Récit de la course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 50 km 2014, par batjean

L'auteur : batjean

La course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 50 km

Date : 29/3/2014

Lieu : Versailles (Yvelines)

Affichage : 1170 vues

Distance : 50km

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

213 autres récits :

Premier trail et premier mur !

Cet Ecotrail 50km était donc mon premier trail et ma première expérience au delà du 30ème kilomètre. Objectif décidé vers mi 2013 avec 2 copains qui pratiquions la course à pieds de manière épisodique (comprendre une fois par semaine quand tout va bien).

Pour la préparation l'idée était de tenir 3 sorties par semaine avec un volume de 50 km / semaine et des sorties longues de 28 km / 3H au plus fort, sans doute insuffisant, mais nous ne voulions surtout pas nous blesser, j'ai un tendon d'Achille gauche assez sensible depuis plusieurs années et voulait éviter à tout prix de ne pouvoir m'aligner sur la course à cause de çà.

Je retrouve donc mes 2 copains Christian et Antoine au départ à Versailles, nous sommes en avance d'une bonne heure. Le soleil tape déjà et je suis content d'avoir choisi un short court, je retire finalement le haut manche longue dès le départ et partirait en t-shirt.

Versailles --> Chaville , tout va (presque) bien

Nous prenons le départ tranquillement dans la seconde partie du peloton. Nous suivons le rythme prévu, FC autour de 135. Christian a un peu plus de mal, le temps pour le moteur de chauffer. Petit embouteillage à la sortie de Versailles où l'on passe sur un sentier étroit, le chemin se poursuit tranquillement vers Buc puis remontée sur Velizy. Cette section est roulante. A l'approche du pont sur l'A86 (16km) je commence à sentir un picotement sur le dessus de la cuisse gauche, ça me surprends car je n'ai jamais eu de crampe pendant tout l'entrainement et nous sommes parti tranquillement ... J'ai déjà vidé mon camelbag d'1,5L à ce point ce qui est aussi une surprise, mais il est vrai qu'il fait chaud. J'ai bien essayé à l'entrainement de mémoriser un rythme pour boire mes 2L en 3H, c'est sans doute la chaleur qui m'a trompée. Heureusement il me reste 0,5 dans une bouteille pour rallier Chaville. La sensation de picotement dans ma cuisse se transforme bel et bien en crampe tout au long des montée - descentes entre Velizy et Chaville, je dois m'arrêter plusieurs fois pour m'étirer et boit abondemment. Je suis bientôt à sec et doit emprunter de l'eau à mes camarades qui eux en ont encore. Heureusement nous voilà bientôt au ravito. C'est un bon coup de boost au moral. Nous avons mis 03:00 comme prévu. On refait les niveaux et laissons l'organisme se reposer un peu avant de repartir.

Chaville --> St Cloud , la descente en enfer

Nous franchissons la grosse côte pour remonter sur Ville d'Avray sans trop de douleur, malheureusement les crampes me rattrapent rapidement et ne me lachent plus aux deux cuisses désormais,  je dois me résoudre vers les étangs de Ville d'Avray à marcher sur les sections plates pour temporiser. Le chrono en prends un sacré coup. Le moral aussi car si les crampes augmentent encore je ne me vois pas finir. Heureusement Christian et Antoine restent avec moi malgré qu'ils soient en bien meilleur état et que je le leur dise de continuer à leur rythme, merci les potes ! Au passage courir en groupe est un vrai plaisir car on a discuté entre nous tout du long, ce qui aide pour le moral. Nous entamons la descente sur le Parc de St Cloud et le ravito, nous savons qu'ils ne restent maintenant plus de gros obstacles. J'arrive à relancer un peu et reprendre la course. La famille est là au ravito pour m'accueillir ce qui me booste de nouveau. Nous avons mis 01:43 ce qui est énorme vue la distance depuis Chaville (12 km). J'aurais en plus bu de nouveau 2L, autant que pendant les 3 premières heures de course … Je commence à comprendre ce qu'on appelle le fameux "mur" contre lequel je viens de me cogner pendant les derniers 12 km. Je me rafraichis la tête avec mon buff mouillé et en profite pour sortir la casquette car la température ne manquera pas d'augmenter lors du passage sur le bitume pour la section finale.

St Cloud --> Tour Eiffel , la rédemption

Nous descendons sur Pont de Sèvres pour rejoindre les quais et le bitume. Je trouve une allure de course avec une douleur supportable au niveau des cuisses. On est venu pour courir et on va finir en courant. Nous restons groupés avec Antoine et Christian qui rentrent dans le dur à leur tour. Nous dépassons beaucoup de concurrents en mode marche. On s'attends et on se motive mais chaque relance est terrible pour les cuisses car la douleur qui cesse à l'arrêt revient comme un poignard au bout de quelques mètres. Cette section contraste esthétiquement avec le reste du parcours mais elle a un côté retour à la civilisation assez sympathique. On croise plus de monde, des parisiens en promenade un peu étonnés de voir débarquer cette meute de trailers hagards. On reçoit des encouragements. Nous apercevons la Tour Eiffel qui s'approche petit à petit en franchissant les ponts et les iles de la Seine un à un, le dernier km est assez terrible avec une augmentation des crampes. Nous grimpons les marches pour monter sur le pont de Bir-Hakem et apercevons bientôt l'arrivée, les passants nous encouragent et nous franchissons tous les trois la ligne comme un seul. Voilà c'est fait pour un temps final de 06:20 ...

Nous rejoignons le gymnase tout proche pour récupérer les sacs et prendre une bonne douche (sans attente). Ensuite c'est la prise d'un bon repas chaud (hum les lasagnes au thon) arrosé d'une bonne eau gazeuse sous un barnum à côté de l'arrivée. Un énorme mal de crane persiste après la course.

Les leçons à retenir : se préparer à l'imprévu et à devoir le gérer, commencer sans doute sa préparation plus tôt et améliorer la gestion de l'hydratation (sans doute abandonner le camelbag), et pour conclure la FC c'est bien mais ce n'est pas tout car même en étant nickel la dessus les crampes ont tout pérturbé.

Merci à l'organisation, aux bénévoles et aux kikous qui ont répondu à mes questions sur le forum.

3 commentaires

Commentaire de Pieromarseille posté le 02-04-2014 à 23:02:51

Un énorme bravo à toi batjean !!! Malgré les crampes, la chaleur et finalement le mur, tu fais avec tes amis un temps très honorable en tenant une moyenne de presque 8km/h : très bien pour un premier trail de cette distance. J'ai lu il n'y a pas si longtemps sur kikourou que pour terminer un trail long, le mental comptait à 70% et le physique à 30% seulement. Ton récit semble pleinement abonder dans ce sens !

Commentaire de batjean posté le 03-04-2014 à 21:35:50

Merci Piero.
Le pire c'est quand c'est un point du physique considéré comme acquis qui ne marche pas. Tous les feux étaient au vert sauf les cuisses :-)

Commentaire de Mickey49 posté le 04-04-2014 à 15:48:10

Bravo pour la volonté d'arriver malgré les crampes
et surtout super cet esprit d'équipe qui vous a maintenus soudés jusqu'à l'arrivée : en effet chacun son tour peut connaître un trou ce qu'illustre TB ton récit.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !