Récit de la course : Marathon du Mont-Blanc 2009, par phildeval

L'auteur : phildeval

La course : Marathon du Mont-Blanc

Date : 28/6/2009

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1778 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

157 autres récits :

le marathon du Mont-Blanc

Et bien voilà c'est le grand jour... enfin... ma grande course de l'année.
Petit retour en arrière quand il y a quelques mois au moment de l'inscription un sentiment de joie mais aussi de peur m'envahissait.
Le marathon du Mont-Blanc...rien que de le dire j'étais excité comme un gosse devant son nouveau jouet mais est ce que j'en serais capable ?
Il n'avait pas fallu le dire deux fois pour que Robert vienne me rejoindre dans cette aventure, Robert toujours partant quand il s'agit d'aller courir en nature.
Un peu plus de courses d'une trentaine de km en guise de prépa, mais pas de grandes sorties d'entraînements et pratiquement pas de vélo me font un peu douter mais l'envie est toujours aussi présente. Les différentes rencontres et news d'avec Kiki ( Kikoureuse du club d'Allan 26 qui est venu en force) me rassure car elle a les mêmes sentiments d'envie et de crainte.
La dernière semaine je fais rien, bah c'est trop tard pour essayer de progresser, les dés sont jetés.
Nous voilà donc le samedi à Chamonix, aussitôt arrivé un bien-être m'envahit.
Chamonix, des coureurs de partout et surtout toutes ces montagnes qui nous entourent et qui doivent m'envoyer des ondes positives me rendent enthousiaste pour demain.
Plus la journée avance et plus je me sens euphorique, l'effet Mont-Blanc sûrement, je languis d'être à demain.
Dimanche 5 h réveil, on se prépare, désolé pour notre colocataire inconnu qui avait fait le cross et qui n'avait pas à se lever si tôt, pas de bol pour lui il était dans une piaule de marathoniens.
Nous voilà près de la ligne de départ, nous demandons à un concurrent de nous prendre en photo, on engage la conversation, il me dit que son fils habite du côté de Privas, que c'est un kikou et moi je lui parle des courses qu'il doit sûrement faire quand arrive tranquillou Bertrand et Caroline alias Hémérodrome et Nono la robote. C'est avec le père de Bertrand qu'on discute, c'est fou le hasard.
L'année dernière il a mis dans les environs de 7h, c'est un peu dans mes prévisions.
Caro et Bertrand qui ont déjà fait la course nous donnent quelques renseignements et conseils que nous garderons Robert et moi en mémoire pendant toute la durée de la course.
Sept heure top départ, nous sommes en fin de peloton, le résultat est vraiment secondaire pour moi, je veux prendre le maximum de plaisir.
Je suis bien dans mon allure, je commence à sortir l'appareil photo, je sais que c'est à partir du 18 ème km que les difficultés vont vraiment commencer.
Au ravito de Vallorcine je prends mon temps, le père de Bertrand est là aussi.
Allez il faut y aller la chercher cette aiguillette des Posettes, je retrouve Kiki dans la montée, elle est bien dans sa course, je la sens en forme, je n'ai aucun doute sur sa course. Je suis toujours aussi bien, je dégaine de plus en plus souvent l'apn et pendant ce temps Kiki s'envole vers les sommets, je ne la reverrai qu'à Planpraz.
Je retrouve aussi le père de Bertrand, il avance d'un bon pas le V3, pas étonnant que le fils ait la caisse, tel père tel fils ... sauf pour les rrrr.
Lui aussi je ne le reverrai plus qu'à l'arrivée.
Et plus on s'approche de L'aiguillette plus c'est magnifique, je me raisonne pour ne pas constamment dégainer, c'est que du bonheur.
Et les spectateurs qui t'encouragent, dans toutes les langues, j'envoie des merci à tout va.
Merci qu'on peut adresser aussi à l'organisation et aux bénévoles sans qui rien ne serait possible.
C'est vrai que quand t'es là, ben t'as envie de te poser, de t'asseoir et d'en prendre plein les yeux.
Faut quand même redescendre, on n'est pas au bout de nos efforts. Technique la descente mais avec le monde qu'il y a, pas de prises de risques inutiles.
La fin de la descente est moins technique et c'est à ce moment là que je me prends un coup de bambou derrière les oreilles, plus de sensations, plus de jambes, je commence à gamberger en me disant que le plus dur reste à venir et que je vais galérer.
Un gel pour essayer de me relancer, un petit coup de tel à Christel, finalement j'arrive au ravito de Tré le Champ où je prends mon temps pour bien me ravitailler. J'évite le Coca, la mort dans l'âme, mieux vaut ne pas tenter le diable. Je fais léger mais efficace car je repars tout revigoré en direction de la Flégère en retrouvant toutes mes bonnes sensations.
Je double pas mal de monde mais je m'arrête régulièrement pour faire chauffer la carte bleue mémoire de l'apn.

J'arrive à la Flégère toujours dans le même état d'euphorie, même dans les portions dures je profite.
Il reste cinq km avant l'arrivée, je sais que je vais finir sans être exténué. Le panneau 2km, puis le dernier km.
Je ne presse pas le pas, bien au contraire, je savoure un maximum et les allez Philippe des spectateurs... frissons garantis.
7h10 temps final, 7h10 de bonheur.
Je retrouve Caro, Bertrand, son père, Kiki, Stéphanos et Séverine, les amis d'Allan, tout le monde est sur son petit nuage, un enthousiasme collectif d'avoir réussi un beau pari.
Un coup de tel à Robert qui m'annonce qu'il est dans les temps pour la barrière horaire, putain je suis content pour lui, la fête n'aurait pas été totale sinon.
Je pars à sa rencontre tout en encourageant par leur prénom tout ceux qui arrivent, je le booste pour finir, il trouve des ressources pour s'accrocher et aller la chercher cette médaille.

Deux jours de ravissement, d'exitation, d'enchantement, d'émerveillement... on en redemande...

 

4 commentaires

Commentaire de jean-chris05 posté le 06-07-2009 à 14:24:00

Belle course, magnifiques photos, bon esprit, merci.

Commentaire de kikidrome posté le 06-07-2009 à 22:18:00

Bravo Phil ! C'est super d'avoir embarqué ton ami Robert dans ce défi un peu fou... il doit être lui aussi encore sur un petit nuage. Perso, j'ai encore du mal à atterrir... Ton prochain défi, ce sera quoi ?
bises
kiki

Commentaire de myrtille posté le 09-07-2009 à 10:57:00

Merci Phil pour ton récit, où je me suis retrouvée dans les sensations et les coups de moins bien ! On a dû se croiser puisque je termine 7 mn derrière toi.. j'avais ma casquette KIKOU pourtant! A bientôt sur une autre aventure !

Commentaire de Philkikou posté le 18-07-2009 à 23:41:00

Bravo pour cet objectif atteint,...toujours en sachant gérer les coups de bambous et en profitant à donf des bons moments !!

Encore bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.24 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !