Récit de la course : Marathon d'Annecy 2012, par franck de Brignais

L'auteur : franck de Brignais

La course : Marathon d'Annecy

Date : 15/4/2012

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 714 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Battre un record

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

75 autres récits :

Dans 7 ans je suis champion du monde de Marathon !

Si, si, je vous assure, dans 7 ans je suis champion du monde de Marathon. C’est inévitable, c’est une certitude, c’est mathématique !! Mais avant de vous soumettre ma théorie, vous allez devoir ingurgiter ce fastidieux CR !!

 

Annecy, c’est mon Marathon de l’année 2012… j’aime pas les Marathon : c’est du goudron, ça tape, je m’ennuie profondément. Mais cette épreuve possède une caractéristique que j’adore : elle fait travailler le mental… à un moment tu n’as plus le choix, ton cerveau est obligé de reprendre le contrôle que le reste du corps perd. Et j’aime cette sensation : t’obliger à te détacher de la douleur pour finir.

J’ai donc choisi Annecy pour ne pas trop subir les inconvénients : le paysage est superbe, en relevant le nez on peut s’imaginer sur les montagnes alentours, le Semnoz, les Aravis,… ma modeste expérience de la course à pied m’a déjà emmené dans ces endroits magnifiques…

 

Sauf qu’à mon arrivée ce samedi matin, c’est plutôt brouillard, pluie battante et froid polaire !! Un temps à pas mettre un Marathonien dehors ! Denis et sa petite famille se sont installés quelques jours sur place et ont la gentillesse de m’accueillir.

On retire les dossards en 2 minutes, on évite soigneusement le village Marathon (pluie battante, froid glacial)  et on revient en courant sur notre lieu de villégiature (7 petits km, idéal pour rappeler aux jambes que demain va falloir y aller !!). Ce sont des trombes d’eau qui nous accompagneront sur cette dernière petite sortie.

Pates le midi, pates le soir… agrémentées de thé et de boissons d’attente. Le tout en jouant aux dominos avec les enfants. Préparation des tenues : va falloir rajouter une couche, ce sera Tshirt technique manche longue en dessous + Thsirt du Marathon de Paris (histoire de montrer qui est le patron …) . Short court et… running !!

 

Petit dèj à 6h00, arrivée sur place à 7h30. Le temps est le même que la veille. Ila plu toute la nuit (très courte nuit évidemment…), le village est installé sur un immense parc, superbe… mais détrempé… ! Peu de place pour se changer, dépose des sacs et échauffement. Enfin REchauffement, il fait toujours aussi froid. Il est drôle de constater que certains partent avec l’équipement du parfait traileur en route pour tomber l’UTMB… au moins ils n’auront pas eu froid ! 15 min avant le départ, poignée de main virile, chacun rejoint son sas. Denis sur le 3H00, mois sur le 4H00 (qu’est ce que vous dites au fond ??... je ne vaux pas 4H00 ??... Oui je sais, mais là c’est nouvelle technique : je veux courir le 1er semi en moins de 2H et gérer au mieux le second… oui je sais, c’est pas recommandé, mais je tente… j’suis un fou !!…)

 

Départ à 8h30 précise et on se met en jambe en faisant un petit tour autour des immeubles alentours et prenons enfin la piste cyclable que nous n’abandonnerons qu’au 42ème. Je me suis mis juste devant le meneur, trop de monde autour. Et je cale mon rythme entre 10,5 et 11 pour être sur de passer en dessous des 2 heures au 21ème km. J’adore ce moment : les débuts de longue course. C’est un moment pour moi, je me repasse les 2 mois d’entrainements, l’amélioration significative des chronos sur la plupart des courses, je commence la « positive attitude ». Je suis très facile, pas essoufflé, je profite du moment.

 

Km9 je vois de loin la petite famille à Denis, supporters vigoureux et motivés. « Top » dans la main au passage. Je suis au « top » de ma forme !! (…) Je ne regarde pas derrière, je ne veux pas savoir où en est le meneur, je reste sur ce rythme que je tiens facilement. Je me demande quand nous allons croiser les 1er et comment ceci va s’organiser. C’est en effet la particularité de ce Marathon : un aller retour, sur la même piste. J’ai rapidement une réponse : 15ème km, une première moto : 2 tons et sirène pour nous mettre en garde. Puis 3 mn plus tard 2 motos à l’horizon… suivi d’un avion de chasse !! C’est un moment incroyable de voir de si près de tels athlètes en action. Il courait à plus de 20km/h (au 25ème km !!) sans avoir l’air d’être plus gêné que ça… des foulées de guépard… Quelques secondes après, un groupe de 4 black envoient tout aussi sévère. Puis arrivent au fur et à mesure plusieurs groupes. Les coureurs sont concentrés, très impressionnants ! Un sort du lot : un sourire splendide illumine son visage… il vivait un moment exceptionnel !! C’est une certitude. Les 1ère féminines arrivent, aussi impressionnantes !!

 

Km18, j’aperçois le meneur d’allure des 3H00. Denis est il toujours accroché ? Oui ! je le vois, je suis idéalement placé à gauche, lui pareil de son côté. Top la main au passage, pas de paroles échangées, juste un regard « allez, on s’accroche !! » . Arrive enfin la longue boucle qui amène au semi, nous quittons la piste cyclable pour 4 km. Passage au 21 en 1h57. Impeccable… sauf que les jambes commencent à tirer. Volontairement, je descends donc la vitesse entre 10 et 10,5 pour passer du mode « contrôle » au mode « gestion ». La boucle est longue, mais nous finissons par en faire le tour et reprenons la piste. Reprendrela piste à cet endroit, c’est aussi devoir gérer un faux plat montant sur 1km environ. Il va être très sollicitateur, je vais devoir encore baisser ma vitesse. 24ème km, j’entends beaucoup de monde derrière moi : c’est le ballon des 4H00 qui arrive, pas de stress, c’est normal, ça reste dans le plan de marche. J’essaie tout de même de tenir l’allure à leur passage, mais je puise trop dans les réserves et les laisse partir.

 

Je commence à rentrer dans le dur, en plus des jambes je commence à avoir très mal aux épaules, au ventre et en bas du dos, le Marathon commence. Le moindre faux plat montant devient une vraie galère et au 30ème, à la faveur d’une mini grimpette (vraiment légère…) j’abandonne le trottinage pour marcher sur150 mètres. Ca y est je passe du mode « gestion » au mode « on sauve les meubles ». Je repars très difficilement. Km 32 de nouveau beaucoup de monde derrière moi : le ballon des 4H15 !! C’est impossible !! Il ne peut pas déjà être là !! d’après mes calculs il a entre 5 et 10 minutes d’avance. Est-ce que je me trompe ?! je ne suis franchement plus frais, mon esprit me joue des tours. Le groupe passe doucement… j’essaie désespérément de m’accrocher à cette allure, c’est dur…trop dur… je dois, après 2km de combat, le laisser partir. Des larmes me montent aux yeux… laisser partir ce ballon aussi tôt, ça veut dire abandonner l’objectif des 4h30 que je m’étais fixé. Et se réfugier sur celui de 4h41 de Paris…

 

Je continue à gérer tant bien que mal (je marche entre 100 et 150 mètrestous les km), je me tape une belle hypoglycémie : Il n’y a plus rien de solide sur les ravitos depuis le 21ème km ( ??!!) et je ne voulais pas prendre le risque (intestins) de prendre la boisson énergétique proposée. Je craque donc au 35ème et prends deux verres de boisson d’affilés. L’effet est rapide et 500 mètres plus loin, j’arrive à reprendre un rythme régulier autour de 9km/h… Sauf que le ballon des 4h30 se profile !! Je n’y comprends plus rien : comment peut-il être là aussi tôt lui aussi ??!!...  j’ai beau refaire tous les calculs des centaines de fois, en tenant ce rythme, j’arrive en 4h30… sauf, que je n’arrive pas à tenir ce rythme !! Je sens une nouvelle fois une boule se former au fond de ma gorge… mais pas cette fois ci !! Lui, je le laisse pas partir !! Je ne sais pas en combien de temps il passe la ligne, mais je la passerai avec lui !!... je serre les dents, j’ai horriblement mal, je rentre en mode « sécurité », je ferme tout et me concentre sur une seule chose : les baskets du meneur, il est à 100 mètres devant moi, il ne doit pas partir… Je relève le nez au 39ème : je reconnais le bord de route empruntée à l’aller : je vois au loin la plage d’Annecy, mais pas encore l’arche. C’est de plus en plus dur… le meneur est une vraie machine !! Je lâche parfois50 mètres mais me force à revenir. Chaque foulée est douloureuse, ma plante de pieds est en feu.

On passe le 41ème, mais on s’éloigne de l’arche !! Je reviens depuis quelques centaines de mètres sur le meneur et  je comprends pourquoi : je regarde enfin mon chrono, le meneur est très en avance sur son temps : il ralentit donc, et moi je reviens enfin doucement sur lui…

 

La ligne est à300 mètreset il reste 2 virages : Denis est sur le côté et me montre le meneur : « allez passe le !! », je secoue la tête : je peux pas !! Et puis en 5 secondes, tout bascule : je passerai l’arche devant lui !! et …bonus inespéré… largement en dessous des 4h30 !! Mes foulées s’agrandissent, je passe le meneur juste avant le dernier virage, tapis rouge, l’arche, j’arrête mon chrono et lève les bras au ciel. Je n’ai pas envie de regarder ma montre, je profite juste de l’instant… Une bénévole me remet une médaille, je la mets immédiatement autour du cou… je l’ai mérité celle là !! Je regarde enfin mon chrono : 4h21… Je souris.

 

Un caméraman étranger, espagnol peut être, m’interview dans un français approximatif et me demande ce que je ressens. J’avoue ne plus trop savoir ce que j’ai dit… (bon ! d’un autre côté si c’est diffusé à Barcelone… c’est pas très grave…). Je me jette sur le ravito d’arrivée, j’ai tellement faim !! Ca change des 2 premiers où j’avais envie de vomir et étais à 2 doigts de tomber dans les pommes !!

 

Denis m’attend à la sortie du ravito. Merci à toi mon ami ! (Cet homme m’a juste attendu 1h20 vêtu d’une couverture de survie… il pleuvait… il faisait 6°… avec un bon vent de Nord !!... Merci !) . Nous rentrons au gite. Trop tard pour un resto… pas grave, après une bonne douche et des vêtements secs, on s’installe enfin devant une bonne bière (le houblon est excellent pour la récupération !!) et un bon bol de cacahuètes. Un léger Mac Do clôturera ce léger apéro.

 

Les enseignements ?

 

Annecy en Avril… te découvre surtout pas d’un fil !!

Si tu pars trop vite… très vite tu seras cuit(e) (…faut que sa rime !!…)

Un gros bol de cacahuètes … c’est super chouette !!

 

Et dernière (enfin…) conclusion de cette histoire : 2010 Marathon du Mont Saint Michel 5h00, 2011 Marathon de Paris 4h40, 2012 Marathon d’Annecy 4h20,… 20 min gagnées à chaque fois. Sur ce rythme, pour mon 10ème Marathon, dans 7 ans, je passe sous la barre des 2h00…

Je vous dis : d’une logique implacable !!

 

Franck

8 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 19-04-2012 à 19:43:27

bravo, quelle volonté !!!!!!!

je ne dis rien d'autre mais tu sais à quel point c'est sincère....

Commentaire de sebmelalix posté le 19-04-2012 à 21:33:50

Toutes mes félicitations, je suis ravi pour toi et c'est largement mérité!!!
Tes bons résultats à St Priest et St Symphorien étaient annonciateurs de cette belle perf. Objectif dépassé, record pulvérisé, énorme progression en 3 ans, oui je pense que tu es le futur champion du MONDE ;o)
Bon, la barre est haute à présent, je présume: objectif 3h59:59 !!!
BRAVO a+ et merci pour ton récit.

Commentaire de lalan posté le 19-04-2012 à 21:45:03

Tu l'as dit,c'est toi" le patron",la prochaine fois ce sera"si tu pars trop vite,tu arrivera vite".Bravo a toi,belle progression.C'est quoi le prochain?

Commentaire de Arclusaz posté le 19-04-2012 à 22:22:58

son prochain défi ? faire un off avec nous !!!!
à côté, le marathon d'Annecy va lui paraître une aimable promenade.......

Franck, prépare toi à avoir mal..... aux oreilles !

Commentaire de lapinouack posté le 19-04-2012 à 22:52:38

mdr tu m'as fait rire :) bonne récup :)

Commentaire de calou posté le 20-04-2012 à 07:20:14

J'adore... On va suivre ta progression jusqu'à ta consécration de champion du monde !!! Bravo.

Commentaire de tidgi posté le 20-04-2012 à 11:09:03

Tu vas finir par me croire : moins de 4h facile bientôt !
Bravo pour cette progression... et ce n'est pas fini...

Poussez vous, Franck arrive ;-)
Récupère bien.

Commentaire de CROCS-MAN posté le 20-04-2012 à 13:24:33

Ne lache rien alors !! Bon retour à la boue, aux cailloux , et au D+ .
Merci pour ton récit :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !