Récit de la course : Maratrail de Lans en Vercors 2010, par Ch'ti38

L'auteur : Ch'ti38

La course : Maratrail de Lans en Vercors

Date : 6/6/2010

Lieu : Lans En Vercors (Isère)

Affichage : 800 vues

Distance : 45.5km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

90 autres récits :

Un maratrail en guise de reprise....

                                 

Après un hiver sans sport  (seulement 2 sorties ski de fond  et 0 pointé pour la course à pied, cause grippe A ), mi-mars je décide de reprendre avec pour objectif le maratrail de Lans en Vercors.Ce dimanche je me lève avec un peu d’inquiétude car mes dernières longues sorties (2h30 maxi) autour de Rives ont été dures à terminer.Je choisi donc de partir vraiment doucement pour essayer de finir pas trop cassé et pour profiter des paysages.Au bout de 3 km je rejoints quatre kikous  (dont j’ai malheureusement oublié les noms), sans le vouloir je les ai lâchés (il y a en un qui était à la traîne pendant que les autres l’attendaient, finalement ayant lu les récits je peux vous donner les noms : Loicm, Astro, JT1960 et Land celui qui était à la traîne [lire son récit]). Le parcours jusqu’au col de la Croix-Perrin (8,5km en 01h01mn) n’était pas trop accidenté et cela m’a permis de bien gérer ce début de course. Sur le début de la montée sur les crêtes je rattrape deux coureurs qui discutent tranquillement avec un rythme qui me convient parfaitement, donc je décide de ne pas les doubler. Ce passage jusqu’au ravito de la Molière est vraiment magnifique. Arrivé au ravitaillement  du 18km (2h16mn), je profite pour bien reprendre des forces et remplir le camelback. Je repars en compagnie d’un autre coureur, heureusement pour lui car pour la deuxième  fois, je lui  évite de se tromper de chemin (la première fois c’était vers le 5km). J’appréhendé un peu cette boucle un peu technique autour du Plateau de St Sornin et finalement cela passe assez facilement (c’est peut être normal en mode tortue). Ensuite arrive une descente d’environ 6km jusqu'à Engins entrecoupé d’un faux plat montant ou la chaleur fut plus importante. Arrivé au barrage d’Engins en 3h30mn je suis déjà content car je n’ai pas encore de coup de barre. Quand j’ai aperçu le début du sentier du Pas du Curé, je me suis dit que si c’est comme ça jusqu'à St Nizier cela va être dur. Heureusement  que cette partie du parcours était en sous bois car c’était du costaud cette montée mais par contre vraiment intéressante. De nouveau je rejoins mes deux pipelettes que je vais doubler 1km avant le ravito de St Nizier. Au départ du ravitaillement [32km en 4h18mn](où les bénévoles étaient vraiment sympathiques et serviables] je ressens pour la première fois une grosse fatigue. Je me dis que la montée va être dure mais plus encore pour la descente (je suis un médiocre descendeur). Après un passage auprès du tremplin olympique de 1968, le chemin se redresse progressivement, c’est à ce moment là que je suis rattrapé par les 2 pipelettes qui apparemment commencent à galérer car ils sont devenus silencieux (à ce moment là belle vue sur les trois Pucelles). Pour moi commence aussi la galère je me mets donc en mode « gestion » pour essayer de rallier le sommet sans trop de casse. Le temps se couvre mais il devient aussi lourd. Depuis le dernier ravito, j’ai des problèmes de digestion et j’ai du mal à m’alimenter et cela rend encore plus pénible ma progression mais je me rassure un peu en rattrapant d’autres coureurs en perdition. L’arrivée au sommet du Moucherotte  (1901m) en bord de falaise est vraiment splendide, dommage pour la vue car les massifs au loin sont biens chargés (passage en 5h46mn). 

Commence alors la dernière partie d’environ 8km, une descente entrecoupée d’une dernière montée d’environ 100m de dnv. J’arrive à suivre deux coureurs sur la partie la moins pentue, mais par contre caillouteuse où malgré tout  je me refais une santé. Dans la partie plus raide, j’arrive même à lâcher un coureur.

Passé le dernier contrôle je rejoins encore des coureurs et en haut de le dernière grimpette, c’est le tour du KéKé avec lequel je finirais cette formidable course (finir avec lui se fut un plaisir, au final 7h04mn33s et 59 ième sur 83). Encore merci aux organisateurs pour ce parcours de toute beauté et aussi aux bénévoles.  A bientôt sur les sentiers.

3 commentaires

Commentaire de Land Kikour posté le 12-06-2010 à 19:29:00

Bravo et merci pour ton cr, et oui j'étais à la traine, lol, la preuve j'arrive 1 heure après toi.
Bonne récup.

Commentaire de millénium posté le 12-06-2010 à 22:32:00

Belle course. Merci pour ce récit.

Commentaire de samontetro posté le 14-06-2010 à 09:45:00

Bravo pour ta course! On avait prévenu que le Moucherotte serait rude et qu'il fallait en garder sous le pied pour l'affronter. Mais tu as bien géré le coup! Super!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !