Récit de la course : Gruissan Phoebus Trail - 50 km 2015, par Casidescôtes

L'auteur : Casidescôtes

La course : Gruissan Phoebus Trail - 50 km

Date : 15/2/2015

Lieu : Gruissan (Aude)

Affichage : 790 vues

Distance : 50km

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le GPT c'est varié !

Me voilà sur la ligne de départ, il est 9 h et je doute sur la capacité de ma hanche gauche. Va-t-elle tenir le coups après le passage chez l'osthéo mardi dernier ? Elle était déplacée sur l'avant. Mais ces 5 jours de repos m'ont fait du bien et je n'ai plus de douleur, je suis en pleine forme !

  

 C'est partit, sans échauffement je pars lentement jusqu'à la première difficulté au second kilomètre, un raidar d'environ 80 m avec une pente qui s'accentue sur la fin. A mon niveau tout le monde la passe en marchant et sur le haut le point de vue est magnifique avec en fond Gruissan et la mer méditerranée. La descente qui suit est sympathique, juste de quoi dérouler et terminer l'échauffement. (17min et 2,7 km)

 

 Par la suite, jusqu'au 12e km il s'en suit une succession de montée / descente avec souvent Gruissan en point de vue, c'est très beau et j'en profite pour faire quelques photos.

 

 Au 14e km je croise un première fois mon père qui m'accompagne et cela me permet de me délester de mon coupe vent et ma casquette car j'ai déjà assez chaud. Bon sur le coups je suis un peu trop optimiste sur la météo à venir car après 5 minutes la pluie se remet à tomber et elle ne nous quittera plus pendant au moins 3 heures... Ma casquette m'aurais permis au moins de me protéger les yeux des gouttes de pluies ! Au 14e km nous escaladons une mini falaise, ça bouchonne ! Puis nous prenons un chemin de 4x4 sur environ 1 km. Je trouve cela dommage, vue le potentiel du coin un sentier bien sympathique aurait été la bienvenue !Au 18e km nous abordons une montée droit dans la pente qui se transforme en chemin caillouteux, nous montons sur un plateau qui nous permet de surplomber la mer une nouvelle fois (toujours sous la pluie).

 

 Une fois encore nous parcourons un chemin 4x4 et j’entame la conversation avec un coureur de Narbonne. Après quelques minutes je me mets en mode marche (même si cela ne grimpe pas) et je sort de mon sac des gâteaux d'apéritif salés. J'en propose à mon nouveau collègue, il en prends quelques uns puis il continue sa route... je continue ma pause. Le premier ravito étant au 30e km j'avais prévu cette petite récup. La pluie redouble et je commence à avoir froid, je repars. (2h19min – 22 km) Nous rentrons maintenant un peu plus dans la Clape.

  

Nous arpentons un sentier très caillouteux rendu dangereux par la pluie. Il faut être très vigilent et lors d'une descente le coureur devant moi glisse à plusieurs reprise. Nous discutons un peu... Peu après, sur le bas, le chemin de 4x4 fait une épingle à cheveux en frôlant la départementale qui traverse la Clape de Narbonne à Narbonne-Plage. (26e km) Il s'en suit un chemin très boueux le long des vignes. C'est de la boue argileuse qui colle beaucoup, la fatigue commence a ce faire sentir et je dois soulever 5 kg à chaque foulée !!

 

Arrive enfin le ravitaillement.Je récupère ma casquette, il pleut toujours. Je note à ce moment de la course le seul point négatif. Pas de choses salées sur la table... Malgré tous j'en demande et on me répond que seul la soupe l'est. Un fois n'est pas coutume je prends de la soupe que je trouve pas mauvaise. Mais pendant quelques seconde je me remémore les merveilleux ravitaillements du trail des Coursières le mois dernier. Après 5 petites minutes je repars, j'ai mal aux hanches, il reste 20 km et ça va être très dur. De plus les crampes me guettent... (30e km – 3h10min) Nous entamons maintenant, a mon avis, la plus jolie partie du parcours jusqu'au second ravitaillement au 42e km. De nombreux sentiers slaloment dans des forets de pins ou dans la garrigue, c'est vraiment agréable et l'on ne s'ennuie pas. Un peu technique avec des sols variés (plus trop de boue!). Nous passons aussi au milieu d'une mini vallée où l'on a l'impression de remonté un cours d'eau asséché et se passage me plais beaucoup.

 

Un peu de garrigue puis c'est la fameuse descente en « rappel » de la course, enfin avec l'aide d'une corde qui nous sert d'appui pour descendre de quelques mètres une partie escarpée (36e km). Des secouristes sont présents pour assurer notre sécurité. (Merci aux bénévoles!) Quelques centaines de mètre et rebelote dans l'autre sens.

 

Faut remonter maintenant... La première partie de cette petite ascension sur de la terre glissante fait apparaître des crampes et j'ai beaucoup de mal à gravir le seconde partie où il faut escalader de la rocaille, je cale un peu. Arrivé sur le plateau un concurrent juste derrière moi me passe et le temps de prendre trois photos du point de vue je l’aperçois en contre bas, cela me décourage un peu. Je décide de baisser mon rythme afin de récupérer. Je marcherais plus souvent jusqu'au second ravito qui est a 4 km.

 

Enfin le voilà (5h06min), je mange un peu, il y a du fromage et du jambon, youpi !! Mes hanches me font toujours souffrir et les 8 derniers kilomètres vont être pénible, je le sens. La relance est très difficile, pourtant je continue à courir dans de nombreux faux plats montant. Sur 2 km ,les chemins sont peu technique et cela me permet de récupérer. Nous empruntons ensuite une descente VTT, c'est très sympas.

 

 Il n'y a plus de pluie et le moral remonte sur la fin du parcours. Après quelques bosses on se retrouve sur une piste cyclable pendant 800 m environ puis nous bifurquons sur la gauche, c'est la dernière bosse que je marcherais. Je temporise dans la descente pour récupérer un peu et envoyer les dernières force sur le dernier kilomètre qui longe la route qui mène au vieux village de Gruissan. Je termine à fond, je ne sais pas trop pourquoi car de toute façons je ne passerais pas sous les 6 h. Je vais terminer ce 50 km et j'avoue j'ai un peu les nerfs qui lâchent, 50 km c'est pas rien.

Au final je mets 6h03 min et classé 197e. Je suis très heureux de ce résultat Je suis pile poil sur mon estimation, entre 6h et 6h 30, c'est très bien.

Le soleil est maintenant de la partie et ce moment passer sur le parking à me changer en plein soleil est un régal ce 15 février 2015.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !