Récit de la course : Marathon de La Rochelle 2019, par augustin

L'auteur : augustin

La course : Marathon de La Rochelle

Date : 24/11/2019

Lieu : La Rochelle (Charente-Maritime)

Affichage : 542 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Battre un record

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

62 autres récits :

Marathon de La Rochelle : quand les planètes sont alignées, c’est le pied !!!

Marathon de La Rochelle : quand les planètes sont alignées, c’est le pied !!!

Dimanche 24 Novembre 2019

 

Ma 20ème expérience sur la distance (16ème marathon « sec » et 4 courus dans le cadre de triathlons) et en plus l’année de mes 40 ans !

C’est mon objectif majeur de fin de saison, depuis septembre j’ai enchainé les C.F de semi-marathon lors de la course Auray-Vannes (15/09) puis le triathlon NatureMan (format L : 2,3k de natation ; 91 k de vélo et 19,5k de cap) du Verdon le 5/10, désormais place à cette 29ème édition de ce marathon tant réputé !

Côté saison on peut dire que je suis passé à côté de mon trail en Dordogne (44 km) en mai dernier (mauvaise gestion), de mon trail de l’Ultra Marin (58 km) en juin dernier (mauvaise gestion encore), des France de semi lors d’Auray-Vannes en septembre dernier (rebelote), il me reste donc ce dernier gros morceau pour me refaire, tel un joueur de casino !!!

La Rochelle, c’est en effet le 2ème plus gros marathon français, plébiscité pour son organisation et son ambiance. Avec mon acolyte de bureau Yoann -même âge cette année-, nous venons tenter de battre notre record (2h56 pour lui, 2h58 pour moi). On attend environ 7 000 coureurs, la limite fixée par les organisateurs pour préserver la qualité de l’épreuve.

On avait tenté la loterie pour celui de Berlin mais avons fait partie des candidats malchanceux. Avait été évoqué le fait d’aller à Millau pour le 100k mais mon pote le sentait pas. Donc La Rochelle s’impose comme marathon d’automne J

Objectif : améliorer mon PB (2h58 à Vannes l’an dernier, 4’13 de moyenne), et « jamais deux sans trois » donc un 3ème sub 3. Ma cible est de tenir 4’10 au kilo pour finir je l’espère en 2h56.

Pour atteindre ce graal, j’ai bien conscience qu’il va falloir se tenir à un vrai plan, costaud, et surtout bouffer du kilométrage, ce que je ne faisais pas jusqu’à présent (Marathon de Vannes 2018 / 2h58 / 450 km en 8 semaines, donc « seulement » 56 km par semaine de moyenne).

Il va falloir changer de braquet si je veux vraiment performer !!!

Moralité début du plan en octobre, 8 semaines denses parmi lesquelles un déménagement à caser, 4 enfants sur lesquels veiller, chaud….pas évident de tout concilier, mais en même temps tiraillé par l’envie d’être consciencieux pour se donner toutes les chances de réussir ! Un grand merci à mon épouse, traileuse de son état, qui connait bien les aménagements induits par ce type de pratique !

Sur le plan récupéré (2h45 de cible, ouille !), je modifie les allures pour être plutôt à 4’10/km et pas à 3’55 (car incapable de soutenir cette allure), de fait tout est recalculé pour viser 2h55.

Sur les 4 séances hebdomadaires je remplace celle d’endurance fondamentale cool par un vélotaf (2x40km de vélo, un peu plus de 3h de vélo environ). J’y ajouterai un peu de natation (une quinzaine de km) aussi histoire de ne pas chômer, et un tout petit peu de home-trainer à partir de novembre quand il commence à faire bien froid dehors.

 

 

             
   

REALS

 
 

SEM. PLAN

CAP (km)

NAT (km)

 V (km)

HT (h)

h

30/09 AU 06/10

1

37

6

79

 

11,5

07/10 AU 13/10

2

43

 

61

 

6

14/10 AU 20/10

3

69

 

78

 

9,1

21/10 AU 27/10

4

68

 

0

 

5,1

28/10 AU 03/11

5

40

5

79

2

9,7

04/11 AU 10/11

6

48

3

94

 

6,9

11/11 AU 17/11

7

82

3

 

1

8,0

18/11 AU 24/11

8

66

 

 

2

6,85

             

TOTAL

 

452

15

391

5

63,05

 

 

Dernière semaine, le marathon se profile vite désormais, et coïncide avec mon déménagement (sinon ce ne serait pas drôle !), essayons de rester raisonnable quand même histoire de ne pas saborder la préparation, quand bien même ce sera dans une ville de pirates !

Malto donc les 3 jours précédant la date, et en terme de logistique cela nous donnera un départ de Paris le vendredi après-midi, la route est longue pour rallier La Rochelle (quasiment 500 km & 5h de route) !!!

On loge dans un Air BnB très bien, puis le samedi matin nous partirons tranquillement direction l’espace Encan afin d’aller retirer nos dossards et faire un tour au village marathon. J’y croise nos amis Périgourdins pour vanter les mérites de leurs courses respectives (marathon des forts du Périgord & Périgord Grand Trail), toujours beaucoup de plaisir à échanger avec eux, et discute aussi avec le représentant du stand de l’Ultra Marin (je viens de recevoir ma confirmation d’inscription pour 2020…).

Les bénévoles font un boulot super, toujours prêts à aider et renseigner, avec le sourire.

Je jette un œil au parcours imprimé version grand format,  2 boucles, avec l’hyper-centre de La Rochelle. Attention aux concurrents du relais qui s’élanceront en même temps ! Mais ils auront un dossard dans le dos afin d’être facilement identifiables. Une des spécificités de ce marathon est le double départ, et regroupement après 610m, très plébiscité et malin !

En terme de météo, à priori pas froid mais de la pluie et normalement pas trop de vent

 

Dimanche matin, j’avale mon ½ Gatosport traditionnel et prépare mon package de bagnard. Tartinage de Nok pour éviter ma mésaventure de l’Ultra Marin en juin dernier (brûlé à l’entrejambe, soigné à la cortisone !). Un comprimé de Sportenine avalé puis direction la maison des amis de mon acolyte, d’où l’on partira en trottinant.

On joue avec le feu, le départ a lieu dans moins de 30 minutes et nous mettrons une dizaine de minutes à rallier notre SAS de départ, le départ n°1 sur le quai Louis Durand. On passe près du départ des 10 km, eux s’élanceront à 8h45.

Il pleut des cordes, le plafond nuageux n’augure rien de terrible, on s’échauffe en trottinant.

Par chance, nous serons dans le premier sas, juste derrière les handisports et les élites. On y arrive quand même un quart d’heure avant le top départ ! Les touristes…Yoann préfèrera partir derrière pour une gestion de course plus prudente, à l’abri du meneur d’allure des 3h, donc nous nous faisons nos dernières recommandations et rendez-vous est pris à l’arrivée.

En position, boisson d’attente à la main, je garde mon sac poubelle jusqu’au dernier moment car il pleut des cordes. Il fait 10° et je dois être en 10ème ligne, cool, je croise un autre Seine-et-Marnais affûté de folie qui me dit viser 2h38, ok on ne joue pas dans la même cour ;-)

J’avale un gel rapidos. Côté tenue, moi qui suis frileux j’ai opté pour 2 couches en manches longues pour le haut avec notamment le maillot du club ainsi que les habituels cuissard et chaussettes de compression. Un buff pour compléter la panoplie du pirate et un deuxième sous la casquette, plus une paire de gants. Pas joli à voir mais efficace !

A 8h57 les handisports s’élancent (fauteuils & non-voyants) puis le compte à rebours s’égrène pour nous. Le gaillard est prêt à en découdre, on est le D-day, on verra si la prépa porte ses fruits, advienne que pourra, cela reste un loisir pour nous autre amateurs alors pas de raison de se stresser outre mesure !

 

 A 9h nous nous élançons sous une pluie bien dense, dès le début je m’évertue à tenir mes temps de passage (la table de multiplication des 4’10) et qui sont de toute façon imprimés sous la montre comme d’habitude. Idéalement je garde en tête de courir en peloton pour être plus efficace, malheureusement ce sera l’effet inverse, ma taille (1,95m) permettra surtout aux autres de prendre mon sillage pour s’abriter du vent !!! Jonction des deux départs un peu avant 700m, cela se fait de façon fluide, impeccable.

1er kilo en 4’06, sans se laisser embarquer par la fougue du départ, nickel.

Un gel avalé au 5ème km, un peu d’eau pour faire passer le tout, 20’59 au compteur, tout roule.

10ème et autre gel englouti, passage en 42 min. Tout baigne, ça tombe bien la course n’a pas encore commencé ! Je repense au fait de courir en peloton, ça me fait sourire car le concurrent devant moi doit faire 1,55m, a la même allure mais derrière lui avec mon mètre quatre-vingt-quinze je ne peux pas vraiment me planquer ;-)

Je croise comme convenu la famille des amis de mon acolyte, je suis pile dans le tempo imparti. Bonne nouvelle la pluie se raréfie et laissera progressivement la place à des éclaircies. Un faux-plat montant un peu usant se traduira immédiatement par un retard sur l’allure (4’14), d’autant plus qu’on le retrouvera au second tour celui-là.

Etonnamment les bips émis par la montre au passage de chaque km se retrouvent pas mal espacés par rapport au marquage de l’organisation (en notre défaveur bien entendu), et nous serons nombreux à biper bien avant les bornes km en bordure de route, laissant craindre un retard à l’arrivée loin d’être négligeable !!! Je cogite et me dis que j’ai intérêt à accélérer un peu (1 à 2 secondes au km) pour compenser cette distance qui va augmenter si je ne veux pas trop laisser le timing dériver.

15ème km et nouveau gel en 1h03, je découpe la course mentalement en tranches de 5 km sans toutefois aller trop vite en besogne, sachant que cela peut basculer très vite. Jusqu’ici tout va bien. Mais je vous vois venir, l’important ce n’est pas la chute mais l’atterrissage ;-)

20ème et re-gel en 1h23, un coup d’eau en bouteille au passage et on continue notre bonhomme de chemin. Passage au semi prévu en 1h27’30, à ma montre je suis un peu plus rapide que prévu, mais avec le balisage de l’organisation je passe en 1h28. On attaque donc la deuxième boucle à partir d’ici. Ça passe vite mine de rien, cool !!! En centre-ville la foule est nombreuse, l’occasion de faire des « check ! » en tapant dans les mains des enfants présent sur les côtés, par contre avec mes gants trempés c’est moins cool (pour eux) je le reconnais !

25ème et gel en 1h44, ravito en eau attrapé à la volée, et bonne nouvelle je commence à doubler quelques coureurs partis un peu vite. Nouveau tronçon de 5 km donc, désormais et depuis quelques kms nous sommes un groupe de 4 à courir en pack et à prendre les relais quand nécessaire, et rapidement nous nous rendons compte que nous sommes 3 triathlètes dans ce groupe ! En 2h pile je passe au 29ème km, une vraie allure de métronome !!! Pourvu que ça dure…par contre le groupe va exploser, me laissant seul aux avant-postes (d’habitude c’est moi qui ferme la marche et me retrouve distancé !)

30ème et gel en 2h05, je suis pile dans le tempo prévu. Etonnamment les jambes répondent encore bien, ça couine un peu au niveau des hanches et des cuisses mais plutôt moins que d’habitude. RAS côté mollets. Cependant le 32ème avec son faux-plat montant traître sera passé en 4’17, aie ! La densité de coureurs est bonne et permet de courir proprement, c’est bien agréable. Tout s’enchaine bien et sans heurts, je tâche de rester concentré, ça fait longtemps qu’un point de côté ne m’a pas embêté.

35ème et gel en 2h26, bouteille d’eau attrapée au vol, et hop un nouveau tronçon de 5 km qui commence ! Ça se présente bien mon affaire, je suis toujours dans le timing imparti, avec des sensations plutôt mieux que prévues, restons concentré et gardons le cap !!! Les kilomètres s’enchainent sous les encouragements du public, moi je continue de doubler régulièrement, du jamais vu pour moi ! Au 40ème je recroise la famille de mes amis, leurs encouragements sont adorables et ils m’avoueront plus tard que je n’avais pas l’air marqué, signe que je ne me faisais pas assez violence visiblement ! 4’19 sur ce km écoulé, malgré la montée j’aurai pu augmenter un peu l’allure je le reconnais !!!

Dernier ravito en eau, dernier gel et c’est parti pour les deux derniers kilos, c’est magique cela devrait fonctionner mon pari d’améliorer mon PB, je suis super heureux. 41ème en 4’08, je tente quand même d’accélérer, le public se densifie et nous porte. Aie à la montre je passe au 42,2 en 2h55’20, je rentre maintenant dans la zone pavée, rendue glissante, ce serait balo de se vautrer par terre devant tout le monde, alors restons concentré !!!

Enfin le tapis bleu avec en ligne de mire l’arche d’arrivée, je finirai le dernier km à 3’46 de moyenne, moralité il me restait du jus, argh !!! Le marquage de l’organisateur me fera aller jusqu’à 42,44 km, Garmin enregistre 4’10 d’allure moyenne et je finis en 2h56min et 44 secondes, super !!! J’améliore ainsi mon record perso de Vannes l’an dernier de quasiment 2 minutes 15, cool !

Je finirai 159ème au classement scratch et 28ème au classement par catégorie (M1H)

 

Je scrute maintenant l’arrivée de mon pote Yoann, je croise les doigts pour un sub 3h malheureusement il finira en 3h06 après une première défaillance au 32ème puis une autre au 37ème, pas cool. Par contre l’honneur est sauf pour lui, il garde son record au marathon en 2h56’42 (Copenhague) donc il ne me reste que 2 secondes à récupérer pour plus tard ;-)

Nous récupérons nos médailles puis le « fameux » coupe-vent, bien utile vu que l’on se refroidit à la vitesse grand V, et de la non moins fameuse bourriche d’huitres ! Retour chez les amis de Yoann pour une douche salvatrice, un bon déjeuner avec les bourriches d’huîtres aussitôt consommées et on enchaine avec le retour fissa vers la capitale maintenant, des souvenirs plein la tête !

En conclusion, une course sympa pour clôturer la saison, un parcours agréable et une organisation parfaite. Ravi d’avoir pu prendre le départ d’un des « must » des marathons français.

C’était un jour « avec » et j’ai pris beaucoup de plaisir, avec le recul j’aurai pu me mettre un peu plus dans le rouge mais c’est anecdotique. Pas assez de crampes après, et sur les photos je suis encore trop frais ! Un peu de récup désormais avant de se tourner vers d’autres challenges pour 2020 mais chut pour l’instant tout n’est pas officialisé ;-)

A bientôt pour de nouvelles aventures !

 

 

6 commentaires

Commentaire de marathon-Yann posté le 25-11-2019 à 17:20:48

Félicitations Augustin ! Quel plaisir de te lire et de revivre par ta plume ce marathon si sympa. Je suis admiratif de ta course et de la façon dont tu as su la gérer, c'est remarquable ! Curieux de connaitre tes prochaines aventures !

Commentaire de augustin posté le 26-11-2019 à 15:16:39

Merci Yann! suis inscrit pour l'Ultra Marin version XXL, et sûrement une autre épreuve de long en prepa avant, à definer celle-là. Sacré challenge en 2020 oups!

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 25-11-2019 à 20:09:39

Bravo, beau chrono sous la pluie. Toujours de l'ambiance à la Rochelle mais la météo est toujours de la loterie...

Commentaire de augustin posté le 26-11-2019 à 15:17:42

Merci! finalement malgré la pluie au début la météo est assez clémente (10°) et je craignai un vent encore plus fort, mais il est vrai que La Rochelle est toujours aléatoire de ce côté là! A bientot,

Commentaire de 44_Antoine posté le 26-11-2019 à 20:38:42

Bonsoir.

Bravo pour cette perf, merci pour ce CR de qualité !

Question, j'ai regardé plusieurs de tes CRs je vois que tu es consommes de manière très régulière des gels sur presque toutes tes épreuves. Tu y trouves un vrai apport à en prendre tous les 5 kilos ? même sur un semi ?
As-tu une marque préféré ? les prends tu au hasard ou chaque gel à "une mission" précise à tel ou tel moment ?

Merci à toi :)

Commentaire de augustin posté le 29-11-2019 à 10:37:30

Merci Antoine! c'est sympa. En fait pour les gels je les digère bien (surtout les versions les plus liquides) et cela me suffit comme apport. Je les utilise en effet sur semi et +, et j'utilise overstims depuis assez longtemps maintenant, ils ont des précos sur semi, marathon et triathlon. Dans un ordre précis! après c'est surement en partie psychologique aussi ! ;-) A bientôt

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.21 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !