Récit de la course : 20 km de Paris 2016, par augustin

L'auteur : augustin

La course : 20 km de Paris

Date : 9/10/2016

Lieu : Paris (Paris)

Affichage : 614 vues

Distance : 20km

Objectif : Se défoncer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

20km de Paris 2016

20 KM DE PARIS – DIMANCHE 9 OCTOBRE 2016

 

On prend les mêmes, et on recommence !

38ème édition de cette course organisée par l’Armée de l’air, que j’avais déjà faite… en 2009 (1h29) et 2015 (1h17’53). Epreuve pas du tout inscrite à mon programme (ayant participé à un triathlon longue distance le dimanche précédent et au marathon de Tours il y a 3 semaines…) mais inscription en juin via sponsor (un constructeur automobile français en forme de losange ;-)) donc cela ne se refuse pas !

Cette année a été dense en compétitions et records : un ultra en avril (100 km route, Belvès en 9h35), un 10 km route en mai (nouveau record en 36’28), un marathon couru 3 semaines avant (Tours, en 2h59), et le triathlon LD le dimanche précédent (5h19)….

Je vais jouer avec le feu aujourd’hui, objectif mieux que l’an passé donc je vais tenter les 3’47 de moyenne pour viser les 1h16, sur un malentendu peut être ? Prévision carrément optimiste j’imagine !

Le vendredi après-midi à l’occasion d’une réunion dans Paris je fais un crochet par le village des exposants pour aller récupérer mon dossard et ceux de mes acolytes du bureau, ainsi que le T-Shirt du sponsor.

 

Le dimanche matin, réveil compliqué, un diner arrosé le samedi soir n’ayant pas aidé J puis après un rapide petit-déj (sans gâteau di sportif cette fois-ci) je vais déposer ma voiture jusqu’au RER, fait frisquet (3°) quand même avant 8h du matin !

Arrivée sur place un peu avant 9h, c’est raté pour la photo de groupe, j’ai rendez-vous avec mes deux collègues pour leur remettre leurs dossards & t-shirts puis nous nous dirigeons vers l’accès ad-hoc des sas préférentiels. Dans le SAS devant on se retrouve à côté du car podium et on peut s’échauffer gentiment à côté des Elites. La température monte doucement et pas de vent, les conditions météo sont bonnes.

10 minutes avant notre départ ce sont les handisports qui s’élancent, puis nous nous rapprochons de la ligne, derrière les Elites, mais le peloton est déjà compact, j’ai l’impression qu’on a raté le coche et que l’on aurait dû mieux anticiper pour se placer devant.

Juste à côté de moi une tête me dit quelque chose, en fait c’est Bolloré Junior à propos de qui j’ai lu un article la semaine d’avant ;-) Quelques têtes connues aussi ici, Dominique Chauvelier et Philippe Rémond, multiples champions de France de marathon.

Mon objectif du jour est à 1h16, j’ai mes temps de passage imprimés au niveau du poignet sous la montre et me remémore la table des 3’47…pas simple ! Je suis en pleine interrogation quant à la fixation de cet objectif, ayant effectué un triathlon longue distance le WE précédent je me demande ce qu’il me reste d’énergie et ce qui est raisonnable d’aller chercher comme chrono…mais je suis joueur, alors on va essayer !

Nous sommes au début du pont d’Iéna, la tour Eiffel dans notre dos, il y a du monde mais dans le sas ça reste exploitable. Plus de 30 000 inscrits quand même, ça fait une belle marée humaine, compacte derrière. Il fait un petit 10° et le ressenti sera plutôt de 8.

A 10h les fauves sont lâchés, je ne me suis pas très bien positionné et il faut déjà slalomer, certains coureurs ne vont pas si vite que ça (dans le SAS PREF1 se trouvent aussi des coureurs des entreprises sponsors), et rapidement le couperet tombe : passage du 1er km en 4’10, donc déjà 23 secondes de retard sur l’objectif ! Bon, restons concentré, je continue de doubler et vais essayer de recoller au tempo. Au 2ème km j’ai couru en 4’08 bon c’est encore trop lent mais il y avait une montée sur celui-ci.

3ème km en 3’44, on peut courir proprement, la densité de coureurs est bonne et le revêtement de bonne qualité (sommes dans le bois de Boulogne). Passage du 5ème km en 19’35 au cumul, correct.

A partir du 9ème ça descend, la mi-course approche, j’avale un gel vite fait un peu avant le 10ème et sous le portique de cette mi-parcours je passe en 38’36. Longue ligne droite pendant lesquels les 11ème, 12ème et 13ème défilent, mais avec le vent de face. On devine le demi-tour loin au bout, et surtout on aperçoit de l’autre côté de la Seine la tête de course escortée par les motards. A nos côtés, de l’autre côté de la barrière les coureurs des derniers sas, encore au début de leur périple.

Passage du 14ème km en 3’44, je tire un peu la langue j’aimerai bien accélérer pour aller chercher un négative split mais mes jambes ne sont pas du même avis.

15ème km passé et 57’47 au cumul, ai avalé vite fait un gel et récupéré à la volée une bouteille d’eau au ravito, bon l’œil souvent rivé à la montre je vois qu’au bout d’1h de course j’ai mes 16 km au compteur. Par contre sur ces 3 derniers kilomètres je n’arriverai pas à passer sous les 3’55 de façon durable.

Je suis étonné j’ai dépassé quelques athlètes Elite hommes et femmes, sûrement des contre-perfs pour eux, car d’habitude on ne les voit pas longtemps vu leur rythme de croisière !

 

Passage du pont, on traverse la Seine, ça sent la fin ! 18ème et 19ème passés relativement vite et petite montée sur la fin, 20ème franchi en 3’50 et quand j’arrête ma montre j’ai 20,1 km (3’50 moyenne et cardio moyen à 181)

Arrivée en 1h17’22, ça c’est fait ! Au classement j’apprendrai que j’ai fini 265ème sur 25 185 finishers et 176ème de ma catégorie (sur 8 200). Cela fait 30 secondes de moins que l’an passé, mais un classement moins bon, donc le niveau moyen s’est élevé ! :-)

J’attends quelques minutes mon acolyte d’entrainement (qui était avec moi au triathlon le WE dernier), lui finira en 1h20 et quelques secondes. Puis direction le métro fissa pour éviter de se refroidir et retour vers la maison pour retrouver femme et enfants

En conclusion, une course sympa, complètement improvisée me concernant, mais qui a l’avantage d’être quasiment à domicile et de  pouvoir « tourner les cannes ». Des sensations surprenantes avec des jambes qui ont pas mal répondu après les sollicitations triathlète du WE précédent et du marathon 3 semaines avant.

 

1 commentaire

Commentaire de caro.s91 posté le 11-10-2016 à 15:26:57

Joli chrono, surtout après les enchaînements de course.
Ma Garmin a trouvé 20,22km, j'ai dû moins suivre la ligne verte !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !