Récit de la course : Grand Duc de Chartreuse 2010, par le_kéké

L'auteur : le_kéké

La course : Grand Duc de Chartreuse

Date : 27/6/2010

Lieu : Le Sappey En Chartreuse (Isère)

Affichage : 1724 vues

Distance : 79km

Objectif : Pas d'objectif

23 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

72 autres récits :

Le récit

Grand duc de Chartreuse 2010 : l'apogée ???

 

Préparation du fusil

Par où commencer ??
Depuis dimanche soir je suis sur un nuage, je marche plus, je flotte.
Ma tête ne passe plus les portes tellement elle a gonflé, je suis devenu un dieu vivant, et ouai :
JE SUIS FINISHER DU GRAND DUC

D'ailleurs pourquoi tout le monde emploie des mots english dans ce sport, finisher ??, allez je suis finisseur de cette fucking hard course, the king of the Chartreuse.

Bref retour en arrière du kéké dans la Chartreuse.
Autant le dire tout de suite cette course est vraiment à part, de part le lieu cette Chartreuse que j'adore, mon terrain de jeux du WE.
Elle est aussi à part depuis que j'avais participé il y a assez longtemps à un relais à 5 (8 ou 9 ans ??)

A cette époque l'ultra et le trail, pas grand monde connaissait.
Et moi de voir ces héros en solo finir cette course, ouahhhh la claque.
C'est donc possible de faire une course comme ça toute la journée dans la montagne ???
Des malades c'est sur, moi aussi quand je serais grand j'aimerais devenir comme eux, la graine était semée.

Mais bon cette course est aussi à part du fait de la difficulté du terrain, de la chaleur et des barrières horaires "difficiles".
J'ai repris les stats des dernières années :

2003 : 66 partants, 29 arrivants
2004 : 78 partants, 26 arrivants
2005 : 79 partants, 32 arrivants
2006 : 100 partants, 63 arrivants
2007 : 198 partants, 123 arrivants
2008 : 213 partants, 104 arrivants
2009 : 185 partants, 91 arrivants
2010 : 232 partants, 114 arrivants


Au briefing on pourrait dire des trucs style militaire :
"petit regarde ton voisin, ben il y a de forte chance que tu ne le vois pas à l'arrivée du grand duc, ah, ah, ah (rire gras de sergent chef)"

Autant le dire que pour un kéké qui n'a pas le patrimoine génétique d'un lapin de garenne s'est pas gagné.
D'un autre coté ce récit peut rassurer des futurs candidats au grand duc si le kéké il y est arrivé c'est possible pour n'importe quel pécore.
Mais attention ce ne sera pas facile et la moindre erreur se paye cash.

J'avais déjà tenté ma chance l'année dernière mais j'étais encore un peu tendre, je voulais surtout voir si j'avais l'étoffe à devenir un jour mangeur de chouette, une sorte de parcours initiatique.
Et cela m'avait rassuré, c'était vraiment passé pas loin et j'avais beaucoup appris de mes erreurs.

La première leçon c'est d'avoir un mental d'acier.
Depuis le début de l'année quasiment pas un jour où je n'ai pas une petite pensée en regardant la Chartreuse de la maison.
C'est clair que je suis gonflé à bloc.
Quoi qui l'arrive j'irais au bout ...

Donc j'envoie il y a 2 mois mon inscription, hors de question de rater le grand duc pour une vague histoire d'inscription.
La préparation se passe pas mal, à peu prêt le même volume que l'année dernière, j'ai quand même changé un truc, un peu plus de fractionnés
(30*30, série de 6mn ou les terribles séries de 100 m de dénivelé avec récup dans la descente)
et un peu moins de sortie longue (surtout moins longue), surtout du fait de WE fériés beaucoup moins nombreux cette année, grrr (travailler plus pour courir moins)

J'ai aussi entamé un léger régime qui couplé à l'augmentation de l'entrainement m'a permis de supprimer 4 ou 5 kg de bonne graisse, fruit d'un long travail d'emmagasinent hivernal ...
Au pire ça servira à être encore plus beau sur la plage la semaine prochaine.

Les voyants sont donc plutôt au vert avant d'aborder cette chasse à la chouette mais comme tout bon coureur qui se respecte ça psychote un peu
Je suis un peu inquiet par la fatigué générée à la suite de l'entrainement et du trail de lans en vercors il y a 3 semaine, je suis un peu cuit.
Alors ces 3 dernières semaines, allégement de l'entrainement, vitamine et dodo de bonne heure.
Et je sens enfin cette dernière semaine que la fatigue s'estompe et que l'œil du tigre mangeur de rapace diurne se rallume, l'heure de la chasse est proche, le kéké est sur le sentier de la guerre.
 
Parking de chasse
 
Alors la veille c'est donc direction le Sappey en Chartreuse pour percevoir le dossard, precieux sésame permettant d'avoir un permis de chasse temporaire d'une journée pour débusquer un gros hibou au milieu de la Chartreuse.

Mardouk et val38
 
Le dude et Mardouk, ça fait le malin la veille de la course
 
On retrouve quelques connaissances, comme mardouk (le fameux triathlète sans combi) qui me présente la charmante val38, partis pour un duo d'enfer.
Le fameux "the_dude", qui se lance sur son premier vrai trail et qui se pose beaucoup de questions depuis quelques mois sur ces capacités de chasseur de chouette.
On croise aussi Arnaud et Marie, ainsi que le Vercors en folie Béné et Denise.
J'ai aussi le père de Alex_38 qui se présente à moi, vive les casquettes à pseudo kikourou, fini le mode incognito.

Bon j'écoute d'une oreille discrète le briefing, surtout que la sono n'est pas terrible.
On apprend qu'ils ont rajouté quelques km par ci par là et qu'ils ont refusé pas mal de monde cette année.

Rigolo de voir aussi les gens discuter entre eux, "moi je fait le grand duc en préparation de XXXX"
Ben mon coco, c'est sur que si tu arrives au bout, tu seras prêt c'est moi qui te le dis ...

L'organisation est vraiment au top, on récupère les dossards rapido, malgré la longue file d'attente (en plus un T-shirt teknik, tip top) et
surtout un buffet de fromage et autre charcutaille, et le kéké il aime bien !!!!

On essaie d'appeler le père Mathias qui essaie désespérément de trouver un dossard depuis quelques semaines et il parait qu'il y en a un mais il ne répond pas.

C'est pas tout ça mais faut rentrer à la maison car demain c'est debout à 3h30 du mat.
Tiens en partant je croise l'ami supersteph avec femme et chien partant pour faire le grand duc en off sur 2 jours avec un sac énorme sur les épaules.

Le soir je reste raisonnable, pas plus qu'un pastis-pontarlier-anis-la-boisson-des-héros pour la réhydration traditionnelle la veille de la course, demain ça va chier.

La nuit fut courte et j'ai pas besoin du réveil, l'excitation des grands jours de chasse est bien là.
 
Laché de galinnettes cendrées
 
Je retrouve le matin le paquet des kikoureurs version solo : the_dude, le pachi, samontetro, khanardo-alain et pio.

 
Et voila le Mathias qui se pointe à 4h30 du mat sans vraiment être sur de pouvoir courir, sans bâtons et avec une bonne sortie la veille.
Du grand Mathias quoi ...

Serein comme un pachi

On se place en fin d'alignement avec le dude, le pachi et Mathias et en avant c'est parti pour une longue journée de randonnée.

Il fait encore nuit, un peu de route et en avant direction Chamechaude.
Le pachi profite de la nuit pour partir en éclaireur, Mathias aussi.
Nous restons donc avec le dude à monter à notre rythme en discutant, meilleur moyen de ne pas partir trop vite.

Pourtant c'est clair que ça part vite, visiblement certains sont déjà en surrégime, ça relance dans le moindre faux-plat.
Pourtant le chasseur de chouette expérimenté le sait, c'est dans la bonne gestion de ce début de course que tout se joue.

On sort des bois, voila la cabane de Bachasson.
 

Je suis curieux de savoir par où ils vont nous faire grimper à Chamechaude, et je suis pas déçu, on sort des chemins classiques pour passer dans une partie beaucoup moins fréquentée par le randonneur où un petit passage par des cordes est nécessaire.

On retrouve ensuite les crêtes et les parties plus classiques.
Très sympa là dessous on voit passer la tête de course, c'est déjà bien étiré entre les coureurs et ils n'attaquent pas non plus comme des malades cette première descente, j'ai l'impression qu'on pourrait les suivre.
En tout cas c'est rare pour un péquin comme moi de voir la tête de course après 1h20.


On finit à notre tour cette ascension de Chamechaude et hop nous voila en haut, 1000D+ dans la popoche et tous les voyants sont au verts.
Ouahhh la vue avec le levé du soleil, un pur moment de bonheur, quelle chance de faire ça.
 

On regarde un peu la montre, 25mn d'avance sur la prévision, oups on ne serait pas un peu trop vite pourtant vraiment pas l'impression d'avoir forcé.

Première descente, le début bien technique puis après ça devient beaucoup plus roulant et sympa.
 
 
But du jeu, dérouler le plus possible pour laisser le moins d'énergie en route.

C'est sur aujourd'hui je suis dans un grand jour, mais il faut surtout tirer le frein à main au max, pas facile pour un kéké.
Premier ravito je fais connaissance avec jeanphi69 que je croiserais et recroiserais sans arrêt au cours de cette course.
Par contre j'ai largué le dude sur cette descente, il gère surement lui aussi.

On arrive rapidement en bas où  de charmants chemins bucoliques nous amène rapidement à St Hugues, premier relais à 5.

 
Des traces de la bestiole
 
Ravitaillement, le dude arrive 1mn après moi, on fait le point sur l'avancement, on est carrément en avance sur les prévisions.
Faut dire qu'entre une montée bien gérée, une descente finalement pas trop dur et des chemins roulants, c'est un grand duc de taff cette annéee ???
Ils vont pas donner le grand duc à tout le monde quand même ???


St hugues

Je repars, encore des routes pour sortir de St hugues et nous voila dans la montée en direction de la Faïta.
Super ce coin que je ne fréquente que l'hiver sur mes skis de fond.
La montée est raide mais pas trop et on avance d'un bon pas, avec un dude de nouveau là avec moi pour discuter.
C'est là où les premiers duo nous rattrape, discutant aussi dans la montée mais avec un sacré rythme d'ascension.
Tiens voila superstef69 qui a abrégé son grand duc off en 2 jours à la cabane du Pleynon.

Hop voila le sommet et le col de la Faita.
 
 
Rigolo de passer là en course moi qui viens si souvent trainer mes trails dans ce coin que je connais par cœur.
 

J'habite juste là dessous 1000m dessous ...

Une petite descente bien glissante dans l'herbe et on retrouve la piste de ski de fond de la fameuse montée de l'emeindras
(Cauchemar de mon beau père jurassien d'adoption, qui n'est pas prêt de revenir trainer ses spatules par ici, que des taffs dans le haut-doubs dès que ça monte un peu)

Le truc c'est que c'est encore roulant par ici, les kms défilent vachement vite, je regarde le gps 23km de fait.
Au ravito on a 45mn d'avance sur les prévisions les plus optimistes, je suis obligé d'appeler chez moi pour dire que je risque de passer au Sappey plus tôt que prévu alors si la famille se bouge pas ils vont rater le champion.

Mais bon, ce qu'il faut savoir c'est que le grand duc commence maintenant, ce début de course c'était pour tromper l'apprenti chasseur.
Arrive maintenant les crêtes.
Les organisateurs ont déboisé ce chemin peu fréquenté et rigolo à base de lapiaz, racine, rochers, montées/descentes.
Un truc où on avance à 2 à l'heure.
Je reste derrière un collègue car le balisage n'est pas toujours évident et c'est toujours plus facile de retrouver le bon chemin à 2 surtouts qu'il faut garder l'œil au sol pour ne pas se vautrer sur une racine ou tomber dans un trou entre deux rochers.

On progresse tranquillement mais surement, de toute les façons impossible de tracer la dedans, on voit bien les duos qui nous doublent de temps en temps, ça avance pas beaucoup plus vite.
Longue est la route petit scarabée ...
Je m'attends à tout moment à voir débouler le Mardouk (quasiment seul homme à faire le premier relais parmi les relais mixte, il aime bien la compagnie féminine celui là) mais rien quesqu'il fout ??

Enfin le fort du St Eynard fin de ce premier amuse gueule de grand duc, les cuisses ont bien chauffée, la partie de chasse débute, ça commence à sentir une vague odeur de chouette mais c'est très lointain.

La descente suivante c'est droit dans la pente et on arrive au début du Sappey où voila le Blueb qui attend ses kikoureurs et c'est moi le dernier espéré.
Sympa de le voir ici.

Par contre au lieu de rallier directement le Sappey le traceur a décidé de nous faire faire tout le tour du coin et de visiter les pistes de ski de piste avec une bonne remontée.
 
La bête est passée par là mais quand ??
 
Enfin nous y voila, arrivée au 2ème relai où se trouve la famille de supporter.
C'est bon de les voir, mais faut pas s'éterniser.

[Note amélioration par rapport à l'année dernière]
Bien joué le kéké le changement chaussure-chaussette ici, ça fait du bien au pied de repartir au sec avec des points de frottement différents, adopté par le kéké
Bien joué aussi, la 2ème poche à eau déjà dosée prête à être remplie, pas de poudre sucrée partout, juste à mettre de l'eau, adopté par le kéké]

Je change de chaussure et de chaussette, refait le plein de gels, change de poche à eau.
C'est un kéké tout neuf qui est prêt à repartir pour la 2ème partie, l'heure de vérité se rapproche, fin de la phase d'approche.
Je repars tranquillou en mangeant un sandwich au jambon, l'avance à un peu fondu, mais c'est encore énorme 20mn sur l'horaire le plus optimiste.
J'ai encore une forme incroyable malgré ces 32kms déjà parcouru (déjà 3 de plus que ce qui était initialement annoncé)

On attaque direction la pinéa.
Le début est un peu chiant avec un peu de bitume pour rejoindre Sarcenat.
Ensuite ça monte assez fort dans des sentiers parfois boueux et collant.
On retrouve le chemin classique avec pas mal de randonneurs qui nous font passer pour des fous ou des héros, en tout cas la plupart sont sympas malgré le dérangement occasionné.

On sort des bois et on voit là haut les coureurs qui passent, ben va falloir encore grimper, c'est pas encore le haut.
Petite partie droit dans la pente et enfin le sommet de cette pinea.
Les premiers symptômes du fameux j_en_chie_dans_les_montees commencent à apparaitre.
Je m'accorde quelques minutes de pause au sommet à taper la causette avec les bénévoles, des histoires de résolution de photo numérique ...

En haut de la Pinea

Bon la descente suivante ce n'est pas de la récup, un truc bien merdique et mouillé.
On arrive en bas pour quelques kms de relance dans les bois.
Sympa je retrouve le Pachi qui est dans le dur, celui là avec son expérience de 3 grand duc terminés c'est pas mal de l'avoir derrière pour éventuellement le retrouver plus loin dans la course à un moment de faiblesse.
 
De la fiente de chouette !!!!
 
On arrive à la Charmette dans une ambiance de folie, entre les supporters, les relayeurs et les randonneurs ça regonfle à bloc.
Petite pause ravito et détour par le médecin pour vérifier l'état de la machine => apte.
Salut rapide aux Cmistes (merci pour les encouragements), à Samontetro qui a mis le clignotant et Béné qui attend son relai pour partir.

Du coup tout s'est passé super vite, je repars tranquillement.
Petit point progression et prévision, l'avance à un peu fondu mais le matelas est encore confortable.
La chouette est passée par là c'est sur on voit des traces mais elle a encore de l'avance.

Le tout est de prendre un petit rythme pas trop fort et de le garder jusqu'au sommet, dès que je sens le moindre essoufflement je ralentis.
L'idée, avancer toujours même doucement.
Il commence à faire chaud mais c'est supportable.
 

[Note amélioration par rapport à l'année dernière]
Quelques bonnes idées 2010 :
- Les mitaines de VTT, du coup pas d'ampoules avec les bâtons, validé par le kéké
- 2 T-shirts, dont 1 moulant  prêt du corps, avantage pas les brulures habituels du dos avec la chaleur et le sac, validé par le kéké
- Mettre du SMECTA dans les poches à eau, hop un sachet dans chaque recharge de poche à eau et un sachet hier soir, le bide à bien mieux tenu le coup que d'habitude, validé par le kéké

Je sens que ça fatigue mais j'avance toujours sur ces chemins et enfin on finit par déboucher au col de la petite vache.
Je m'accorde en récompense de cette montée bien gérée quelques minutes de pause.
2ème récompense à partir de là le paysage féérique, pour moi un des plus beau coin de la Chartreuse.

On poursuit sur un chemin en balcon dans ce décors de rêve, les jambes avancent encore pas mal même si je sens la fatigue mais je suis encore bien.

 
Je double une nouvelle fois jeanphi69 (3ème ou 4ème fois) à qui c'est le tour d'être un peu dans le dur, un coup à toi un coup à moi.
 

JeanPhi69
 
 

 
C'est beau mais c'est long d'arriver au refuge d'hurtiere.
Je me serais bien bu un bon coca par ici mais il n'y a que de l'eau de source.
On nous annonce 200D+ pour arriver au sommet du col d'hurtiere, chaque montée est maintenant de plus en plus dur.
Je fais la stratégie de la découpe en 4 morceaux de 50D+ et avance péniblement en essayant de ne surtout pas m'arrêter l'oeil rivé sur l'alti.
Les montées sont maintenant à chaque fois plus difficiles, les autres profils (plat et descente) je suis encore pas mal.
La fin de la montée c'est carrément droit dans la pente, horrible, au mental voila le sommet ...
Pourtant 200D+ c'est vraiment pipi de chat normalement maintenant ça ressemble à l'annapurna.

Enfin le sommet, j'ai bien repéré sur le profil le menu de la suite 6km et 1000D-
Dans mes prévisions j'avais noté méfiance, 1000m de descente après toutes ces heures de course c'est le piège parfait pour détruire son chasseur en pleine traque.


J'y vais donc molo surtout que cette descente a du mal à démarrer et est surtout plate pour le moment.
Enfin on bascule dans le D-
Je rattrape rapidement un Khannardo, ce n'est pas le type de volatile que je suis en train de chasser actuellement mais je suis content de le voir.
Je l'encourage à prendre l'aspiration mais il ne m'a pas l'air au mieux dommage j'aurais bien fait la descente avec lui.
Cette descente est de plus en plus difficile et est en train de me détruire les quadris on en voit pas le bout.

Enfin Mont Saint Martin, avant dernière barrière horaire, 1h15 d'avance, ça fait un bon matelas, il reste 7km pour la dernière barrière horaire.
Le blueb est là et s'occupe de moi comme une mère, ça fait trop du bien cette pause.
Voila de nouveau jeanphi69 on repart ensemble, on commence à sentir une vague odeur de plume brulée ...

On attaque la montée tranquille et ça part droit dans la pente.
Je profite de la forêt pour une pause technique et perd jeanphi69.
Le sentier se transforme en n'importe quoi, au milieu de la jungle dans une pente à 20% au milieu des fougères et des ronces.
Je coule une bielle et me pose comme une merde au milieu du chemin, pas la force de même me mettre sur le coté.
2 filles en relai montent en papotant, quand même la force de dire une ou deux conneries.
Voici aussi val_38 qui en chie aussi mais qui avance, je prends l'aspiration et on arrive au passage de varappe dans les cordes.
val_38 partage un coca de l'amitié ici, ça fait un bien fout merci encore.
Dans ce coin tout le monde râle en chie c'est l'hôpital de campagne.

Après les cordes je suis obligé de faire une nouvelle pause au milieu du chemin, ratacuit, tien voila le dude et khanardo, allez les gars !!
Au moral je finis cette montée, PP1 vient de m'appeler il vient à ma rencontre pour finir la course avec moi.
Enfin le haut on attaque la descente avec val.
Dès que la pente est favorable le gros kéké il va mieux.
Je laisse val par ici dans la descente, elle a le genou qui grince.
Elle en finit plus cette descente et voila enfin PP1.
Content de le voir par ici, il est chaud bouillant et me redonne le peps pour envoyer dans une partie beaucoup plus roulante.
Incroyable tout à coup les jambes que j'ai !!!

Il me dit, un bout de route et un petit coup de cul et de nouveau de la route et on est à la dernière barrière horaire.
Il me dit 3 ou 4km, ça ce n'est pas prévu au programme, quoi si long, t'es sur, pfff
Le petit coup de cul je cale complètement, on est obligé de faire une pause coca (merci PP1), laissez moi mourir ici !!!
 

Qu'on m'achève
 
De nouveau on repart, la route et l'arrivée à Quaix enfin !!!!
Encouragement des Vercorettes (merci Denise) et de mardouk qui attend val, je lui dis qu'elle n'est pas loin derrière.
 
PP1 et le kéké (photo de Béné que j'ai taggé par erreur, oups)
 
La bête est blessée
 
Enfin le ravito, je me pause sur une chaise, PP1 est au petit soin.
Je prends une bonne douche avec le jet d'eau bien froide, ça fait un bien fou.
On a passé la dernière barrière horaire, 1/2 heure d'avance, le matelas a fondu comme neige au soleil.
Maintenant on a tout le temps pour rallier l'arrivée après 10mn de pause on repart.

De la fiente de chouette sur le chemin elle est passée il y a vraiment pas longtemps, on va l'avoir cette saleté de volatile.
On repart tranquillou, reste encore 600D+, je ne sais pas trop comment je vais arriver à monter tout ça dans mon état.

PP1 me fait la conversation, je peux de mon coté que répondre que par un vague "mmmmmeu" pour être d'accord avec ce qu'il me raconte.
On retrouve le parcours de cross de quaix, sympa, j'étais passé autrement plus vite par ici il y a quelques mois.
Je suis au bout mais je tiens bon, déjà presque 300D+ d'avalé au courage, pas mal de monde me double dont val mais impossible de suivre.
De nouveau pause coulage de bielle, pas cool j'ai froid et je grelotte.
Ah pas bon ça de frissonner quand il fait 28 degrés dans l'air ... alerte rouge, alerte rouge.
Ca sent l'hypo à plein nez, on se pose dans l'herbe et je me force à manger et boire de nouveau un coca.
Aucune envie de manger mais il faut se forcer.
Après cette pause, 300m plus loin c'est le ravito, donc de nouveau pause et 1/2 litre de coca en plus ainsi qu'une pate de fruit.

Et voila le plus beau qui arrive le pachi, content de le voir, de nouveau finisher du grand duc.
On repart avec PP1 et le pachi, en discutant et on finit par la monter cette cote.

On croise un bénévole qui nous dit, allez encore une bonne montée et c'est bon, comment ça encore une montée, on n'est pas en haut !!!
Et la dernière ce n'est pas un truc de mickey, ça finit droit dans la pente, rien ne nous sera épargné dans cette chasse à la chouette.

Enfin en haut, reste que 2 kms pour finir, la bête est là elle trottine devant nous en poussant des grand cris.
Maintenant je savoure cette instant avec mon pote PP1, la vie est belle, la lumière commence à décliner, il est 21h.

On a l'impression d'être les derniers.
Ce lâche de PP1 en profite pour faire une interview, mes propos sont très peu audibles, par contre je ne suis pas très beau à voir, impressionnant de se voir dans cet état après.
 


Allez dernière ligne droite, je savoure un max ce moment, je passe la ligne, et transperce le volatile d'un grand coup de leki entre les 2 yeux, elle meurt sur le coup.
 


Je l'ai fait, mais depuis la montée des cordes dans la jungle, soit 15 bons km, c'est de la survie.
Allongé dans l'herbe je reprends quelques forces, béné, le dude et mardouk, viennent me féliciter, bravo aussi à eux.

Le repas est savoureux mais je n'ai pas beaucoup d'appétit, PP1 est encore au petit soin.
 
Barbecue de chouette, miam, c'est croquant ...
 
Bilan et remerciements
Tous mes records ont été battu dans cette course, plus longue distance (80km), plus gros D+ (5000), plus longue durée (16h05)
Je termine 93ème sur 109 hommes finisseurs (118 abandons), pourtant on était presque sur d'être les derniers avec PP1 vu le calme qui régnait derrière nous.
Le dernier finit à 22h30 soit en pleine nuit noir, ça a du être énorme.

Le déroulement de la course s'est passé en gros comme je l'avais prévu et les points que j'ai améliorés par rapport à l'année dernière ont vraiment payé.
Je pense encore avoir encore vu 2 ou 3 trucs qu'il faut mieux gérer comme l'alimentation de fin de course, gros raté de cette année.
Du coté de l'entrainement je pense que c'était bien, les jambes ont bien tenu le choc du début à la fin, juste plus d'énergie dans le moteur pour les 3 ou 4 dernières heures dès que la pente était trop vers le haut.

Merci :
- Au soutien des kikoureurs pendant la course, ça fait un bien fou.
- A blouby et PP1 pour le soutien moral dans cette fin de course
- A  tous les bénévoles de cette course, un nombre impressionnant, tous au petit soin, vraiment génial.
- A l'organisation du grand duc, qui garde un esprit de montagnard pour cette course loin du coté "bling bling" du trail avec des parcours sans concession, une taille humaine, pour moi cette course c'est la plus belle.

Et contrairement aux conneries que je dis sur le film, si on pouvait j'enverrais déjà mon inscription pour l'année prochaine, la chasse au hibou réouvre à la même date l'année prochaine et j'en serais.


23 commentaires

Commentaire de peno38 posté le 01-07-2010 à 22:24:00

Bravo mon gars, très beau et beaucoup plus émouvant que tes autres CR. Je suis vraiment content pour toi, je sais que cette course te tenais particulièrement à coeur. C'est clair ça donne envie et j'ai vraiment ttrouvé que tu avais un moral de guerrier car la dernière montée après 75 kms et je ne sais pas combien de D+, c'était vraiment pas un truc de mickey ... BRAVO FINISSEUR
Philippe (PP1)
P.S : D'accord avec toi pour bô papa, y a que de la montagne à vachette à Pontarlier :)

Commentaire de laulau posté le 01-07-2010 à 22:48:00

Bravo pour avoir réussi ce projet qui te tenait tant à coeur. Belle course et récit bien agréable à lire.

Commentaire de LtBlueb posté le 01-07-2010 à 22:55:00

un kéké moins déconneur que d'habitude certes, mais qui rigolerait du grand duc hein ? ce fut un plaisir pour moi que d'apparaitre à divers endroits ce dimanche ! j'ai juste loupé l'arrivée avec beaucoup de regret !! loupé également le PP1 (il existe au moins ?) mais bon on s'est bien complété et il a repris le relais sur la partie la plkus dure ! RESPECT monsieur kéké !

Commentaire de the dude posté le 01-07-2010 à 23:05:00

Salut kéké,

Un énorme bravo à toi, encore une fois!!!
Tes craintes de Saint Hugues n'étaient pas fondées, il n'est pas donné à tout le monde ce Grand Duc et cette année il fallait vraiment aller le chercher.
Cela a été un plaisir de partager un bout de chemin avec toi...et de te voir arriver au Sappey.

Profite bien des vacances, en septembre ça va ch*** sur les courses au saucisson (en + on pourra s'la péter avec nos beau T-Shirts).

Commentaire de ouster posté le 01-07-2010 à 23:10:00

plus jamais je touche à une goutte d'alcool plus jamais ! au Grand Duc c'est la même chose non ?

Bravo finisher, c'est du costaud mais c'est du beau :)

Commentaire de flapi38 posté le 01-07-2010 à 23:41:00

Du grand kéké, plus sérieux que d'habitude, mais c'est à la hauteur de l'exploit !!

Encore bravo à toi.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 01-07-2010 à 23:47:00

Un immense B R A VO mon kéké...
A mon humble niveau je ne peux être qu'admiratif, étant pour ma part totalement grillé après n'avoir fait pourtant que 2/5ème de ce que tu as fait...
C'est vrai que j'étais certain de te reprendre et pourtant... Enorme, énorme, énorme, tu peux arrêter la Cap maintenant !

Commentaire de raspoutine 05 posté le 01-07-2010 à 23:56:00

Super prépa, super gestion...
alors forcément, super brochette de volatile au menu du kikoureur !!!
Et y'a rien a ajouter.
En plus, pour avoir bien apprécié le régime à base de viande blanche, forcément, il faut déjà remettre ça pour l'an prochain !
Fichtre ! J'espère avoir ton mental dans quelques semaines ! encore bravo et chapeau bas !

Commentaire de l'ourson posté le 02-07-2010 à 01:12:00

Ah ben mon Kéké ! Là tu m'en bouches un coin :-) Tu as réussi ce truc de ouf que peu de tous les + de 12.000 kikoureurs (si ce n'est davantage) n'oseront jamais mettre dans leur Kivaou ;-))) et y aller.... et être finisher en plus !!!

L'Ourson_sincèrement_fier_de_toi_:-)

NB: Pfiouuttt... les CD-triathlètes sont des grosses tafiottes au regard de ta méga-perf ;-))

Commentaire de tounik posté le 02-07-2010 à 08:14:00

L'autre avantage du tee-shirt moulant c'est qu'il met en valeur ton magnifique corps d'athlète.

Bravo et peut-être à l'année prochaine pour une autre chasse au hibou.

Commentaire de val38 posté le 02-07-2010 à 11:42:00

Super ton récit ! Un immense bravo à toi, t'as géré comme un roi !! sacré aventure t'as vraiment du mérite ! merci pour ces photos et surtout la vidéo de la fin c'est de l'authentique j'adore !

Commentaire de Khanardô posté le 02-07-2010 à 13:16:00

Salut Philippe, un super récit, j'allais dire comme d'hab', mais je ne veux pas en prendre l'habitude...
D'ailleurs celui-ci, un peu plus grave que les autres, montre bien à quel point tu avais à coeur de bouffer la volaille.
Tu m'excuseras de ne pas t'avoir attendu, mais il me fallait rentrer en Ardèche après cette journée assez occupée, et je ne voulais pas trop m'endormir sur la route !
Très probablement à l'année prochaine, bonne récup' et merci pour ce récit.
Alain

Commentaire de Jean-Phi posté le 02-07-2010 à 13:57:00

Salut le kéké,
Au nobmre de fois où l'on s'est croisé, j'ai bien cru que, non seulement tu aurais la peau du volatile (je n'en doutais de toi) mais qu'en plus tu aurais la mienne ! Quelle fusée dans les descentes ! Félicitations, tu as rudement bien mené ta course, c'était pas le plus simple vu les kms en plus mais c'est fait et super bien fait. Cette vieille chouette mérite bien tous les superlatifs qu'on lui prête : magnifique, authentique, fantastique mais pas bucolique...
Bravo à toi ! Et au plaisr de te recroiser !
jeanphi

Commentaire de samontetro posté le 02-07-2010 à 16:37:00

Et voila... le crépuscule tombe doucement sur le village du Sappey. Quelques plumes de chouette volent encore de ci de là... dégommée la chouette! Explosé le volatile! Pulvérisée la bestiole !
Le kéké plie lentement ses leki et s'en va, un coca à la main, sans même se retourner... i'm a poor lonsome traileur, I've a long long way from home..
And i'm the more happy of all ze kikous! yeah!

Bravo le kéké!

Commentaire de béné38 posté le 02-07-2010 à 18:19:00

Quelle arrivée !! je m'en souviendrais longtemps.. je t'avais loupé au Sappey, et pourtant je t'ai attendu mais pas vu passer. Et à la Charmette tu me semblais bien, pour moi aucun doute que tu terminerai. DOmmage je n'ai pas pu te rattraper, mais à lire ton récit, on aurait presque envie de resigner pour l'année prochaine ;-)

Commentaire de blob posté le 02-07-2010 à 22:17:00

Ben mon Kéké, ça c'est du récit !!! Du suspense (va-t-il la bouffer sa chouette), des photos magnifiques, des trucs z'et astuces qu'on se croirait dans Modes et Travaux, des rencontres improbables (Khanardô !!!), j'ai adoré
E

Commentaire de Land Kikour posté le 02-07-2010 à 22:33:00

Excellent ce rècit, vraiment très chouette ce grand duc ...
C'est clair, mes we 2011 vont très vite se charger.
A bientôt Mister Kéké et ne change surtout rien :-))

Commentaire de philkikou posté le 03-07-2010 à 13:43:00

le grand duc : 'est coriace comme bestiole, mais qu'est ce que c'est chouette avec un récit et une perf. comme celle ci . Bravo

Commentaire de yves_cool_runner posté le 04-07-2010 à 10:05:00

Yo man, full respect ! Tu es désormais Kéké-the-Owl. Quel récit haletant ! Mieux que la traversée de la Moria dans le Seigneur des Anneaux... Ben le Kéké, je'vous dis pas comme il va m'enfumer à la prochaine Transju (d'ailleurs, un p'tit Challenge Transju / Transjutrail, ça devrait surement le tenter).

BRAVO

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 16-07-2010 à 12:34:00

super bravo!!!!

Commentaire de La Tortue posté le 26-07-2010 à 19:58:00

je l'avais loupé ce CR ! heureusement que j'ai farfouillé un peu sur kikourou ;-)
bravo, "You did it" ! ah non, c vrai, tu veux pas qu'on parle angliche ;-)
peu importe, finisseur ou finiher ? j'applaudis des 2 mains, ce qui constitue un langage internationnal !

Commentaire de les machine-gônes posté le 31-07-2010 à 23:29:00

Après cette lecture, c'est clair "la chasse à la chouette" devient un objectif majeur pour 2011. En plus, on a beau être nouveaux sur kikourou, y a un truc qu'on a compris, c'est que "si le_kéké l'a fait, alors c'est que c'est faisable". D'autant, que tu donnes tous tes trucs pour réussir, jeune inconscient ! Ceci dit, on va : 1° S'entraîner comme des malades, 2° Eventuellement différer l'inscription à 2012, 3° Prévoir d'être entre 2 à 10 relayeurs selon les autorisations en vigueur (ça sera plus sûr). Enfin, on te dit pas merci, car on doit se lever à 5h00 pour la christolaise demain matin. Et la lecture de tes aventures nous a emmenés jusqu'à bien au delà de la tombée de la nuit. Mais, parole de machine-gônes : BRAVO !!!

Commentaire de blancblancblanc posté le 13-08-2010 à 12:37:00

Hello,

Je n'avais pas pris le temps de te féliciter avant les vacances pour ta réussite. donc je rattrape le temps perdu. Bravo à toi et quelle belle course !

Allez, l'année prochaine il parait que c'est aussi pas très loin de chez toi, m'a t'on dit, avec un départ de St Hilaire et un passage possible par le col du Baure. On te réserve une place pour un doublé ?

--
JC

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !