Récit de la course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 80 km 2014, par ejouvin

L'auteur : ejouvin

La course : Eco-Trail de Paris® Ile de France - 80 km

Date : 29/3/2014

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1181 vues

Distance : 77.79km

Objectif : Terminer

29 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

213 autres récits :

Un long dimanche de trail

La communauté

Qu’on le veuille ou non, l’Ecotrail reste une course où il fait bon de venir quand on fréquente Kikourou. C’est une grosse course de masse, chère (quoique finalement), et sujette à beaucoup de critiques. Pourtant, elle fait le plein et un grand nombre de Kikou se donnent rendez-vous.

Lorsque j’ai commencé à mettre un pied devant l’autre en rythme, il était prévu de se lancer sur celle-ci mais par étape. 2013 devait être la participation sur le 30, puis le 50 en 2014 et enfin terminer par le 80 en 2015. Bref tout en progression. Sauf que j’ai sauté l’étape 30 et en 2014 la date tombait en même temps qu’un séminaire avec ma boîte. Donc pas d’inscription pour ma part. Sauf que les évènements font que le séminaire est décalé et je dois faire du long, comprendre bi quotidien, en vue des Citadelles. J’arrive à vendre le remplacement des séances par le 80.
Je lis assidument les fils traitant de la course et constate que the_hokeyeur risque de ne pas s’aligner. C’est alors que je lui propose de racheter son dossard, histoire d’atténuer sa peine. Me voilà donc à J-3 en mode « préparation » pour l’Ecotrail, comprendre en mode je ne fais plus rien.

 

Donc samedi matin, réveil, pates finalisation du sac et il est temps de partir sans oublier la case superette pour récupérer les pompotes que j’ai idiotement oublié d’acheter la veille, alors que j’étais allé faire les courses pour cela. 9h sur le champ de Mars et l’échange est réalisé.

Arrivé à la base de loisirs, je n’attendrai pas longtemps pour rejoindre Bubulle et les kikous qui commencent à arriver. Et voilà, la fête peut commencer. Ca déconne, ça chambre, bref ça promet une belle journée. Je pourrai constater que pour choper un 06, il est préférable d’avoir un boulet à la main, et non pas d’être un boulet. Je prends note sur Le Bagnard qui se fait tirer le portrait.

 

La course

Sur la zone de départ, j’essaye de me placer au plus près de la ligne, histoire d’avoir le plaisir de voir des centaines de coureurs mes dépasser… Cela ne manquera pas et pourtant nous le savons tous, sur l’Ecotrail c’est super roulant et départ et il ne faut pas envoyer.

Malgré tout, je vais me laisser absorber par le flux, même si j’essaye de contrôler le cardio. Cependant il est sensiblement supérieur à mes objectifs. Le tour dans la base de loisir est vraiment sympa du fait de la présence de nombreux spectateurs et à un temps très agréable. Sauf que ce temps n’est pas seulement agréable, il est chaud et le soleil cogne. Je ne m’en rends pas forcément compte sur le coup. Cette première partie de la course sera marqué par le passage de la passerelle du RER à Saint Quentin. Celle-ci bouge et observe un mouvement oscillatoire, conséquence du rythme des coureurs. C’est simple, cela donne l’impression de courir sur un trampoline.

Kilo 19, comme annoncé nous retrouvons Sabine, Patrick et Jacques. Je suis encore frais et je m’autorise un arrêt claquage de bises. Je suis bien content de revoir Jacques aussi, qui était présent au départ avec la banderole. Et c’est reparti direction le premier ravito. Les gourdes se vident régulièrement, et je sens que je commence à chauffer.

 

Le premier ravito est rempli de spectateurs venu encourager. Je fais le plein en eau, mange deux trois trucs et repart. Sauf qu’il faut avoir le cœur bien accroché, car le prochain en eau uniquement est dans 22kms.

 

Les difficultés apparaissent et nous allons devoir nous taper une succession de montées / descentes. Certaines sont assez raides, d’autre un peu plus cool, mais je marche dans la plupart des cas. Et oui, je suis encore assez lucide pour ne pas faire grimper le cardio trop trop haut.

La course commence à être compliquée pour beaucoup des concurrents. Ils sont nombreux à s’étirer les jambes contre un arbre / poteau. J’en verrai même un allongé, les jambes en l’air. Ça fait quand même tôt pour commencer à morfler, la fin de course risque d’être longue pour eux. Je fais un peu le malin, mais j’essaye de boire régulièrement pour ne pas être la prochaine victime. Pour autant c’est long et je suis soulager de voir le point d’eau arriver. Remplissage de gourdes et je me mouille la tête à l’aide du tuyau d’arrosage. En repartant je vois de nouveau Jacques, merci à toi.

 

Là, il va falloir être fort dans la tête pour arriver au prochain point de restauration, où il y aura du solide. Mais la machine va également se dérègler. L’eau ne passe plus vraiment et chaque gorgée me donne l’impression de gonfler le ventre. Le spectre de la nuit des Cabornis me hante alors. Cela sera peut-être mon erreur, ou bien il était déjà trop tard. Je vais espacer les prises d’eau, histoire d’éviter les désagréments, mais en prenant le risque de mal m’hydrater.

Le rythme a considérablement baissé et le troisième ravito tarde à arriver.

 

J’y arrive quelque instant après psycho qui lui prendra l’option soupe chaude. Pour ma part, je fais le plein de nouveau et essayer de grignoter deux trois trucs. Ce n’est pas optimal et je repars assez rapidement. A partir de là, on pourrait se dire que le plus dur est fait, mais ce n’est pas tout à fait le cas… Les premiers signe de fatiguent apparaissent. Je vais me tromper, sans conséquence, deux fois de chemins et des signes de crampes commencent à se faire sentir. A chaque fois que je bute dans une pierre ou une racine, l’appui suivant déclenche une contraction douloureuse des muscles. Il me faut donc essayer de gérer la pose des pieds.

Arrive le Parc de Saint Cloud avec soulagement, parce que je commence à connaître ce coin. J’y ai donc quelques repères et cela va me motiver, enfin c’est ce que je crois. Le rythme n’est pas top top, mais constant. Je pense donc avoir fait le plus dur et qu’après il suffira de dérouler progressivement pour prendre un rythme plus soutenu et finir en beauté.

Sauf qu’à l’approche du dernier ravito, je vais cogner dans une pierre et m’étaler de tout mon long les mains en avant. Vous vous souvenez, à chaque butée l’appui suivant était synonyme d’alerte. Et bien ça ne loupe pas. Les deux jambes se tétanisent par une crampe aux mollets, cuisses et ischios. Heureusement, je vais me les faire étirer par les concurrents en chasse, et je me relève. Ceci n’aura duré qu’une dizaine de secondes, mais ça a fait mal. La main gauche me brule et je constate les dégâts. La paume est en sang, pleine de terre. Au final, je me serai arraché 1cm² de peau. Ce n’est pas franchement agréable, mais pas pire que le reste.

 

Je n’ai pas beaucoup bu, plus rien ne passait mais je me force à consommer durant cet arrêt. Sauf qu’en repartant, j’ai la tête qui tourne, certainement à cause de l’apport brutal de sucre. Ce sera même le début de la grosse galère. Nous attaquons les quais qui marquent le baisser de rideau me concernant. Je maintenant le cardio à 160 mais la vitesse ne suit pas. J’essaye de toujours courir mais je vais me faire reprendre à de nombreuses reprises sans pouvoir réagir.

Heureusement, quelques évènements vont venir casser la monotonie de la course. Un caméraman en roller va me suivre. Je ne sais pas dans quel but, mais la foulée risque de ne pas être académique.

La dernière montée nous amène à une station de métro et la scène est surréaliste. Imaginez un peu tous les parigots / touristes sortant de la rame de métro et voyant des zombies emprunter les marches, alors que les escalators sont en fonctionnement.

J’entame la dernière descente, il reste 500m à parcourir et un coureur se porte à ma hauteur en me disant : « Je ne vais pas te piquer ta place maintenant, on finit ensemble ». J’apprécie cette proposition à sa juste valeur et l’en remercie. Pour une raison inconnue, je me retourne et constate un concurrent arrivant à toutes enjambées. J’invite donc mon partenaire à ne pas avoir de scrupules car celui qui arrive ne va pas se poser de question. Sans émettre de critiques, c’est marrant de voir ces deux approches de la fin de course. J’ai quand même une préférence pour la première.

 

Les quelques marches de l’arrivée sont pénibles et finissent de tirer les traits sur nos visages pour la photo finish. Je suis totalement épuisé et essaye de récupérer sur la barrière. C’est alors qu’un concurrent veut se faire prendre en photo et m’invite à me pousser. Je ne suis pas sûr d’avoir bien entendu ses propos, mais je le prends assez mal sur le coup, j’ai eu l’impression que c’était du genre « Pousse-toi que l’on me prenne en photos ». Ca va quoi, la tour Eiffel ne va pas disparaître, tu peux me laisser 2 minutes non ?

 

Non je ne voulais pas en parler

A force, vous allez finir par vous lasser de mes histoires, mais là vraiment je ne peux pas passer sous silence ces deux évènements.

Alors que je suis à la lutte avec moi-même sur les quais, que je me fais déposer par tous ceux que j’avais repris, voilà qu’une féminine se porte à ma hauteur avec ces quelques mots : « Ah enfin, j’en ai marre d’être toute seule, on finit ensemble ? ». J’apprendrai que c’est Anouk LAHACHE, 3ème féminine.

Et là, fidèles lectrices / lecteurs, vous vous dites :

Vomito, il va pécho ! Vomito, il va pécho !

Bah oui quoi, sorti du contexte, la phrase serait prometteuse non ?

Et bien je vais vous décevoir… Au lieu de sortir une belle connerie, de tenter le tout pour le tout, je ne répondrai que comme cela : « Je ne crois pas, vous êtes bien plus rapide et je suis cuit ». Punaise un 06 qui tombe du ciel tout cuit comme cela, incapable de l’attraper au vol. Comme quoi, j’étais vraiment dans le dur. Et oui, vous pouvez le dire « Vomito, il a une petite bite. Vomito, il a une petite bite ». Je me demande si en plus du changement d’identité de ce week-end, je ne vais pas changer mon pseudo en « Vomito Pinedhuitre ».

Au passage et plus sérieusement, c’est une femme très « charmante ». Nous avons échangé quelques mots avant de récupérer nos sacs respectifs. Je la félicite pour sa 3ème place et la laisse répondre à une interview.

 

Deuxième anecdote, alors que j’ai récupéré mon sac je vois une navette. Renseignements pris, celle-ci nous amène au stade pour les douches, ce qui est une superbe initiative. Etant « frais », je saute sur l’occasion et m’installe. La navette démarre et il ne faudra pas deux minutes pour qu’un drame se prépare. J’ai chaud, j’ai froid, je me couvre, je me découvre, je transpire à grosses gouttes… J’essaye de luter, mais l’issue est inéluctable. Je me précipite vers la porte de sortie en essayant de garder mes esprits. Mais c’est plus fort que moi et je demande à la conductrice d’ouvrir la porte. Elle répond :

Oui oui, on est arrivé, je vais l’ouvrir

En même temps, je suis visiblement en train de marcher sur le sac d’un gars qui me le fait remarquer

Hey, c’est mon sac là

Alors dans ma tête, je me dis : « Ouvre la porte et vite, que l’on soit arrivé ou non sinon ça va être une boucherie. Et toi mon gars, si tu n’as que l’empreinte de mon pied sur ton sac, tu peux être heureux ».

Heureusement, un gars est un peu plus perspicace et explique l’urgence de la situation. La porte s’entre ouvre, je m’extrais au plus vite pour viser le premier arbre. Voilà, il n’y aura pas de jaloux les Lyonnais et les Parisiens sont à égalité.

Cet évènement sera le point de départ de deux heures de galère. Je suis explosé. Les jambes crampent de partout, jusqu’aux doigts de pieds. La douche me fait du bien, mais je ne reprends pas mes esprits. Même assis je ne me sens pas bien, obligé de m’allonger. Les quelques coups de fils des amis sont une horreur. Psycho vient à ma rencontre, mais je peine à lui répondre. Dans le gymnase, je vais me tordre à plusieurs reprises, le mulot en sera témoin. Merci à toi de m’avoir étiré les jambes. Il me faudra deux heures pour reprendre mes esprits, réussir à boire et manger un peu avant de prendre le RER direction maison.

 

Malgré tout, ce fut une chouette journée.

 

29 commentaires

Commentaire de jack91290 posté le 30-03-2014 à 22:36:19

Bravo a toi etienne. Content d'avoir pu t'encourager.
Jack et Maïténa

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 08:48:54

Ta présence furtive a été grandement appréciée.
Très belle organisation du club des supporteurs, tu mérite toutes nos félicitations.

Commentaire de bubulle posté le 30-03-2014 à 22:39:32

Vomito double détente ! J'essaie d'imaginer le carnage potentiel dans la navette (et le carnage ultérieur qu'aurait provoqué l'odeur dans ladite navette, sur tous ceux qui l'auraient prise ensuite). Décidément, tu as une méthode unique de laisser ton empreinte, Etienne.

Et, pour le 06, c'est vrai que tu es en dessous de tout..;-)

Cela dit, au rythme où tu vas, je pourrai bientôt me faire un titre de gloire de t'avoir dépassé UNE fois sur un trail (en omettant évidemment de dire que nous n'étions pas alors sur la même course). C'est quand même une énorme perf que tu as sorti hier.

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 08:50:32

Ah oui, parfois je ne dis pas que des conneries. Là, il fallait l'ouvrir et vite cette foutue porte ;)

Il y en aura d'autre de dépassement, j'en suis sur.
Récupère bien, tu as fais une belle course.

Commentaire de Japhy posté le 31-03-2014 à 05:12:01

Enorme perf par une force de la nature, le roi des enchainements de ouf!
Pour la dame, c'est pas grave, c'est le manque d'habitude, tu n'avais jusque là fréquenté que des malotrutes en course, tu as été surpris et désarçonné par tant de simplicité complice, mais la prochaine fois tu retrouveras ton répondant!

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 08:52:42

Mais non mais non. Rien de ouf à mon avis. Il y a du monde devant moi, et j'ai eu de la chance que cela se termine. J'ai porté ma croix du dernier ravito jusqu'à l'arrivée, un véritable calvaire.

Heureusement la petite dame m'a bien fait rire. Mais si j'avaiss eu la lucidité de blaguer, je ne suis pas certain qu'elle aurait compris sans tout l'historique.

Commentaire de Mamanpat posté le 31-03-2014 à 08:46:51

Le 06 tu as bien fait de ne pas le demander, je trouve cela très lucide mais par contre fallait accepter la proposition, loin d'e^tre indécente, de finir avec elle ! Tu as marqué des points !
Récupère bien chouchou et faut pas se mettre dans de tels états juste pour une course enfin ! Ménage toi ! ;-)

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 08:55:37

Finir avec elle ... En regardant les pointages, elle me met 9 minutes sur le dernier tronçon, soit près de 1'/km. Il n'aurait pas été honnête de la ralentir autant.

Bah après la course ça allait. C'est une fois dans la navette que tout s'est compliqué. Normal, c'était une femme au volant ;) Oui oui, ce lundi matin j'ai récupéré mes esprits.

Commentaire de Mamanpat posté le 31-03-2014 à 09:18:46

Ou pour la poser dans les 2 derniers km... Malotru ! ;-)

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 09:21:08

Je ne vois pas à quoi tu fais allusion ;)

Commentaire de Jean-Phi posté le 31-03-2014 à 09:24:47

Bravo Etienne ! Un top 100 alors que 2 jours avant tu n'avais pas l'intention de prendre le départ, c'est bluffant ! Tu es fait pour ces efforts assurément. En revanche, je reste étonné pour ton estomac, il y a sûrement à travailler un peu l'alimentation / hydratation. Bravo encore. Le seul bémol c'est effectivment le 06 (et le con///rd avec ses photos) !

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 09:31:37

Je te rejoins sur le fait que l'alimentation est problématique.

L'eau ne passait plus vraiment, en tout petite quantité. Pour le miam miam, c'était ecouerement assuré même si je me suis forcé. Et je pense aussi que je supporte mal la chaleur. Comme l'a dit Bikoon, j'étais rouge écarlate... Faut que je pense à la casquette.

Je ne suis pas sur que l'on puisse qualifier de bluffant. J'ai fais ma course, beaucoup de monde a pioché. Le résultat est un peu une lotterie.
En tout cas, je me faisais la réflexion suivante. Le résultat d'un jour ne veut rien dire. On est loin de la 9ème au Morbihan et 16ème Saint Jacques par exemple...

Commentaire de Mamanpat posté le 31-03-2014 à 09:54:14

La densité n'est pas la même sur les courses citées pour comparer "simplement" le classement, il faudrait plutôt regarder ton indice de performance ? (Expert sur Ecotrail !). Mais je rejoins jean Phi, très fort ! Encore des règlages à faire assurement, mais ça va viendre !

Commentaire de Hockeyeur posté le 31-03-2014 à 10:02:49

Bravo Etienne, une superbe course (surtout qu'elle n'était pas prévue ;) )
Je pense que le dossard 308 était davantage content de courir sur toi que sur moi ^^
Pour le 06 c'est vrai que tu as merdé, cela étant dit peut-être l'as tu fait exprès en pensant déjà au pseudo vomito pinedhuitre que je trouve charmant :)
J'espère te revoir bientôt, mais cette fois sans ma jambe en carton ^^

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 11:55:31

Merci cher Donateur.
Sur to torse, le dossard serait peut être allé plus vite. Tu avais une prévision de temps similaire.

On risque de se recroiser effectivement.

Commentaire de Jam posté le 31-03-2014 à 12:29:11

Et dire que tu remets ça dimanche sur le 50 de Jouy...tous des grands malades ;-D
En tout cas bravo pour ta perf, parce que dans cet état, c'est quand même tip top.

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 13:33:10

Heu pour le 50, nous verrons hein...
Hier, j'avais de gros doutes. Ce matin un peu moins. Mais affaire à suivre pour ne pas risquer la blessure.

Merci, mais elle aurait pu être meilleure en partant plus calemement, pas faute d'avoir été prévenu, et avec une meilleure assimilation de la boisson.

Commentaire de caro.s91 posté le 31-03-2014 à 12:46:01

Etienne,
Un grand bravo, tant pour ta course que pour ton récit plein d'humour !
On ne se verra pas dimanche prochain, j'ai choisi l'option courte d'un 42,195km intimiste dans les Champs ou sur les Champs, je ne sais plus vraiment. :-)
Bises et à une prochaine,
Caro

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 13:35:15

Merci caro.

Tous les bravos te reviennent.
Effectivement, sans moi pour le marathon, y a un peu trop de monde pour moi ;)

La prochaine viendra surement rapidement puisque tu enchaîne beaucoup. On devrait se croiser sur une petite course d'IDF.

Bon marathon à toi.

Commentaire de lalan posté le 31-03-2014 à 17:27:02

Clap,clap , clap ! Bravo Etienne. En improvisant ca de dernière minute, tu vraiment assuré. Congratulations. Pour le reste......!!!! C'est le choc d'avoir un 06 qui t'a mi dans cet état !! Bonne récup

Commentaire de ejouvin posté le 31-03-2014 à 17:47:16

Oui quand je suis contentm je vomi...

Merci à toi, c'est trop d'honneur. Assuré je ne sais pas, je ne le pense pas d'ailleurs. L'essentiel de toutes les façcons, c'est de se faire plaisir et de s'amuser, quelque soit le classement (bon ça sonne un peu faux, mais il y a du vrai)

Reste à the_hokeyeur à s'inscrire l'année prochaine, il aura un joli dossard si j'ai bien compris.

Commentaire de Arclusaz posté le 31-03-2014 à 23:03:58

Se mettre dans des états pareils !!!! c'est quand même pas franchement raisonnable....

enfin, il faut bien que jeunesse se passe......

Commentaire de ejouvin posté le 01-04-2014 à 13:21:47

Mais moi je ne voulais pas hein.
C'est arrivé d'un coup dans la navette.

Tes messages dans le suivi m'ont bien fait rire.

Commentaire de Bert' posté le 31-03-2014 à 23:15:57

Et ben moi je dis chapeau !!
T'as fait quand même fort en perf et anecdotes ;-)
Respect

Commentaire de ejouvin posté le 01-04-2014 à 13:22:42

Non nonm pas de respect, sauf pour les anecdotes.
Au final, c'est ce dont on se souvient le mieux. Le temps est anecdotique.

Merci en tout cas.

Commentaire de Overnight posté le 01-04-2014 à 00:25:38

Et bien depuis que tu es venu te perdre vers chez moi je lis tes récits... et force est de constater que t'es pas le genre à aller cueillir les paquerettes en courses (ni les 06 mais ça va bien finir par payer dans un moment de lucidité :D).
Super chrono! Respect!

Commentaire de ejouvin posté le 01-04-2014 à 13:23:45

Merci.

Non les paquerettes, elles sont éieux en terre. Je me contente de les regarder durant nos passages.

Merci

Commentaire de nicou2000 posté le 02-04-2014 à 14:33:53

Super chrono et CR bien sympa! A bientôt sur la montagnhard...

Commentaire de ejouvin posté le 08-04-2014 à 17:55:33

Oula, la montagn'hard.... je me demande si je n'ai pas fais une connerie encore moi.
Mais bon nous verrons bien et on s'y verra.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !