Récit de la course : Trail de la Sainte Victoire 2007, par DUD

L'auteur : DUD

La course : Trail de la Sainte Victoire

Date : 18/3/2007

Lieu : Rousset (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1218 vues

Distance : 44km

Matos : Cuissard court + Tee Shirt ML
sac DK 10l + 2 poches a eaux (1 avec boisson energetique, 1 avec eau plate), barres cereales.
Chaussures Asic Gel Trabucco

Objectif : Se dépenser

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail de la Sainte Victoire

Trail de la Sainte Victoire - 18 mars 2007
------------------------------------------

Voici mon 1er trail (en course !) de l'annee, et 1er test pour
juger/jauger le bonhomme apres l'entrainement hivernal.

Arrivee a Rousset a 7h30, recuperation du dossard, retour a la
voiture pour se finir de se mettre en tenue, pis retour a la salle
polyvalente pour se mettre au chaud, car malgre le beau ciel bleu,
le thermometre n'est guere superieur a 0 degre ce matin.
J'en profite pour faire la connaissance de LTDB avec qui je discute
quelques instants avant de me rendre sur l'aire de depart.
J'ai choisi l'option cuissard court + tee-shirt ML et coupe-vent
leger. Sur le dos, mon sac DK 10l avec 2 poches : 2l de boisson
energetique + 1 poche avec de l'eau plate que je rechargerai au ravito.
Je pars un peu charge, mais en totale autonomie pr qqs heures !

A 8h02 le depart est donne. Objectif avoue pour cette course, 6h45.
Je pars donc sur mon rythme de croisiere, pas mal de coureurs devant.
Apres un petit peu de goudron et un leger bouchon pour passer sous un
pont, nous commencons la montee vers le Cengle. Partie assez roulante
mais aussi assez ininteressante, toutefois, je prend soin de noter le
parcours dans ma p'tite tete car nous devrons repasser par la dans
quelques heures. Une fois sur le Cengle, les sentiers se etrecissent, se pentifient (?), et je passe vite au mode montee=marche, descente=course.
A ce rythme la, j'arrive apres une derniere descente un peu rapide, au 1er ravito (eau) de la course, au refuge Cezanne. 1h38 au chrono pour 1h40 de prevu. Pas d'arret de prevu, donc je continue.

La 1ere difficulte se profile avec la montee au Prieure et le passage du Pas du Berger (petit passage de varappe avec une belle corde pour s'aider). Juste avant le Pas, le 1er relais me double.
Je reste bloque qqs instant au pied du dit Pas car quelqu'un est pris par des crampes en plein passage. Reprise de la montee vers le Prieure, ou le 2eme relais me depasse a son tour. Puis descente tranquille vers le 2eme ravito (complet), histoire de menager les quadri. Les concurents commencent vraiment a s'espacer et je suis bien tranquille dans cette descente.

Arrive au 2eme ravito en 2h20 (prevu 2h30), je fais le plein de ma poche a eau, je prend qq nourriture sur la table et je repars tranquille en marchant/mangeant pendant un bon kilometre.
Puis reprise de la course le temps d'arriver au pied de la 2eme difficulte, la montee vers le Pic des Mouches (1011m). Je passe le debut de la montee tout seul, avant de rattraper qqs concurents. La montee est raide et le sentier bien "calcaire". Fort
heureusement un petit mistral est la pour nous rafraichir de temps a autre.
En fait on arrive d'abord a un 1er col, avant de poursuivre sur les cretes vers le Pic des Mouches. Ce parcours en crete n'est lui non plus pas tres propice a la course (a mon niveau) meme si j'arrive a enchainer qqs foulees.
Passage au Pic en 3h55 (prevu 4h15) ou de nombreux randonneurs cherchent un coin pour pique-niquer et sont un peu surpris par ces gens-qui-courent.

La descente par le vallon de l'Aigle debute quelques hectometres plus loin, sur un sentier toujours aussi piegeux, ponctue de deux petites remontees bien casse-patte.
Cette descente se fait sur un versant abrite du mistral, et de ce fait la temperature devient bien chaude.
Quoiqu'il en soit, ca se passe pas trop mal, les cuisses sont bien soumises a quelques efforts, mais le bas de la descente est atteint sans probleme. Puis s'ensuit un petit deambulement entre vignes et garrigue avant d'arriver au 3eme ravito (complet) en 4h45 (prevu 4h45, comme quoi cette descente est plus lente que prevue). Meme scenario que pour le ravito precedent, une benevole remplit ma poche a eau, je prend qqs victuailles sur la table et je repars illico pour la 3eme et derniere montee du parcours, vers le refuge Baudino. Le debut se fait par un chemin bien large et pas trop raide, ce qui me permet de me restaurer tranquillou. Mais avec la chaleur, et le temps de course ecoule, le rythme est un peu plus lent. 2 relayeurs me doublent, puis j'en rattrape 2 autres (feminin) sur la fin de la montee, fin qui ne se deroule pas sur un sentier tres agreable, mais bon on est sur un trail pas sur un semi !
Passage au refuge Baudino en 5h30 (prevu 5h30), pis tres belle descente vers le Cengle sur un chemin "bien-comme-il-faut", ni trop caillouteux, ni trop pentu.
Passage au dernier ravito (eau) sans m'arreter et c'est la qu'on reprend le chemin du matin. Je suis seul depuis le passage au refuge Baudino, et le resterai jusqu'a 1km de l'arrivee. Seul un relais me doublera dans cette partie.
A noter sur cette portion roulante, l'apparition d'un point de cote tenance qui m'obligera a marcher qqs instants, mais finira par partir apres avoir passe qqs hectometres en appuyant legerement avec ma main sur ce point (en appuyant la douleur disparait ...).
A noter aussi une douleur au quadri interieur droit, mais je m'apercois vite que j'ai en fait un leger bleu sur la cuisse, j'ai donc du prendre un coup sans m'en rendre compte et par moment ca genere une certaine gene.
A 1km de l'arrivee, je rattrape un coureur avec qui je discuterai jusqu'a la fin du parcours. Nous franchissons la ligne en 6h37 (prevu 6h40) et une 81e place.

J'enchaine par la suite douche+repas avant de reprendre la voiture pour aller retrouver ma petite famille, encore trop jeune (30 et 16 mois) pour supporter une longue journee d'attente du papa-coureur !

Bilan: un beau parcours, exigeant notamment par la nature des sentiers. Mais que c'est beau la Provence sous le soleil ! Un temps final en rapport avec les previsions, ce qui signifie
que l'entrainement porte bien ses fruits. Qqs courbatures aux quadri ds les 48h suivantes, mais rien de bien surprenant.

Prochain rdv, le Nivolet Revard le 6 Mai, pis le Mercantour mi-juin, objectif premier de la saison.

Dud

4 commentaires

Commentaire de tounik posté le 04-04-2007 à 16:07:00

La prochaine fois que j'ai besoin de prévisions sur les temps de passage, promis je fais appel à toi !!!
Bravo pour ta course et ton CR qui donne comme une envie de participer l'année prochaine.

Commentaire de DUD posté le 04-04-2007 à 16:54:00

Pour Tounik,

C'est mon cote scientifique de la CAP :=)
Je te rassure, je me plante assez souvent sur
mes pronostics, mais pour une fois qu'ils sont
pil-poil bons, je le fais savoir :=)

Commentaire de L'Dingo posté le 04-04-2007 à 17:02:00

Dis donc DUD, en tand que montagnard tu aurais pas des ancêtres helvétiques aussi :-))))

En tout cas , la Ste Victoire c'est très proche de cette description, mais faut la vivre pour mieux le ressentir

Bravo

l'dingo

Commentaire de akunamatata posté le 05-04-2007 à 21:26:00

Ouf! tu as failli me rattraper à l'arrivée, je suis 2' devant avec Yoyo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !