Récit de la course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 45 km 2017, par Shoto

L'auteur : Shoto

La course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 45 km

Date : 18/3/2017

Lieu : Versailles (Yvelines)

Affichage : 864 vues

Distance : 45km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

213 autres récits :

ECO TRAIL 45KM ... un accouchement dans la douleur

ECOTRAIL de PARIS  18 mars 2017 – 45 km

Départ PARC DU CHATEAU DE VERSAILLES 10h45

Arrivée au pied de la tour EIFFEL

1er ravito 25 km CHAVILLE

2ème ravito 35 km PARC DE SAINT CLOUD

 

Mon 1er trail de reprise moyenne distance cette année. J’avais couru et apprécié l’ECOTRAIL 30 km de l’année dernière en 2016 qui était ma découverte de l’ECOTRAIL parisien. Je m’étais donc naturellement réinscrit cette année en tentant la version 45 km.

 

Compte tenu de ma vitesse de croisière de l’année dernière, je pensais pouvoir courir le 45 km en 4h30 … mais je finis bien cramé en 5h26mn (917ème sur 1448 arrivés)  ! … comme quoi il faut se méfier de nos prévisions personnelles, chaque course étant vécue bien différemment Rigolant  La faute très probablement à une mauvaise alimentation et à une petite tendinite rotulienne peu handicapante depuis 1 mois qui m’a limité dans les sorties longues dans mon plan d’entrainement.

 

Nouveauté cette année, je pars avec ma GO PRO HERO 5 offerte par Papa Noël Rigolant voici le lien YOUTUBE pour les adeptes de vidéos de trails :  https://youtu.be/dPv6BpAqV3k

 

Départ 10h45 dans la première vague … j’ai la banane ! heureux d’être là avec la grande famille des traileurs. Cette année, le temps est couvert mais il ne fait pas froid 10°C. Pas de pluie non plus. C’est donc bien sympa comme conditions. Trop frileux, j’ai prévu dans mon sac ma polaire sans manches de Finisher de l’Infernal Trail des Vosges … inutile car je n’en aurais évidemment pas besoin. J’aurais même trop chaud avec mon coupe vent Salomon…

 

Je pars avec une poche remplie à 2 litres, souhaitant m’hydrater plus que d’habitude compte tenu de ma petite tendinite rotulienne.

 

Je trouve le départ moins rapide que d’habitude … tant mieux. Nous déroulons tranquillement autour du grand canal du parc du Château de Versailles pour revenir presque à notre point de départ. Je m’éclate en vidéoreporter à filmer avec ma GO PRO, les traileurs se demandent ce que fait cet uluberlu avec sa perche et sa caméra … même si finalement, nombreux sont ceux avec une caméra portative, nouvelle ère technologico-sportive … appréciable ou non … libre à chacun de juger Rigolant

 

Discussion avec un traileur marathonien qui se lance sur le trail et qui estime que le niveau de la course semble être relevé car nous courons à 11 km/h et que nous nous faisons doublés. Je n’ai pas la même perception sur la distance de 45 km … mais je dois me tromper !

 

Cette année, je cours au CARDIO après avoir découvert sur YOUTUBE la vidéo de Pascal BALDUCCI (MMS SANTE) décrivant les cibles cardiaque physiologiques. Je m’astreins donc à courir en cible ENDURANCE ACTIVE avec des montées temporaires en SEUIL ANAEROBIE. Intéressant de pouvoir ne pas se laisser embarquer par l’euphorie des débuts de courses.

 

La course est vraiment sympa, 90% en sentiers et chemins en sous-bois. Traversée des bois de Meudon, bois près de Chaville et Versailles et le parc de Saint Cloud. Seule une partie de la dernière partie le long des quais n’est pas très belle avec les voitures et la voie rapide à proximité.

Quelques bosses sympathiques même si les belles montées des trails plus montagneux me manquent.

 

Arrivée au ravito du 25 km en 2h26 sans grosse difficulté à part un petit coup de mou avant le ravito. J’apprécie notamment la soupe faite et offerte par de charmantes dames. Je repars et déroule avec quelques poses vidéos. Pas de bouchon sur les singles … ce qui est fort appréciable Rigolant. Je m’éclate ! 

 

Je pense dérouler ainsi jusqu’à la fin … mais BOUM ! je me prends le MUR (The WALL !) du 30ème km en pleine face !  pas d’inquiétude car je connais désormais les coups de moins bien fréquents sur les trails et je me dis que cela va passer … naturellement …. S’hydrater, ralentir et manger.

Et bien non …. Ca ne repart pas. Je suis faiblard sans être nauséeux. Je tente la course souple et relachée, le « lâcher prise », calé dans ma bulle … et j’attends le coup de boost pour me relancer. Bon il arrive quand ce coup de boost ?  … il est où ? bah non, il n’est pas là !  Faudra bien finir comme çà mon coco … l’abandon n’étant pas une option, je vais donc finir en mode « à l’arrache » « au mental » et je me dis que heureusement que je n’ai pas eu les yeux plus gros que le ventre et que je ne me suis pas inscrit cette année sur le 80 km !  Ce qui est dur pour le mental est de voir beaucoup de traileurs me doubler, même dans les montées où habituellement, je suis plutôt doubleur.

 

Ainsi va la dure vie du traileur … je continue mon dur chemin et mon labeur mais sans vraiment de doute ou de crise existentielle … le but étant d’être FINISHER Rigolant

 

Au fil de la course, je double quand même des confrères et consœurs bien cramés et en souffrance, bien plus que moi. En fait, je suis le PORTEUR DE SEL depuis quelques trails. Les crampeux apprécient que je leur donne des sachets de sels pour faire passer leurs crampes. Je ne les reverrais pas mais j’aimerais bien savoir ce qu’ils sont devenus et si mon assistance leur a permis de finir le trail. Je l’espère de tout cœur !

Si vous être crampé et que lors d’un trail un type au beuff bleu sur la tête et la GO PRO en bandoulière vous offre du SEL avec un grand sourire …. Et bien c’est probablement moi !

 

Les traileurs sont moins causants sur l’ECOTRAIL que sur d’autres trails. Bizarre … c’est le nombre de coureurs ou l’esprit parisien parfois individualiste ? Je ne sais pas.

 

2ème ravito - 35 km – il me fait du bien celui là ! j’adore les ravitos J. Comme d’habitude, je ne reste pas longtemps. Des tucs, du coca, des fruits secs. Les bénévoles sont au TOP et aux petits soins. MERCI à eux.

Comme dans toutes les courses, je suis impressionné par la disponibilité et la gentillesse des bénévoles. Le MUST TOP du TOP ayant été vécu pour moi auprès des VOSGIENS (Infernal trail des Vosges 2016) auprès des bénévoles et d’un public exceptionnel de soutien, chaleur et gentillesse!

 

Après le 38ème km, je finis vraiment à la ramasse, alternant marche et course … je suis cramé et j’ai tout simplement du mal à courir … pourtant pas de problème digestif, pas de nausée, ma tendinite me fout la paix et je n’ai pas de grosses douleurs musculaires (à ce niveau l’entrainement a été bon) … il me manque de la sortie longue. Le cardio est faiblard … mais j’avance même si c’est très lentement.

 

Mon pote traileur Olivier vient m’accueillir et courir avec moi pour le dernier km. Sympa ! j’ apprécie encore plus fortement l’amitié lorsque l’on est bien dans le dur … comme si nos sens étaient exacerbés et que l’on revient aux valeurs fondamentales humaines. J’étais venu finir avec lui et Alex au même endroit l’année dernière à la fin de son ECOTRAIL 80 km… mais de nuit avec la tour Eiffel scintillante de tous ses feux, le finish était encore plus beau.

 

J’aime la fin de l’ECOTRAIL sur le bras central de la Seine avec la vue de la tour Eiffel qui approche, le passage sur le pont BIR HAKEIM et le finish avec le topage dans la main du speaker sympathique et chaleureux … alors qu’il en a vu défilé un nombre impressionnant avant moi !

 

Sympa l’ECOTRAIL de PARIS Rigolant  vivement l’année prochaine !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.22 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !