Récit de la course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 80 km 2017, par samydoc

L'auteur : samydoc

La course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 80 km

Date : 18/3/2017

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 813 vues

Distance : 80km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

213 autres récits :

Tu viens de si loin pour courir cette course?

Après avoir fait l'écotrail 50km de 2016, qui était alors ma plus longue distance, je me suis dit: "pourquoi pas 80km en 2017"?

Je fais partie d'un groupe de coureurs de Tunis: "Les joggers de Tunis", où c'est plutot la tendance aux marathons, avec des rendez-vous incontournables, celui de Tunis en octobre, et pour la plupart celui de Paris ou Barcelone pour cette année.

Mais voilà, j'ai découvert (un peu) le trail et me voilà dans le RER C à discuter avec un voisin de siège des écotrails qu'il a couru... et des autres courses. Il est étonné qu'on vienne de l'étranger pour courir l'écotrail. "Tu viens de si loin pour courir cette course?". Oui. Un peu parce que je suis né à Paris, que je n'y ai jamais vécu mais que je garde une relation sentimentale pour cette tour Eiffel que je veux gravir après 80km. Binational. De ces français de l'étranger qui ont disparu dans des contrées lointaines et qui y ménent leur petite vie bien réglée. Oui. Je viens de si loin pour courir l'écotrail.

Le bus qui mène à l'ile de loisir de saint quentin où on prendra le départ. Je m'aperçois que j'ai oublié ma gourde de sécurité dans la voiture. Je n'ai plus que le sac à eau. 

Ambiance festive au départ. Je prend un café chaud, du jus. Quelques discours. Quelques discussions. Puis top, on part. D'abord une zone herbeuse avec de nombreux trous, de toute façon, j'ai décidé de partir prudent. Je suis venu pour finir, pas plus.
J'ai mis une playlist de kizomba dans les oreilles. Le début est plutot roulant, jusqu'à la fameuse passerelle. Cinq-dix minutes de queue, puis ça repart.

Je cours tranquille. Je sais que le plus dur commence après le premier ravito. Nous entrons dans la forêt. J'arrive à Buc en 2h29 (1596e). Je crois que j'ai fait un peu trop d'excès de zèle à ralentir. J'eurai déja fini les raisins secs et les amandes salées que j'avais mis dans le petit sac poubelle obligatoire.
Ravitaillement court et c'est reparti. Monter descendre courir monter descendre courir. Je sais que c'est là que je perd du temps. Je ne suis pas un vrai traileur. 
Au 40e, j'arrête la musique (des heures de kizomba, ça te sature les neurones). Je préfère écouter la forêt, ou plutot les coureurs.
A Meudon, ravitaillement en eau. J'ai épuisé mes deux tubes énergétiques et deux barres énergétiques. Plus qu'une dizaine de kilomètres et je pourrais me ravitailler. La nuit tombe, et je m'aperçois que ma frontale éclaire vraiment mal. Une petite lumière blafarde. Je cours prudemment, surtout dans les descentes. Je me fais une petite glissade sur les fesses mais rien de grave.
J'ai passé les 50km (ma plus longue distance) et je suis émerveillé par mes jambes qui continuent à trottiner. Parfois un peu de marche. Monter marcher descendre courir...
J'arrive à Chaville en 7h40 (1438e). Je sais que le plus dûr est fait. Je remplis ma poche à eau de boisson hydratante rose bizarre. Je n'ai pas le choix. Je n'ai qu'un seul récipient et il faut choisir. Pas d'eau.
Encore deux grosses montées, je cours en parallèle avec lapinrunner (je double il double), avec la joelette (je les admire). Je sais que je vais finir, je sais que je suis loin des barrières horaires, je savoure ce trail, je découvre un nouveau monde.

Saint Cloud 9h41 (1406e). Un peu de soupe. Reremplir le sac avec le liquide rose et je repars.
Avec la tour Eiffel en point de mire. Finalement c'était faisable. Tout le monde autour de moi alterne marche et course. Un coup tu doubles en courant celui qui marche puis c'est le contraire.
Enfin, la tour Eiffel, des gens qui crient mon prénom pendant que je traverse la seule grosse flaque du parcours au pied de la tour Eiffel.
Si tu savais combien je viens de loin, tour Eiffel, pendant que je grimpe des marches, que j'ai grimpées 16 ans plus tôt avec ma fille Yasmine quand elle avait 8 ans. Si tu savais... mais voilà l'arche d'arrivée. 11h28 (1401e). Je regarde la caméra en faisant le signe du coeur avec mes deux mains et je téléphone justement à Yasmine, qui est justement venue du sud de la france, pour m'attendre en bas de la tour Eiffel et passer un bon moment avec moi, pour un debriefing de cet écotrail.

Objectif atteint. Mon premier 80km à 53 ans. Sans trop de souffrance. Ca donne des envies de le refaire.  

3 commentaires

Commentaire de --- posté le 22-03-2017 à 19:39:32

Félicitations pour ce premier 80km en t'en souhaitant d'autres & au delà !!

Ton récit m'a fait bien rigoler : l'arrêt de la musique au 40ème & l'unique mare de boue du parcours :-)

Commentaire de caro.s91 posté le 23-03-2017 à 09:19:38

C'est super d'avoir fait ce premier 80km dans ces conditions. Donc un premier trail long qui en entraînera d'autres. :)

Commentaire de trailaulongcours posté le 23-03-2017 à 16:35:39

Bravo pour ce premier ecotrail. J'étais juste derrière toi...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.23 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !