Récit de la course : La 6000 D 2011, par Natou

L'auteur : Natou

La course : La 6000 D

Date : 30/7/2011

Lieu : La Plagne (Savoie)

Affichage : 970 vues

Distance : 65km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

79 autres récits :

Ma 1ère 6000D

La 6000D - Course des Géants


En début d’année, je me mets un nouvel objectif : obtenir ces fameux 5 points qui me permettraient de m’inscrire aux cotés de Mickaël à l’UTMB… L’ultra est défini. Mickaël me propose la fameuse 6000D. Deux grosses courses prévues en 6 mois. Pffiouu ! Va falloir s’accrocher !

Le profil de cette 6000D m’angoisse : 60 km avec un profil en chapeau pointu : on monte et apres 30 bornes, on redescend ! Le tout en moins de 11 heures.

Voilà, on y est. Départ de Aime pour 7H. Plus de 1000 inscrits (10% de féminines) sur la course : du jamais vu ! ! Je rentre dans le sas du depart. Plus que 10 minutes avant le départ. La météo est prévue relativement belle, ce qui change des jours précédents où la pluie s’était invitée.
C’est parti. Je pars tranquillement, car je sais qu’à partir des Esserts c’est le début d’une trèèèès longue montée. Les premiers kilomètres se font sur des portions relativement larges, ce qui permet au peloton de s’étirer sans bousculade et progressivement. Et voilà que le chemin commence à s’incliner vers le haut. A vrai dire, je n’attendais pas à me trouver dans une montée si tôt. Cela me surprend un peu par rapport au profil présenté.  Pas grave ! Je m’adapte ! Très vite cette montée se transforme en un 1er coup de cul. Certains coureurs transforment déjà leur souffle en forts halètements.

Le sol est bien souple (terre imbibée) et ce parcours à travers la pinède pourrait etre super agréable. Mais pas un brin d’air et j’ai vite tres chaud !! Le peloton s’est transformé en un long serpentin. Il suffit de lever un peu la tete pour voir tous ces coureurs et coureuses qui me précèdent.

La montée de Longefoy à Montalbert est bien raide… mais celle qui suit pourrait etre vertigineuse si on prend le temps de regarder derrière soi. A vrai dire, pas le temps de faire du tourisme. Les barrières horaires ne le permettent pas… 15 km et 1500D+ avalés. De bonnes sensations pour l’instant.

Arrivée au 1er ravito à Plagne-Centre. J’en profite pour refaire le plein d’eau. Oups ! J’ai encore fait ma chamelle !!! Pas beaucoup bu la Natou !
Juste avant de repartir, nous retrouvons Anne Valero, dépitée. Elle nous informe qu'elle abandonne. Pas de souffle. Pas de sensations… Elle n’a plus envie. C’est un peu tristes que nous la laissons.

C’est parti pour le prochain objectif : la Roche de Mio. Le parcours est roulant. Nous alternons course et marche sur quelques centaines de mètres. Et hop,  on reprend le rythme de la grimpette. La Roche de Mio se profile. C’est confiante que j’entame la montée, mais le parcours sort très vite des sentiers battus et c’est tout « droit » qu’on nous fait progresser. Depuis ces dernières heures le passage des coureurs transforment certains passages de terre humide en de vrais passages de gadoue. Ca m’éclate ! Par moment, j’ai l’impression que les runs sont aspirées ou collées !

Tout se passe bien jusqu’à présent. Je passe la Roche de Mio (2681m) et me focalise sur le prochain objectif. Descente sur le Col de la Chiaupe. Trop cool. Le chemin est bien large et les appuis sont bons.

Voilà enfin le Col de la Chiaupe : point commun entre ceux qui partent à l’ascension vers le glacier  de Bellecote et ceux qui en redescendent. Je prends le temps au ravito pour refaire le plein en solide (il n'y a que les bouts de bananes qui me donnent envie) avant d’attaquer le monstre. J’ai 2 heures au maximum pour faire la boucle (barrière horaire fixée à 7H de course au passage retour sur le Col de la Chiaupe). Le sentier finit par s’estomper pour laisser place à un immense pierrier.
Mickaël me dit à ce moment-là : « regardes où l’on va grimper ». Je n’ai pas de mots pour décrire l’image des coureurs qui montent « tout droit » ce pierrier. VERTIGINEUX. !!!
A ce moment-là, bous croisons Jean-Mi qui en a fini avec le glacier !
Certains montent à 4 pattes. Je m’aide de mes batons pour gravir cet amas de pierres, petits caillous  mélangés avec l’eau ruisselante. Il faut trouver de bons appuis. Certains concurrents glissent. D’autres s’arrêtent pour reprendre leur souffle, sans oublier ceux qui râlent face à la difficulté.
Mickaël m’encourage un peu plus haut. Mon rythme est constant et je progresse tranquillement jusqu’au moment où je suis chaleureusement accueillie par les quelques spectateurs qui résistent au petit vent bien frais (Il ne fait pas plus de 5°)
Passage au 3ème contrôle et quelques mots échangés avec les bénévoles qui sont d’une extrême gentillesse.  Je cherche Tophenbave  qui avait prévu de venir faire un saut...
L’ascension n’est pas finie pour autant, avant de pouvoir passer de l’autre coté. Allez ! C’est reparti ! Encore 300 m de grimpe avant de franchir les 3047m d’altitude qui marquent l’altitude la plus haute sur laquelle j’aurais pu crapahuter jusqu‘à aujourd‘hui !
Maintenant que la montée est faite, et bien faut redescendre !!! Ca se passe bien. Très bien même.
J’arrive à trouver des appuis non fuyants. Tout se passe en courant sauf dans les parties hyper glissantes. Jusqu'au passage d'un beau névé sur lesquelles je m'initie à quelques galipettes qui m'envoient 2 fois le cul dans la neige !!
Voilà à nouveau de le Col de la Chiaupe. Passage dans les temps. Il aura fallu  1H15 pour effectuer cette boucle de 5,6kms et 555 D+ dans ces pierriers. Ouf ! 1er objectif de la course atteint ! Mickaël est confiant.
Nous reprenons notre course sans pour autant nous laisser entrainer. Il faut encore franchir l’Arpette.
Le parcours est agréable. En chemin, nous passons aux cotés de Cécile Bertin… et quand des filles se croisent et bien ca papote un peu (beaucoup ) Un échange super sympa. Cécile abandonnera finalement 10 km avant l’arrivée, malade et prise de nausées. Pas grave Cécile : ton objectif étant l’UTMB !
Nous arrivons au Chalet de Carrolay. Je ne m’arrête pas au ravitaillement en eau. Je continue car voilà le dernier coup de cul à franchir… Un gars devant moi avance à allure constante. Je m’y accroche jusqu’au bout. Une des photographes de la course me demande de me « décrocher » pour pouvoir me prendre en photo. Pas facile : je suis aspirée !!
Ca y est : voilà que Belle-Plagne se profile. En principe, il ne reste plus que 22 km de descente !! Et c’est 500m avant d’arrivée à Bellecote que se produit la première entorse. Je boite quelques metres mais ne m’arrete pas. Tant que c’est chaud, je ne devrais pas pas trop sentir la douleur. Il reste 18 km à parcourir. Déjà 8H de course !
Le moral est bon malgré la blessure. Ahh, mais voilà : ca va regrimper !! Et ca grimpe et ca grimpe même si c’est régulier. Il faut l’absorber. Nous sommes tous plus ou moins surpris, mais ca passe. La descente est longue mais régulière.
Puis à nouveau une succession de petites montées et descentes. Nous sommes dans la forêt. Nous passons les Frasses. Il reste encore 15 km et cela commence à me paraître long. Ma cheville me fait souffrir. Mais le plus dur est cette succession de bosses qui commence à laisser place à la fatigue et le moral a des hauts et des bas. Je garde en ligne de mire le groupe de coureurs devant moi. J’ai besoin de m’y accrocher pour ne pas faillir. Néanmoins l’avance horaire que j’avais commence à fondre. Barrière limite finale : 11H.
Nous avons tous cette barrière en tête et bien que conscients qu’il reste encore beaucoup de monde derrière nous, nous nous accrochons les uns aux autres pour avancer. On trottine mais doucement : on avance.  Mais nouvelle catastrophe : mon pied droit se défile et me voilà avec une entorse à l’autre cheville !!! Galère !!
La piste cyclable que nous venons d’atteindre nous amène à l’arrivée. Tout se joue au moral. Ma cheville droite me fait mal. Le dernier faux-plat se fera en marchant.
Arrivée au centre ville de Aime. Je retrouve quelques forces pour finir les derniers 100m en courant et franchir enfin l’arrivée en 10h40  (631ème sur les 809 à l'arrivée)!!

J’attends Mickaël que je ne vois plus derrière moi depuis quelques temps. Je l’attends… Il arrive enfin et c’est main dans la main que je l’aiderai à franchir l’arrivée ! (Malade sur la fin de la course, il  finira neanmoins dans les temps !!) On l'a fait Mamour !!
 
Cette course porte vraiment bien son nom et sa réputation. Elle n’est pas facile. L’organisation est top et à 18H (heure de la barrière définie dans le règlement), les responsables décident de la repousser à 19H car il reste encore plus de 150 coureurs ! Chapeau !!  Les coureurs ( à la base hors-delai) accueillent la bonne nouvelle dès qu’ils franchissent la ligne d’arrivée.

Rien à redire sur cette course : balisage sans defaut, bénévoles hors normes, et un public génial !!

Maintenant place à la récup et à la guérison.

A bientôt

11 commentaires

Commentaire de foxtrot posté le 31-07-2011 à 22:02:39

Ben comme d'habitude, t'es impressionante.
bonne recup a vous deux
Fox

Commentaire de lapinouack posté le 31-07-2011 à 22:24:57

bravo !! :-)

Commentaire de Ironmickey posté le 31-07-2011 à 22:26:31

Beau récit. j'étais vraiment confiant pour toi. Cette course tu l'avais déjà couru 10000 fois sur le papier. A compter les D+, les D-, les distances, les allures...
Pfiouuu. Nous avons longtemps été ensemble, malheureusement une belle hypo est venu me stopper. J'ai terminé mes 15 derniers km dans la galère, mais quelle plaisir de t'apercevoir près de la ligne d'arrivée, de courir vers moi pour ensuite franchir cette ligne ensemble. Voilà tu es une championne, mais aussi une mule. Quand je te dis dis de mettre ta chevillère en prévention, sachant que tu as une cheville fragile et bien fais le!!! Maintenant attendons l'ouverture des inscriptions pour l'UTMB 2012 ou 2013.

Commentaire de béné38 posté le 31-07-2011 à 22:32:14

Bravo Nath pour cette belle course ! impressionante !!

Commentaire de LtBlueb posté le 01-08-2011 à 22:23:00

Jamais fait en été (j'aime pas trop les chapeaux pointus !!) par contre , ton récit m'a permis de visualiser de nombreux passages pratiqués en hiver ! un grand bravo à toi !

Commentaire de Gouzy posté le 01-08-2011 à 22:24:35

Yop, yop, yop, Hourraaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! bises !!!!! (Gouzy)

Commentaire de Fimbur posté le 02-08-2011 à 09:15:14

Chapeau bas ! et voilà tous les points engrangés
Bonne récup

Commentaire de laurent05 posté le 02-08-2011 à 17:15:11

bravo encore une belle course à ton actif
bonne récup
bisous

Commentaire de DROP posté le 02-08-2011 à 19:03:49

Impressionante. Chaque course n'est devenue qu'une étape pour qqchose d'encore plus grand. Un seul mot: BRAVO

Commentaire de matos posté le 06-08-2011 à 12:30:55

Super Natou ! Finir en 10h40 avec 2 chevilles en vrac, Chapeau !
Bonne récup.
Biz
Matos

Commentaire de marat 3h00 ? posté le 10-08-2011 à 08:46:31

Et HOP ! 5 points dans la musette. Y'a plus qu'à ... s'inscrire.
bravo pour ta volonté et ta course et bon repos maintenant.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.17 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !