Récit de la course : Trail des Cabornis - 21 km 2009, par caral

L'auteur : caral

La course : Trail des Cabornis - 21 km

Date : 15/3/2009

Lieu : Rochetaillé sur Saone (Rhône)

Affichage : 1365 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Dur...dur...

Ouh la la!!!! J'avais déjà dit à propos du raid "petit savoyard" que plus jamais...et finalement je suis allé faire les Cabornis. Mais qu'allait -il faire dans cette galère!!!!

Pour une reprise, c'est du costaud. Bonne organisation, bon accueil...Je suis arrivé trop tôt à Rochetaillée, mais je ne connaissais pas, j'avais peur d'avoir du mal à trouver. Et puis c'est allé plus vite que je ne pensais. Bref, 6h45, retrait du dossard, je retourne à la voiture, pour une petite sieste. Il faut dire que la nuit a été courte, le petit est patraque, il a fait des cauchemars, lever à 5 h.

8 heures, je commence l'échauffement, j'ai déjà rencontré deux Kikourou, rendez vous sur la ligne de départ, là y a plein de kikou, salut à tous, on fait des photos (on peut les voir, Gibus?) et puis l'attente. Un p'tit discours, et hop c'est parti.

On court sur route, d'abord, puis on attaque les choses sérieuses. Et on arrive à l'embouteillage. Incroyable. Une pente super raide, sous un passage de haute tension, plein jusqu'en haut, on passe où on peut, on s'arrête, on repart. Franchement, on se croirait sur le périph à Paris à 18h.!!! On finit par arriver en haut, un petit regard en arrière, il y en a encore au moins autant jusqu'en bas. Allez, on peut enfin courir. Il y aura encore un passage comme celui là vers le 17ème km... Montées, descentes, montées, descentes...ils l'avaient bien dit que c'était cassant. C'est long...1h, 1h30, toujours pas de ravito, je commence à me demander si on n'a pas raté quelque chose? 1h55, j'arrive -enfin- au ravito. Le moral est dans les chaussettes, faut être honnête. Je m'engueule, je me dis et je me répète que je suis un idiot, je l'avais dit que ce genre de courses c'était par pour moi...Bref, je mange, je bois, je mange, et ça repart. On a beau dire, mais manger, c'est pas seulement bon pour l'estomac et les muscles. C'est super pour le moral, aussi. Tout va mieux, je me pardonne mon engueulade, et je cours. J'ai compris que je ne ferai pas un temps sur cette course, que le but c'est simplement de finir, et si possible dans de bonnes conditions.

16ème km: un point de côté, ça fait mal. Il faudra une bonne dizaine de mns pour que ça passe. Quelques durcissements des cuisses commencent à se faire sentir. On arrive à l'autre montée terrible, également sous haute tension...Affreux!!! J'arrive en haut, les cuisses comme du béton, et là on nous anonce que le 1er du 35 vient d'arriver en bas. Il lui faudra moins de dix mns pour nous doubler comme une fusée!!! A ce moment là il me reste une heure de course, et lui finit au bout d'une demi heure. Je ne sais pas comment ils font...

Début de crampes...aie, aie, je marche avec des cuisse dures, mais dures. Je bois, je bois, ça n'en finira jamais. J'ai décidé que j'irai jusqu'au bout. Une grosse descente, ça commence à aller mieux, petit à petit les crampes disparaissent, les genoux ont du mal à se lever, mais on y va.

Mamanpat me double -merci pour les encouragements- dans la descente qui nous mène en ville. On traverse la Saône, et la piste cyclable le long de l'avenue. On voit presque jusqu'au bout, c'est terrible.  Allez, un dernier effort, je passe sous le pont, une petite ligne droite, et c'est l'arrivée. Je souffle, je souffle. J'y suis arrivé, 3h 51 51, il y en a encore un paquet derrière, je termine à peu près en milieu de classement, c'est pas si mal.

Boire, manger...hum c'est bon, installé au milieu de la cour, en plein soleil. Je ne reste pas, j'ai promis à mon fils d'aller voir son match de hand à Aix les bains. En fait je n'en verrai que les 20 dernières mns, mais il est content quand même que je sois venu.

Rentrée à la maison retrouver la petite famille.Le petit est malade, la maman n'en peut plus -elle a mal dormi la nuit précédente aussi- alors je prends le petit en charge, on va se prendre un bain ensemble, on joue dans la baignoire, j'essaie d'oublier que j'ai mal aux jambes, que je suis claqué, que je voudrais m'allonger. Mais le petit est si content, on joue ensemble dans la baignoire.

Un bol de soupe pour le petit et dodo... Pour nous, repas tranquille, soirée sur le canapé à discuter tranquillement, allez, Morphée nous attend, et je plonge avec délices dans ses bras.

Et ce matin ,c'est la forme.Si, si!!! je reprends le vélo -comme décrassage- pour aller au boulot. Mes 17 kms habituels. Allez, bonne semaine à tous et à toutes. 

prochaine course: le semi de Chambéry dans 2 semaines.

 

3 commentaires

Commentaire de Gibus posté le 16-03-2009 à 09:18:00

Bravo pour ta course et heureux d'avoir fait ta connaissance.
C'est vrai que la montée du mont Thou était impressionnante, mais quelle joie d'avoir accroché cette épreuve très cassante à notre palmarès.
A bientôt.

Commentaire de Mamanpat posté le 16-03-2009 à 10:11:00

Les parcours les plus exigeants sont les plus formateurs ! Je ne me suis pas engueulée mais me suis évertuée à me le répéter pour avancer alors que mes cuisses étaient dures dès le 5ème km...

Ravie d'avoir fait ta connaissance, la prochaine à tes côtés se sera pour se tirer la bourre et finir au sprint !!! ;-)

Bon recup^

Pat

Commentaire de gilou01 posté le 16-03-2009 à 21:30:00

bravo pour ta course et ton rc a bientot sur une course

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !