Récit de la course : Maratrail de Lans en Vercors 2014, par TomTrailRunner

L'auteur : TomTrailRunner

La course : Maratrail de Lans en Vercors

Date : 1/6/2014

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 899 vues

Distance : 46km

Objectif : Pas d'objectif

23 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

90 autres récits :

Partie de PacMan dans le Vercors

Dimanche 1er juin : Maratrail de Lans en Vercors

 

 

 

Avant course

Engagement un peu à la dernière minute pour 3 raisons : 1- le « TrailàBéné » me fait bien envie depuis des années et reste un rassemblement de kikou ;  2- la date est compatible avec le planning familial ;  3- le parcours et la distance de la course rentrent très bien dans mon programme de l’année en vue de mon Gros objectif de l’année (profil relativement similaire à celui du Swiss Iron Trail avec des montées sèches et des parties roulantes ; sortie longue pour conclure une semaine de charge à 100km cumulés)

 

Dimanche 5h00 

DRING, le réveil sonne.

N’ayant pu venir la veille pour profiter de la pastaparty kikourou ou du sommeil sous la tente, je me lève, saute dans la voiture et prend la direction de Lans pour un trajet qui me permettra de voir la descente régulière des températures jusqu’à 3°C sur le parking de la mairie de Lans : va faire frais pour le départ

Personne sur place ! j’en profite pour peaufiner les affaires, donner un coup de main pour installer le ravito, papoter avec les uns les autres et accrocher le dossard.

 

Dimanche 7h34 : Lans-en-Vercors

Aucun objectif de chrono ni de performance, seul compte pour moi la gestion avec 3 idées fortes : maximiser l’alimentation hydrique, en conséquence, passer un minimum de temps sur les ravitos (30s maxi à chacun pour remplir alternativement un de mes 2 bidons) et passer un maximum de temps à courir ou trottiner (a priori tout le temps sauf un petit passage après le col de la Croix Perrin & les montées du pas du Curé et du Moucherotte).

Départ avec le peloton des kikous en fond de peloton pour les premiers kms de plat : ça discute, ça papotte, ça regarde la grosse centaine de coureur partir devant et ça devise sur la météo ou le choix des chaussures (toutes choses primordiales comme chacun sait, on y reviendra).

Cette dizaine de mn de plaisir partagé passe trop vite car voici déjà les premières bosses : une petite pause biologique (qui sera ma plus longue pause de la course) et je me décide à trottiner tout doucement dans la montée selon mon plan prévu. Je dépasse ainsi quelques concurrents qui ont décidé de marcher dans cette bosse et entame sans le savoir une grande partie de pacman car à partir de là, je ne ferai plus que doubler sans jamais être doublé à mon tour.

Le terrain est agréable en sous-bois, la pente régulière sans à-coups et j’avance sereinement mais surement tout en pensant à bien boire très régulièrement dès le début. On arrive en une petite heure à l’auberge de la Croix Perrin où se situe un point d’eau qui me permet de remplir mon second bidon.

Vient ensuite une première montée assez sèche que je connais pour l’avoir déjà faite en raquette : un peu trop sèche pour moi car je n’arrive pas à courir tout du long tout en restant sur un rythme respiratoire modéré. Je décide donc de marcher un peu et en profite pour préparer la poudre dans mon premier bidon que je viens de terminer. Tout en continuant à doubler les concurrents les uns après les autres, nous arrivons sur le début de la crête et je vois Xavhié au loin. Il me faudra au moins 2 ou 3 kms pour lui reprendre une centaine de mètres au bénéfice des toutes petites bosses que je franchis en trottinant et sur lesquelles il marche fidèle à sa traditionnelle parfaite gestion de course. Rattrapé, il me dira qu’il me croyait devant et qu’il faisait l’effort pour me rattraper !!! On chemine ensuite un peu ensemble comme si souvent déjà par le passé… puis insensiblement je lui prend un mètre, puis deux, puis dix dans un n-ième petit à-coups.

Ce passage sur la crête est toujours aussi magnifique et le paysage s’ouvre sur notre droite pour nous dévoiler la suite du parcours et plus loin les massifs de la Chartreuse, de Belledone et un peu Taillefer comme un clin d’œil à l’UT4M de l’été dernier. Je me sens vraiment chanceux de profiter pleinement de l’instant en sentant tout aussi bien la forme qui est là que les senteurs du matin.

 

Dimanche 9h35 env : Ravito de la Molière

Environ 2h pour arriver ici et boucler cette première partie de la course : je bois rapidos un verre de coca pendant qu’une (toujours) gentille bénévole me remplit mon bidon et repars aussitôt sans avoir revu Xavhié. Je rattrape ensuite le kéké avec qui nous ferons quelques hectomètres ensemble tout en me disant que « c’est ici que la course commence ».

Nous traversons donc le lapiaz, franchissons de tout petits névés et arrivons assez vite sur le plateau au dessus de Sornin : c’est l’heure de commencer à descendre et de tester les quadriceps. Le terrain est nickel, le choix de chaussures bon (on y revient) et la météo parfaite : tout ce passage est bien évidemment courable et j’en profite gaiment avant d’attaquer la descente un peu plus « dure » sur Engins où j’avais un peu souffert lors de mon premier UTV.

Engins, point d’eau (je re-remplit alternativement chacun de mes bidons comme à chaque fois si vous suivez) et c’est la petite descente vers la route d’approche du pas du Curé. Le pas du Curé où il est hors de question de courir pour moi aujoud’hui : je grimpe tranquillement, double un concurrent un peu en difficulté, re-prépare le bidon suivant, trottine sur chaque passage plat et finis par arriver assez facilement (plus que dans mes souvenirs en tout cas) en dessous de St Nizier où j’atteins en quelques foulées le ravito.

 

Dimanche 11h25 env : St Nizier

Encore un ravito express ; j’en profite pour dépasser 3 ou 4 flemmards qui se prélassent en discutant avec les bénévoles : le plein du bidon vide (vous suivez ?), 4 morceaux de fromage et une demi banane au vol et je repars en machouillant le tout (successivement, pas simultanément). Quelques dizaines de mètres de bitume, une montée sous un petit téléski où je double un concurrent (ce sera le dernier), un petit tronçon de piste avalé et il faut déjà bifurquer pour prendre à gauche la montée du Moucherotte où un panneau de randonnée nous indique 2h15 pour le sommet.

C’est le gros morceau de la ballade ; conformément à mon idée du jour, je progresse sans trop forcer dans les passages raides et en trottinant dès que la pente se fait plus douce : un passage le long du tremplin me rappelle de nouveau l’UT4M, un peu de sous-bois, quelques sinuosités et je regarde d’un oeil distrait l’altitude monter sans pour autant me souvenir de celle du sommet (env 1900m de mémoire). Beaucoup de randonneurs croisés ou doublés sur le chemin mais pas de signes d’autres concurrents…Enfin, on débouche sur un léger replat en piste qui permet de se dégourdir les jambes après cette “longue” section de marche : à l’occasion d’un virage, je vois un maillot vert derrière moi qui me fait dire que je suis toujours “en course”.

C’est enfin les dernières pentes raides que je reconnais et que je franchis en gardant un peu de retenu afin de déboucher sur un replat où la vue sur la vallée de Grenoble est superbes sur la gauche. “Maillot vert” semble se rapprocher alors même que je me remet à trottiner tout en saluant les très nombreux randonneurs en train de picniquer ; il se rapproche tellement que j’ai l’impression qu’il va me rattraper mais une futile vanité me fait dire “pas dans la montée” et j’accélère un peu juste en dessous du sommet que j’atteins en environ 1h par rapport au panneau du bas.

 

Dimanche 12h40 env : Moucherotte

Sommet, contrôle, en option fraise tagada rouge et coup de marqueur de la même couleur pour valider le pointage et je bascule de suite pour atteindre le ravito situé 2 petits km plus bas : entre temps, une piste assez caillouteuse sur laquelle les appuis ne sont pas des plus agréable. Passage éclair au ravito (plein d’un bidon et 1 verre de coca) et hop c’est le début de la descente durant laquelle je rattraperai quelques concurrents du “petit” parcours : toujours l’occasion d’échanger quelques mots avec les uns les autres.

La descente est entrecoupée d’un léger replat en herbe puis reprend entre racine et sous-bois, passage rapide et d’autres légèrement technique ; les kms défilent assez rapidement et je n’oublie pas de continuer à me ravitailler très régulièrement (maxi toutes les 5mn) puisqu’il commence à faire plus chaud.

J’entends de nouveau “maillot vert” à une poignée de secondes derrière qui semble dans le même rythme que moi. Assez rapidement, nous arrivons au dernier ravito où je m’arrête à peine une dizaine de secondes pour faire un dernier puisque j’étais décidé à ne pas courir entre le sommet et l’arrivée : le faux-plat bien montant qui suit le ravito n’est pas totalement anodin pour autant. Et après une traversée d’un tout petit ruisseau dans une épingle à cheveux de la piste, la dernière bosse m’impose toutefois de marcher : c’est l’occasion de complèter le dernier bidon avec la poudre d’hydraminov.

Un encouragement à un concurrent en perdition du trail et nous voilà déjà en haut de cette dernière difficulté. Reste plus ensuite qu’à descendre une piste, un dernier sous-bois, une fin de piste de ski pour atteindre les arrières de Lans-en-Vercors : quelques hectomètres de plat, un petit koukou au boss kikou et c’est l’arrivée où il ne reste plus qu’à profiter de la bière, du bleu, du ravito, de la douche, des kikous qui arrivent et tout simplement du plaisir d’être là… avant de devoir repartir.

  

 

Mini-bilan

 

  • Une belle partie de pacman et la confirmation qu’il est toujours plus facile mentalement de doubler que d’être doublé,
  • Physiologiquement, un coup de soleil, poids et taux de MG quasi stable entre H-24/H+48 avec une petite baisse à H+24
  • La forme générale est là malgré la fatigue légitime de ces dernières semaines,
  • Ma gestion de l’alimentation (4,2l d'Hydraminov, 2 verres de coca et presque pas de solide) passe très bien si je reste sur un rythme un tout petit chouïa en dedans,
  • Justes quelques courbatures dans les abdos (faudrait que j’en fasse un jour)
  • Le Vercors est toujours aussi beau (mais ça on le savait déjà)

 

 

 

Et un grand merci à Béné, Samontetro et toute l’équipe de bénévoles …

 

23 commentaires

Commentaire de Nini posté le 03-06-2014 à 08:34:14

Belle course bien menée ! Bravo à toi !

Commentaire de samontetro posté le 03-06-2014 à 08:34:55

A te lire on a vraiment l'impression que c'était une balade mais quand on regarde le chrono!!!
Ça en dit long sur l'affutage du bonhomme cette saison! Chaud devant!

Commentaire de christ-off posté le 03-06-2014 à 08:52:02

Très bonne gestion de course, ça donne envie d'aller faire un tour l'année prochaine par la-bas.
Merci pour le CR .

Commentaire de snail69 posté le 03-06-2014 à 09:21:02

Quelle maîtrise ! Quel esprit ! Tu donnes envie de fuir le bureau et de chausser les baskets !

Commentaire de TomTrailRunner posté le 03-06-2014 à 23:14:17

Chausser les baskets parce que j'y passe plus de 60h par semaine au bureau : c'est ça le motivation ;)

Commentaire de millénium posté le 03-06-2014 à 09:58:37

j'ai l'impression que tu progresses et gères (encore) mieux à chaque course ! Vraiment impressionnant , respect

Commentaire de béné38 posté le 03-06-2014 à 11:49:50

Bravo belle course ! et c'est quoi le pacman ?

Commentaire de TomTrailRunner posté le 03-06-2014 à 23:15:31

Cf la définition du pacman là : http://ultraforum.ultrafondus.net/showthread.php?8613-Le-Grand-Glossaire-Encyclop%E9dique-de-L-ULTRAFOND

Pacman (se faire un…)
[Phil et Runstephane] : Remonter un à un les concurrents que l’on repère au loin devant soi. Se dit plutôt en fin de course, au moment où son état de fraicheur contraste avec l’épuisement des autres coureurs. Exprime une certaine jubilation d’avoir si bien géré l’épreuve. Idéalement, se pratique à plusieurs. Syn. "Ramasser les morts".

Commentaire de le_kéké posté le 03-06-2014 à 11:58:23

Très belle course Tom, belle remontée tout du long sans faille. Tu as été le dernier qui m'a doublé et je pensais-espérais te reprendre mais rien à faire tu étais trop fort pour moi, je t'ai aperçu pas si loin dans la fin du Moucherotte, mais elle est (bien trop) longue cette fin d'ascension. Bravo pour ta course !!!!

Commentaire de TomTrailRunner posté le 03-06-2014 à 23:16:01

Impressionnant en effet de se dire que les positions étaient figées au bout de 2h de course non ?

Commentaire de Françoise 84 posté le 03-06-2014 à 14:57:11

Bravo, belle gestion, ça paraît tout facile avec toi!!! Bien contente de t'avoir (un peu) vu! Bisous!

Commentaire de loiseau posté le 03-06-2014 à 18:58:02

Bravo Tom pour ta course et merci pour ce récit, qui me fait bien revivre la course. Tu m'as doublé un peu avant le Col de la Croix Perrin, je savais que je n'avais pas intérêt d'essayer de m'accrocher :-).
Alors, c'étaient quoi les bonnes chaussures finalement ??

Commentaire de TomTrailRunner posté le 03-06-2014 à 23:17:18

Chaussures plutôt légère dynamique et tendance rigide que confort et plus souple (Fellcross vs Cascadia en l'occurence)

Commentaire de Trixou posté le 03-06-2014 à 21:08:36

Toujours aussi facile le Tom, bravo !

Commentaire de Arclusaz posté le 03-06-2014 à 22:54:27

ouais, ben moi, je constate que tu étais derrière moi au bout de 20 minutes de course car tu n'avais pas pu suivre mon train d'enfer : alors, ta course, elle n'est pas si réussie que ça !!!!!!!!

Te voir partir en trottinant dans la première côte alors que tout le monde marchait, c'était impressionnant. L'air de Rhône-Alpes te réussit décidément bien.

Commentaire de jano posté le 04-06-2014 à 14:25:31

ouais, j'ai été tranquille avec toi jusqu'à la pause technique puis après, tu courrais vraiment facile alors que ça montait.
Si tu te maintiens encore 2 mois, ça va rouler en août.

Commentaire de Mamanpat posté le 05-06-2014 à 09:06:48

Trop facile, va falloir songer à corser les choses !
Ah oui, c'est prévu !... ;-)

Commentaire de bruno230 posté le 05-06-2014 à 14:03:01

c'est marrant,j'ai pas l'impression d'avoir participé à la même course tellement ça avait l'air facile quand je lis ton CR.
En tout cas bravo ,tu as une sacrée caisse

Commentaire de Japhy posté le 05-06-2014 à 19:34:43

Vous trouvez le moyen de discuter encore de chaussures une fois partis, vous êtes incroyables! :D
Bravo pour ta course Tom!

Commentaire de o[Bob] posté le 05-06-2014 à 22:24:36

Bravo pour cette course d'apparence parfaite, et que de "petits détails", ça m'épate toujours !
Et je note -très sérieusement- la gestion (et la marque) de la boisson énergétique ! ;-)

Commentaire de TomTrailRunner posté le 06-06-2014 à 21:52:08

Très sérieusement : après des années d'essais : je ne change plus : effinov-nutrition ;)

Commentaire de polosh posté le 06-06-2014 à 17:34:09

Bravo, très belle course! Et CR super sympa pour permettre à celles et ceux qui ne sont pas venus de revivre l'évènement ;-)

Commentaire de Papillon posté le 14-06-2014 à 16:52:17

Bravo pour la gestion de course!!!! Je n'avais pas vu ton CR... c'est chose faite! L'année dernière j'avais adoré cette course!!! Je ne te dis pas bonne récup, je viens de voir aussi que tu es en pleine préparation!!!! Alors bonne course!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !