Récit de la course : Trail des Cabornis - 23 km 2014, par mightygnou

L'auteur : mightygnou

La course : Trail des Cabornis - 23 km

Date : 9/3/2014

Lieu : Chasselay (Rhône)

Affichage : 737 vues

Distance : 23km

Objectif : Pas d'objectif

9 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

trail des cabornis : Soleil , homme en vert et rosé!

Cette course est la 2e étape de mon tryptique  Suzon-Cabornis-Milo , alias est-ce-que-je-peux-enchainer-3- 20k-en 3 semaines  et si oui comment les pattes vont-elles réagir ?

 

J-8 : trail de suzon (18,5K pour 550D+) ou j’ai, comme on dit dans le jargon, « envoyé du poney » !

J-6 : Le poney fait bien moins le malin et est tout courbaturé….

J-2 : Mais bordel je suis toujours bien fatigué moi !

Jour J | H-3 : Le levé est compliqué...comme d’habitude je me maudis de m’obliger à me lever si tôt pour aller courir …

Jour J H – 30mn : Apres avoir bien râlé (et dormi un peu aussi)  dans la voiture avec mes compagnons de trail Nico et Fanny, je me retrouve en tenu et  motivé ! Le temps est radieux et l’on va tranquillement se placer au chaud dans la foule de coureur qui attend patiemment le départ.

Au moins, je ne réitèrerais pas mon exploit de l’an passé ou  j’avais entendu le 3…2…1… du décompte de départ….alors que j’étais en train de me soulager la vessie à 10 mètres de la ligne à l’ombre d’une poubelle à verre…

La course :

Paf ! Le départ est donné, je me cale avec Nico qui est engagé sur le 40K mais avec lequel nous avons prévu de faire ensemble  le début.
Dès les premiers mètres, je sens la fatigue du week-end dernier, et les muscles des cuisses qui tirent un peu la gueule…bon…ben je vais m’économiser et ne pas aller trop vite…
Hop, ça grimpe, hop j’en dépasse quelques-uns, un petit coup d’œil derrière pour vérifier que Nico est toujours là, et je continue mon avancée.
Avec le mal aux pattes et la fatigue, je me dis que finir dans les 3 heures ce ne serait pas si mal que ça, et  me mets donc en mode diesel…ça avance, c’est régulier, mais ç’est plutôt lent…j’ai l’impression de trainer une charrette !

Au bout d’1/2 heure, Nico me suis toujours avec son bandeau blanc et ….ha mais attendez, mon cerveau me dit quelque chose….Quoi ? Nico n’avait pas de bandeau blanc ?
Je me laisse remonter par celui que j’ai pris pour Nico et mes yeux confirment que cette personne à la même chevelure, le même haut rouge…mais que ce n’est pas Nico…Bon ben je l’ai perdu alors….
let’s go for une course tout seul !

Les montées/descentes s’enchainent, j’ai toujours ma charrette accrochée mais les cuissots se sont réchauffés…ça va un peu mieux ! N’ayant ni le profil du parcours en tête ni une idée du nombre de km parcourus, c’est avec une très grosse surprise que je vois débouler le ravito du km 13…. 
« Queha ? Gniéééé? Déjà ? » Me dis-je intrinsèquement en moi-même, en regardant de mes yeux ébaubis ma montre indiquant 1h20 et des bananes…

Un rapide calcul me permet de comprendre qu’en faisant du 9km/h sur le reste du parcours je pourrai finir dans un temps plus que bien par rapport à mes prévisions, alors je reprends le moral et je fonce…..jusqu’à la première montée ou mes jambes me calment direct !
Ça pique, mais je m’accroche derrière celui qui deviendra pour le reste de ma course l’homme en vert…ma mission : le suivre !
Mais c’est qu’il va vite le bougre, il envoie du pâté en montée, et quand je pense que je vais pouvoir me reposer un peu sur le plat, je me rends tout simplement compte qu’en fait il accélère encore l’animal !
Depuis bientôt 30 minutes que je le suis on a remonté pas de monde et les coureurs se font un peu plus rares sur le parcours….
Je m’accroche mais sur les parties roulantes je le vois s’éloigner  inexorablement….je sers les dents et essaie de le conserver dans mon champ de vision mais force est de constater qu’il va vite…. Et bientôt au détour d’un virage je ne le vois plus….triste je suis….


Je rattrape un petit groupe de coureur, et me mets à suivre un homme en bleu, qui me fait bcp moins rêver que mon homme en vert, mais on fait ce qu’on peut  ma pauvre Lucette !
Je revois de temps en temps, au loin, my greenman, et j’essaie de pousser un peu pour le rattraper mais une nouvelle et dernière montée à raison de ma volonté….
meme si je fais une croix sur lui et que les jambes sont lourdes, j’attaque la dernière descente, avec du baume au cœur, les cheveux dans le vent et…un lacet défait !
Enfin, pour le lacet défait, c’est quand je passe dans une sorte de boue-glaise et que je sens une sensation de fraicheur sur mon pied droit que je me rends compte…que ma chaussure est à 5-6 mètres derrière moi, trônant victorieusement sur un beau tas de boue !

Je ronchonne un peu, renfile ma chaussure et repart à l’assaut de cette belle descente technique (j’aime la descente !)..et là.. ; ô miracle, qui ne vois-je point apparaitre de derrière un bosquet ou il avait surement entrepris une pause technique ? ZE Greenman himself ! Oui, je vois bien que vous aussi êtes étonnés de ce revirement de situation, mais je confirme l’impossible : il est là, a une 20aine de mètres de moi !
Le moral au top apres cette vision, c’est tout boosté que je commence une remontée homérique vers mon meilleur ami du jour…Ça va vite, ca tourne, ça glisse, mais je l’ai dans le viseur et lui grappille mètre après mètre, jusqu’à me trouver derrière lui et autre un coureur, a 14km/h sur un petit replat…


Le chemin s’agrandit et devient plus caillouteux…je sens que ça va descendre fort, mais une petite voix dans ma tête me dit « c’est qui le patroooooon en descenteeeee ?» , et ce sont mes jambes qui répondent en accélérant et en me faisant dépasser mes deux compères…
Ça va très vite, c’est technique et je suis à 15-16 km/h…le sourire aux lèvres et la mine réjouie d’avoir enfin dépasser el hombre verde !


Derrière moi, j’entends que ça s’ébroue….des pas lourd dans mon dos, la sensation d’une présence derrière moi…je suis sûr que c’est lui ! je remets une couche, mais il tient ! Je le sens passer sur ma droite, j’accélère et reste devant…les jambes chauffent….et je suis finalement obligé de ralentir car le sol devient très boueux et glissant, mais j’entends avec soulagement que c’est la même en arrière….
La fin de la course est proche, nous allons bientôt sortir du bois et il est toujours derrière moi….je sens presque son souffle rauque dans ma nuque et je remets la gomme dans la descente bitumée arrivant sur le porche…17 km/H…presque 18 ! Les bruits de pas s’éloignent. C’est fait, je l’ai semé !

Je termine triomphalement ma course et passe la ligne d’arrivée tout sourire : 2H13, et devant l’homme en vert Bordel !

J’ai terminé la journée en attendant avec Fanny notre  3e larron qui faisait le 40, avec une bouteille de rosé que j’avais amené pour l’occasion et du saucisson, le tout au soleil et en encourageant les autres participants….que du bonheur !

 

Merci les bénévoles, merci l’orga, merci le soleil et merci mes jambes :)

 

J+2 : J’ai mal aux jambes…..suis fatigué…..ça doit être cyclique c’est pas possible :p

 

 


9 commentaires

Commentaire de Drill38 posté le 14-03-2014 à 16:49:11

Joli premier recit monsieur mightygnou !
Jolie course et jolie bataille ;)


Commentaire de mightygnou posté le 15-03-2014 à 21:29:30

Merci ! :-)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-03-2014 à 17:44:27

C'EST QUI LE PATRON !!!

C'est le mightygnouuuuuuuuu !!!
Trop bon ce récit ! Le pipi de l'an passé sur la ligne de départ, et ce maudit homme vert que tu parviens à fumer ! Vous avez papoté quand même après ?
Et j'ai pas vu le récit pour le Suzon !

Commentaire de mightygnou posté le 15-03-2014 à 21:32:26

C'est moi le patrooooooooooooooooooooon!

Enfin, pas tout le temps, mais la, oui, c'etait moi ;)
J'ai meme pas pu papoter avec l'homme en vert... (qui en fait n'etait pas celui qui me soufflait dans le dos sur la fin...il avait laché bien avant!)
Il est arrivé plus tard, passant la ligne d'arrivée avec sa fille dans les bras, et il est allé direct retrouvé sa femme....pas de place pour un vieux gnou la-dedans !
Pour le Suzon, je vais essayer de faire qqchose avec les bribes de souvenirs qu'il me reste!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 14-03-2014 à 17:45:40

C'EST QUI LE PATRON !!!

C'est le mightygnouuuuuuuuu !!!
Trop bon ce récit ! Le pipi de l'an passé sur la ligne de départ, la perte de chaussure, et ce maudit homme vert que tu parviens à fumer ! Vous avez papoté quand même après ?
Et j'ai pas vu le récit pour le Suzon !

Commentaire de Casidescôtes posté le 14-03-2014 à 20:45:48

Salut mightygnou!

Sympas ton récit, j'aurais voulu le même pour le Trail du Suzon !-)
En tous cas je trouve super de pouvoir raconter comme cela une course car cela ne semble pas facile de ressortir quelques anecdotes vécu en plein effort! (17 km/h c'est rapide!)
En tous cas le mystère de l'homme en vert reste complet...
A suivre.

A+

PS: Va quand même qu'on se trouve une course a faire ensemble un de ces 4 !

Commentaire de mightygnou posté le 15-03-2014 à 21:34:22

Hey gary-thirsty-eight :)

Content que mon recit t'ai plus, comme dis plus haut je vais essayer d'en fait un sur le Suzon!

Et oui, on va bien réussir a courir ensemble, bordel!

Commentaire de Jean-Phi posté le 15-03-2014 à 10:35:50

Belle course et bravo pour l'enchaînement !

Commentaire de mightygnou posté le 15-03-2014 à 21:35:16

Merci Jean-Phi!

Pour l'instant l'enchainement se passe plutôt bien, mais je sens que demain pour le milo trail ça risque...d’être plus compliqué!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !