Récit de la course : Raid du Golfe du Morbihan - 178 km 2008, par canard49

L'auteur : canard49

La course : Raid du Golfe du Morbihan - 178 km

Date : 27/6/2008

Lieu : Locmariaquer (Morbihan)

Affichage : 3249 vues

Distance : 178km

Objectif : Terminer

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

76 autres récits :

Les talons saumurois dans le golfe !!

 

Salut les kikoureurs

C'est assez peu fréquent mais je voulais vous faire partager avec beaucoup d'humilité ma course, le raid du golfe du Morbihan.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce raid, il s'agit de parcourir le tour du golfe par les sentiers côtiers si c'est possible (il y a des secteurs peu agréables bitumés qui marquent l'esprit, notamment un, assez court, mais qui longe une voie rapide...).

La distance est de 178 kms et la dénivelée légèrement supérieure à 1 000 m. Je vais tenter de construire mon récit en respectant la chronologie et donc je commencerai par l'étincelle des débuts.

Ce petit instant lors d'un entrainement avec des copains beaucoup plus expérimentés pendant lequel on vous fait une proposition indécente que vous acceptez... Pourquoi ?

Le défi, l'esprit d'équipe et la certitude qu'il est difficile de trouver des coureurs volontaires pour réaliser des courses dont la longueur est démesurée.

La transition est facile, maintenant j'ai accepté et il s'agit de construire un entrainement adapté, cohérent avec l'objectif sans se blesser.

Nous sommes en Janvier, j'achète l'agenda des courses de VO2 et je me décide à m'inscrire sur un trail tout nouveau, le trail du vignoble nantais en plein coeur du muscadet : 55km pour 800m de dénivelée. L'organisation est sympa et la course aussi, je la ferai avec un copain triathlète, l'exercice est difficile car on ne court jamais aussi longtemps au même rythme mais nous parvenons à finir ensemble comme le montre la photo ci-dessous :

J'aperçois Benos (il en bave mais il avance toujours...) pour la première fois et je dois dire que sa musculature est impressionnante pour un trailer, quant à son tatouage... Ce ne sera par notre dernière rencontre mais je ne l'aborde pas, il semble concentré, chut........................

En route maintenant pour le premier objectif de saison, le marathon du bout du monde (le 06 Avril entre la pointe du Ras et Douarnenez), magnifique dans sa première partie avec un passage par la baie des Trépassés.

La préparation est classique, 5 séances semaines :

 

  • 1 séance de fractionné court déclinée de plusieurs façons, des séries de 200m de 300m de 400m de 500m ou des pyramides, un entrainement sur piste pour augmenter ma VMA

  • 1 séance de côtes : au début 8 côtes de 300m avec +45m de dénivelée puis 10 puis 12

  • 1 séance de fractionné long de 8 fois 1000 à 2 fois 6000m en passant par 4 fois 2000m puis 3 fois 3000m puis 4 fois 3000m etc...

  • 1 séance de 1h30 à 1h45 à allure libre en fonction de la forme

  • et enfin une séance de 2h à 2h30 avec du fartlek (changement de rythme).

 

Enfin un entrainement classique mais qui me laisse une douleur qui grandit dans le talon droit... Le marathon se passe bien mais voila.... Une semaine plus tard a lieu une course nocturne, idéale en vue du raid.

Je me décide et je pars à Trignac(44) faire le raid de l'estuaire : 91 km avec départ à 23h, 1000m de dénivelée entre Trignac et Coueron. J'ai fait le marathon une semaine plus tôt mais la course se passe correctement avec quand même ce qu'il faut de boue et d'eau :

 

Au départ de la course, dans les marais de la bruyère, l'eau peut atteindre un niveau proche d'une partie de mon corps qu'il m'est délicat d'aborder, je suis peut-être trop court en jambe à moins que...

Bref, j'arrive au bout de cette course, ma première en grande partie de nuit mais je prie pour que les sentiers du Morbihan ne soient pas aussi humides à cause des trombes d'eau qui se sont abattues sur la Bretagne en ce mois d'Avril.

La douleur au talon droit enfle et le verdict tombe : aponévrosite plantaire, je cours sur internet pour savoir ce que c'est puis fataliste je stoppe l'entrainement pendant quelques jours et, à contre-coeur, j'avale quelques anti-inflammatoires. La douleur s'atténue mais elle disparaît quand je comprends que c'est l'entrainement sur la piste qui l'amplifie. C'est décidé, j'arrête totalement la piste, et le résultat est immédiat, j'ai moins mal et je repars de l'avant !!

Il s'agit maintenant de la dernière phase de mon entrainement : faire beaucoup de distance.

Nous sommes donc à la fin du mois d'Avril, après une semaine de repos complet j'attaque les semaines cruciales.

Je vais commencer par 8h puis 10h puis 12h puis 14h semaine. Cela représente de 5 à 6 sorties semaines : j'ai conservé ma séance de côtes mais elle est plus dense (je suis passé à 12 puis 15 puis 17 côtes pour atteindre les 800m de dénivelée) et les autres font au minimum deux heures.

Elles se font sur bitume ou en trail total de 2h à 4h de 20 à 35 km. Au maximum, j'atteins 140 km semaine et environ 2000m de dénivelée au plus fort de l'entrainement.

1 mois avant on rapproche les séances pour courir « fatigués » comme c'est préconisé, voici une photo d'une sortie nocturne dans la forêt de Fontevrault avec les membres de mon équipe, « les talons saumurois »:

 

Maintenant, le plus dur est fait, la lassitude arrive et ils nous tardent d'y être. Les trois semaines suivantes sont plus light, 100km 3 semaines avant puis pratiquement rien après, juste des séances pour apprendre à courir doucement : 8,5 km/h, c'est difficile !! Mais l'organisateur de la course justifie les abandons des éditions précédentes par un départ trop rapide : 9km/h !

Nous nous rapprochons de la date fatidique et il reste à tester le matériel : camel bag, ceinture, frontale etc... Cela fait déjà deux semaines que je me graisse les pieds à la Nok 2 à 3 fois par jour pour éviter les ampoules, j'ai prévu des bandes d'élastoplast dans le dos, sous les bras et sur les épaules pour éviter des frottements très douloureux, je me sens prêt !!

Vendredi 27 Juin : nous arrivons avec nos sacs à Locmariaquer, l'organisation semble rodée. Il y a trois arrêts importants sur la course :

  • Larmor Baden : 52,2 km

  • Vannes : 93,9 km

  • Sarzeau : 144,8 km

 

Je décide de poser un sac à Vannes puis un à Sarzeau avec une tenue de rechange et différentes pomades : nok, délassant et à chaque fois une nouvelle paire de chaussures

 

Nous voilà dans les préparatifs dans la salle de sports de Locmariaquer puis au départ :

 

 

Le départ approche, voici l'équipe des talons saumurois au complet !!

 

Je ne vais pas détailler la course mais simplement expliquer ce qui me parait important pour un coureur préparé qui voudrait tenter l'expérience.

Voici le tableau de mes temps de passage:

 

Crach

2h02

17,2 km

Le Bono

4h00

34,5 km

Larmor-Baden entrée

6h09

52,2 km

Larmor-Baden sortie

6h40

52,2 km

Arradon

9h25

72 km

Vannes-entrée

12h22

94 km

Vannes-sortie

13h

94 km

Séné

14h52

110,2 km

Noyalo

16h48

124,8 km

Sarzeau-entrée

19h55

144,8 km

Sarzeau-sortie

20h43

144,8 km

Porh Nèze

22h17

158,9 km

Arrivée

24h48

178 km

 

Et quelques photos montrant la lente déconfiture...

Crach, tout va bien...

 

Petit port de Saint Goustan (ci-dessus) avec son bateau (ci-dessous)

 

Mon arrivée au Bono, je suis bien mais déja un peu moins frais, la grande passerelle très sympa sur laquelle on passe :

Sur cette photo on voit mieux la grande passerelle et une embarcation locale :

Puis c'est la nuit, plus personne pour me prendre en photo et pourtant il y en avait des magnifiques à faire, vous me retrouvez alors beaucoup plus loin sur du bitume et dans un état beaucoup plus critique ( non non je ne ris pas, c'est un rictus de fatigue):

...puis mon arrivée à Sarzeau où je dormirai 30 min tellement je suis fatigué mais dès que je le peux je cours encore

 

et enfin au camping du Tindio sur la commune d'Arzon à12 km de l'arrivée. Le comble c'est que je dors dans ce camping et qu'alors ma tente est à peine à 100m...

Je suis alors complètement mort mais depuis ma sieste de Sarzeau je peux courir à nouveau.

Ma femme décide alors de m'accompagner sur les 12 derniers et je me sens pousser des ailes, je finis très fort et rattrape pas mal de coureurs pour finir 31ème du général en 24h48min.

Quelques fondamentaux pour éviter tout problème majeur : au-dela de l'entrainement qui évidemment est fondamental, il faut gérer : ampoules et frottements mais surtout ne rien négliger (crème, élastoplast...)

Si vous parvenez à ne pas avoir d'ampoules, il faut faire très attention aux racines, cailloux, marches. Le parcours en est truffé et j'ai vu beaucoup de coureurs tomber ou se faire mal voire se prendre une branche dans la tête. Au bout d'un moment, la moindre chute peut être fatale...

Un départ lent est primordial, il y a eu malgré des conditions météos clémentes 35 % d'abandons, 138 sur 406 partants et j'en ai vu partir très vite, plus de 10 !!!

Il faut envisager selon son niveau, des poses plus ou moins longues mais respecter son corps et dormir au besoin ou marcher. Je me suis arrêté plus de trois heures en tout mais ces poses étaient nécessaires pour se graisser les pieds, manger, se changer, se doucher et se faire masser. Bien entendu certains ont besoin de moins de temps c'est pourquoi il faut bien se connaitre.

L'alimentation est très importante, j'ai toujours pu boire ou manger sans difficulté, du sucré et du salé. Un médecin m'a conseillé à un ravitaillement de ne pas manger tout de suite mais de me reposer un peu avant pour que l'estomac redémarre.

Le portable est un outil efficace dans les moments durs, dites le à vos proches qu'ils vous appellent, vous encouragent. Je suis passé par des moments très durs et quelques coups de téléphones et des encouragements bien sentis permettent de se ressaisir mentalement.

L'alternance marche-course est obligatoire pour beaucoup de coureurs, il ne faut pas hésiter et repartir dès que possible. Le parcours est particulièrement casse-pattes et j'ai marché dans beaucoup de montées. On passe sur des cailloux, du sable, des marches et cela ne fait que monter et descendre, jamais beaucoup mais suffisamment pour vous tuer les jambes.

Un point fort de cette course : ses bénévoles, ils sont aux petits soins, toujours disponibles et vraiment sympas. Je suis arrivé aux ravitaillements et ayant des difficultés à marcher, je me suis posé et ils m'ont apporté ce que je voulais avec chaleur (au passage je vous conseille leur soupe et leur riz au lait!).

 

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire mais je laisse le soin aux autres kikoureurs de le faire (Benos notamment :-)).

 

Conclusion : nos quatre coureurs sont arrivés et l'équipe termine, c'était l'essentiel pour nous, l'esprit d'équipe a été un élément moteur déterminant.

 

Juste un petit mot pour féliciter le team kikourou très présent sur la course composé de personnes que je ne connais pas mais qui à fait un bon boulot d'encouragements. C'est promis, un jour, j'achète le buff!!!!

8 commentaires

Commentaire de frankek posté le 02-07-2008 à 07:08:00

super pour ton ultra! tu as vraiment bien géré ton affaire! encore bravo...

Commentaire de taz28 posté le 02-07-2008 à 08:44:00

Merci pour ce récit très agréable, et la chronologie logique de ta course....
Remets toi bien de cette dure épreuve !!!

Taz

Commentaire de BENIBENI posté le 02-07-2008 à 11:13:00

Salut le "Voisin", quoi ? Comment? Ok la prochaine fois tu mesiffle et onse prend une binouse ! Ton temps m'impressionne ! Bravo à toi et je pense qu'on va surement se recroiser et là faut pas se rater (j'étais aussi au Raid de l'Estuaire). Super récit qui montre qu'une idée peut germer et se concretiser.

Commentaire de Zeb posté le 02-07-2008 à 12:26:00

Salut,

Sympa ton récit...Moi, je trouve que tu as formidablement bien géré ton affaire !!! Chapeau !
Je me souviens bien de toi, tu m'a doublé deux fois, je m'en souviens bien (et tu m'a demandais la seconde fois si cela aller c'était après Sarzeau, j'ai été impressionné par ton allure....

Bravo

Seb_dossard_N°1

Commentaire de robin posté le 02-07-2008 à 16:17:00

hello,

une mine d'or ce récit pour les futurs partipants !

On aurait pu se croiser au raid de l'estuaire ou au trail du vignoble nantais !

Par contre tu finis loin devant moi au Raid !

Au plaisir de se voir

Robin qui n'a pas commencé son CR

Commentaire de agnès78 posté le 02-07-2008 à 18:31:00

superbe récit et superbe performance! des photos super sympas! Merci pour tout cela.
Bonne récup
bises
agnès

Commentaire de L'Castor Junior posté le 03-07-2008 à 11:23:00

Superbe récit : tu as vraiment effectué une superbe remontée tout au long de la course. Entre Sarzeau et Arzon, tu as même été parmi les cinq plus coureurs les plus rapides !
Désolé de ne pas avoir eu le temps de discuter avec toi. Ce sera pour une prochaine !
à+
L'Castor Junior, dossard 280

Commentaire de domdom g posté le 03-07-2008 à 18:57:00

bjr membre du 49 lol!et bravo pour ta course et cette belle perf et bravo pour ce superbe recit.

amicalement

domdom

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !