Récit de la course : Trail Nivolet-Revard - 49 km 2009, par Mamanpat

L'auteur : Mamanpat

La course : Trail Nivolet-Revard - 49 km

Date : 3/5/2009

Lieu : Voglans (Savoie)

Affichage : 2003 vues

Distance : 49km

Objectif : Pas d'objectif

22 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

88 autres récits :

Mon chemin de Croix - du Nivolet !

Samedi 2 mai - Meximieux / Voglans

Décision était prise de partir en début d'après-midi pour profiter de la fin de journée en compagnie de ma cahouette, ses parents pasant une retraite paisible à l'autre bout du Lac du Bourget, à Conjux.


Passage préalable à Voglans pour retirer mon dossard et avoir une préparation zen le dimanche matin.
Ma zen attitude aura été mise à l'épreuve en arrivant à Voglans ! 40 maisons qui se courent après et impossible de trouver le lieu de rassemblement de la course !
Rien ne sert de s'énerver, coup de fil à chéri pour regarder sur internet si je n'ai pas zapper quelque chose et je demande la salle polyvalente aux badaux qui se présentent...

Petit coup de speed vite oublié quand j'aperçois à l'approche des dossards le fameux tee-shirt technique Salomon offert aux participants...
Celui des femmes est turquoise et fuschia, celui que j'avais zieuté avec envie le mercredi précédent ! Et en taille minipouss qui plus est !
J'suis comme une dingue, j'en ai presque embrassé la bénévole !

Bon, y'a pas vraiment foule et personne de ma connaissance...

... Je prends donc la route direction Conjux.


Retour vers le futur
Que d'étés et de bons moments passés le long de ce lac lors de nos années fac.
La traversée d'Aix les Bainx, Brison, Chindrieux. Je me délecte de relire tous ces noms et de profiter du paysage, toujours aussi

 

 

sublîme !   Ma cahouette me refait faire le tour du propriétaire et nous filons à la petite plage "attitrée" de la famille !
 

Je me rappelle ici une des raisosn pour laquelle ma cahouette est bien la mienne : elle a aussi un grain de folie !

Oui oui, elle l'a fait ! Cahouette s'est baignée le 2 mai dans le lac du Bourget dont la température de l'eau ne devait pas dépasser les 12 ou 13 degrés ! (Même pas j'ai osé vérifier avec le bout du doigt !).

Un repas en famille (avec mes pates complètes à part) et quelques bavardages plus tard, l'extinction des feux se fait raisonnablement - mais néanmoins à contrecoeur - à 22 heures...

Dimanche 3 mai - 5h45

C'est toujours plus facile de se lever à cette heure là pour une course que pour aller bosser !
A peine un pied au sol que je suis survoltée alors que ma Caouhette peine à ouvrir les yeux !

Allez, au p'tit dej ! Une bonne portion de céréales, fruits secs et graines dans un yaourt, arrosée d'un bon thé pour tout réhydrater et le tout frappé par un 'tit expresso bien serré. Un peu trop peut-être...

Une p'tite frayeur en ne retrouvant pas mon Garmin au moment de partir (trop bien rangé comme à mon habitude !) et en voiture ! Le VTT de Cahouette est chargée depuis la veille au soir pour sa petite ballade du côté de la dent du chat une fois le départ de la course donné.



Voglans - 7h15

Un petit 1/4 d'heure de retard sur mon horaire mais j'ai le temps de faire un petit tour et dire bonjour et finir de me préparer. Enfin, plus tant que ça, c'est que maintenant il y a du monde, du connu et... oui je suis piplette...
A ma décharge : je retrouve Badgone et Tine, paspeur, ma yayoun, fastoch son chéri dont je fais enfin la connaissance, Arnaud, Photogone... et surtout sieur Arthur qui s'est levé aux aurores mais semble malgré tout prêt à me devancer !


Mais non, je ne stresse pas !

J'ai un gros poids sur l'estomac, même pire : j'ai les dents du fond qui baigne... Le petit dej ne semble pas vouloir passer à l'image de ce café un peu trop serré.

Cahouette avoue, c'est Arthur qui t'a payée pour m'empoisonner ????

Bon je me dis que cela ne fait pas encore 2 heures que j'ai déjeuné, la digestion ne devrait pas tarder. Sans conviction, c'est en principe le seul repas qui ne me pèse pas...

Il est temps de rentrer dans le sas de départ, ça bouscule au portillon, contrôle obligatoire !
Un p'tit bisou à ma Cahouette et on se faufile dans l'arène aux fauves avec Sarah, excitées comme des puces !



C'est parti mon kiki !

L'ambiance est joyeuse aux côtés de Sarah et Arthur, et comme à l'accoutumée les clichés peuvent difficlement me contredire !

Vous les voyez les 2 fofolles qui s'agitent ?!...

 Nous supposons que cela part très vite aux avants postes mais derrière c'est "lonli lonlain" que nous passons l'arche.
Le peloton s'étire en traversant Voglans sur une première côte d'environ 1 km.
Le petit-dej se rappelle encore à moi dès les premières foulées et je décide de ne pas le contrarier d'entrée de course. Je perds donc rapidement le contact avec Arthur et Sarah, tout comme Pierrototo (reconnu à sa barbe !) dont je fais la connaissance sur cette portion.


Lourde croix à portée

Un véritable calvaire commence pour Mamanpat...

Cette première côte ne passe pas, j'ai les jambes en coton, molles, pas de jus... Il est tout concentré dans mon estomac et tout semble se bloquer tout autour.

Et qui dit bosse, dit descente après la montée...
Ca redescend sur bitume et sur un grand kilomètre.
A chaque fois que je pose le pied au sol, j'ai l'impression que Mike Tyson prend mon ventre pour son pushing ball et que Alien V est en plein tournage du dernier volet de la saga dans mon estomac ! Avec ambiance boite de nuit dans mon crâne et jambes dans le formol.
Je réduis l'allure avec le profil redevenu plat mais rien n'y fait : le corps ne veut pas. Je suis dans le même état que mercredi dernier après le passage "tête dans la cuvette"...

30 mn que le départ a été donné, à peine 4 km de parcourus.
J'ai beau serrer les dents et me dire que cela va passer, les idées noires arrivent bien plus vite que l'allure que je tiens...

"49 km même pas 5 de faits, ça ne va pas être possible..."

Je me retourne et regarde derrière moi : sur ce long chemin à travers champs, je ne vois plus qu'un seul concurrent, je suis avant dernière.

"Pat, t'as pas le choix et tu ne pourras pas..."

Deux allemands aux cuisses et bedaines bien fournies quelques dizaines de mètres devant moi mais sinon plus personne...

"Faut aller à Fournet, au 5ème km et tu arrêtes"...

Me voilà seule...
Seule dans cette fin de peloton de course.
Seule face au mal qui me torture mais dont la douleur mentale est plus forte que la physique.
Seule face à cette décision terrible que je ne peux me résoudre à pendre.



J'arrive à Fournet, il n'y a pas un chat.
Un petit hameau que l'on traverse, avec quelques jolies maisons de pierres, pour se retrouver directement dans un superbe single dans le bois de Fournet, à flanc de montagne, annonciateur de la première partie de grimpette.

Je déplie mes bâtons et me lance à l'assaut de ces premiers pourcentages salvateurs.
Avec la montée, plus de coups bas assassins qui me torturent.
C'est tout mon système digestif qui est soulagé et qui semble me faire comprendre qu'il ne va finalement pas gâcher ma balade.

Il n'en faudra pas plus à mes neurones pour inverser tout mon schéma de pensée et repasser en mode p'tit pimousse, paré à l'abordage !
Mes jambes reprennent de l'assurance et je cherche au loin les concurrents qui me précèdent.
Lentement mais sûrement, je reprends les 2 allemands, puis 2, 3, 4 concurrents.

Le moral revient au beau fixe surtout que je viens de reprendre 3 féminines !
Je revis et me dis que c'est parti ! Mais mes intestins n'ont pas dit leur dernier mot et se manifestent très régulièrement (et bruyamment, toutes mes excuses à mes compagnons du moment !).
La descente qui nous amène au premier ravitaillement à Pragondran sera le test : je lâche un peu la foulée, les jambes sont ok, l'estomac a fait son boulot et mes intestins se contentent de se manifester en étant moins douloureux.


Test réussi, cette fois c'est vraiment parti !


L'arrivée sur Pragondran me booste : une mamy tirée à 4 épingles et élégante m'encourage dans le dernier virage, Mme Photogone me fait faire un magnifique sourire pour la photo, la sono est pousée au max et le commentateur s'en donne à coeur joie !
Les bénévoles tout sourire me proposent un verre de coca, je tente quelques gorgées me disant que ça peut faciliter ma digestion !
Je repars direct en montée en laissant quelques concurrents encore derrière au ravito !

La portion qui suit est géniale : j'y croise les premiers du Malpassant à contre sens et me lance dans des encouragements tout azimut !
L'ambiance est super et j'apprécie particulièrement les encouragements retournés ! Tout ce qu'il me fallait !
Le clou du spectacle : une vache ahurie, ne sachant plus où donner de la tête pour savoir dans quel sens regarder passer et dont la cloche tintinabulait joyeusement !


Nos chemins se séparent


Le plus gros du peloton du parcours "court" arrive au moment ou le "long" bifurque sur la droite sur le pourcentage le plus élevé du parcours.

Je suis enfin dans ma course !

Ca grimpe de plus en plus sec, je reprends encore des concurrents et garde une féminine en ligne de mire qui évolue au même rythme que moi.
Après quelques lacets très serrés, je l'entends échanger gaiement quelques mots avec un randonneur posté là.
Alors que je m'approche de lui, c'est le cri du coeur : "Steph !".
Superstpeh69, cet extra terrestre kikoureur rencontré aux Cabornis est là en suporter ! Je lui fais part de mes malheurs de début de course et il m'accompagne au bout de la grimpette où le comité d'accueil kikouresque vaut toutes les victoires !

Sanggi et Photogone sont là (entre autres), et les Mamanpat fusent ! Quel bonheur !!! Tout ce qu'il me fallait !

Et je réalise que je viens d'arriver au Col de Sire, point culminant du parcours avec ses 1558 mètres d'altitude.
Je me sens vraiment bien maintenant et je n'ai pas mal aux jambes ! J'en profite pour passer une groupe de 5 ou 6 féminines qui fait une pause goûter !



Mont du Nivolet


C'est quasi en bord de falaise le long du Mont du Nivolet, après un passage en prairie, que le tracé nous mène en direction de la croix convoitée.
La neige est plus qu'éparse mais en sous bois, les névés sont bien présents et surtout bien fondus. Se succèdent une alternance de montées et descentes sans grande difficulté dans lesquelles je me fais particulièrement plaisir et où je double la féminine gardée en ligne de mire.

A l'approche de la Croix, des bénévoles bien sympas me disent "à tout à l'heure !". C'est là que s'effectue la boucle et que nous nous croisons. Il y a de plus en plus de boue et surtout de plus en plus de concurrents ! Ca fait du bien !
Je retrouve ma Yayoun juste sous la Croix, accompagnée de son chéri et lui promet de tenter de la rejoindre !


A chacun sa Croix !

Nous étions tous là pour la même, mais ça y est, je l'ai ! C'est la mienne !

Dommage, la brume s'est levée pour mon passage, je ne peux pas profiter de la vue côté Bauges, Chartreuse et Mont Blanc. Je ne ferais qu'apercevoir le lac.
Un peu plus tôt, le spectacle devait être grandiose sous le soleil !

 

 

Direction La Feclaz...


Coup d'oeil rapide au Garmin pour savoir où j'en suis avec toutes mes péripéties. Je suis dans le coup pour être à La Feclaz à midi et je m'attaque à la descente.
Je retrouve - avec surprise - très rapidement Sarah qui ne semble pas être très à l'aise dans la descente ! Je la double crânement et me retrouve sur les fesses quelques mètres plus loin !
Ben quoi, un peu de luge dans la boue c'est original non !

Comme annoncé par Paspeur, la suite est... grasse, dans la forêt de Charvette ! Et l'ambiance chaude quand on en sort ! Quel bonheur !
Le terrain devient plutôt roulant et le ravitaillement arrive assez vite. J'y suis à midi pétantes sur la montre du bénévole qui bipe mon dossard !
Je garde ma ligne de conduite et prend le temps de boire et manger à chaque poste qui le propose.
Sarah, et toute la famille !, se retrouve ici et tout le monde échange toujours aussi gaiement ses impressions !
 
 

... Puis Le Revard


Je repars en compagnie de Pierrototo retrouvé là avec qui j'effectuerai la traversé du plateau à travers le bois Brûlé. Je revois tous les panneaux indicateurs des pistes de fond mais sans la neige je ne m'y retrouve pas !
Cette partie qui se voulait roulante est surtout lassante. Boue, névé, boue, névé... et à notre allure pas vraiment d'intérêt à couper direct la boue à mi-mollet (si ce n'est que de choper dans ampoules à courir encore 3 heures les pieds mouillés !), donc ça casse un peu le rythme.
Sous un franc soleil et à travers prairie on attaque la montée au Revard dont la dernière partie se fait le long des pistes alpines, derniers mètres + si on se fie au profil... (Note pour plus tard : ne jamais se fier aux profils de courses).

Encore un peu de boue et un bénévole m'annonce la fin de la grimpette et après "ça descent, c'est que du bonheur !"

"Mais c'est déjà que du bonheur !" même si j'accuse ici un petit coup de moins bien.

La vue sur la lac, Aix les Bains et la Dent du Chat est superbe mais toujours pas de bière bien fraîche au ravito ! La bonne humeur des bénévoles elle est bien présente !
Je remets tout en place : les bâtons et les gants dans le sac, les chaussures sans les p'tits cailloux et je me lance dans ce qui doit être la grande descente...


M'aurait-on menti ?

Jusqu'au col du Pertuiset le tracé ne ressemble pas vraiment au profil et quelques petits raidillons s'offrent encore à nous tout comme quelques belles piscines de boue (qui me valent 2 belles écrochurent aux mollets d'avoir voulu les éviter à travers branches !).
Après un joli passage en sous bois où je suis quasi seule au monde le col est là, avec son bénévole attitré qui me conseille d'être très prudente.


Tout schuss !

Comme indiqué par Paspeur la première partie de descente est pour le moins caillouteuse ! Mais aussi à flanc de falaise et très glissante ! Je me traîne et retiens fort et malgré tout, 2 randonneurs fort aimables trouvent que je "vole" ! Sûr, ils n'ont pas vu descendre la tête de course !!!
Ce passage technique passé, le chemin deveint roulant et tapissé d'une confortable couche de feuilles mortes qui donne l'impression d'évoluer sur de la mousse !

Je m'éclate, il n'ya pas d'autre mot et double 2 concurrents !
Dans mon élan je me fais une formidable frayeur : ma cheville se tord et fait un angle à 90° ! Surprise de ne pas entendre craquer, je me récupère à quelques centimètres du sol et pense ne pas pouvoir repartir, c'est sûr j'ai une entorse.
Que neni ! Mes intestins sont peut-être fragiles, mes jambes ne vont pas bien vite mais mes chevilles sont hyper laxes, quel luxe !
Et je reprends ma course !
Alors que je rattrape 3 concurrents et que les quadri commencent à être douloureux, le ravitaillement de Mentens est juste là ! Je ne l'attendais pas si tôt et pourtant suis un peu sonnée !
Ambiance bon enfant et toujours pas de bière !
On m'annonce encore 12 km (plus que 12 km !), la fameuse dernière partie annoncée par Paspeur avec ses terribles relances !


Aïe !

Relances c'est le moins qu'on puisse dire ! Heureusement, les single empruntés sont somptueux et font oublier les derniers murs à passer !
2ème frayeur : un appui complétement de travers sur mon talon tendiniteux me balance une douleur fulgurante dans le pied et tout le long du tibia. "Maman !".
Non pas maintenant, pas si près du but ! Quelques pas en marchant et ouf, la douleur disparaît !

Le dernier ravito arrive enfin, bien plus attendu celui-là ! Nico est là à attendre Sarah et m'indique qu'il ne reste que 5 km dont la dernière petite bosse, la même que celle du départ.
Je poursuis en compagnie de 2 concurrents puis passe la dernière montée de l'autoroute en papotant avec un sympatique V3 venu du Nord qui ne connaît pas plus bel endroit que l'Est de la France pour les trails !
Je le lâche dans la dernière descente, j'aperçois Pierrototo au loin et la route finale est là.


And the winner is...

L'arrivée se fait au milieu des concurrents et supporters qui vaquent, les encouragements fusent encore, j'ai la banane !
Le comité d'accueil kikouresque est toujours présent - normal, c'est les meilleurs ! - et le speaker embraie sans mal sur ce dernier élan d'énergie !

Heureuse Mamanpat !

 

8h01 pour boucler le parcours, on bipe mon dossard et je réalise que 7h30 plus tôt j'ai failli abandonner.
La pensée qu'il fallait pour évacuer le trop plein, ça va finir par devenir une habitude !


Finalement, il ne m'aura fallu que 2 fois plus de temps que Benoit Laval, THE winner !



22 commentaires

Commentaire de Tercan posté le 06-05-2009 à 15:02:00

Super sympa ton récit :)
Bravo à toi d'avoir persévérer au début de course : ça en valait visiblement le coup :)
A+

Commentaire de CROCS-MAN posté le 06-05-2009 à 17:07:00

Quel Mental, BRAVO et merci pour la ballade

Commentaire de ladybird posté le 06-05-2009 à 17:44:00

Merci pour ce magnifique CR... tu m'as fait revivre mes " années fac" en vacances avec cette traversée nivolet/revard et cette vue superbe du lac. Un grand bravo pour la course

Commentaire de pierrototo posté le 06-05-2009 à 17:47:00

Bravo a toi

et je suis vraiment ravi d'avoir pu partager un moment de course avec toi.

J'ai vu que sur les temps finaux qu'en fait tu etais juste derriere moi, si j'avais su je t'aurais attendu.

Bravo a toi !!

Commentaire de l ignoble posté le 06-05-2009 à 19:02:00

bravo!!! et merci pour ton récit détaillé,même au niveau intestinal.........lol

Commentaire de Kevin99 posté le 06-05-2009 à 19:48:00

Merci pour ta super récit et bravo.
C'est une bonne idée pour la bière au ravitos, j'ai entendu que c'est bon pour les problèmes intestinales.

Commentaire de yayoun posté le 06-05-2009 à 20:53:00

Félicitations la miss...tu vois que tu l'as eue cette croix...Alors c'est laquelle la prochaine à laquelle on s'attaque?

Commentaire de millénium posté le 06-05-2009 à 21:05:00

de sincères félicitations pour cette performance !
Je ne t'arrives plus à la cheville , c'est sûr !
bravo miss , bises

Commentaire de Gibus posté le 06-05-2009 à 21:29:00

Sacré Sigourney Weaver Pat avec son alien dans le bide.
Bravo pour ton courage.
Tu es venu et t'as vaincu.

A bientot

Commentaire de Eric Kb posté le 06-05-2009 à 21:33:00

J'attendais ton récit pour te féliciter et j'ai bien fait !!!! Parce que tu mérites des félicitations pour la qualité de ton entrainement, la gestion de ton indisgestion :-) , le parcours rondement mené et ta joie de courir communicative...
Le seul regret......c'est que quand tu prépares tes gros trucs, on ne te vois plus sur nos coursettes :-)
Mais une chose est sure, c'est a toi que je demanderai des conseils pour mon "gros truc" en juillet.
Bises
Eric

Commentaire de gilou01 posté le 06-05-2009 à 21:38:00

bravo pour ta course super mental a bientot pour un off

Commentaire de patcap21 posté le 06-05-2009 à 21:41:00

Bravo pour ta course Patricia et merci pour ton cr que j'ai lu avec toujours autant de plaisir.
En te voyant tirer la langue au départ, je commence à me demander si c'est pas un truc de Pat ça......
Bonne récup et au plaisir

Pat

Commentaire de frankek posté le 06-05-2009 à 22:25:00

super sympa ton réçit ! et un grand bravo pour ta course. faut juste laisser passer l'orage et puis tout redemarre. récupère bien...nous t'avons vu joyeuse à l'arivée...trop fort !!!

Commentaire de lulu posté le 06-05-2009 à 22:46:00

J'adore tes CR et BRAVO pour ta course......et quelle course !!???
Va falloir penser à éviter le café avant la course...ou alors avec une ptite poire pour digérer le tout !!??
A +

Commentaire de Benoit LAVAL posté le 06-05-2009 à 23:01:00

The "Winner" te félicite pour ta course, et pour le plaisir que tu fais partager ! Bises.

Commentaire de Belet posté le 06-05-2009 à 23:36:00

Superbe Mamanpat.

Quel courage pour résister sur cette première demi-heure, sachant ce qu'il restait. Mais payant au final.

Encore bravo!

Arnaud.

Commentaire de agnès78 posté le 06-05-2009 à 23:45:00

c'est toujours un réel plaisir de te lire miss... et toujours sur le ton de l'humour, c'est top! et pi, quel mental! BRAVO!
allez récup' bien maintenant
bizzzzous
agnès

Commentaire de blanche posté le 07-05-2009 à 06:37:00

bravoooo j'ai eu une petite pensée positive pour toi dans la monté du mont luisande....tu as le mental d'une mouineuse...... heu non d'une winneuse!!!!!!!
bises
marie

Commentaire de paspeur posté le 08-05-2009 à 09:46:00

Bravo pour ta course, et ta joie à l'arrivée était tellement forte qu'elle en était communicative.
A+ Denis

Commentaire de franciss posté le 09-05-2009 à 09:27:00

Bravo à toi Patricia...chapeau pour la distance !

A quand l'ultra ?

Commentaire de Fimbur posté le 12-05-2009 à 20:56:00

Chapeau Patricia pour ce nouvel exploit, belle gestion de l'effort, de ton moraL.
Merci pour ce récit.

Fimbur

Commentaire de TomTrailRunner posté le 13-05-2009 à 23:31:00

Tout ton sourire et ton enthousiasme dans le CR.
Aussi frais que tu l'étais à l'arrivée quoi :-)
Tom

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !