire un temps: 3h 30: non mais tu rêves avec cette blessure!

         Carton rouge aux pompiers super partenaires du marathon! Défibrilateur tous les kilomètres? Plaisenterie marseillaise, ces messieurs sont trop occupés à défiler pour draguer, je vous le dis je suis anti pompiers!

         Carton rouge au tracet: superbe premier semi mais le reste n'a aucun interet. Courir au milieu de l'autoroute avec en guise de supporter des voitures! Ouahou! Mais où sont mes collines!

          Carton rouge à la médaille en chocolat

         Bravo au beau t shirt Oddlo, la moindre des choses

       Carton rouge au tarif de 46 voir 56 euros pour une course dite populaire!

     Mention spéciale, très spéciale aux encouragements des gens, aux orchestres et surtout aux bénévoles qui ont vraiment su se les geler! Merci vraiment!

Un petit lien de ma banque ou vous retrouverez la course.

A très bientôt pour des courses rapides et plus courtes!

http://www.csmmjogging.com/

      

 

4 commentaires

Commentaire de RogerRunner13 posté le 27-04-2009 à 17:42:00

Pari audacieux que de vouloir faire un marathon sans préparation, mais bravo tu as tenté le coup, mais tu as en chiez comme c'est pas possible.....

Commentaire de NICO73 posté le 27-04-2009 à 20:46:00

1 an 4 mois après tes débuts et tu es déjà Marathonien. Peut être un peu tôt, mais tu l'as fait. J'espère que tu as fait lire ton récit à ta femme, elle va être heureuse. Je me permet un petit carton rouge sur ta polémique sur les pompiers qui ne le méritent pas. Je suis quand même fier de toi mon petit Joe !

Commentaire de CROCS-MAN posté le 27-04-2009 à 22:00:00

BRAVO mon ami, Désolé mais tu as vu que je ne disais pas de conneries. Ce sera autant d'expérience pour ton prochain marathon.
Félicitations pour ton courage et bravo aussi à ta dame.
A bientôt.

Commentaire de Matov posté le 29-04-2009 à 21:44:00

Bravo à toi pour cette première! Tu peux te targuer d'avoir fait un marathon maintenant! Quel courage de s'y être lancé sans prépa!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !