Récit de la course : Maratrail de Lans en Vercors 2010, par matos

L'auteur : matos

La course : Maratrail de Lans en Vercors

Date : 6/6/2010

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 1059 vues

Distance : 46.5km

Matos : L'objectif majeur de ma participation à ce maratrail était un entrainement pour ma prochaine grande course, la CCC 2010, elle-même représentant un entraînement pour mon Défi Solidaire annuel, les 24 Heures de Grenoble, le 9 et 10 Octobre 2010 !

Objectif : Objectif majeur

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

90 autres récits :

Récit de ma participation au 1er Maratrail de Lans en Vercors

 Je me suis inscrit à ce 1er Maratrail dès que j’en ai pris connaissance, et ceci dans une optique d’entraînement pour ma prochaine participation à la CCC, le 27 et 28 Août prochain, course importante s’il en est avec ses 98 km et 5 600 m de D+ ! Course qui rentre également dans mon plan d’entraînement de mon Défi Solidaire 2010, à savoir les 24 Heures de Grenoble, le 9 et 10 Octobre prochain…

Ce préambule étant fait, entrons dans le vif du sujet.

Le départ est donné à 8h30 du centre de Lans en Vercors. Les conditions sont idéales, la température est de l’ordre de 17°.

Je m’élance pour cette Première, avec mon frère Pierre, pour qui c’est la première fois qu’il part pour une course aussi longue. Confiant mon frérot ! Avec moins d’une centaine de participants pour cette première édition et un niveau de coureurs relativement relevé, nous nous retrouvons ainsi rapidement en fin de peloton,

Tout en discutant avec d’autres coureurs sur nos prochaines grandes courses, Diagonale des Fous pour l’un et CCC 2010 pour l’autre, nous atteignons en moins d’une heure le 1er ravitaillement « eau » situé au col de la Croix Perrin, sous les bravos d’un club cycliste et de promeneurs arrêtés un instant pour l’occasion. Après un verre d’eau et une photo, la course reprend en sous-bois en direction des crêtes de la Molière. Le parcours est agréable, très roulant en grande partie en sous-bois, à l’abri du soleil qui commence à darder ses rayons. En chemin, nous croisons plusieurs promeneurs, randonneurs et autres VTTistes qui tous nous félicitent et nous encouragent chaudement…

L’arrivée à la Molière se profile et nous sommes rejoint, mon frère et moi par Bertrand, le serre-file « voiture-balai » du Maratrail, confirmant ainsi notre place de bons derniers, un premier abandon ayant eu lieu très rapidement après le départ. Il nous apprend alors que le 1er, Ludovic Pommeret, vient de franchir à l’instant le barrage d’Engins. Respect et chapeau bas ! En sortie de la forêt, la vue se découvre alors sur les 3 Pucelles et le Moucherotte, sommet ultime de la journée et véritable pièce maîtresse de ce Maratrail. Le ravitaillement de la Molière est atteint après 2h40 de course, avec 30 minutes de marge sur la barrière horaire.

Début de descente. Le plateau du Sornin nous offre maintenant une vue plongeante, à couper le souffle, sur la cuvette grenobloise. La descente devient relativement difficile, à travers un chemin très accidenté et caillouteux, ralentissant notre allure, à mon frère et à moi, Nous rattrapons à ce moment un coureur attardé, en panne de souffle, qui abandonnera juste avant le 2ème ravitaillement « eau » à Engins, que nous atteignons avec une marge réduite à 10 minutes seulement sur la barrière horaire, rajoutant un peu de pression sur le timing ! Malgré tout, une petite pause s’impose avant de repartir à l’assaut du monument de la journée : Prés de 10 kms de montée continue avec près de 1100 de D+ pour atteindre le Moucherotte !

Après le barrage d’Engins commence la très célèbre montée dénommée « le Pas du Curé », permettant d’accéder directement à Saint Nizier en moins de 4 kms et 330 m de D+. L’ascension commence, difficile et très technique, me faisant transpiré comme jamais sur une course. Pierre, rompu aux randonnées qu’il effectue régulièrement, me distance légèrement. Mais comment donc faisait ce sacré curé pour effectuer cette montée avec sa soutane ! Après 1h07 d’effort, Grâce au soutien de Bertrand, nous atteignons enfin le ravitaillement de Saint Nizier, toujours avec une petite marge sur la barrière horaire.

Il est grand temps de repartir pour affronter la redoutable ascension du Moucherotte, véritable « juge de paix » de la journée. Après un début relativement roulant et un passage devant le Parc Aventure de Saint Nizier, la partie très technique arrive, aussi difficile que le « Pas du Curé » et surtout beaucoup plus longue. Mon frère Pierre est toujours devant. Il est très fatigué, mais a toujours le pied alerte en montée. Quelques crampes commencent à apparaître sur le devant des cuisses. Je bois et ca finit par passer… A l’approche du sommet, les nuages deviennent menaçants et le vent commence à souffler. Grenoble est déjà sous l’orage… Ouf ! Après 1h50 de montée et plus de 7h de course au compteur, le sommet du Moucherotte est enfin atteint !

Pour éviter de prendre froid avec le vent toujours présent, j’enfile mon coupe-vent et nous basculons dans la descente. Je prends rapidement les devants, avec ma petite foulée « Serge Cottereau », non traumatisante et très véloce ! La descente est moyennement roulante, et il nous faudra près d’une heure pour rejoindre, près de 6 kms plus loin, le dernier ravitaillement au Hameau du Haut-Furon que nous atteignons après 8h de course.

Il nous reste alors 30 minutes pour finir dans le temps limite pour être classé. 3,3 kms nous séparent encore de l’arrivée avec la dernière bosse du Bois Sigu et ses 150 m de D+ et la descente finale, très pentue, obligeant à mettre les freins ! Au début de la descente, en lisière de forêt, je perds de vue la rubalise et je dois alors rebrousser chemin, me faisant ainsi perdre de précieuses minutes par un rallongement de parcours de 500 m environ. Dans la descente, je rattrape mon frère qui m’avait encore distancé dans la dernière montée, malgré sa fatigue.

Dernier kilomètre, l’orage gronde et se rapproche ! Qu’importe ! Nous arriverons avant la pluie. Dernier virage, une petite section de route que nous dévalons à plus de 12 km/h et enfin, après 8h42mn de course, nous franchissons, Pierre et moi, la ligne d’arrivée main dans la main, sous les applaudissements de tous les bénévoles présents et des quelques coureurs encore présents. Nous sommes bons derniers et non classés, car arrivés 12 mn après l’heure maxi, mais qu’importe, nous l’avons terminé, mon frère et moi. Je suis très fier de lui, lui qui vient de réaliser un véritable exploit en terminant, certes très fatigué, une course aussi longue et difficile, sans entraînement particulier autre que son foncier de randonneur !

Mon impression d’après-course : Parcours grandiose et époustouflant ! Une organisation impeccable, des bénévoles toujours plus sympathiques. Si j’exclus la pression des barrières horaires, j’ai toujours été dans mon rythme, sans éprouver de réelles difficultés, ni de souffrances. Je termine dans un relatif état de fraîcheur, conscient que c’est plus du double qui m’attend en longueur et en dénivelé sur la CCC le 27 et 28 Août prochain. Coté performance, j’ai été plus rapide sur ce Maratrail que lors de mon Défi Solidaire 2009, la MERRELL SKY RACE de Serre-Chevalier le 12 Juillet dernier. Cette course, certes plus longue (68 kms et 3500 m D+), m’a semblé toutefois plus facile et plus roulante dans les parties réputées difficiles et j’ai fini classé 553ème sur 891 concurrents (291 abandons ou hors délais). Bref, je ne regrette absolument pas de m’être engagé sur ce 1er Maratrail de Lans en Vercors qui a m’a permis de réaliser un excellent entraînement pour la CCC et pour les futures 24 Heures de Grenoble le 9 et 10 Octobre prochain…

Une course à refaire !

6 commentaires

Commentaire de samontetro posté le 09-06-2010 à 08:44:00

Oui elle n'était pas facile cette course et la chaleur écrasante a laquelle les semaines précédentes ne nous avaient pas habitué n'a pas simplifié les choses! Bravo d'être allé au bout de l'aventure et... bonne CCC à toi!

Commentaire de béné38 posté le 09-06-2010 à 09:08:00

Votre arrivée était très émouvante, surtout celle de ton frère en larmes mais tellement fier. Et toi aussi on voyait la fierté qu'il soit à tes côtés pour franchir cette ligne. S'il t'accompagne à la CCC ça va être grandiose. Pour tout t'avouer, j'en ai aussi beaucoup bavé à la reco, et ce n'était qu'une reco. On se reverra donc à la CCC au moins vers le départ.
Bonne récup !

Commentaire de Alb posté le 09-06-2010 à 10:06:00

Magnifique récit, très émouvant. Bravo pour être arrivé au bout. On était tout près de vous. Mon collègue Michel est engagé sur le 24h de Grenoble en octobre aussi, vous n'êtes que 5 inscrits encore pour l'instant. Je viendrai vous encourager pour ces 24h ! Michel m'a justement dit dans la voiture le matin en venant : "j'ai repéré parmi les inscrits qqn qui vient aussi aux 24h de Grenoble, je vais essayer de faire connaissance". Si tu veux je peux te transmettre ses coordonnées ?

Commentaire de blob posté le 10-06-2010 à 08:39:00

ça n'a pas dû être toujours agréable de me sentir derrière vous (et oui, Bertrand = Blob), mais en tout cas, vous n'avez rien lâché. Pour ma part, c'était un plaisir de grimper le Moucherotte avec vous.
On se revoit à Chamonix fin août

à bientôt

Commentaire de martinev posté le 11-06-2010 à 20:20:00

Bravo pour ta course et cette arrivée sous les acclamations. Et maintenant place à la CCC, tu va te régaler.
A bientôt

Commentaire de le_kéké posté le 13-06-2010 à 10:33:00

Très beau récit et surtout je me souviendrais de votre arrivée très émouvante un grand moment, bravo ...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.19 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !