Récit de la course : Maratrail de Lans en Vercors 2012, par totoro

L'auteur : totoro

La course : Maratrail de Lans en Vercors

Date : 3/6/2012

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 1124 vues

Distance : 47.8km

Matos : Salomon Advent XA 20
Brooks Cascadia 6

Objectif : Terminer

39 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

90 autres récits :

Un week-end kikou dans le Vercors et une première au-delà du marathon :-)

Par où commencer ??? Tellement de choses se bousculent dans ma tête, le week-end a été superbe. Je pense évidemment à la course mais aussi aux rencontres, au repas d'avant-course avec les kikous présent(e)s, aux semaines de préparation ...

Vue de ma chambre

Je ne suis pas un écrivain, loin de là. Je vais donc faire simple avec un récit chronologique, ce sera plus simple pour tout le monde ;-)

 

1. La préparation :

 

J'avais fait un début de saison plutôt orienté maintien de la vitesse aussi en Avril/Mai, j'ai surtout fait en sorte de bouffé du dénivelé car avec ma faible expérience de la course à pied, c'était clair qu'il fallait bosser le truc ! Surtout que côté descente, ça va. En gros, j'aurai parcouru 450 bornes pour un peu plus de 8000m de d+ avec des sorties longues de 3h (un record pour moi !). J'ai été sérieux.

La course de Savigny, la semaine précédente, m'a montré qu'en plus, je n'avais pas trop perdu en vitesse. J'aborde donc la dernière semaine plutôt confiant et surtout impatient, et donc immanquablement stressé : manque de confiance et "peur de l'inconnu" ... bref des nuits très courtes !

Côté alimentaire, beaucoup de Saint Yorre et des pâtes à partir de jeudi :-) tout en évitant bonbons, glaces et plats gras.

 

2. Un week-end qui commence bien :

 

J'arrive sur Lans-en-Vercors en début d'après-midi pour en profiter pour faire une petite sieste : la nullité des français à Roland Garros me facilitera fortement la tâche :-(

Le grand moment arrive avec le repas kikou où blob me détaillera avec sympathie le parcours que nous réaliserons demain. Cela permet de bien voir aussi que le ciel est bien chargé !

A table !

A table !

A table !A table !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ambiance très conviviale où j'aurai la chance de voir pour la première fois de nombreux kikous et de revoir celles et ceux que j'ai la chance de croiser régulièrement lors des OFFs Lyonnais ! On aura même droit à une séance de télé-shopping kikourou orchestré par blob et j'en profite pour repartir avec un buff pour cet hiver :-) La soirée est excellente, Nini et moi partageons autour de notre stress ... et cela permet d'oublier que dehors il pleut et des éclairs strient le ciel ...

Ensuite, retour à la case avec une furieuse envie de dormir mais ne ferme réellement les yeux que vers 0h30 pour 4 bonnes heures de sommeil : fantastique !

 

3. Le jour J

a. L'avant

 

Je me lève à 4h30, trois heures avant le départ pour manger mon traditionnel déjeuner : céréales avec miel et jus d'orange. Ensuite, je prépare tranquillement mes affaires, remplis ma poche à eau d'un mélange eau + Saint Yorre (que j'avais fait dégazzer). Je vais dormi encore un peu puis enfile mes Cascadia que j'adore.

Finalement, je me rends sur la ligne de départ vers 7h00 et cela me permet tout de suite de pouvoir discuter avec Arclusaz :-) La météo est au beau fixe : ciel dégagé et température autour de 15°.

Avant le départPour bientôt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant la vérification du matériel obligatoire, blob tente une fouille rapprochée ! Voyons ;-) J'ai tout : la veste, la boisson, la bouffe (gels et barre de céréales) , la couverture de survie et mon appareil photo ! Mais pas de bâtons pour moi, contrairement à la majorité des traileurs présents.


Tous les kikou(e)s semblent bien prêt(e)s et souriant(e)s : encore là, les discussions vont bon train !


Avant d'y aller, le profil de la balade dominicale (merci Elcap !) :

Profil

 

b. Le pendant


C'est parti ! J'y suis, je veux me faire plaisir et surtout arriver au bout !

Chemin

Chemin











Les trois premiers kilomètres se font sur un chemin plat dans la vallée (ancienne voie de tramway si j'ai bien compris). Je pars tranquillement pour m'échauffer correctement. Malgré le poids de mon sac (~3kgs soit 5% de mon poids !), je remarque que la température clémente me permet d'avancer, mais je suis très surpris par la vitesse des autres trailers : partent vite ! Pas le temps de gamberger car je suis avec DROP et on discute tout le long :-)

Ensuite virage à droite et hop, la montée débute. De suite, je ne me pose pas de questions, je marche. Arclusaz me double. DROP descend ses bâtons et automatiquement l'allure s'accélère. Comme on discute, on reste à deux et on commence déjà à doubler. Sans rire, une seule personne me doublera pendant le reste de la course : pourquoi partir aussi vite sur une course aussi longue ???

En tout cas, je prends un max de plaisir à discuter avec DROP sur la montée vers le Col de La Croix Perrin. Il me montre l'endroit où il aimerait passer sa retraite ! On est bien dans cette forêt, c'est agréable. Au premier point d'eau (en 1 heure pile-poil !), on ne s'arrête pas, on a tout ce qu'il faut pour aller au premier ravito. Les bénévoles nous encouragent et Elcap et ses enfants sont déjà là pour nous encourager aussi !


Tout de suite après, l'histoire se corse autant que la pente ... Je baisse la tête et mets les mains sur les genoux pour pousser.

Pente

Montée











Je ne m'en rends pas compte tout de suite mais DROP ne suit pas. Je me sens bien pour l'instant, je n'ose pas baisser de rythme et le fait de dépasser des coureu(se)s me motive encore plus. Dans les replats, je continue de marcher pour récupérer et éviter de trop solliciter les jambes. Je pense aussi à bien boire très régulièrement et à m'alimenter tout autant.


Sur la crête, j'alterne entre course à pied et marche dès que ça monte, même un peu. Et comme nous sortons de la forêt, la vallée s'offre à nous et avec le soleil, elle nous offre des paysages splendides. J'en profite pour faire des pauses photos bien agréables :

Pause

Pause











J'arrive au premier ravito, vers le kilomètre 17, à la table d'orientation des Molières, où la Elcap Team me prend littéralement en charge. J'en profite pour demander des nouvelles des kikoux qui font leur course. Je bois un peu de coca, avale deux-trois bricoles salés mais ne m'attarde pas. Pour moi, il est important de ne pas trop m'arrêter, c'est d'autant plus dur de repartir sinon.


J'en profite pour tailler le chemin et la bavette avec Xavhië. Sur le haut, c'est plat et du coup, pas facile de récupérer, mais les paysages permettent de ne pas penser aux jambes ;-)

Xavhië

Moucherotte











La descente est d'abord relativement douce dans un pré d'une superbe couleur verte. Nous entrons en petit groupe dans un bois. Xahvië prend le leader-ship grâce à sa technique de planté de bâtons pour éviter les pierres et rochers très humides et donc glissants. Je le suis non sans mal, ce qui n'est pas le cas des autres personnes du petits groupes. Parfois, je m'arrête pour éviter d'avoir à glisser : une chute sur de tels rochers ferait très mal !


Juste avant le point d'eau du bassin Sornin, la pente se fait plus rude. Je me laisse tomber et dévale à bonne allure. Je perds Xahvië ici. Au bassin, les bénévoles nous pointent et nous encouragent. Un petit plat me fait appercevoir un petit groupe juste devant. Je les rejoins mais m'aperçois que je vois des étoiles qui s'agrandissent devant les yeux : et merde ! Je sais ce que ça signifie : une hypoglycémie.  On est au 25ème environ, reste plus de 20 bornes !!! Je mets le frein automatiquement, marche tranqulillement, essaye de ne pas sombrer dans le négatif. Je me focalise sur ce que je dois faire : boire, manger. Cela redescend, je me remets à trottiner très doucement puisque je vois relativement flou ! Je digère apparemment vite le gel absorbé. Le flou s'estompe. Heureusement que c'est arrivé en descente ! Je pensais pourtant m'être bien alimenté. Je décide donc d'y aller très molo dans la descente. Malgré ça, je continue à doubler ... j'avoue décidemment ne pas comprendre car j'étais pas au mieux !


A Engins, un point d'eau est organisé par des enfants, génial et très sympa. Il m'annonce 53ème ! Je leur fais confiance, ils étaient assez âgés pour savoir compté jusque là ;-)


Limite

Un tout petit bout de route et on passe le barrage puis une légère montée dans laquelle je marche. Là, je vois le balisage (parfait sur cette course !) sur le côté mais je vois pas le chemin. On commence le célèbre Pas du Curé par un peu d'escalade : ça promet pour la suite !


C'est une montée assez étrange car ça monte sévère, ensuite c'est plate voire ça descend un peu, bref, c'est pas régulier du coup. L'effort est difficile à gérer. Mais la forme est revenu. Je fais attention à ne pas en faire trop.

 

Sur certaines portions, il y a carrément une rampe d'installer pour nous aider à grimper et pour éviter la chute aussi ...


Enfin, l'air de rien, on se prends 300m de d+ en 2 kilomètres. On en chie grave ! Mais encore une fois, autour de nous, c'est magnifique. Comme on remonte les gorges du Furon, nous sommes à flanc de falaise.

Tellement proche de la falaise que ma montre perdra le signal GPS ...

Autre chose, falaise montante d'un côté et descendante de l'autre ... faut être vigilant mais le single est super agréable comme on est au frais :-)

Joli !

Pour arriver à Saint Nizier, il y a un replat (enfin, ça monte moins fort on va dire !) dans lequel, je ne cherche pas à courir, je préfère amplement récupérer car j'ai les jambes qui commencent à piquer léger.

J'arrive alors au ravito de Saint Nizier et qui est-ce que je vois : Elcap et ses enfants ! Toujours au petit oignons, à me ravitailler, à me conseiller, à m'encourager ! Moi qui suis fan de Formule 1, ce genre de ravitaillement me plait bien :-) Merci, vous avez été au top !

Elcap Team

Encore une fois, je ne m'attarde pas trop. Je prends ce qu'il me faut et repars en grignottant. Je grignotte vite car on attaque ainsi LE MOUCHEROTTE : tout le monde en parle depuis le début du we, il parait que la vue y est magnifique !

Ca commence gentillement et on a déjà une belle vue de là où on vient :

L'autre bord

Puis, c'est virage à gauche et direct, la pente s'accentue sauvagement ! Très vite, je croise un coureur qui fait demi-tour ... j'essaye de le remotiver mais sans succès.

Tremplin

Joli











On passe derrière le tremplin des JO de 1968 organisé à Grenoble : c'est moche tout ce béton au milieu d'une si belle nature, à détruire au plus vite !

La montée doit faire à peu près 600 de d+ sur 3 kilomètres : terrible ! Dans cette partie, je rattrape encore des coureurs, la motivation est donc facile à trouver même si j'ai mal aux jambes. La partie finale est infernale, littéralement. J'ai l'impression qu'il n'y a plus de chemins, ce sont des rochers que l'on gravit à chaque pas. C'est dingue comme c'est dur ! Surtout que le soleil a laissé la place a des nuages bien gris et le vent s'est levé :-(

Au sommet, on est accueilli par une bénévole très courageuse car le vent a forci et il fait très froid là-haut !

Vue sur Grenoble

Je prends deux-trois photos pour la forme et pour essayer de reprendre mon souffle et du coup, faire souffler mes jambes aussi ! Mais comme l'horizon est bouché et qu'avoir une vue sur une grande ville ne m'emballe pas plus que ça ... je repars dès que je peux respirer normalement ...


Des gouttes de pluie commence à tomber :-(


Le début de la descente se fait sur un chemin de 4*4 large et caillouteux. Je suis un collègue qui m'avait rejoint au sommet. Je me refais la cerise en trottinant. Mais il y a du vent et la pluie tombe de plus en plus drue. Au bout d'un moment, je me mets devant le mec pour le protéger un peu aussi (façon de parler vu mon gabarit !). On ira jusqu'au ravito comme ça.


Les bénévoles sont protégés par une bâche : tant mieux pour eux ! Je m'y glisse aussi pour refaire le plein. Je prends le risque de ne pas mettre ma goretex. Je prends le temps de bien boire et manger. Des coureurs me rejoignent. Je les suis dans la descente qui est devenu maintenant un single. Avec la pluie, il faut faire super attention aux pierres. D'ailleurs un coureur chute juste devant, lui demande si ça va. Il me dit que oui : ouf !

Dans ce groupe, il y a un coureur avec le même sac que moi :-) Je le suis car il a une bonne foulée et comme moi, il est bien plus à l'aise quand ça descend que quand ça monte. Ouais, parce que dans cette partie de la descente, ça monte bien aussi !

Vue sur la vallée


A nous deux, on déboule dans la partie plus pentue de la descente et on rattrape encore quelques coureurs qui sont épatés par les sauts de cabris de mon collègue. Je le suis mais ma technique consiste quand même à freiner avec les cuisses. Il m'expliquera qu'il ne freine que dans les virages et que c'est pour ça qu'il n'est pas à l'aise dans les descentes style pistes de ski : incroyable !

On forme une bonne équipe, je le relaie dans la deuxième partie : on envoie du lourd mais dommage que le terrain soit si dangereux pour les chevilles, nous obligeant à ne pas aller aussi vite que possible (et puis y'a la fatigue aussi !).

On arrive ensemble alors au dernier ravitaillement. On ne s'y attarde pas pour rester sur notre lancée et éviter que les jambes se figent. Car les miennes titillent sévèrement maintenant. C'est presque dommage car les fraises tagada me faisaient de l'oeil ! Elcap, présent nous fait un rapide briefing sur la dernière montée : facile puis dure !

Elcap, tu avais raison ! Nous marchons à bonne allure, la pente est douce. On discute avec le collègue. Dès que la pente devient sévère, je me motive à ne pas lâcher. Je suis aidé par le fait que nous rattrapons les derniers de la course du Pic Saint Michel. Je suis dans le rouge grave, à tel point que je ne rends même pas compte que je me trompe de chemin : je continue de monter au lieu de basculer dans la descente. Des coureurs m'interpellent et quelque part, me réveille ! Je regarde autour de moi et ne vois plus mon camarade de fortune. Je me dis qu'il doit être dans la descente.

Cette dernière descente est très dure, tellement pentue qu'il est impossible à ce stade de la course de se lâcher. Je suis sur les cuisses et ça brule. L'herbe est encore glissante. Et comme on a une vue directe sur Lans, j'ai hâte d'arriver ! C'est la première fois que je me dis ça depuis le départ de la course !


Une fois dans Lans, que dire ? Je donne mes dernières forces, je veux arriver vite, j'en peux plus. Je passe la ligne d'arrivée fatigué, presque sans émotions. Je suis content, surtout vu mon chrono inespéré de 6h28.


c. L'après


Je reste sur le ligne pour attendre mon collègue qui arrivera très vite dernière moi. Je le remercie chaleureusement. On a fait un beau bout ensemble en s'entr'aidant et cela a été très sympa. Ensuite, c'est direction le ravito pour engloutir tout ce qui passe par mes mains, puis vais m'assoir sur le rebord de la fontaine, c'est là que l'émotion me gagne, des larmes coulent même ... être vivant ne permet pas de renverser des montagnes, mais elles permettent, elles, de nous rapprocher de personnes trop tôt parties.


Je commence à avoir froid et vais prendre une douche glaciale !!! Il parait que ça aide à la récupération. J'espère bien car j'ai franchement du mal à me vétir. Les jambes sont très très douloureuses. Comment peut-il en être autrement ??? On discutera encore un bon moment encore avec mon compagnon de fortune ! Avant de reprendre la route, j'aurai même droit à un bout du succulent gâteau à la patate douce préparé par blob !


Un dernier mot pour l'organisation : ne changez rien !!! Bénévoles sympas, disponibles, compétents et toujours un mot gentil. Un balisage parfait.


 

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout et désolé d'avoir été long mais j'avais très envie de relater ce que je garde de ce magnifique week-end et ainsi m'aider à m'en souvenir pendant encore très longtemps :-)


Pour les fanas de graphique, un truc que je n'ai pas encore eu lieu le temps de regarder : le profil en fonction du temps de course, à méditer sûrement ...

Profil

 

Le reste mes photos : ici ! Ou alors en musique :


39 commentaires

Commentaire de béné38 posté le 04-06-2012 à 22:45:24

Super ton récit ! on y retrouve bien les petits détails qui changent la vision de chacun...et bravo belle perf pour une première !

Commentaire de totoro posté le 05-06-2012 à 09:21:07

Merci à toi de m'avoir lu. Cette course restera un grand souvenir !

Commentaire de Arclusaz posté le 04-06-2012 à 22:56:33

Bravo !!
et dire qu'avant la course, je me suis permis de te donner des conseils !
Tes talents de descendeur ont fait merveille et tu oublie de dire que tu montes très bien aussi.

J'avais peur que tu partes un peu vite mais non, tu te connais bien.
Ce n'est qu'un début....

Commentaire de totoro posté le 05-06-2012 à 09:21:57

Merci Monsieur ! Le plus reste toujours de confirmer une marque ...

Commentaire de tidgi posté le 04-06-2012 à 23:11:27

Il allonge, il allonge... Mais il reste efficace.
Bravo pour ta course bien gérée !
Vous avez passé un chouette WE...

Commentaire de totoro posté le 05-06-2012 à 09:22:40

Merci tidgi. Les OFFs et les discussions avec des personnes comme toi m'ont aidé à préparer la chose !

Commentaire de Xavhië posté le 05-06-2012 à 00:55:15

Content d'avoir pu courir un petit bout de chemin avec toi! Et merci pour ton récit et tes photos... Bonne récup!

Commentaire de totoro posté le 05-06-2012 à 09:23:08

Merci Xavhië pour ta lecture et tes belles photos :-)

Commentaire de Nini posté le 05-06-2012 à 06:21:05

Bravo à toi. Tu as écrit là un beau recit bien complet qui m'a fait refaire la course, pfiou... Je suis crevée du coup là !
À bientôt sur un prochain off :-)

Commentaire de totoro posté le 05-06-2012 à 09:23:52

Tout pareil ! Mais écrire un récit fait mal aux doigts, ça permet de laisser les jambes au repos pour le coup ;-)

Commentaire de DROP posté le 05-06-2012 à 07:10:20

Bravo pour ta tres belle course Totoro. Pour une premiere sur la distance s est vraiment fort. Je te suivai de loin sur la Moliere et j ai eu peur que tu partes un peu vite. Mais non, gestion parfaite comme le prouve le fait que personne ne t a double...
Ravi d avoir fait un bout de chemin ensemble.
@+ sur les sentiers

Commentaire de totoro posté le 05-06-2012 à 09:25:22

Ouais, c'était un super début de course en ta compagnie ! Faut vraiment qu'on arrive à organiser un OFF pour que tu puisses y participer. Sinon, on se fera un 10 bornes :-)

Commentaire de Jean-Phi posté le 05-06-2012 à 09:51:15

jolie course et joli chrono. Tu y prends goût à la boue finalement ! ;)
bonne récup !

Commentaire de totoro posté le 05-06-2012 à 10:07:04

Merci Jean-Phi, c'est clair que depuis que je me suis forcé à aller patauger, j'ai pris confiance !

Commentaire de Elcap posté le 05-06-2012 à 10:03:02

Tu la tiens ta solution !!! T'es pas fait pour le marathon : t'es fait pour le trail long... C'est tout ;-)

Je suis sûr que c'est le début d'une longue suite de succès, fort de la confiance en toi que cette réussite doit t'apporter.

Si tu as besoin d'une autre assistance, n'hésite pas à demander !!!

Commentaire de totoro posté le 05-06-2012 à 10:08:11

Merci Elcap encore une fois, toi et tes enfants ont été d'une grande aide ! Mais le marathon est un puissant aimant, j'ai encore très envie d'y faire un truc sympa !

Commentaire de Elcap posté le 05-06-2012 à 10:08:49

t'as bien raison... et on ne progresse qu'en se frottant aux problèmes. lâche-le pas ce marathon :-D

Commentaire de samontetro posté le 05-06-2012 à 12:43:12

Wahou, le chrono est des plus respectable pour une première! Sans la petite hypo au plateau de Sornin ça allait franchement cartonner! Visiblement il ne te reste plus qu'a affiner l'alimentation/hydratation sur ce type d'épreuve et ça va envoyer du très lourd!
Bravo!

Commentaire de totoro posté le 06-06-2012 à 17:26:45

Merci à toi pour ton investissement sur cette épreuve !

Commentaire de lalan posté le 05-06-2012 à 13:21:08

Tu t'es accroché pendant ta prépa et le travail à payé!!!!!Tu es sur la bonne voie,bonne continuation Totoro et bravo pour cette belle épreuve de montagne.

Commentaire de totoro posté le 06-06-2012 à 17:27:18

Merci lalan pour ton commentaire et à bientôt !

Commentaire de o[Bob] posté le 05-06-2012 à 13:40:07

Vraiment bravo pour ce résultat, et merci pour ce récit qui d'une part fait bien revivre (toutes proportions gardées..! ;-)) la course, et d'autres parts peut-être des plus instructifs pour beaucoup d'"hésitants".. !! :-)

Commentaire de totoro posté le 06-06-2012 à 17:28:25

Cette course mérite d'être mieux connue pour son organisation sans faille mais pas trop car le fait qu'il n'y ait jamais d'embouteillage fait parti des points positifs !

Commentaire de franck de Brignais posté le 05-06-2012 à 14:04:28

Un grand bravo à toi !! Ton récit n'a rien de long, il nous a juste délicieusement plongé dans ta belle course. C'est un exploit remarquable que tu as réalisé. Tu as très judicieusement géré ta course, l'hypo t'a juste confirmé que tu es allé au bout. Les photos sont splendides, merci. Bonne récup'... prends le temps avant de remettre la machine en marche !

Commentaire de totoro posté le 06-06-2012 à 17:29:02

Merci Franck. Ce ne sont pas les photos qui sont splendides mais le paysage ;-)

Commentaire de jano posté le 05-06-2012 à 15:46:23

tu fais bien d'y aller progressivement mais effectivement, tu es capable sur du plus long.
je pense que tu vas bien assurer à la STL !!! (si tu gères bien la boue probable)

Commentaire de totoro posté le 06-06-2012 à 17:30:02

Merci Jano ! J'ai beaucoup pensé à toi pendant la course et sur le fait de devoir beaucoup m'hydrater.

Commentaire de Françoise 84 posté le 05-06-2012 à 16:22:11

Merci pour ce récit bien sympa qui nous replonge dans l'ambiance du WE... et bravo pour ta course!! Bonne récup maintenant!

Commentaire de totoro posté le 06-06-2012 à 17:30:29

Tu as raison, Françoise, bonne récupération à toi aussi ! Sympa de t'avoir rencontré :-)

Commentaire de matos posté le 05-06-2012 à 16:55:18

Bravo pour ta perf, ton récit sympa et tes belles photos !
Bonne récup !

Commentaire de totoro posté le 06-06-2012 à 17:30:57

Merci Matos :-) La récupération est bonne pour l'instant : je mange ce que je veux :-)

Commentaire de pierreb133 posté le 06-06-2012 à 22:40:23

salut totoro,
merci et bravo pour ton recit,
ça a été très motivant pour moi de finir ce trail avec toi,
je paye mes "sauts de cabri" ( et mon manque de preparation ) par des courbatures comme jamais dans les cuisses ; (je descend les escaliers en crabe c'est comique)
mais deja elles s'estompent ,par contre reste un super souvenir de cette course
A plus et bravo pour ta perf;

Commentaire de totoro posté le 07-06-2012 à 09:24:04

Merci Pierre, la récupération, ça laisse le temps d'apprécier ce qu'on a accompli et éventuellement d'écrire un récit alors n'hésites pas à ton tour :-)

Commentaire de ogo posté le 07-06-2012 à 18:29:44

Super CR, bien illustré avec de beaux paysages et de nombreuses têtes connues. Décidément, l'ambiance sur ce maratrail a l'air hors du commun. Bravo pour cette course très bien gérée et merci pour ton CR. A très bientôt, j'espère !

Commentaire de totoro posté le 07-06-2012 à 19:50:06

Oui l'ambiance est top, vaudra venir l'année prochaine :-)

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 09-06-2012 à 12:30:36

Tu en as de la chance. Le Vercors et la bande des Kikous de l'est, je les ai connus en Vercors mais c'était en juillet... superbe souvenir.
Ce trail, j'y viendrai quand je ne serai plus au boulot, on s'y verra peut-être ?
Bravo pour ton chrono !

Commentaire de totoro posté le 09-06-2012 à 15:52:24

Avec plaisir ! L'endroit est superbe pour les rencontres et joutes sportives :-)

Commentaire de vinch64 posté le 13-06-2012 à 22:49:06

Bravo!!! Beau chrono et beau compte-rendu également. Ca avait l'air magnifique.
Je vais aussi essayer de dépasser la distance marathon cette année (52km) mais avec 2 fois moins de dénivelé! On verra bien...

Commentaire de totoro posté le 14-06-2012 à 10:33:23

Merci pour ta lecture ! Bonne préparation pour ton épreuve mais assure la récupération d'abord !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.18 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !