Récit de la course : La Montagn'Hard - 56 km 2010, par Astro(phytum)

L'auteur : Astro(phytum)

La course : La Montagn'Hard - 56 km

Date : 3/7/2010

Lieu : St Nicolas De Veroce (Haute-Savoie)

Affichage : 1693 vues

Distance : 56km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

131 autres récits :

La Montagn'Hard 56 étape 4

La Montagn'Hard 56  étape 4



L’étape 5 dans 9 jours il était temps de sortir ce CR


Voici l'étape 4 avant l'ultime et dernière étape 5 le 27 aout

 

Rappel : étape 1 ??? , allez lire l'étape 2

  étape 2  les Aventuriers de la Drôme

             étape 3  Maratrail de Lans en Vercors


Pour l'étape 4 , j'ai testé la théorie du non entrainement car côté boulot un mois de juin épouvantable , après l’étape 3 du 6 juin uniquement 5 courtes sorties en 3 semaines (total 22,5 km) et une course (la foulées des laveuses 15km) ,heureusement j'étais en congés une semaine avant la course ,avec au programme faire du gras , repos et une rando .


Vendredi 2 juillet

Départ de Lans en vercors, direction St Gervais où nous avons réservé un hôtel et où nous devons retrouver Loicm à la gare.



Dans l'après midi, retrait des dossards à St Nicolas de véroce , nous croisons les kikous de connaissances puis la pasta dans un restaurant de St Nicolas en compagnie de Parapgab ,Loic et ma douce .

Je redescends ensuite Sophie à l’hôtel, nous avons décidé avec Loic de remonter dormir quelques heures dans la voiture avant le départ prévu à 3h .


Samedi 3 juillet 2h15

Les préparatifs se font sur le parking où nous nous retrouvons à plusieurs émergeant d'un sommeil plus ou moins accompli.

 

 Une bonne bande de kikoux se retrouve au départ.

    

      



3H c’est parti nous allons en découdre ,chacun avec son objectif, et le mien est simple, avaler les 5000m de D+ et finir en bon état de fraicheur.

La météo annonce du beau avec orages probables en fin de journée.

A peine 200m de goudron en faux plat descendant et nous partons à l’attaque de la première bosse 400m D+ , histoire de s’échauffer un peu .

 

photo JM TOURON 

 

La température est très douce à cette heure, on va vite avoir très chaud.

Une première descente arrive, faites à la lueur des frontales ,très vite arrive la deuxième bosse 800m D+, j’ai du mal à trouver mon rythme mais le paysage commence à se découvrir, c'est le lever du jour et c'est superbe jusqu'à nous offrir un arc en ciel.

 

  

C'est la bascule dans une nouvelle descente pour arriver aux Toilles , ravitaillement où langevine assure le pointage des dossards . C’est toujours un plaisir de discuter avec karine , toujours le sourire et le petit mot qui va bien car ensuite une grosse ascension nous attend ,le Prarion 850m D+ .

Dans la montée, j’ai du mal à avancer, je suis mou, en manque d’énergie.

Je suis doublé par 2 frangins kikoureur (pseudo oublié désolé) , on échange quelques mots et on fera l’élastique jusqu’à l’arrivée , ils étaient sur le 120 et prendrons l’option 56 .

     


Dans le bas de la descente sur une trace étroite, j’arrive derrière un dizaine de randonneurs italiens en espérant qu’ils s’écartent, en doublant le dernier de la file, j’aurai aimé qu’il alerte les autres. Ils ne bougeront pas et les doubler un par un en montant sur le bas côté me prendra du temps.

Ravitaillement au hameau de Bionnassay et à la sortie c'est reparti pour 900m D+

d'abord vers le torrent de Bionnassay et sa passerelle puis la montée vers le col de Tricot.

     

    

Je l’ai trouvé interminable cette montée pourtant elle est agrémentée des encouragements des coureurs de la moins’hard qui me doublent et de quelques mots avec les randonneurs.

                    

Au sommet du col, je me pose à coté d’un coureur allongé dans l’herbe .

Je lui demande si ça va, il me dit qu’il n’a plus envie de continuer, il n’a mal nul part et je m’aperçois vite que le moral n’y est plus.

Je lui propose de faire la descente ensemble jusqu’à Miage ,le prochain ravitaillement.

Il hésite et je repars seul.

Dans la descente je croise et double beaucoup de randonneurs, on voit les chalets de Miage tout en bas.

Au ravitaillement, Ouster est là, la cheville strappée et bien triste de s’arrêter là . Je lui donne rendez vous à l’arrivée et lui dis de boire une bière bien fraiche à ma santé. 

Quelques minutes plus tard arrive le gars découragé rencontré plus haut .

- ‘’Alors ‘’

- ‘’J’arrête là ‘’

- ‘N’arrêtes pas là, repars avec moi je t’emmène au Contamines et tu verras là bas ‘’

Il réfléchit 2 secondes et me fait Ok.

On ira donc ensemble jusqu’au Contamines mais avant il nous faut encore gravir la montée de la combe d'Armancette 680m D+ .

    

Cette montée est agréable, il fait moins chaud, le chemin monte en lacet et coupe 5 ou 6 fois le torrent. Je ferai plus amplement connaissance avec mon compagnon de route.

Au fil des kms j’apprends qu’on a le même âge, qu’il se prénomme Jehan.

On s’apitoie sur notre sort de V2 où les années passant, l’entrainement ne sert plus qu’à essayer de maintenir le plus longtemps possible une VMA qui baisse.

Plus tard, il m’apprend qu'il est du coin et là je suis quand même étonné  car je suis sur son terrain de jeu et c'est moi le parisien qui le motive à avaler le dénivelé.

Dans la descente sur les Contamines, la météo ne s’est pas trompé, ça craque de tous les côtés, j'ai une pensée pour les coureurs qui sont sur le Mont Joly, un orage a l’air bien accroché juste au dessus.

Les premières maisons puis arrive le ravitaillement des Contamines, les bénévoles annoncent que la course est neutralisée par sécurité, la pluie arrive, plusieurs coureurs sont déjà là depuis ½ heure.

J’ai cru un instant que la course était terminé, que nous n’allions pas repartir.

Je décide au bout 20mn d’arrêter mon chrono.

Je passe quelques coups de fil, d’abord à ma femme pour la prévenir puis à Loic qui a réussi à passer avant la neutralisation de la course et du coup il se trouve dans la montée du Mont Joly.

Puis les bénévoles nous annoncent la reprise de la course, je vais voir mon compagnon de route, son amie est venu le rejoindre et je suis étonné quand elle me dit ‘’bien sur qu’il repart ‘’.

On reprend la route à plusieurs sous une pluie battante affronter les derniers 840m de D+.

Juste avant d’attaquer la montée, le ciel se dégage et la pluie s’arrête, j’en profite pour enlever la goretex.

Je me sens extrêmement bien dans cette montée pourtant très raide par moment, je lâche mon compagnon de route mais je lui ai promis de l’attendre en haut.

Bien content d’arriver en haut ,2 jeunes bénévoles sont là pour indiquer la bifurcation 56 ou 120, pas ce cas de conscience pour nous.

Le ciel s’est complètement dégagé, le soleil de fin d’après midi illumine le Mont Joly.

 

Même si physiquement je suis bien, je suis pressé de rejoindre l’arrivée au plus vite.

C’est assez roulant pour rejoindre St Nicolas, on arrive assez vite sur la petite route que l'on coupe plusieurs fois puis la sono de l'organisation qui se fait entendre.

L'arche d'arrivée en vue, je demande à Jehan de se mettre à mes côtés car il veut rester en retrait pour passer la ligne.

Ma douce, loicm et ouster sont là pour nous accueillir.

photo Loic

 

 Vidéo Ouster 

http://www.youtube.com/watch?v=JpB9mmwb4x4 

 

Ce sera ensuite une soirée fondue et tartiflette avec les kikous .

 

Bilan

 60 ou 62 km au lieu de 56  et 4800 m de D+ au GPS

 


Une course à faire et à recommander sans aucun doute, pour son organisation , la beauté du tracé , l’ambiance .

Content d'avoir revu et fait la connaissance de nouveaux kikoureurs et encore bravo aux finishers 

du 120 , j'en mesure maintenant la difficulté n'ayant fait que la moitié.

J’arrive assez en forme et sans grosse fatigue, le lendemain et les jours qui suivent très peu de courbatures.

Comme l’étape 2 et 3, j’ai géré au cardio en me fixant une limite maxi à ne pas dépasser, dès la limite atteinte je réduisais la cadence.

Les pieds dans un état impeccable, même pas une rougeur, j’ai enfin résolu les problèmes d’ampoules avec une nouvelle paire de chaussettes Run Kapteren strap de chez D4

Je m’étais fixé 16h de course, il en sera finalement 17h19 auquel il faut enlever le temps de neutralisation aux Contamines mais le temps n'a pas beaucoup d'importance, c'était pas l'objectif.


Après un repos de 10 jours, j’ai repris l’entrainement en y incluant des abdos et un peu renforcement musculaire des épaules pour la poussée sur les bâtons .

 

Ce soir j'ai couru ma dernière séance soutenu. 

Bon je crois que je suis prêt enfin j'en ai l'impression !!!


A bientôt pour le Cr de l'étape 5  (98km 5600 m D+)

 

4 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 19-08-2010 à 06:51:00

Vivement la suite, SUPER récit!!
Merci Astro

Commentaire de Bruno CATANIA posté le 19-08-2010 à 09:49:00

Belles photos...ça donne envie, en tout cas merci pour le CR.

Commentaire de Land Kikour posté le 25-10-2010 à 17:25:00

Je viens juste de lire ton récit, il est superbe avec ses photos de très grandes qualités.
Bravo pour ta saison qui démontre que notre passion commune nous fait gravir tous les chemins "le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit a tout...."

Commentaire de Tonton Traileur posté le 06-01-2012 à 10:41:08

Suite à nos échanges en MP, je viens juste de m'perçevoir que tu avais fait un CR (mieux vaut tard ...), et quel CR ! Magnifique ! Oui, vraiment ça donne envie, et l'édition 2012 devrait satisfaire cette envie ... reste à savoir si ça sera le 100 ou le 60 ???
Merci Astro, et bravo !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !