Récit de la course : Trail Nivolet-Revard - 49 km 2007, par stef73

L'auteur : stef73

La course : Trail Nivolet-Revard - 49 km

Date : 6/5/2007

Lieu : Voglans (Savoie)

Affichage : 1880 vues

Distance : 49km

Objectif : Se défoncer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

88 autres récits :

Nivolet-Revard 2007 : ça va ... trop vite ... du moins pour moi !

Depuis le Trail de la Vallée de Chevreuse du 1er Avril, la récupération a été bonne et l'entrainement a repris sa place dans ma vie quotidienne (entre le boulot très prenant, la famille avec nos 3 filles, ...)

Mon entrainement n'a rien eu de scientifique depuis le début de l'année, en effet je me suis juste contenté de faire du volume (des kilomètres et du dénivelé à pied ou en ski)
Le début du plan d'entrainement spécial "Mercantour-UTMB" est prévu seulement à partir du 10 Mai, comme l'année dernière.

Dimanche 6 Mai, je retrouve Marc et Jean Marc (2 amis de Trail) sur l'aire de départ, pour ce magnifique trail Le Nivolet Revard, long de 49km, surplombant toute la vallée de Chambery et le lac du Bourget, en passant par le sommet du Revard, La Feclaz et la Croix du Nivolet.

Les sensations ne sont pas très bonnes ce matin, les jambes un peu lourdes à l'échauffement.

Ce trail est le 3ème du Challenge Endurance-Salomon 2007 et le plateau est très relevé avec beaucoup d'excellents coureurs de trail (Equipes Salomon, Quechua, Lafuma, ...)

Quelques petits mots de l'organisateur au micro, sur le parcours : "bien glissant, ...faire attention,..." et le départ est donné !

Le départ est très rapide, beaucoup plus qu'au trail de la vallée de la Chevreuse.
D'habitude, j'arrive à finir dans le classement vers les 10%-15% des partants.
Pour le coup aujourd'hui, je laisse filer pas mal de monde, de peur de me mettre trop dans le rouge dès les premiers kilomètres.
Et pourtant, je surveille mon cardio qui ne veut pas descendre sous les 172 pulsations.
Après 2 kilomètres à un rythme élévé, je décide de lever le pied et laisse filer Jean Marc avec qui je courais depuis le départ.
Les premiers 5 km sont plutôt roulants sur des petites routes et chemins, ce qui ne me convient guère avec mon physique de rugbyman montagnard ;-(((
Je reprends tranquillement mon rythme et laisse passer des wagons de coureurs en surveillant bien mon cardio pour ne pas repartir dans le rouge.

Enfin, au bout de 5 km, on attaque les sentiers avec une succession de montées/descentes.
Ca va mieux, je suis plus dans mon élément et rattrape quelques coureurs dont Jean Marc.
J'arrive au 1er ravitaillement (uniquement boissons) vers le 12ème km en 1h11mn où je ne m'attarde que quelques secondes.
Puis, on attaque la véritable montée du Col du Pertuiset.
Je pensais marcher à partir de ce moment là et enfin calmer le rythme.
Ce ne sera pas le cas hormis dans les parties les plus raides.
Obligé de relancer sans cesse, sous peine de me faire doubler par des wagons de coureur.
On arrive au col au bout de 16,2km pour prendre à travers les alpages et sur des singles tracks la direction du Revard.

Ravitaillement en boisson au Revard (20,5km) après 2h20, dans un brouillard épais et un vent glacé (bien content à ce moment là d'avoir opté pour un TS chaud manches longues).
Quelques verres et je repars avec la deuxième feminine.
Nous faisons un brin de causette et je l'encourage pour la suite de sa course, tout en suivant de près les fanions à travers les alpages tellement le brouillard est épais.
Nous reprenons les pistes de skis de fond puis le GR pour arriver au ravitaillement de la Feclaz (27ème km) en 3 heures. J'aime beaucoup cette partie que j'emprunte de nombreuses fois lors de mes entrainements.
La fatigue commence à se faire sentir par les efforts consentis et le peu de relache depuis le départ.
Je prends le temps de me restaurer, de remplir la pipette et pendant ce temps la 2ème féminine prend le large.
Je repars avec un coureur que je connais ...enfin, pour l'avoir vu sur le DVD de l'UTMB 2006 et nous échangeons sur la préparation de l'UTMB 2007 pendant toute la montée à la Croix du Nivolet.
Les relances sont de plus en plus dures et je ressens une gène importante dans le genoux droit à chaque pas.
Je paye aussi mon manque d'alimentation depuis le départ.

A la Croix du Nivolet (32ème km), les nuages nous cachent la vue sur le bassin Chamberien, dommage pour les coureurs qui ne sont pas de la région.

Je laisse filer mon compagnon de montée et descends doucement à cause de mon genou droit qui devient très douloureux. Dommage, il ne me reste que 17km de descente !
A la descente je croise Jean Marc, puisque l'AR à la croix du Nivolet se fait sur le même chemin.
Il n'est qu'à 5 minutes environ, alors que je croyais lui avoir pris plus de temps. Content pour lui mais un peu inquiet de son retour sur moi dans la descente (Ah, fierté quand tu nous tiens !)

Je n'ose attaquer dans la descente à cause du genou.
Je me ferai doubler par une bonne quinzaine de coureurs jusqu'à l'arrivée.
Passage par le Sire (34ème km) et descente plus raide et boueuse pour arriver au ravitaillement de Pragondran (37,3km).
Je prends le temps de me restaurer, mets le Ipod sur les oreilles pour me donner du courage et oublier ce genou en vrac qui m'enquiète pour la suite de la saison.
Je continue à me faire doubler mais un peu moins fréquement que sur la 1ere partie de la descente.
Dernier ravitaillement au 44ème kilomètre en boissons.
On m'annonce encore 5 km de routes et chemins roulants hormis une grosse montée juste avant l'arrivée.

J'aime et n'aime pas ces fins de course.
Je n'aime pas parce que je suis en général en mauvais état et finis à l'arach', ayant du mal à garder de la réserve !
Mais, j'aime cette sensation d'avoir tout donné.

Je regarde derrière moi et vois un coureur en TS jaune pas très loin.
Je me fixe d'arriver avant lui ou en même temps !
Les yeux rivés sur le GPS pour bien contrôler ce qui reste : 4km, 3,8km, 3,5km, 2,5km, .... et la vitesse. J'essaye de ne pas descendre en dessous de 10-11km/h sur le plat.
A 2km de l'arrivée, je me fais rattraper par le courreur en jaune juste avant la dernière montée.
Il me dit qu'il est "cuit".
Nous commençons à monter ensemble mais il est en fait plus fatigué que moi et je finis par le distancer.
Enfin la descente !
Il ne reste plus qu'un kilomètre et j'essaye de relancer pour ne plus me faire doubler.
Plus que 400 mètres et je sens un coureur revenir derrière moi !
Je me mets à accelérer et finis à fond pour m'apercevoir juste avant la ligne qu'il s'agissait juste d'un spectateur !
Je franchis la ligne d'arrivée dans un cri de joie sous les encouragements de copains de Quechua en 5h46 avec la 86ème place (sur 380 partants)
Complètement fourbu, le genou droit en vrac mais content d'être arrivé !

Jean Marc arrivera en 6h, il aura perdu plus de temps à la descente.
Marc, en 6h30 qui finit dans le milieu du classement est encore bien frais ! Belle progression cette année Marc !

Le niveau global se relève sur ces trails de 50km où la majorité des traileurs sont maintenant habitués à de telles distances OU ALORS, c'est moi qui dois vraiment commencer à m'entrainer serieusement ... (ou les 2 !)

Après 2 jours de repos, le genou va un peu mieux... A suivre...
Et je commence à me poser la question de m'inscrire sur le GR73 le 26 mai avant le 1er objectif de la saison : Le Raid du Mercantour (102km 6500m D+) le 16/17 Juin.

Pour plus de belles photos : RDV sur le site de Freelou

1 commentaire

Commentaire de Startijenn posté le 13-06-2007 à 12:59:00

Félicitations pour cette course, et pour les relances dans la montée au Revard ! Si ce n'est pas de l'énergie ...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !