Récit de la course : Trail des Cabornis - 20 km 2008, par flapi38

L'auteur : flapi38

La course : Trail des Cabornis - 20 km

Date : 16/3/2008

Lieu : St Romain Au Mont D'Or (Rhône)

Affichage : 1602 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

La semaine avait mal commencé avec l'annonce du deces de Lolo par mon petit frère lundi soir. Cette nouvelle m'a complètement sonné. Je connaissais Lolo depuis moins de 6 mois, mais j'avais l'impression de la connaitre depuis toujours. On devait se retrouver le soir suivant pour accompagner un peu Seb, le copain de Lolo. En sortant du boulot, je me suis fait renverser par une voiture sans plus de mal qu'une roue voilée, heureusement.

Tout cela m'a sacrement fait gambergé toute la semaine (sur le sens de la vie, sur les amis dont on ne profite pas assez, les enfants qui restent.......). J'ai assez mal dormi pendant quelques jours, et j'ai fait sauter les derniers entrainements de préparation au trail des cabornis. Du coup, j'avais perdu le gout, et je m'appretais à renoncer,  mais je me suis dit que je le devais bien à Lolo.

J'avais prévu de passer au dessus des 21 kms sur ce trail, mais le dénivelé annoncé a calmé un petit peu mes ardeurs.... Je préfère me contenter du petit pour le moment. Je ferais le grand sur le Sacré trail des collines. Je sais que Lolo s'y etait inscrite, et ca me faisait tellement plaisir de pouvoir l'y retrouver......

Bref, comme j'ai les enfants ce week-end là, je met les grand-parents à contribution pour les garder le dimanche matin. Départ de Grenoble en début d'après midi après l'école (et l'enterrement de Lolo...) en direction de chez mes parents. Au passage, nous faisons un petit crochet pour recuperer mon dossard. L'arrivée à St Romain me donne déjà une idée de ce que va être la course. Je n'ai plus du tout de regret de ne pas faire le 35kms.

A la veillée, je prépare mes petites affaires pour le lendemain. Je décide de courir avec une ceinture porte-bidon pour changer un peu. Je prépare deux barres de céréales et deux gels. Par la même occasion, je remplis les gourdes avec de la poudre à bonbon, comme disent mes ch'tiots, plus une bouteille pour l'avant course. Avec ca, je suis normalement paré. Un petit réglage de réveil et me voilà au lit tôt.

Réveil à 6h45, je m'équipe course rapidement et essaie de manger un bout, mais ca ne passe pas. Je n'insiste pas, je ne suis pas du matin. Je prends des barres de céréales pour plus tard, et pars pour St Romain. Pour une fois, je suis en terrain connu, et ne me perd même pas pour me rendre au départ de la course

Par contre, il n'est même pas 8h00. C'est vrai que je prend toujours un peu large, vu que je me perd souvent, mais là il n'y a presque même pas de queue pour les toilettes, c'est pour dire.

Bref, c'est l'occasion de rencontrer un peu de nouveaux kikous (badgone, martinev, blob) ,et d'autres déjà rencontré (vial). On discute un peu du parcours, des recos des semaines précédentes, du matos....

L'heure du départ approchant, chacun part s'échauffer, et on se donne rendez-vous sur la ligne de départ. Je croise Fimbur, qui se demande encore s'il fait le 35kms, car de retour d'une bonne grippe. Et, c'est parti dans la côte. Je prends un bon quart d'heure pour chauffer la mécanique, qui répond moyennement, comme d'habitude. Je suis un vrai diesel, ca commence à glisser après une heure de course. Je finis par une bonne séance d'étirement au moment ou le soleil fait de petites apparitions. Il fait bien chaud, et comme j'avais trois couches, je decide de faire sauter le tee shirt et le coupe-vent, plutot que le polo. Je doute d'avoir fait le bon choix, car je croise plein de coureurs qui sont en tee-shirt. Mais, finalement "mieux vaut avoir raison tout seul, que tort avec les autres", comme on dit en course d'orientation.

Un petit coucou au castor, et nous voilà parti avec Vial pour essayer de passer en première ligne dans la masse des coureurs déjà en place. Il y a déjà là MamanPat, Blob, BicShow, Fimbur (la photo est sur le récit de mamanpat, profitez en). Ca fait tout drôle d'être devant, je crois bien que c'est la première fois. BadGone fait un petit discours sur Lolo avant que le départ ne soit donné. 

Le troupeau s'élance en criant notre joie de courir pour Lolo. Ca part très vite, et je me serre à droite pour laisser passer la bande de furieux. Ca monte rapidement, dans un chemin pas très large, et comme dans tous les départs, ca double à tout va. Au niveau de la gestion de ma course, ce n'est pas terrible, j'ai déjà le cardio dans les 170, alors je calme un peu le jeu, mais je retombe vite dans mes excès. Ca ne va pas être simple de faire de l'endurance, si je ne me controle pas mieux.

La première boucle est passée et nous voilà de retour sur St Romain. La descente se passe bien. J'ai de bonnes sensations, et je redouble plein de coureurs au culot, en faisant gaffe quand même à ne pas les gener en dépassant. On longe la voie de chemin de fer, et nous voilà reparti dans la montée, et là ca rigole bien moins. C'est même bien pentu. J'ai carrement l'impression de faire de la randonnée aujourd'hui tellement je ne cours pas. C'est l'occasion de reprendre un peu des places, que je reperd aussitôt dans les zones courables qui suivent, même si j'arrive à relancer (va falloir bosser le deniv...)

C'est quand même du costaud aujourd'hui, et le passage avec les cordes n'est pas là pour me contredire. Bien marrant ce passage, par contre un peu avant, le passage dans les carrières est plutôt mal vu. Ca ressemble à du dénivelé pour faire du dénivelé. C'est glissant, on ne peut courir, et en plus il y a un bouchon. Cool pour la barrière horaire des 12kms. Il n'y a plus qu'à prendre son mal en patience.......Ca m'apprendra à ne pas être assez rapide. Blob qui devait être à 5mn devant passera sans problèmes.

 A peu près au 11ème kilomètre, et malgré une bonne hydratation, et un apport énergétique suffisant (je fayote un peu pour le coach), je commence à sentir des élancements bien connus dans les mollets. Je décide de ralentir encore un peu pour essayer de retarder l'apparition des crampes le plus possible. Je passe au ravitaillement à 1h43, dans les temps pour le 35kms, mais finalement bien limite quand même. Je le laisse aux courageux, je vais plutôt me la jouer petit bras. Sans regrets, j'ai déjà accumulé trop de fatigue pour me lancer sur 24kms de plus.

Sans m'arreter au stand (c'est un peu crade aujourd'hui, non ?), je m'élance dans la descente, en faisant au maximum travailler les cuisses pour économiser les mollets. Un peu plus loin, je rattrape blob avec qui je fais un bout de chemin. Il me propose gentiment de la sportenine, mais je pense sur le coup être capable de gérer le truc, trop optimiste....

Les montées succèdent aux montées. A travers les feuillages, on distingue la vallée de la Saône. C'est vraiment chouette.

Et un petit passage sur du goudron, avant d'entamer une des dernières montées à travers champs. C'est plein de ronces, partout. Ca me ferait presque penser à une bonne CO, mais il n'y a pas de balises. Allez, encore un effort, après ca descend jusqu'à la fin.

Je suis le gars confiant moi, j'entends dire que c'est la dernière, je pousse un peu sur les jambes. Mais, c'est jamais la dernière. Après une courte descente où je me fais bien plaisir une fois de plus, nous traversons la route pour nous retrouver en face du mont Thou. Vu du bas, je suis un peu blasé, mais bon, quand faut y aller....

 Certains de mes petits camarades de jeu sont encore plus blasés que moi. Un petit mot d'encouragement, c'est le métier qui rentre: les mains sur les cuisses et on grimpe. Le final se fait un peu avec les mains, et c'est la descente, enfin..........

J'ai à peine le temps de profiter du paysage à 360°, qu'il faut repartir. Je suis bien cramé, mais comme ca descend, je suis confiant. Je double des grappes de 2-3 concurrents assez lents, dans des sentiers assez techniques et caillouteux. J'ai un coureur en rouge en point de mire, que je remonte petit à petit.

La fatigue générale me rattrape cependant, et je fais une ou deux erreurs qui manquent de peu de me couter une cheville. J'ai quand même un placement plus fébrile qu'au début. Je préfère laisser filer le mec en rouge, plutôt que de risquer de me blesser. Je le rattrape quelques minutes plus tard. Il est arrêté sur le coté, et récupère de la descente.

Je continue à laisser glisser jusqu'à la sortie du bois. Le chemin est carrèment boueux, alors mollo. Les escaliers sont dévalés à toute vitesse, ca commence à sentir l'écurie. Je traverse le parking, reprend la route...met un petit coup d'accélerateur...Fatale erreur. Une crampe monumentale m'oblige à m'arreter pour m'étirer juste avant le passage entre les murs, soit à moins de 200m de l'arrivée. Je perd bien quelques minutes, et voit passer une bonne grosse douzaine de concurrents. Je suis vert de rage, mais complètement bloqué. Quand finalement, je peux repartir, je m'apercois qu'il aurait fallu encore plus etirer, mais je n'ai plus envie de perdre de places, alors j'y vais doucement en serrant les dents, et finis par passer la ligne en 2h42, ce qui n'est pas si mal au regard du parcours.

Arrêt au stand pour boire un peu d'eau (le sucré ca va bien un moment), grignoter un bout, et je vais m'étirer un bon coup. Il est déjà presque midi, je vais dire au revoir à ceux qui sont déjà arrivés, et je file retrouver mes ch'tiots.

Au final, un parcours assez éprouvant, mais interessant (à part les carrières, inutiles à mon avis) pour une bonne cause.

So long Lolo......

10 commentaires

Commentaire de Mamanpat posté le 20-03-2008 à 08:11:00

Ben 2 mn avant moi au 12ème ! Finalement on aurait pu faire le 35 ensemble !!!!

Allez, pour la prochaine fois alors !!!

Merci pour ton récit et pour ne pas avoir renoncé...

Pat

Commentaire de gdraid posté le 20-03-2008 à 08:52:00

Merci pour ce bon récit, bien illustré, flapi38.
Bravo pour ta course bien gérée.
C'est beau de penser à ses ch'tiots, en courant.
JC

Commentaire de seapen posté le 20-03-2008 à 10:34:00

Quel rythme ce récit. On vibre pour toi à chaque foulée. Dommage que cette satanée crampe a un peu gachée l'affaire qui a été je pense bien gérée dans l'ensemble. Salutations sportives.

Commentaire de millénium posté le 20-03-2008 à 20:59:00

bravo pour ta persévérance et ton récit.
Au plaisir de te (re)croiser

Commentaire de patcap21 posté le 20-03-2008 à 22:13:00

Salut flapi38
merci pour ce récit bien sympa à lire sur ta course qui ressemble en partie à la mienne pour ce qui est des douleurs au moins......

Bonne récup

@++
Pat

Commentaire de blob posté le 20-03-2008 à 22:15:00

j'espère que tu as apprécié cette petite escapade dans les Monts d'Or, et au plaisir de te recroiser à l'occasion

@ +

Commentaire de titifb posté le 21-03-2008 à 16:43:00

Pas mal du tout...

Commentaire de tabuki posté le 21-03-2008 à 17:54:00

ah pas mal puisqu'apparemment c'était hard. Rien qu'à voir les photos... ouh la sacrée montée !
Finalement on devrait peut être avoir un peu de Sportenine sur soi lors d'une épreuve pareille non ? lol
Bravo à toi pour cette course.

Commentaire de Lolarun posté le 21-03-2008 à 23:13:00

Belle Course Flapi, lolo aurait apprécié ta persévérence et ton courage dans la crampe.. pas évident j'imagine de négocier un effort pareil derrière l'infernale semaine qui avait conduit à ce dimanche. alors simplement, un grand bravo à toi.
lola

Commentaire de Fimbur posté le 24-03-2008 à 08:44:00

Salut Flapi,
content de t'avoir rencontré et d'avoir pu échanger à l'arrivée.

Moi aussi je vais bosser le déniv,
A bientôt,
Fimbur

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !