Récit de la course : La Montagn'Hard - 60 km 2015, par Namtar

L'auteur : Namtar

La course : La Montagn'Hard - 60 km

Date : 4/7/2015

Lieu : St Nicolas De Veroce (Haute-Savoie)

Affichage : 910 vues

Distance : 60km

Objectif : Pas d'objectif

13 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

131 autres récits :

La Montagn'hard 60 2015 ? ça c'est pas fait...

L'avant course

 

Pour cette Montagn'hard 60, j'avais comme seul but de passer le maximum de barrières horaires. Au final je n'en aurai passé que deux. Mais je suis content d'y avoir participé.

 
Les deux mois précédent la course ne m'ont pas permis de m'entraîner sérieusement à cause du boulot qui m'a bouffé même mes week-end à cause d'un projet parti en sucette. J'ai dû faire deux sorties sur tout le mois de juin mais, comme dirait le Parieur Fou : "Attention il y avait quand même au moins 100m de dénivelé positif à chaque fois". Voilà pour la non-préparation. Pour couronner le tout j'ai une petite douleur à l'aine droite suite à mes tournois de tennis où je suis loin des résultats de boblastar avec 3 victoires pour 5 défaites. 
 
La semaine précédent la course je décide de réserver au camping des contamines pour être sur place dès le Vendredi soir même si je n'habite qu'à environ une heure de route.
 
On arrive vers 18h00 à Saint Nicolas avec ma femme et je vais retirer mon dossard. Direction le camping. Vers 21h00 je suis au lit. Réveil à 5h45, petit déjeûner rapide et direction Saint Nicolas.
En vue des conditions j'ai prévu de partir avec une réserve de 3L : mes deux bidons et deux bouteilles supplémentaires dans mon sac.
Le temps de croiser Caro et de discuter un peu et il est temps de partir.
 
 

La course

 
Au vu de mon niveau associé à mon manque d'entraînement, je pars tranquillement du fond du peloton. J'ai décidé d'y aller vraiment tranquille. J'ai le "Roadbook à Bubulle" pour passer les barrières horaires. Un tout grand merci à lui, il est super complet et m'a bien aidé tout le temps où j'étais en course.


La première montée se passe bien. Je suis dans les derniers mais pas du tout en sur-régime. Je contrôle, je discute un peu avec mes compagnons de fortune. Les paysages ne sont pas encore extra-ordinaires, mais c'est déjà bien joli.

J'arrive ainsi tranquillement au Déchappieu sans être entammé. Dans la descente qui suit, je me force à ne pas trop attaquer, à y aller tranquille. Mon but est d'aller le plus loin possible dans cette course, donc il ne faut surtout pas que je me crame. Petite remonté puis redescente vers le premier ravito.


Première contrariété : dans cette descente, je ne sais pas comment j'ai fais mais j'ai réussi à me planter de chemin. A un moment je devais penser à autre chose et j'ai loupé un embranchement plus que visible. Au bout de 500m je me rend compte de mon erreur,  remonte et retrouve le chemin initial. Je me retrouve du coup avec les premiers de la Moins'Hard. Ils m'ont gratté plus d'une heure en 12,3 km...
Au ravito je prend un vers de coca et de l'eau qui pique comme me le propose une gentille bénévole. J'engouffre quelques morceaux de bananes et déguste du jambon cru avec un petit morceau de pain. Il est 10h00, il est temps de repartir.


 
Se profile alors la montée vers Le Prarion. Il commence à faire chaud. Je me fais régulièrement dépasser par les coureurs de la Moins'Hard. Je tiens d'ailleurs à noter la très bonne ambiance sur cette course : à chaque fois que je m'écarte pour laisser passer il y a toujours un mot de remerciement et très souvent une petite discussion. Du peu de course que j'ai fais c'est vraiment celle que j'ai trouvé la plus sympatique à tous les niveaux (si l'on met à part la SaintSulp'Express qui elle était de toute façon hors catégorie).



Dans cette montée je commence à avoir du mal. Il fait bien chaud par moment et le manque d'entraînement se fait sentir. Le dernier tiers sera dur, même si cela est compensé par des paysages magnifiques. Je décide déjà de bifurquer sur la Moins'Hard car je ne me vois pas faire les 60. En haut la vue est magique. Dans la première partie de descente je sens que les jambes ont du mal. Je rattrappe deux personnes, on est pas très frais, on discute un peu sur l'éventualité de bâcher à Bionnassay. Je me retrouve rapidement de nouveau seul, j'ai pris de l'avance sur une des filles et l'autre est partie devant. Même dans cette descente je me traîne.


J'arrive à 13h30 précise (gong du clocher de l'église) à Bionnassay. Ils ont allongé la Barrière horaire de 5 minutes mais je décide d'en rester là : la prochaine barrière je ne la passerai pas, et je sens la grosse galère sur la montée du col du Tricot si jamais je continue. J'informe les bénévoles que j'arrête, je donne ma puce et demande à un secouriste de me prendre en photo pour immortaliser mon premier abandon en course à pieds.



A ce moment là je suis quand même content : j'ai fais une bonne matinée de sport dans des paysages pas trop moches avec tout plein de gens sympatiques autour. Nous sommes à ce point une bonne quinzaine à abandonner, principalement des gens de la Moins'Hard. Il y en a qui craquent et pleurent un peu. Je me restaure en attendant la navette qui va nous amener à Saint Nicolas. Il y a encore des gens qui arrivent, dont au moins un qui décide de continuer sans même passer par le ravito alors que les bénévoles lui disait que c'était terminé et que les serres-files de la partie Bionnassay - Chalet de Miage étaient déjà partis. J'ai trouvé sont attitude un peu cavalière. 
 
 
Je retrouve ma femme à Saint Nicolas, on file au camping puis retour à la maison. J'ai regretté un peu après de ne pas être resté jusqu'au Dimanche pour voir un peu les arrivées de la MH100 et croiser quelques Kikous, mais sur le moment j'étais content de rentrer à la maison.
 
 
Je tiens à remercier l'organisation sans faille et tous les bénévoles qui font un super boulot. Si il y a une seule course à faire pour moi c'est celle-là, dans l'un de ses 4 formats. Tout y est bien : l'organisation, la taille encore humaine, les paysages (y a pas à dire, on est quand même gaté dans le 74 et le 73), l'ambiance, la gentillesse et l'abnégation des bénévoles.
 
J'y retournerai donc l'année prochaine pour voir ce que donne la vue au sommet du col du tricot ;)
 
 
La suite c'est de reprendre l'entaînement sérieusement, puis les 40 kil de la chartreuse à l'UT4M, mais ceci est une autre histoire...

13 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-07-2015 à 21:08:57

Roh l'autre, premier abandon et il SOURIT !
Tant mieux !!!
Bon, maintenant on oublie et on se focalise sur ze place to be, "l'UT4M Chartreuse" avec le kéké l'albacor le chasse-neige et ma pomme !!!

Commentaire de Namtar posté le 08-07-2015 à 22:25:05

Il ne faut pas oublier justement, pour pouvoir être en forme sur l'UT4M Chartreuse ^^.

Commentaire de Bacchus posté le 08-07-2015 à 21:17:25

Ca passera l'année prochaine
Bon courage pour l'UT4M
Merci pour ton CR

Commentaire de Namtar posté le 08-07-2015 à 22:26:06

On fera en sorte que ça passe l'année prochaine oui.

Commentaire de cloclo posté le 08-07-2015 à 22:26:13

Dommage que je ne te connaissais pas, on est arrivé au même moment à Bionnassay, j'aurai su, je t'aurai fait une bonne séance de pompauculthérapie pour t'en faire repartir ;-)

Commentaire de Namtar posté le 09-07-2015 à 08:36:34

Je ne suis pas sûr que la pompoculthérapie aurait suffit. Je pense qu'il était plus sage pour moi d'en rester là. Mais j'aurai bien apprécié une discussion avec toi.

Commentaire de bubulle posté le 09-07-2015 à 06:40:40

Joli compte-rendu, plein de belles images et d'optimisme, malgré l'abandon. Belle leçon de positivisme, merci beaucoup. Tu as su apprécier ce qu'il y avait à apprécier ce week-end. Pour toi, ce n'était pas le bonheur d'une course réussie, cela le sera une autre fois. Mais c'était le bonheur d'être dans un environnement superbe, dans une organisation parfaite (je ne trouve plus les mots pour l'orga de la MH).

Il suffira de recommencer l'année prochaine, avec, il faut le souhaiter, une préparation moins chamboulée....et tu pourras goûter au bonheur de la dernière descente le long de ce p.... de télésiège...:-)

Et merde pou rl'UT4M !

Commentaire de Namtar posté le 09-07-2015 à 10:05:59

Oui l'année prochaine on essayera de mieux se préparer. Je suis resté assez serein dans les difficultés car raisonnablement je savais que j'avais très peu de chance d'aller au bout. Dans ces conditions, il est plus facile de devoir arrêter. Merci pour l'UT4M et merde pour l'EB !!

Commentaire de Vik posté le 09-07-2015 à 12:15:46

De quel 4eme format parles tu ?

Si tu ne te sentais pas d'aller bien plus loin tu t'es en effet arrêté au bon moment, l'abandon au tricôt nécessitait bien plus d'effort pour redescendre, et sous un cagnat monumental !
Ce qui compte c'est que tu ne regrette rien ;-)

Commentaire de Namtar posté le 09-07-2015 à 13:57:45

Je parlais du relai pour le 4ème format ;) Et félicitations pour ta course !

Commentaire de caro.s91 posté le 13-07-2015 à 15:45:30

je suis certaine que tu feras tout ce qui est nécessaire pour que ca passe en 2016 ! Pour moi ca a été très difficile avec la chaleur mais je suis contente d'avoir gardé les ressources morales pour finir.

Commentaire de Namtar posté le 13-07-2015 à 16:44:21

Merci, et félicitations pour ta course et ton CR

Commentaire de samontetro posté le 13-08-2015 à 22:14:16

L'abandon fait partie de notre pratique, c'est même le signe de notre progression: tenter des choses plus difficile que celles qu'on sait faire! Ce coup ci les voyants n'étaient pas au vert au moment du départ avec ton manque de préparation. C'est tout! Le prochain coup ça passera et tu t'attaqueras alors à plus difficile... mais avec toujours autant de plaisir!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !