Récit de la course : Saintélyon 2012, par Sabzaina

L'auteur : Sabzaina

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2012

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1724 vues

Distance : 72km

Matos : Adidas Glide

Objectif : Terminer

35 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

500 autres récits :

I did it !

Allez, à J+3, même si je ne suis toujours pas redescendue, je me lance pour un CR.

Quelle préparation chaotique… Moi qui suis carrée dans mes plans d’entraînement (qui a dit maniaque ???), moi qui ne supporte pas de manquer une séance prévue sur mon agenda… Il a fallu batailler moralement plus d’un mois avant la Sainté.

Petit retour en arrière : le 19/10, chute de VTT, entorse légère de la cheville gauche. Forfait pour la course des Sept Hameaux, vacances de la Toussaint, 10 jours après la chute, je cours de nouveau. Je m’aligne même sur la Sans Raison (la bien nommée, vues les circonstances) le 11/11.

Trop tôt, sûrement, je n’ai pas su attendre, grosses douleurs à la cheville qui me réveillent la nuit ; bref, direction la kiné (c’était écrit « urgent » sur l’ordonnance, et j’ai attendu 3 semaines pour y aller, oui bon ça va…).

Je deviens enfin raisonnable, je renonce à la course des 4 châteaux, j’ai l’objectif principal de la Sainté en tête, je ne cours plus, je fais mes exercices de proprioception. Je déprime car j’ai toujours mal, mon moral fait le yoyo, c’est usant, même si, comme l’entourage aime à me le rappeler (et ils ont raison), y a bien plus grave dans la vie.

Une semaine avant la course, je tente un footing de ¾ d’heure : douleurs…
3 jours avant la course, je vais à l’école à pied (20 min) : douleurs…
Bon, c’est mal barré tout ça mais tant pis, j’irai. J’irai au moins pour rencontrer les kikourous, mettre des visages sur des pseudos, au moins prendre le départ, et récupérer aussi ma belle frontale Stoots.

Dans ma tête, c’est clairement : ça passe ou ça casse avec une grande chance que ça casse…

Samedi 1er décembre, 16h
Gare de Lyon. C’est amusant de croiser des gens, de regarder leurs chaussures pour savoir si, eux aussi, « ils en sont ». Et il y en a. Une paire de Salomon, un gars qui a un camel sur le dos… Pas de doute, je ne suis plus seule, à partir de ce moment-là.
Mon train est enfin annoncé et là, dans le wagon, c’est clair : que des coureurs ! En solo ou en groupe, nous sommes tous là pour la même chose. Direction Saint Etienne !
J’essaie de lire mais n’y parviens pas. Un mal de tête commence à s’insinuer… Je prends illico 2 Doliprane, pas question que la migraine vienne gâcher la fête.

Samedi 1er décembre 19h47
Arrivée à Saint Etienne. Inutile de se demander où se situe le retrait des dossards, il n’y a qu’à suivre le flot de coureurs. Passage rapide au Parc Expo, mon dossier est complet, je n’ai donc pas à faire la queue, je récupère mon dossard et je file au Flore pour ma toute première rencontre avec les kikous.

Mamanpat me reconnaît et m’aborde très gentiment, me permettant de m’intégrer rapidement avec, entre autres, Sapi et Arclusaz. Au milieu de mon plat de pâtes, je me lève pour aller saluer Florent et Nini ; ce dernier m’explique très gentiment comment fonctionne ma toute nouvelle frontale, impressionnante de légèreté ; elle me suivra toute ma course, sans nécessité de changer la batterie, nickel, merci encore Florent.
Très bonne ambiance, de bons fou-rires… Moi qui avais prévu d’aller m’allonger un peu pour somnoler avant le départ, je n’en éprouve même pas le besoin. Je fais également la connaissance de Japhy et de sa bonne humeur communicative. Et d’autres kikous, dont j’ai malheureusement, et je m’en excuse, oublié le nom.

Samedi 1er décembre, 23h20
Le gérant du restau nous pousse gentiment dehors en commençant à ranger les tables. On a compris le message, on se lève, je vais remplir ma poche à eau (ça peut servir), mes 3 couches sont en place, le coupe-vent dans le sac… Tout est prêt.
On retourne au parc des expos, bien au chaud ; je suis impressionnée par tout ce monde, très émue aussi.
A 23h45, je crois, une sonnerie retentit, il faut se rendre sur la ligne de départ. Je suis dans le sas 7h/9h (mouahahah, quelle idée de s’inscrire dans ce sas là…) avec Japhy et Sapi. Nous nous encourageons mutuellement juste avant le départ, les yeux brillants, sachant qu’on ne parviendra pas à courir ensemble…

Dimanche 2 décembre, 0h00
C’est parti… Bien entendu, pour commencer, nous courons sur du bitume. Je veille à rester sous les 75% de FCM, j’ai décidé de courir au cardio, de boire toutes les 8 min, de manger une barre toutes les heures et de m’alimenter à chaque ravito. Qu’est-ce qu’on peut en décider des trucs avant le départ … J’en ris devant mon PC, tiens…
Je me sens bien, j’ai mal nulle part, j’attends que la douleur à la cheville se réveille, je sais qu’elle va se réveiller.
Je n’allume pas m frontale, il y a tellement de monde que c’est inutile et puis, les routes sont éclairées. Je vois Japhy sur la gauche, j’essaie de rester juste derrière elle mais je la vois s’éloigner et je la perds de vue.
J’ai du mal à me souvenir de cette tout première portion, je n’ai pas froid, je marche dans les montées, ça c’est sûr, non pas parce que je suis déjà fatiguée, mais pour ne pas me griller, car j’ai décidé de rester bien fraîche tout le parcours (AHAHAHA !!!). Utopie.
Il y a de la neige, du verglas, mais pour le moment, ça ne me gêne pas.

J’arrive au 1er ravito de Saint Christo en 2h01, pour 16km. Je vois qu’on peut zapper ce ravitaillement mais je m’en tiens à ma première idée et je vais remplir ma poche à eau. En revanche, je n’ai pas faim du tout, donc je ne prends rien à manger.
Je m’occupe l’esprit avec des calculs savants : alors t’as fait 2h pour faire 16 bornes, donc comme le prochain ravito est dans 12km, ça fait 1h30 environ… Mais bien sûr… Comme si le trail était une science exacte.
Arrivée à Sainte Catherine en 4h02, j’arrêterai là mes calculs inutiles. Quasiment impossible d’accéder aux tables de ravitos… C’est le seul point négatif de l’organisation selon moi, qui, pour le reste, était parfaite (ah nan y a aussi le coup du tshirt finisher qui n’est pas le bon…)

Mon but maintenant est de ne pas me viander sur les plaques de verglas, les racines mouillées, les caillasses dans les descentes, la neige… Je vois tellement de gens faire des vols planés devant moi que ça me terrorise, j’ai peur, réellement peur de me faire mal, de devoir abandonner sur blessure alors que… ma cheville tient ! AUCUNE douleur, c’est à n’y rien comprendre (et là, à J+3, pareil : rien de rien… je ne comprends pas c’est miraculeux, même la kiné ne comprend pas).
J’en viens à souhaiter des montées car les descentes me crispent au plus haut point. Dans une des forêts (ne me demandez pas le nom, je n’ai pas étudié les parcours donc je ne connais pas les lieux), je descends sur les fesses, pour ne pas tomber ; du reste je ne suis pas la seule à le faire.

A 3h30 mon père m’appelle pour avoir des nouvelles mais pas de réseau donc je n’ai ses messages vocaux que vers 4h, je le rappelle et suis heureuse de pouvoir partager un peu cette aventure.

Le temps passe, j’avance, j’avance, un seul leitmotiv en tête : ne t’arrête, marche mais ne t’arrête pas. Et puis, une chute sur du verglas, la fesse gauche qui cogne méchamment, des bras qui me relèvent : « ça va ? » , « oui, oui, merci ». Oui, j’ai eu de la chance, juste un bleu. Ouf.

Je vous livre un peu toutes mes impressions dans le désordre…

A un moment, gros gros bouchon, tout le monde se demande ce qu’il se passe.. Un cratère ? Un fossé ? Nan, nan, juste une flaque d’eau !!! Téméraires, avec mes compagnons  du moment, nous pouffons et faisons les fiers en disant « attends c’est un trail, on peut se mouiller les pieds !!! » .
Je passe donc en plein dans la flaque… Oh maudit c’qu’elle était glacée cette eau… J’ai cru que mes pieds allaient geler sur place et puis, finalement, quelques centaines de mètres plus loin, ils se sont  réchauffés tranquillement.

Le ravito de Saint Genoux, que j’atteins en 5h54, est le pire de tous niveau monde : je ne cherche même pas à atteindre les tables, je veux juste SORTIR !!!!!

Heureusement que j’avais mes 7 barres « Alain Roche »…

Celui de Soucieu, en revanche, parfait. De la place, le temps de souffler un peu, de s’alimenter dans le calme. Un havre de paix bien appréciable.

Descente en enfer pour moi entre Soucieu et Beaunant : je marche de plus en plus, je me refroidis, je n’ai plus les idées très nettes, je divague un peu, je me surprends à chanter tout haut pour accompagner mon ipod.

Je me souviens aussi avoir, un moment, fonctionné à la méthode Cyrano : 1’ de course (enfin, course, course, faut l’dire vite hein) et 1’ de marche. Et là, ma Garmin a bipé « batterie faible », je me suis dit que si je « perdais » ma montre, j’étais foutue (à ce stade, tout nous paraît une montagne, n’est-ce pas…). J’ai compté mon nombre de foulées sur 1’, au cas où mais finalement, la montre a tenu jusqu’au bout.

Le ravito de Beaunant n’arrivant pas, j’ai bien cru l’avoir manqué, j’entendais des coureurs dire « il est où ce putain de ravito ??? », je pleurais de fatigue, je pensais bien abandonner là tout en me disant que c’était trop con à 15 km de l’arrivée, j’avais les doigts tellement froids que je ne pouvais plus boire (tourner le clip du tuyau était impossible), ni attraper mon téléphone dans le sac… J’ai pensé à l’histoire de la doudoune bleue de Killian et j’ai éclaté de rire (rire mêlé de larmes) en pensant à cette discussion sur le forum.

Enfin je vois le dernier ravito, quasiment vide (quel contraste) et juste devant : un car … Oh là là, quelle perfide tentation. Ils devraient les cacher les cars qui ramènent les coureurs, faut pas nous faire de l’œil comme ça après 9h de course hein !!!
Durant ce ravito, je me suis littéralement gavée de thé/soupe/café (tout dans la même tasse mais pas en même temps :D), de carrés de chocolat et surtout de délicieux cookies.
J’ai mis environ 20 minutes à sortir les chaufferettes pour les mains de mon sac, à les ouvrir, à les glisser dans mes gants. Gants, qui, au moins 5 fois, sont tombés à terre car je n’arrivais plus à les tenir. Un type a eu pitié de moi et a fini par m’aider. Merci m’sieur, c’est ça aussi l’esprit trail ;)

Je me suis assise sur un banc, une femme à côté de moi m’a vue et m’a dit : « non, on peut pas abandonner maintenant, il reste 10 bornes ». J’ai hoché la tête, elle est partie en me souhaitant bon courage, je suis restée un peu plus longtemps à me ressourcer.
J’ai pensé à Nini qui, selon mes calculs, allait me rattraper et que du coup, nous pourrions finir ensemble. J’ai pensé à Mamanpat qui devait déjà être arrivée. J’ai pensé à Japhy aussi qui, selon moi, était loin devant.
J’avais mal partout mais toujours pas à la cheville.

La mine défaite (sans doute, je n’avais pas de miroir pour vérifier), je me suis fait violence pour me relever et sortir dans le froid. Les chaufferettes ne faisaient pas beaucoup d’effet pour le moment.
Dans la montée bitumée qui a suivi, mon tél a sonné mais je n’ai pas pu répondre, mes doigts ne répondant toujours pas. 10 minutes après, j’ai pu parler à ma mère, qui m’a dit d’arrêter car elle a senti que j’étais à bout, je pleurais en lui disant « non ! Ne me dis pas ça, encourage moi à finir les 10km restants plutôt !! ». Elle a répondu « IL TE RESTE QUE 10 KM !!! Ah bah bien sûr que tu vas finir alors !!!! ». Mes sanglots se sont calmés, j’ai réussi à parler normalement, j’ai discuté peut être 5’ avec elle, j’ai raccroché et, alors que je pensais finir en marchant, je me suis remise à courir, courir, courir, quasiment jusqu’au bout. Je n’en revenais pas, le mur était passé, le coup de moins bien était derrière moi, j’avais surmonté cela, j’allais réussir.

Arrivée sur les quais, je commence à voir le décompte des km qui font davantage 1,5km… Enfin on n’est plus à ça près.. J’allume mon « vrai » portable, je vois 9 sms, dont Jay qui a tout suivi… ça me fait chaud au cœur. Je lance un Runtastic pour avoir le plaisir de recevoir des « I like it », « Go go go », des olas… Je souris, je vole, je plane total !

Encore quelques sms, auxquels je prends le temps de répondre : « plus que 4 !!!!!! »

Et enfin la délivrance, Gerland. Inutile de dire que je pleure comme une madeleine, comme beaucoup, je le sais.

Il est 11h23. Mon train est à 13h04, je dois encore récupérer mon sac, me changer vite fait (même pas le temps pour la douche…), choper le métro. Une 2ème course commence, je suis perclue de douleurs mais j’ai le cœur léger.
Une dernière bonne suprise : lors de l’attente au guichet des billets de métro, un jeune homme fort sympathique m’interpelle : c’est ejouvin qui m’a reconnue. On discute un moment, on échange nos expériences et je le félicite pour son temps.

Dans le train du retour, comme à l’aller, que des coureurs. Mais pas un bruit, on dort tous. Pas vu passer le voyage. Voiture récupérée à gare de Lyon, je file sur Montigny. Appuyer sur l’embrayage est un supplice dont je me passerais bien. Plus la maison approche, plus la perspective d’un bain brûlant me fait fantasmer.
J’arrive à la maison à 16h, un bain donc. Je constate que je n’ai aucune ampoule.

Couchée à 18h30, je fais le tour du cadran jusqu’à l’heure du réveil pour aller bosser.

Et voilà, je l’ai fait. J’y étais. Je n’ai jamais eu autant mal après une course. Je n’ai jamais été si loin de moi-même. Une aventure intérieure comme jamais je n’en avais jamais vécu. Je dis ça après chaque ultra mais c’est parce que je mets la barre un peu plus haut chaque fois.

Je crois que j’ai négligé l’aspect trail de cette course. J’ai vraiment pas ressenti les 50% route annoncés, peut-être en raison des conditions neige/verglas, je ne sais pas.

Je pense que même avec mes chaussures de trail, cela n’aurait pas trop changé la donne.

Je crois que si j’ai autant de courbatures c’est parce qu’il m’a manqué des entraînements en fin de préparation.

Je pense que ma cheville ne demandait qu’à courir et que je lui ai enfin donné ce qu’elle voulait, c’est sa façon de me remercier J

Je pense que j’ai de la chance d’avoir été bien entourée durant cette course via les sms/appels car je n’aurai peut-être pas fini sinon.

Je ne sais pas si je la referai, je ne ferme aucune porte mais c’est vraiment trop tôt pour le dire. Et j’aime tester différents ultras.

J’avais prévu de m’inscrire à la CCC cette année pour être prise en 2014 mais le risque d’être prise cette année est trop grand, je ne me sens vraiment pas prête.

Mon prochain objectif est le 80 bornes de l’éco-trail. Avec des coursettes de 20/30/40 km d’ici là. On se reverra, j’ai l’impression d’être entrée dans une grande famille en vous rencontrant.

Comme je disais sur FB, je n’arrive pas à redescendre, je suis toujours là-haut avec ma frontale, à voir ce serpent lumineux au milieu de la neige.

C’était énorme….

Et aujourd'hui, mercredi, je descends les escaliers presque comme les gens normaux :)

 

35 commentaires

Commentaire de Nini posté le 05-12-2012 à 10:32:39

Bravo Sab, un beau CR ! Quelles émotions !
Je vois que je ne suis pas la seule à pleurer en courant !!! Lol
Et je me retrouve dans me commentaire de ta maman, la mienne a eu le même ! Sauf que j'étais plus de l'arrivée et j'ai pas eu la force de dire non, je continue ( attention je ne rejette pas la faute sur elle hein ! )

J'aurai adoré finir cette course avec toi... Si seulement ! Une autre fois peut être !

Pour finir, prends soin de toi, et à la prochaine blessure (que je ne te souhaite pas !) relis ton CR et ne fais pas la même erreur, ça t'évitera bien des interrogations d'avant course !
Bises

Commentaire de Jean-Phi posté le 05-12-2012 à 10:33:18

Superbe récit où l'on sent tout à la fois, bonheur, émotion, difficulté, soulagement. Ne redescend pas trop vite, il faut savourer ces moments rares. Tu as réalisé une belle partition et ça n'est qu'un début. Tu l'as dit, la course est une famille, un peu givrée (comme la STL) mais une belle famille. L'eco trail sera la 2° pierre de l'édifice dans ta quête de la CCC. Félicitation Sab ! A bientôt.

Commentaire de Arclusaz posté le 05-12-2012 à 10:41:41

Fabuleusement beau mais fabuleusement dur.
J'espère que beaucoup liront ton CR avant de s'aligner sur la STL : les conditions transforment cette course et cette course peut nous transformer.

Très content d'avoir fait un peu connaissance, nos chemins se recroiseront, c'est sûr.

Commentaire de ejouvin posté le 05-12-2012 à 10:41:48

J'ai l'impression que tous ceux qui ont fait leur première Sainté ont versé une petite larme sur la fin du parcours, sauf moi (tiens pourquoi mon nez s'allonge ?)

Félicitations pour avoir pris le départ, avoir mis un pied devant l'autre malgré les doutes de la cheville et les conditions, et surtout pour être passée sous l'arche.

Maintenant, du repos pour laisser le corps digérer, et ensuite bon entrainement pour l'écotrail.

Commentaire de marat 3h00 ? posté le 05-12-2012 à 10:49:51

félicitations pour ta volonté. Un CR à relire avant ton prochain eco trail pour te rappeler que les douleurs seront là mais te permettront de planer ensuite. Et puis sans les chemins gelés, ça va le faire !

Commentaire de jack91290 posté le 05-12-2012 à 11:08:07

très beau récit sab.
une très belle aventure ou pas mal de gens ont souffert, tu as réussi, félicitations!!! tu m'as fait réver...
Moi qui avait gagner mon dossard cette année, et qui l'a refusé, c'est sur l'année prochaine j'y serai.
en espérant se voir a l'ecotrail.

Commentaire de freddo90 posté le 05-12-2012 à 11:15:25

Merci pour ce CR "à fleur de peau", et bravo pour avoir tenu et été jusqu'au bout !

Commentaire de Japhy posté le 05-12-2012 à 12:54:26

Quelle belle photo! Mais tu as foncé comme une fusée entre le dernier ravito et l'arrivée, c'est complètement fou! Si le pointage de Beaunant était AVANT la pause, tu as dû mettre 1h10 pour les 12 derniers, alors que j'ai mis quelque chose comme 1h45! :D
Sinon tu m'as apparemment doublée entre St Christo et Ste Catherine, vu nos temps respectifs.
Bravo pour cette course magnifique, cette expérience extraordinaire, surtout dans les conditions où tu l'as entreprise et avec celles que nous avons connues ce jour-là.
Je ne me prononce pas pour la CCC, il me semble que tu la ferais les doigts dans le nez mais peut-être que c'est toi qui a raison, on verra si tu résistes au "clic" à la mi-janvier! ;)
Les filles, moi je ne dis jamais à ma mère ce que je vais faire, je le lui dis toujours plus tard, une fois que c'est fait. Hier elle a tout juste percuté quand je lui ai raconté, ça ne l'a pas affolée plus que ça, et elle m'a parlé d'autre chose au bout de 30 secondes! :D

Sinon je suis bien d'accord avec vous lorsque vous dites qu'il est très dur de redescendre. Ou plutôt, ça me fait l'impression, comme à chaque fois, qu'on m'a lancé en l'air, très haut, et que paf, je suis retombée dans la normalité avec le plus grand mal. C'est ainsi, à faire des choses intenses, il n'est pas facile de reprendre le quotidien. C'est comme passer la porte des étoiles! :D


Commentaire de KiKiKoureur posté le 05-12-2012 à 13:21:26

Bravo pour être allée au bout!
Vu les conditions météo et ton chrono, je pense que tu nous la joue "modeste" en hésitant à te lancer sur la CCC...

Commentaire de PtitLudo posté le 05-12-2012 à 14:46:32

Bravo pour ta course, ce n'était pas évident avec une fin d'entrainement contrariée, et bonne prépa pour l'écotrail ;)

Commentaire de Jay posté le 05-12-2012 à 15:01:06

Plane , plane encore .. profite de ses sensations d’après course ... redescends le plus tard possible.

Bravo à toi !!!
Jay

Commentaire de franck de Brignais posté le 05-12-2012 à 16:31:35

Merci pour ce beau récit. Il est vrai, plongera chaque participant dans ce qu'il a vécu et chaque postulant dans la dure réalité de cette aventure. Bravo pour être allé au bout !

Commentaire de sapi74 posté le 05-12-2012 à 18:47:16

superbe récit et je confirme il y avait de l'émotion au départ. maintenant repose toi bien avant d'attaque la prépa pour l'ecotrail.
Ravi d'avoir fair ta connaissance et passer un agreable moment avec toi.

Commentaire de laurent05 posté le 05-12-2012 à 19:10:57

merci pour ce beau récit et encore bravo pour ta course pas évident avec les conditions cette année bonne récup

Commentaire de tidgi posté le 05-12-2012 à 20:05:04

Bravo à toi !
Nous avons des temps très proches, j'ai du te doubler (sans le faire exprès hein !) vers la fin.
Reste encore sur ton nuage et profite...

Commentaire de bubulle posté le 05-12-2012 à 21:31:54

Il est beau comme tout, ce compte-rendu! Je voudrais bien écrire les mêmes, pleins d'émotions et tout et tout mais je fais rien que de me souvenir des détails..:-).

Bon, parti comme c'est tu vas te réinscrire l'année prochaine et je peux me faire carotte pour amener une kikoute de marque (sisi, c'est pas la durée qui compte, c'est la qualité), et néammoins quasi voisine sur ma course fétiche, 15 jours avant (cela dit, y'aura Nini et Elcap, yzont promis...y'aura pas Arclu parce que c'est une grosse feignasse, mais tant pis).

D'ici là, à se voir à l'Ecotrail ou, va savoir, un petit off dans notre coin?

N'oublie pas de ne pas redescendre et, quand même, cette photo, c'est vrai que c'est une tuerie d'intensité!

Commentaire de bubulle posté le 05-07-2013 à 11:06:30

hihihi, je re-re-commente mon commentaire, 7 mois plus tard. Donc :
1) je me suis inscrit
2) tu ne viendras pas au Puy-Firminy qui a trop de bitume pour toi
3) mais tu seras à Saintélyon
4) et entretemps, nous avons fait quelques coursettes ensemble
5) Objectif 9h. Deux heures et demie de moins que l'an dernier, ça devrait le faire, non? Bon y'a des p'tits kilomtres en plus mais je suis sûr que ce sont des p'tits kilomètres
6) et on ne discute pas!

Bises!

Commentaire de Sabzaina posté le 05-07-2013 à 14:12:41

Des kms en plus et 2h30 de moins: je vais bien, tout va bien.

Commentaire de Byzance posté le 05-12-2012 à 21:37:35

YOU DID IT !!! Et quelle façon originale de soigner une cheville !

Commentaire de Sabzaina posté le 06-12-2012 à 06:16:21

Tous vos commentaires me font chaud au coeur et ajoutent encore un peu plus à l'émotion et au plaisir ressentis. Merci.
Je vais être très attentive à l'organisation des off, Bubulle.
Pour la CCC, je crois que vous me surestimez un peu :)

Commentaire de KiKiKoureur posté le 06-12-2012 à 09:24:38

La CCC est accessible à tout randonneur disposant de 2 jambes en état de fonctionner et d'un peu de temps à consacrer à l'entrainement...

Commentaire de runny posté le 06-12-2012 à 10:49:42

salut !
sans hésitation, le + beau CR de la Sainté 2012!! émotion, plaisir, doutes, courage, fatigue extreme, dépassement de soi... on retrouve dans ton texte tous ces sentiments rencontrés lors d'une pareille aventure!
Mais le + drole c'est que je t'ai reconnue tt de suite quand j'ai vu ta photo! en comparant nos temps de passage, j'ai compris pk:

N° 6802 PRIMARD ERIC
PASSAGE A ARRIVEE AVEC UN TEMPS DE 10:47:01 A LA MOYENNE DE 6.491 Km/h
ST ETIENNE ST CHRISTO STE CATHERINE ST GENOUX SOUCIEU BEAUNANT LYON CENTRE ARRIVEE
HEURE DE PASSAGE
00:03:42 02:02:22 04:03:33 05:57:14 07:47:43 09:26:15 10:31:02 10:50:43
TEMPS DE PASSAGE ... 01:58:40 03:59:51 05:53:32 07:44:00 09:22:33 10:27:20 10:47:01
RANG DE PASSAGE 2096 3554 3541 3398 3177 2741 2574
+/- ... 1458 -143 -221 -436 -167 -53

t'étais hyper tendue, concentrée...l'air presque hagard à Soucieu...c'est en tout cas la reflexion que je me suis faite!
Bravo pour ta course en tout cas, chapeau! Bon maintenant il ne nous reste plus qu'à redescendre sur terre. J'ai encore les images plein la tête de cette folle nuit!
salut!

Commentaire de Sabzaina posté le 06-12-2012 à 17:47:50

Merci Runny :$
Ah oui on était carrément ensemble à Soucieu!!! L'air hagard, je veux bien te croire...

Commentaire de sebmelalix posté le 06-12-2012 à 21:23:16

Bravo à toi Sabzaina pour ton récit plein d'émotions mais surtout Bravo pour ta course.
Ça fait du bien de l'avoir dans la poche celle-ci ;-))
Bonne prépa pour l'Eco Trail...

Commentaire de Mamanpat posté le 07-12-2012 à 08:26:41

Bravo, ne redescends pas la prochaine sera vite là !
Tu as joué, tu as gagné et le virus tu as attrapé !
Et vivement le prochain repas d'avant ou d'après course aussi !

Commentaire de Sabzaina posté le 08-12-2012 à 06:58:14

Pat, tu avais raison, je pense déjà à l'édition 2013... C'est dingue!!!

Commentaire de Mamanpat posté le 08-12-2012 à 07:28:19

;-) Bienvenue chez les zélés de la STL !...

Commentaire de a_nne posté le 07-12-2012 à 16:13:08

Bravo pour ta course et ton récit, très sympa !
Au plaisir de se croiser en région parisienne (je n'ai pas fait le pas d'aller jusqu'au resto 'Kikourien' à St Etienne...honte à moi...).

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 16-12-2012 à 18:28:04

Superbe photo, tu sembles sur un autre monde...
Bravo, à toi pour avoir vaincu ce "monstre" glissant.

Commentaire de Bert' posté le 26-12-2012 à 15:38:09

Bravo et merci de ta course et ton super CR !
On vit bien l'aventure avec toi et c'est une bien belle expérience que tu nous fait partager :-))
En tout cas, j'ai envie de retenir que :
. Toutes ces épreuves ne pourront que te servir positivement pour tes prochains défis (y compris CCC)
. Tu t'en es sortie !!
. Maintenant que tu as dû atterrir, le métier rentre et c'est avec plaisir qu'on va suivre tes épopées ;-)

Commentaire de Sabzaina posté le 26-12-2012 à 19:25:51

C'est vrai que j'ai enfin atterri... sur les pistes de ski ! ;)
Merci encore à tous pour vos commentaires

Commentaire de bubulle posté le 12-04-2013 à 18:30:09

hihihihihi, je relis ce CR aujourd'hui : "J’avais prévu de m’inscrire à la CCC cette année pour être prise en 2014 mais le risque d’être prise cette année est trop grand, je ne me sens vraiment pas prête."

MDR

Commentaire de Sabzaina posté le 10-02-2015 à 00:05:29

EXDR

Commentaire de Sabzaina posté le 12-04-2013 à 18:33:47

LOL !!!
C'est malin de retourner le couteau !

Commentaire de Sabzaina posté le 04-12-2013 à 10:09:00

ça fait pas de mal de relire ce CR 3 jours avant l'édition 2013... Histoire de bien me rappeler ce qui m'attend

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.2 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !