Récit de la course : Trail du Pic Saint-Michel 2006, par béné38

L'auteur : béné38

La course : Trail du Pic Saint-Michel

Date : 4/6/2006

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 2126 vues

Distance : 15km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

90 autres récits :

Le Pic vu d'en bas

Dimanche 4 juin 2006, 6 heures du matin.
Ca fait deux jours que je ne dors pas bien : est-ce qu’il va faire beau ? Est-ce qu’il va y avoir du monde ? Est-ce qu’on a prévu assez d’eau ? Est-ce qu’on a rien oublié ?

7 heures domaine de l’Aigle, quand j’arrive on dirait une fourmilière : tous les bénévoles sont là, présents au rendez-vous, et chacun s’active à sa tâche pour que tout soit prêt pour accueillir les concurrents.

7h30 les premiers concurrents sont déjà là pour retirer leur dossard, et petit à petit le parking se remplit, et les inscriptions affluent non-stop jusqu’au premier départ. Les signaleurs du sommet et du Col se préparent pour aller se mettre en place sur le parcours. Les autres attendront les secouristes pour prendre position un peu plus bas que le sommet.
Dans ma cabane de chrono, j’entends derrière la porte les commentaires des participants qui font la queue pour aller aux toilettes : le parcours qui connaît les pièges ? un départ homme femme différé, quelle drôle d’idée ! la descente ? vous connaissez, l’enfer…. le paysage superbe ! combien a mis le premier l’année dernière ?
Et à 9h55 le speaker rassemble les coureurs pour un débriefing du parcours et les quelques recommandations d’usage. Explications sur le départ homme femme différé : c’est pour permettre aux femmes de mieux se placer dans la course, de savoir où elles en sont, et l’idée est de voir une femme mener la course jusqu’au sommet. Là les commentaires changent, « pas bête finalement… »

10 heures 1 minutes, les femmes prennent le départ dans une ambiance très détendue. On les voit prendre la direction du Peuil. Le directeur de course annonce le départ à tous les signaleurs en place par la radio.


Les messieurs commencent à se rassembler pour attendre leur tour. Les blagues et commentaires vont bon train, tandis que le groupe de réflexologues s’installent pour prodiguer leur soin après la course.
10 heures 15 minutes, ce sont les hommes qui s’élancent à l’assaut du Pic.
Le temps de prendre un petit café et déjà un signaleur annonce à la radio la première fille aux Allières, il est 10 h 30. Dix minutes plus tard on nous annonce le premier homme aux Allières, le 328. L’animatrice annonce les temps à la sono, mais nous réalisons très vite que le public est parti sur le parcours pour encourager les coureurs . Ca ne fait rien au moins on peut suivre la course à la radio. Et les infos s’enchaînent de signaleurs en point de contrôle, de point de ravitaillement jusqu’au coureur balai (merci Samontetro). 1ère fille au Col de l’Arc à 10h50, elle est toujours en tête. « Le balai est aux Allières » annonce la radio…11h05 : « 1ère fille au sommet dossard 207 » ; 11h07 : « 1er homme au sommet dossard 325 », mince elle se fait rattraper.

Tout en préparant le buffet d’arrivée les commentaires se partagent entre bénévoles : « elle s’est bien battue », finalement au retour la 1ère et le 1er arrivent ensemble au ravito des Allières, puis il file la laissant un peu derrière lui.
11h46 le premier concurrent passe l’arrivée suivi de très près par un autre concurrent. Et puis les arrivées s’enchaînent à un bon rythme, l’animatrice ayant un mot d’encouragement pour chacun . Petit à petit la tente du buffet se remplit, les réflexologues n’arrêtent pas…

La course se termine tranquillement…le sourire de chaque concurrent nous réchauffe le cœur, leurs remerciements aussi. Ils ont aimé le parcours, ils ont apprécié le paysage, malgré la descente, malgré les souffrances, ils ont eu du plaisir à participer à cette épreuve, et ça, c’est la meilleure récompense pour un bénévole.

Une fois tout le monde parti, nous nous retrouvons entre nous pour casser la croûte, il est environ 14 h, nous sommes affamés…Tout en dévorant nous refaisons la course et les jours qui précèdent, le balisage, le portage du ravito. Chacun revit les évènements de la course depuis son poste à sa manière, et les rires résonnent sous le chapiteau. Notre « balai » nous raconte ses courses et sa préparation pour ses prochaines courses…

La pression est retombée, et déjà on imagine la prochaine édition.

3 commentaires

Commentaire de le_kéké posté le 11-06-2006 à 22:36:00

Super ce CR d'un bénévole, c'est le premier que je vois sur ce site.
Bravo pour ce récit et merci pour ton action en faveur des autres, on ne remercie jamais assez tous les bénévoles sans qui toutes ces épreuves ne pourraient pas avoir lieu

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 03-09-2006 à 16:13:00

Oui, original !
Je découvre (en retard ! ) ton joli CR de bénévole avec plaisir.
Merci à toi et bon run.
Noëlle_toujours_en_retard_à_l'arrivée !

Commentaire de iade38 posté le 20-01-2007 à 09:18:00

Hello

J'y étais. Magnifique Course.
Mes débuts en Trail.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.31 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !