Récit de la course : Ice Trail - 30 km 2010, par Le polatouche

L'auteur : Le polatouche

La course : Ice Trail - 30 km

Date : 24/1/2010

Lieu : Presles (Val-d'Oise)

Affichage : 920 vues

Distance : 30km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ice Trail : Les premiers seront les derniers.

Comme beaucoup de courses auxquelles je participe pour me faire plaisir, l’Ice Trail chez moi n’est pas synonyme de préparation. Il s’inscrit dans une pratique sportive en continu. Donc en dehors de l’aviron et d’autres activités d’endurance, j’avais, ces dernières semaines, couru environ deux fois par semaine avant de m’y rendre en glissant ça et là du circuit-training, quelques séances longues (1h30+) et du travail alterné. Mais je me sentais plutôt bien. Bien comme aux trails précédents. J’aime le trail parce que, contrairement à la course sur route, il demande au-delà de la simple gestion de l’effort, une adaptation à l’effort. En trail, les rythmes changent avec le dénivelé. On le vit plus intensément. A chaque reprise, on doit chercher le bon rythme. On doit « se trouver » de manière sensitive et non chronométrique. S’ouvre alors à l’esprit tout un ressenti de forces et de faiblesses qui ne demande qu’à être analysé.

Arrivé à Saint-Martin du Tertre, dans le tout p’tit matin, je vois les participants se garer partout, certains avec des méthodes frisant l’incivisme. J’ai peur d’un seul coup, mais non, ouf ! Il y a un parc de stationnement. Vite (et correctement) garé, je peux donc prendre mon temps pour aller chercher le dossard et me mettre en tenue. Pour celles et ceusses qui étaient de la joyeuse partie, je suis kikoureur et je portais un collant bleu avec des pelles d’aviron. Mais je n’ai pas de Kikourou fringues.

Le départ est assez éloigné du bourg et très large (deux bons points). Mais si dans l’espace, ça se passe bien, dans le temps, il tarde vachement à venir. 30 minutes de dégel gratuit, offertes par la maison.

Ca y est, c’est parti ! Un peu de bitume et hop direct dans la forêt et la gadoue. Mince, mais on va se salir alors ? Oh merde, mes belles baskets. Et ben voilà, ça y est ! Chuis sale ! Grouik !

Le temps est à l’image d’un matin d’hiver brumeux et couvert. La forêt est boueuse mais pas trop, détrempée et on y respire un air humide et frais. J’adore. Tout se passe d’ailleurs dans la forêt. Nous n’en sortirons que très peu. Je trouve mes marques vers 175 pulsations/minute (maxi 202) mais mets du temps pour y parvenir. À vitesse égale la dérive cardiaque se fait attendre (bon signe !). Je suis toujours en endurance au bout de 7 minutes. Les muscles s’accommodent bien du parcours très ludique : tantôt montant, tantôt descendant, mais ponctué de superbes lignes droites qui font le régal d’un ancien coureur de demi-fond comme moi. Bref, j’adopte le parcours et mets le turbo dès que possible… mais reste prudent car la course devrait durer… ben… 2h50 ce serait bien.

Ravito. Miam ! Je suis admiratif des coureurs qui peuvent trimbaler toutes ces bonnes choses. J’ai longtemps couru sur piste et j’ai des habitudes/réflexes de légèreté, genre débardeur/cuissard. Lors de mes premiers trails, je me sentais presque fautif d’être si « tout nu ». Déjà que porter ma petite pochette avec 5 gels énergétiques me gène horriblement, alors si j’avais pris mon Camel léger de vtt, il aurait à coup sûr fini dans le fossé.

Bon je me gave mais pas trop. Tiens du Coca. Allez je l’tente (burp !).

A 1h40, les choses sont déjà bien stabilisées et je commence à jouer à mon jeu préféré. Je mets le compteur à zéro et dès que je double, hop ! +1. Je me fais doubler ? -1. Dans une côte, je passe de +1 à +11 puis je reviens à +4 dans la suivante. Je m’aperçois que je grimpe bien mais que j’ai peur d’attaquer parce que je veux en garder sous la godasse crottée. L’avenir me donnera raison.

Pour l’instant le cardio est calé entre 172 et181. À 181, on entre en anaérobie, je le sens car le rendement chute. Je suis bien dans la tête, bien dans les jambes. Mais comme dirait Dubosc, « tout ça, c’était avant l’drame ». Au détour d’un sentier, grisé par le train, je suis un peloton qui s’engage dans la mauvaise direction. Ok, elle était mal fléchée, c’est vrai. Mais cela dit, d’autres sont passés nickel, donc c’est notre/ma faute. Bref, ça va nous coûter cher. On reprend le parcours et là je mets tout ce qui me reste pour finir sous les trois heures. Je fonce comme un sanglier. +1, +2, +6, etc. Je remonte ceux qui auraient dû se trouver derrière moi (Grr !). Vers la fin, à proximité de la barrière, une contracture au quadriceps droit me rappelle que je suis encore vivant et que je n’échappe pas à certaines lois physiologiques de fatigabilité. Pour faire simple : j’ai mal. Mais je n’ai pas de crampe aux mollets. Ouf ! Je termine tranquillement en attendant que la contracture aille s’acharner sur d’autres (c’est transmissibles ces bêtes-là, j’en suis sûr). J’encourage une impressionnante féminine qui finit tant bien que mal en hypoglycémie. Et dès le bitume arrivé, j’entame le sprint progressif traditionnel. Je finis à 187 pulses mais la contracture m’empêche d’atteindre le maxi. Maître Polar dit 2h54mn19s pour 32410 mètres. Pff ! L’an prochain j’me vengerai. J’irai moi-même baliser le circuit avec plein de couleurs différentes et des p’tits dessins d’animaux.

Paradoxalement (je connais des gens qui adorent les paradoxes), j’ai trouvé ce trail plutôt roulant. Ainsi, j’ai déjà couru à plusieurs reprises le Trail de la Vallée de la Vère (Orne, en avril, faites-le : c’est très dur mais génial) et je l’ai trouvé beaucoup plus violent question grimpettes. Pourtant il fait lui aussi 30 km et 800 D environ. Et je l’ai couru en 2h48. C’est peut-être dû au fait que sur l’Ice Trail, il y a ces longues portions roulantes (qui me profitent) pour récupérer des ascensions. En tout cas, je vous dis à l’an prochain, c’est sûr. Et sous les 2h45 si je finis dans les premiers qui seront les premiers.

10 commentaires

Commentaire de Tamiou posté le 25-01-2010 à 16:04:00

Bravo pour ta course et ta belle entrée en matière concernant le Trail, je suis totalement en phase avec toi.

Commentaire de caro.s91 posté le 25-01-2010 à 21:41:00

Félicitations à la fois pour le récit et pour ta course. Tu n'es pas seul à t'être trompé. La fille que tu as vu en hypoglycémie à ton arrivée est une excellente marathonnienne qui s'est, comme toi et beaucoup d'autres, perdue alors qu'elle était largement en tête et qui a fait beaucoup d'efforts pour tenter de revenir. Jolie course au final tout de même.
Caro

Commentaire de romano76 posté le 25-01-2010 à 23:42:00

Suberbe récit qui n'a vraiment pas besoin de photos et belle course, pour ma part j'étais sur le 15 km.bonne continuation.

Commentaire de Jay posté le 26-01-2010 à 09:47:00

bein ..juste bravo .. les coureurs qui arrivent à en balancer tout du long m'impressionnent toujours .. pour ma part , je ne fais que gérer et j'ai du mal à rentrer dedans .. pas comme à 30ans..

merci pour le récit et donc au plaisir de te croiser prochainement.. et achete vite quelques beaux panaches Kikouresques pour que l'on te repere dans le troupeau ...

Txo, Jay

Commentaire de Le polatouche posté le 26-01-2010 à 11:24:00

Merci pour tous vos com'. C'est touchant. Oui je vais investir dans un kikourou sign.

Commentaire de Mamanpat posté le 26-01-2010 à 14:58:00

Et vive les pelles d'aviron !
Moi j't'aurais reconnu !!! ;-)

Belle course et encore une fois "c'est bon d'être vivant" !

A quand un trail en commun ????

Commentaire de Le polatouche posté le 26-01-2010 à 15:12:00

Tu m'étonnes. Tu dois connaître toute la gamme des textiles Crew Line ! Un trail en commun ? Pourquoi pas mais tu cours trop longtemps pour moi.

Commentaire de gdraid posté le 26-01-2010 à 20:07:00

Merci Le polatouche, je me suis régalé à suivre ta course à travers ton récit.
Bravo pour ta perf à plus de 11,5km/h de moyenne, sur un parcours, mal choisi... de plus de 32kms ...
JC

Commentaire de Razouille posté le 27-01-2010 à 00:49:00

Récit passionant et vivant, vraiment agréable à lire. Meci pour le récit et bravo pour ta course.

Commentaire de Le polatouche posté le 27-01-2010 à 10:12:00

Tiens, je remarque qu'il y a deux Tristan sur la course !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !