Récit de la course : Trail de la Sainte Victoire 2013, par Rudyan

L'auteur : Rudyan

La course : Trail de la Sainte Victoire

Date : 7/4/2013

Lieu : Rousset (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 947 vues

Distance : 60km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Les 60 bornes du TSV? Easy je te dis!

 

 

Aujourd’hui, place au récit de l’année. Ou plutôt, au récit de la course de l’année : le Trail de la Sainte Victoire !  Au programme, 60kms pour 3000m de D+. J’avais déjà fait ce trail il y a 2 ans. Je l’avais bouclé en 12h02 dans un état déplorable. Mon corps s’en souvient encore…

  

 

Cette année l’objectif, c’est 11h ! Je pense être mieux préparé qu’il y a 2 ans même si le résultat de ma dernière course (trail de la Sainte Baume)  n’abonde par forcément dans ce sens.

  

 

Le matin, ma femme me dépose à 6h15 à Rousset. Elle devrait être présente à tous es ravitos afin de me soutenir avant tout moralement.

 

Je rejoins Chris, comme souvent qui lui se lance sur une telle distance pour la 1ère fois. Je ne m’inquiète pas pour lui car ses dernières perf sont canons et sa prépa au top ! En plus il a un mental de winner !

 

  

7h, c’est l’heure de départ. On s’installe tranquille sur la ligne de départ. On a prévu de partir tranquille, sans se prendre la tête. Cette course est longue et il faudra être patient.

  

Le départ est donné et on file dans les rues de Rousset. Très vite, on attaque de petits sentiers un peu boueux.  Un passage sous un pont de pierre nous oblige à se baisser…rien de grave mais ce passage doit aussi se faire au retour, et là ça risque de chauffer au niveau des cuisseaux !

Une petite traversée des rues de Chateauneuf et on attaque qqs petites bosses. La roche a été renue glissante par la pluie et le passage des premiers qui y ont laissé pas mal de boue.

 

Un passage avec une corde crée un gros bouchon. On reste coincés de longues minutes. Pas de panique, ça ne fait que démarrer.

Sur cette petite portion d’escalade, Chris nous fait une petite cascade qui débouche sur une éraflure à la jambe et surtout au lâchage de son bracelet de montre. « La taupe » alors sans lunettes est incapable de remettre son bracelet… J’arrive à son secours et lui remets en place rapidos…ou presque.

 

Après qqs sentiers en forêt, on arrive sur larges pistes descendantes menant à la maison de la Sainte Victoire. Soudain, un bruit nous surprend…là ce sont 2 sangliers qui nos coupent la route à peine 10 mètres devant nous !  Après qqs secondes de doutes on apprécie le spectacle en les regardant s’éloigner à travers bois.

 

Maison de la Sainte Victoire ! Ici c’est le 1er point d’eau. On passe en 1h40 (km12.5). On remplit rapido le camel mais surtout, on retrouve Rafouille !!!  Il a décidé de faire notre pacer de luxe sur une 20aine de kms. On prend des nouvelles des familles et des amis, on déconne un peu et hop ! On attaque. Là on rentre dans le vif du sujet !

 

Pour commencer ce sera une série de bosses sur petits monotraces pour atteindre la marbrière et le pas du clapier. La brume jusqu’alors omniprésente est en train de se faire chasser par le soleil. On a alors droit à des tableaux extraordinaires. Les cîmes ouest de la Sainte apparaissent comme par magie au milieu d’un nid cotonneux. Petit à petit, le soleil va s’imposer, pour ma plus grande joie ! A ce moment de la course, les jambes vont bien, très bien. Raph mène la danse et on dépasse pas mal de petits groupes.  Chris perd le contact qqs instants mais recolle dès le pas du Clapier.

 

Ici, c’est la première montée. Une ascension avec des passages où il faut poser les mains tant le terrain est pentu. Tout se passe toujours pour le mieux. On double qqs coureurs déjà dans le dure. Arrivée en haut frais comme un poisson tout juste débarqué sur le Vieux Port !

 

Maintenant place aux crêtes ! Et c’est là que tout bascule pour moi. Décidemment, je ne serais jamais à l’aise sur ce genre de portions…Très vite Chris s’éloigne. Je ne le vois déjà plus. Je commence à m’énerver car les jambes vont bien mais impossible d’aller plus vite ! Cerise sur le gâteau, je rate un appui et tombe à moitié sur un rocher, à moitié dans des buissons. Pas de gros bobos, juste qqs égratignures et bout de peau sur un doigt en moins…je serais plus léger maintenant !

Raph me rejoint enfin. Il s’était arrêté discuter avec un ami. Son arrivée me fait beaucoup de bien moralement. En plus, la fin de cette portion de crête est moins technique. Je termine un peu mieux mais regrette vraiment cette médiocrité technique qui me pourri la vie dès que je suis sur ce genre de passage.

 

On passe sous la Croix de Provence et le Prieuré et entamons la descente des Venturiers. Là on fait un beau numéro. On double des wagons de coureurs en faisant la descente à fond les ballons ! Du pur bonheur ! On enchaîne les lacets avec facilité. Puis place à la 2nd partie très roulante. Raph fait une pause technique. Je file seul et double encore un 10aine de coureurs.

 

Cette descente m’a boosté mais j’ai peut-être un peu trop envoyé…Sur la portion de plat qui suit et qui nous mène au 1er ravito (et 1ère barrière horaire), j’ai beaucoup de mal à relancer. Raph me rattrape, content de ma descente…il est au top !

 

On arrive au ravito en un peu moins de 4h.

 J’avais prévu 4h30. C’est bon çà ! Arrêt rapide où ma femme me donne une gourde de menthe à l’eau et une compote. Raph fait son pic-nic…On repart tranquille pour attaquer la montée des plaideurs.

Là je sais que ça va commencer à chauffer. On est presque à mi-course et cette montée est longue avec un final raide. D’un côté je souffre et ai l’impression de vraiment fléchir. Mais je constate que je dépasse régulièrement un ou 2 coureurs. Je me motive donc en me disant que je ne suis pas le seul à morfler !

 

 

Col de Vauvenargues atteint ! Un peu moins de 5h de course (km 30). Mon raph me laisse ici. Je le remercie après qqs  « photos souvenir ».

 

 

 

Maintenant c’est la 2ième portion de crête… Mais celle-ci est beaucoup moins longue et technique que la 1ère, pas d’inquiétude donc. Descente très raide par le baou de l’aigle avant la difficile remontée sur le pic des mouches. La pente est sèche et ça grimace un peu partout… J’arrive au pic en 5h35. Pour le moment ôté timing, je suis bon !

 

On attaque ensuite la descente vers le col des portes, celle-là je la connais par cœur. En haut, 3 fillettes tendent leur main au passage des coureurs sous les yeux ravis des parents. J’y vais d’un triple « check » et en rajoute un peu histoire d’amuser la galerie. Au passage, à noter que les nombreux randonneurs rencontrés lors de cette course ont tous été supers, faisant toujours de leur mieux pour ne pas nous gêner tout en nous encourageant ! Bravo à eux !

 

Je claque cette descente sans m’enflammer mais à un bon rythme. Ensuite c’est la remontée sur l’oratoire de Malivert. Ça passe bien et j’enchaîne avec une belle descente plutôt bien maîtrisée jusqu’à Puyloubier.

 

J’arrive à ce 2nd ravito en à peine 7h pour 7h45 prévu (km 38). Ma femme est encore là. A ce moment, je sais que le plus dure est fait et qu’il ne reste qu’une réellement difficulté. Je me vois mal stopper ma course si proche du but…

L’arrêt est rapide et je repars à travers les vignes…

 

Direction le refuge Baudino ! Je savais que ce serait difficile, mais pas à ce point-là… On commence par la montée jusqu’à la chapelle St Ser. Sentier en marche d’escalier. Là le soleil commence à taper sec ! Il faut dire que toute cette section est plein sud.

Après qqs kms un peu plus roulants, on attaque la montée sur Baudino.  C’est ici que je vais le plus souffrir. Les kms déjà faits pèsent dans les jambes et la pente est franchement raide avec de sérieux coups de cul. Je rattrape 2 ou 3 coureurs. Quelques-uns me dépassent. Ce qui est sûr, c’est que tout le monde en bave !

 

C’est interminable et lorsque je vois les énormes rochers à franchir, je suis soulagé car je sais que le refuge est juste derrière.

A Baudino je m’octroie une pause de 5 bonnes minutes où je mange mes bonbons Haribo. Ça me fait un bien fou ! L’apport de sucre associé à ma gourmandise naturelle me rendent le moral.

 

Je repars à présent sur un monotrace en descente que je connais bien et que j’apprécie particulièrement. Bon aujourd’hui ça va moins vite que d’habitude, c’est sûr…

 

Enfin je déboule assez en jambe à la maison de la Sainte Victoire. Là ça sent l’écurie. Pas à cause des ânes présents à côté, mais parce qu’il reste une 10aine de kms plutôt roulants et que plus rien ne peut m’arriver ! 

 

 Chris arrive concentré!

 

 

Ouf! Content d'arriver au ravito...

 

Remplissage d’eau, menthe à l’eau de ma femme et on repart !

 

Après 2kms de faux plat montant, on arrive sur du plat. Là, les jambes retrouvent une nouvelle jeunesse ! Je déroule et dépasse du monde. Les sentiers qui suivent sont du même acabit ! Jusqu’à Rousset, je vais presque toujours courir et dépasser une 15aine de concurrents. Je ne m’attendais vraiment pas à ça.

Même le passage sous le mini pont boueux se passe relativement bien. A sa sortie de laisse sur place 2 coureurs qui ont beaucoup de mal à relancer. Qqs kms au milieu d’un paysage de grand Canyon et Rousset est en vue ! Je double à nouveau qqs coureurs et déboule dans les rues le sourire aux lèvres. L’émotion grandit encore lorsque j’aperçois la salle des fêtes, lieu d’arrivée.

 

C’est à bonne allure que je passe l’arche sous les encouragements de la foule, d’amis et de ma femme ! Le chrono ? 10h25’55 !!!  Inespéré pour moi est mes volumes d’entraînement de poussin. Chris est assis un peu plus loin, heureux et fourbu, comme tous. Il a terminé en 10h16. On aura eu tout le long une 10aine de minutes d’écarts (d’après les relevés chronométriques de ma femme à chaque ravito…). Au final je suis 161ième  (Chris 151ième) sur 380 partants.

 

 

Je suis pleinement satisfait de cette perf. Les efforts de ces 2 derniers mois ont payé, et c’est tant mieux.

 

On en vient aux remerciements, ils sont nombreux :

-          Aux bénévoles qui ont menés cette course de main de maître

-          Aux amis et à leurs encouragement, allant parfois jusqu’à faire des mises en scène de soutien (ils se reconnaitront)

-          A Chris, comme toujours présent depuis qqs mois dans ma prépa mais aussi pendant cette course

-          A rafouille ! Le pacer dont tout le monde rêve qui m’a mis sur de bons rails et avec qui j’ai passé de supers moments

-          A ma femme, omniprésente aux ravitos pour m’aider logistiquement, un peu, moralement, beaucoup !

 

 

Voilà ! C’est un beau défi de relevé. Et maintenant ? Pppfffff….laissez mes jambes tranquilles quelques temps bordel ! Elles ont le droit au repos non ? 

 

 

 

11 commentaires

Commentaire de Rafouille posté le 08-04-2013 à 19:05:10

Bon ben voilà!!! tu t'es bien gavé on dirait!!!! Bravo pour ta perf et pour ta tenacité... Respect Mr Finisher!!!!
rafouille

Commentaire de Aleitheia posté le 08-04-2013 à 19:15:57

Eh bien voila une course qui a l'air parfaitement menée!! Félicitations Yannick, respect pour la gestion et la volonté!! Bravo! Bonne récup a présent!
Marion

Commentaire de akunamatata posté le 08-04-2013 à 19:28:01

Bravo Yannick, belle perf et surtout un plaisir immense d'avoir arpente la Sainte !

Commentaire de Sprolls posté le 08-04-2013 à 20:18:45

Faudra que j'essaie les haribos sur le prochain trail, ça à l'air bigrement efficace ;) bravo pour ta course !

Commentaire de riri51 posté le 08-04-2013 à 20:38:38

félicitations mon yannick et merci pour ce CR tout à ton image plein d'humour et très humble! bises et bonne récup...au fait, si tu cherches un ultra pour enchaîner...il y a le queyras fin juin!

Commentaire de kkris posté le 08-04-2013 à 20:52:39

Bravo mon ami, encore un grand moment, merci de nous le faire revivre à travers ce récit.
(Bon, on avait dit que tu broderais un peu sur les sangliers qui attaquent, pas grave..)
Tu as très bien géré ta course, content de voir que tu finis avec la patate.
A bientôt pour de nouvelles aventures!

Commentaire de Matchbox posté le 08-04-2013 à 21:58:06

Bravo Yann pour ta perf ! Tu appréhendais mais au final tout c’est bien passé, cool !
Dire que j’avais également des Haribo dans mon sac et que je n’en ai pas mangé de peur d’aggraver mon (long) passage à vide. Je retiens l’astuce des champions pour la prochaine course ;)
Bravo à tous les finishers car cette édition 2013 était encore bien relevée. Merci aux bénévoles et aux très nombreux supporters qui ont été au top.

Commentaire de patfide posté le 09-04-2013 à 00:27:07

Bravo pour ce super résultat.
A te lire on trouverais sa facile ^^
Le remède miracle réside donc dans les haribos. Il faudra que j'y pense.
Bonne continuation.

Commentaire de chorizo13 posté le 09-04-2013 à 10:11:07

bravo a toi , belle course bien gerée
comme d'hab un recit bien mené
yves

Commentaire de montevideo posté le 09-04-2013 à 16:03:01

Super course et super récit petit poussin :)

Commentaire de leGrandMalade posté le 09-04-2013 à 17:14:19

Beau récit, belle gestion et belle performance. Quand je vois comment j'étais fracassé à la fin du Cézanne, j'ai un immense respect pour toi et tous ceux qui ont ne serait-ce que tenté de faire le long ... chapeau bas !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !