Récit de la course : Lyon Urban Trail - 23 km 2012, par yves_cool_runner

L'auteur : yves_cool_runner

La course : Lyon Urban Trail - 23 km

Date : 1/4/2012

Lieu : Lyon 01 (Rhône)

Affichage : 682 vues

Distance : 23km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

78 autres récits :

Encore un récit en retard : LUT 2012 23 km


LUT - LENT URBAN TRAIL


2 semaines après la dernière course de ski de fond (Marathon des Glières) d'une riche saison, je suis au départ des 23 km du Lyon Urban Trail. Pas d'objectif sinon de participer à une course "fun" et avec le foncier accumulé sur les planches, ça devrait bien se passer. Même si je n'ai pas encore trop de km dans les pattes, une sortie où j'ai enchaîné les bosses de Caluire et Croix Rousse m'a rassuré.

Pas de souci côté météo avec un beau temps frais et un peu de vent du nord. Je retrouve quelques têtes connues des habitués de la Tête d'Or. Mais les MG, où sont-ils ? Nous sommes pourtant ici sur leurs terres ? Encore à fêter le podium de la Musaraigne au Grand Prix ?

Départ donné à 8h46 et on entre tout de suite dans le vif du sujet. Bien en rythme dans la 1ère montée, les sensations sont tout de suite bonnes. Je ne vais pas vous décrire tout le parcours, mais j'apprécie énormément sa variété avec un enchaînement permanent de montées, descentes, escaliers, même un peu de plat parfois, avec quelques passages peu connus, même par les locaux. En plus, le peloton est assez fluide, sans "bouchons lyonnais". Malheureusement, ça ne durera pas !

3 km en 16'52''. On descend la Montée des 400 Marches, ça me change de mes entraînements ! Je suis sans problème à moins de 6' au kilo (n'ayant pas de repère sur cette course, c'est le petit objectif que je me suis fixé pour terminer en moins de 2h20).


Descente de la Montée des 400 Marches

 

5 km en 29'10''. Rue Chevalier sur le plateau de la Croix Rousse. 5'50'' au kilo. Je suis vraiment facile et j'apprécie beaucoup cette atypique visite de Lyon. J'aperçois une centaine de mètres devant moi une casquette Kikou, mais sans l'identifier. La stratégie, c'est de continuer comme ça jusqu'à mi-parcours environ et de lâcher un peu les chevaux pour la suite.


Recherche de l'angle en virage


8 km en 43'43''. Parc Gillet. Descente freins desserrés ! Autant de gagné sur le chrono. Et ça continue jusqu'au Pont Koenig où on traverse la Saône.

10 km en 54'25''. Quai Chauveau sur la rive droite de la Saône. Là, je me sens très fort (enfin, à mon niveau, n'exagérons rien !). Pas du tout entamé, pas Papy pour un sou ! Compte tenu des grosses montées de la 2ème partie, je me dis que c'est jouable en 2h05 / 2h10. On quitte les quais pour attaquer la montée du Greillon et là je rattrape la casquette Kikou : je fais la connaissance de Drop, on échange quelques mots : nos objectifs sont proches.

11,6 km en 1h03'55''. C'est à peu près la mi-parcours. Comme prévu, j'accélère le rythme, pas du tout entamé. Je vais encore y croire quelques km !

14 km en 1h19'02''. premier passage à la Basilique de Fourvière. Ne plus rien lâcher maintenant. Et quelques centaines de mètres plus loin, patatras, fin des espoirs de chrono ! Arrivée au théâtre antique, une masse compacte de coureurs et marcheurs encombre tout le passage. Le mauvais calcul du décalage des départs par les organisateurs nous fait percuter l'arrière du peloton des 12 km. A partir de là, les montées se feront "à l'arrêt" (épique Montée des Chazeaux...), les descentes par à coup pour essayer de doubler tant bien que mal (slalom géant dans la descente de la Montée de Télégraphe !). Un calvaire. Surtout avec la forme que je tiens. Si j'avais été "à la rue", j'aurais sans doute apprécié les répits forcés, mais ce n'est pas le cas.

17 km en 1h38'41''. Presque 20' pour 3 km...

18 km en 1h45'30''. Scotché dans la foule...

19 km en 1h52'45''. Englué dans la masse...

20 km en 1h59'01''. Je rage de me traîner à près de 7' au kilo...

21 km en 2h06'40''. Ce km là est le pire, près de 8' dont probablement 3 à l'arrêt complet dans la montée qui suit la traversée de la Saône. Papy frustré...

22 km en 2h11'11''. Ouf, le 23 a quitté les autres distances. J'envoie tout sans me soucier du profil : libéré, j'ai l'impression de ne faire que descendre ! 4'31'' sur ce kilo et j'en ferais 10 comme ça si je pouvais...


Enfin libre de courir !


23,1 km en 2h15'34'' (242ème sur 1498). 4'23'' sur ce dernier kilo... Ce qui est sûr, c'est que je ne suis pas fatigué ; ce qui est tout aussi sûr, c'est le sentiment de frustration qui domine. Plus de 8 km à subir le trafic alors que je "pétais" la forme... Bon, soit Cool, Yves : ça n'en reste pas moins une belle journée sportive.


Sprint final


3 commentaires

Commentaire de les machine-gônes posté le 28-10-2012 à 20:12:52

En tous cas quelque soit le terrain toujours un dandy notre papy...
Après il va faire croire que c'est les autres qui le ralentissent alors qu'il fait son petit défilé de mode dans les rues branchées du centre ville. On croit rêver !

Commentaire de yves_cool_runner posté le 28-10-2012 à 21:27:16

Oui, mais ça ne vaut pas ma combinaison disco - paillettes de ski de fond !

Commentaire de DROP posté le 29-10-2012 à 11:45:11

ton récit me fait penser à ne surtout pas mé réinscrire l'année prochaine...
Te concernant tu étais mieux sur le LUT que lorsque sur le semi de Lyon : il faudrait que tu fasses du ski lété ! ;-)

@+ sur les chemins

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !