Récit de la course : Trail de la Sainte Victoire 2010, par maxlebipede

L'auteur : maxlebipede

La course : Trail de la Sainte Victoire

Date : 11/4/2010

Lieu : Rousset (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 680 vues

Distance : 53km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail Sainte Victoire 2010

Bonjour,

De retour sur un long trail après ma mésaventure du Raid de l'Estuaire 2009.

Arrivé à 7h30 au départ avec 2 amis coureurs également, avec l'un deux on ambitionne 7h voir un peu moins si possibilité en fin de parcours.

Départ 8h, ultra rapide pour la plupart des coureurs, on se freine volontairement pour ne pas être aspiré.

Après le premier ravito eau vers le 5è, c'est le début de la montée vers Baudino. On commence à  dépasser un peu de monde, dont certains souffrent déjà un petit peu. Je me sens bien mais je reste très prudent car la course est longue. 1H20 à Baudino, le temps de passage est respecté, mon pote est derrière, il grimpe apparemment un peu moins vite que moi mais comme je programme une descente douce après clapier, je le retrouverai sûrement au ravito solide. Clapier justement où  je ferme mon clapet car je ne suis pas du tout à l'aise dans cette initiation au trail-varape. Par contre c'est vraiment sympa et l'arrivée au sommet (vers 2H) avec une vue magnifique est apprèciable.

Je longe les crêtes avec difficulté pour tracer mon itinéraire, je ne m'attendais pas à un terrain aussi peu roulant sur cette partie, puis arrivée au prieuré. Là je me méfie dans la descente car l'été dernier je me suis fais une entorse lors d'un footing sur cette partie. En arrivant au ravito (2h35), je suis rejoints par mon collègue, impeccable, on va pouvoir attaquer la seconde diffculté du jour ensemble.

On repart tranquille, en alternant marche et course, mais dès que çà grimpe un peu plus dur je m'éloigne de lui. Je me dis qu'on se reverra sans doute plus loin sur le parcours. la montée aux crètes se passe bien, j'ai un rythme soutenu sans toutefois avoir l'impression d'être dans le rouge. Arrivée aux crêtes, j'ai du retard sur mon plan de course et je me rends compte que l'objectif des 7 h ne sera pas atteint. Je repense tout de suite 7h30 pour garder une motivation. Je marche énormément au chrono !

Des Crêtes au Pic des Mouches, c'est une traversée assez éprouvante encore. On y laisse pas mal d'énergie notamment sur les appuis. Je trouve la course très technique par rapport à la 6000D ou la SaintéLyon. Le panorama est vraiment splendide, dommage qu'on soit autant obligé de se concentrer pour savoir où poser ses pieds. Le temps se couvre, il fait un peu frisquet avec le vent, je remets mon haut à manches longues.

La descente au ravito eau est un peu dure pour moi. J'ai la sensation d'avoir les cuisses qui durcissent pas mal et je commence à être un peu contrarié de ne pas avoir de terrain un peu plus roulant. Je comprends que ce qui fait la spécificité de ce trail, c'est la caillasse !

Ravito eau, 4h35, toujours cette 1/2 heure de retard par rapport au plan de 7h mais conforme au 7h30 nouvellement fixé. Je décide d'accélérer un peu le rythme quand je sens d'un coup les crampes venir dans la montée. C'est donc tout doucement que vais rejoindre Puyloubier. En plus la descente est cette fois vraiment raide! Je me fais dépasser sans toutefois laisser trop de terrain sur les autres coureurs. .

Puyloubier 5h15, les supporters sont au RDV et me font remarquer que je suis "légèrement" en retard par rapport à l'horaire prévu ... Pas vu mon pote Vinc' me rejoindre. Je le soupçonne lui aussi d'être dans le dur sur ce parcours car comme moi, il est plus à l'aise sur des distance style 10 ou semi sur route.

Je repars en couse à allure modérée car le début de crampes m'a pas mal calmé sur mes capacités physiques. La montée vers Baudino se passe bien. Je grimpe pas trop mal et double même quelques coureurs. Cette dernière grimpette, montée puis ascension me remonte le moral et j'arrive à Baudino suffisamment dispo pour la fin de parcours.

Le début de la descente fait mal aux jambes mais j'aperçois une fin plus roulante qui me réconforte, dernière grimpette jusqu'au ravito eau au 45è (6h50), plus que 8 bornes à courir, enfin je vais pouvoir courir jusqu'à la fin.

La fin du tracé est en pente plus ou moins légère jusqu'à l'arrivée, vécue comme un calvaire par les 5/6 coureurs que je vais remonter, elle me permet de dérouler tout doucement avec Rousset en ligne de mire.

Arrivée en 7h30 à Rousset, les filles sont là pour m'encourager, je suis fatigué mais pas cassé de partout. Finalement ce qui m'a manqué le plus c'est de la technique dans les descentes, clairement je suis nul dans cet exercice et çà se paie cher sur la Sainte Victoire.

Le trail est vraiment super et à mon niveau je trouve le parcours dur. La vue depuis les sommets de la montagne est magnifique et les bénévoles sont vraiment chaleureux. Que du positif pour ce retour au trail. 

 

 

 

4 commentaires

Commentaire de superchoco posté le 13-04-2010 à 15:39:00

Belle perf et retour au trail réussi surtout quand on connaît la technicité de la Ste Victoire !

Commentaire de riri51 posté le 13-04-2010 à 20:37:00

Félicitations pour ton chrono et merci pour ce cr très vivant...qu'il est long le retour de Suberoque à Rousset!

Commentaire de Métrolo posté le 14-04-2010 à 21:06:00

Un retour au trail via le TSV va te donner certainement d'autres idées. 7h30 sur un parcours comme celui-ci, c'est super. Bravo !

Commentaire de fulgurex posté le 15-04-2010 à 11:51:00

avoir réussi à garder ta demi heure de retard sur la deuxième partie, c'est super. Moi, c'est là ou je me suis un peu écroulé. bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !