Récit de la course : Marathon de La Rochelle 2013, par francois 91410

L'auteur : francois 91410

La course : Marathon de La Rochelle

Date : 24/11/2013

Lieu : La Rochelle (Charente-Maritime)

Affichage : 900 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

22 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

59 autres récits :

Les François-Folies de La Rochelle

Les François-Folies de La Rochelle

24 novembre 2013

 

 

Chaque fin d’année, j’essaie de me remettre en question en tentant « un truc »…

L’an dernier par exemple, je m’étais brillamment crashé au Cross de Massy grâce à Caro. Puis je m’étais généreusement traîné pour courir mon premier marathon avec Roland … en 4h45 : la course de trop qui m’avait joyeusement causé 3 mois d’arrêt…

Les conditions (physiques) cette année sont différentes. Je suis beaucoup plus attentif à mes douleurs chroniques côté gauche. Je sais que je peux aborder un marathon, même 5 semaines après Vannes, sans prendre trop de risques a priori. Alors pour mon 5e La Rochelle, autant marquer le coup et faire quelques Folies !

 

 

Les défis

Comme le Lutin et moi ne nous quittons plus (ndlr : un pacs serait en projet… mais cela ne nous regarde pas …), il était impensable de ne pas faire la course ensemble.

Comme en patinage artistique, je vais d’abord avoir à réaliser des figures imposées et ensuite choisir un programme libre.

Les figures imposées : me joindre à lui pour accompagner ses deux cousines. J’ai donc déjà deux défis à relever :

- le plus simple : réussir à terminer en bon état tout en coachant Katia pour arriver en 3h55,

- le plus dur : supporter les causeries du Lutin pendant près de 4 heures…

Le programme libre : courir déguisé. Bon là c’est plus un défi, c’est …

Enfin vous voyez ce que je veux dire …

 

Des cousines affûtées

La pasta party est l’occasion de faire la connaissance des cousines. Comme l’avait annoncé leur Lutin de cousin, effectivement, Françoise et Katia m’ont l’air bien affûtées. Mentalement et physiquement prêtes, ça se voit. A mon avis (et pas que…), elles ont bien dû se faire bouger par leur coach pendant leur préparation…

J’ai prévu de me calquer sur la même stratégie de course que mes compagnons (en même temps j’ai pas trop le choix…), c’est-à-dire un premier gros semi en 05:37 soit 10,8km/h maxi tout marchant 30 secondes à chaque ravitaillement. Puis un second petit semi à volonté : soit dans le même tempo (ce sera le cas pour Françoise et le Lutin), soit en accélérant pour gratter les 240 secondes du bonheur pour Katia, que j’aurai l’immense plaisir d’accompagner pour cela.

Demain matin, mon Lutin, je te ferai une surprise pour ton 20e marathon.

Rendez-vous donc à 8h30 à l’entrée du sas de départ !

 

Les retrouvailles

Mais auparavant je dois d’abord retrouver Roland à son hôtel. Il est de nouveau le doyen de la course ; logique qu’il ait la primeur de la surprise : il faut bien cela pour célébrer le deuxième marathon de l’année de ses 80 ans !

Je vous présente donc Roland et François François :

 

 

Déjà là, je ne suis pas mécontent de mon coup… Filons dans le sas de départ !

Mes trois compagnons s’inquiètent légitimement de ne pas me voir à 15’ du départ. Je m’approche vers eux, me faufile à travers le sas, très dense. Arrivé à deux mètres d’eux, j’entends le Lutin qui crie toujours :

- « François, on est là ! »

Je progresse d’un mètre encore.

- « François, on est là ! »

- « Pourquoi tu gueules, je suis là ?!! »

- « Oh le c** c’est pas vrai … (soupir…) »

Soulagement. Le ton est donné les amis.

Le départ dans 10 minutes : le temps de présenter Roland et de faire quelques photos souvenirs (photos Lutin Cie) :

 Deux futurs pacsés

 

 Katia et Françoise

 

 

Le coup de feu

Dès le départ donné, la Walkyrie retentit comme chaque année à La Rochelle. Le Lutin chante à tue tête et s’époumone pour couvrir la voix de la cantatrice. Je le suis (timidement)… L’intérêt, c’est qu’on a pas mal de place autour de nous.

Mais le tube de cette matinée ne sera pas la Walkyrie. Non.

Ce sera : « Vous allez trop vite les filles, vous êtes à 11km/h, on a dit pas avant le semi ! »

Dès le premier km, Katia me demande si j’ai bien pris mes boules Quies … Ce qu’elle n’a pas prévu, c’est que j’en rajoute à chaque fois que le Lutin les houspille ! Et réciproquement.

A tour de rôle nous commentons le parcours :

« Là, c’est le faux plat du mail ! au premier tour ça fait pas mal, mais au deuxième faut voir ».

« Maintenant c’est la descente vers la plage et la côte que nous allons longer pendant 2km, là on va avoir du vent ».

« Attention ravitaillement les filles, on s’arrête ! »

A peine avons-nous le dos tourné qu’elles repartent … grrrr trop vite !

Au km 5 comme tous les 5km, le Lutin nous filme pour la postérité.

Nous sommes tous les quatre frais et détendus malgré le froid de canard, quelques bourrasques glaciales. Mais pas un nuage ! un ciel immaculé de rêve. Parfait pour les photos !

Deudeu87 réussit à nous rattraper et nous faisons quelques kilomètres ensemble, le temps de faire rapidement connaissance.

 

Le succès de François François

A chaque occasion, François François se fait remarquer en saluant son public, en allant embrasser les fans (dont certaines hystériques) au bord de la route.

Au km 11, Muriel nous attend sous les arcades après la place de Verdun, notre petit groupe s’en donne à cœur joie :

 

  

Florilège de ce que François François a entendu au long du parcours :

Un myope : « Allez Maryline ! »

Un fan de la première heure : « Vas-y Claude ! »

La grande majorité : « Allez Cloclo ! »

Des cougars : « Tu fais quoi ce soir je suis libre » 

Un beauf moustachu : « Ah toi, si tu savais ! »

Des gamins : « C’est podium ! »

Une autre cougar : « Tu reviens ? je suis célibataire ! »

Des pervers : « Ah la belle blonde ! »

Etc…

Savoureux. Vraiment.

 

Ce qui me surprend dans l’affaire, c’est que je supporte l’accoutrement, perruque, lunettes et pattes d’eph comprises !

 

 

Autour du semi

Bon revenons à la course. Nous avons franchi les 15 premiers km en 01:10:00 soit 05:35 / km. C’est deux secondes trop vite, mais faut pas chipoter. Les filles nous bluffent tant elles paraissent sereines, en forme. Surtout qu’elles gardent tout leur sérieux et leur concentration pendant que le Lutin et moi multiplions les pitreries. Bravo !

En abordant la petite boucle vers les Minimes, on les prévient en vue du second tour :

« C’est là qu’il faudra être fortes les filles ! C’est la partie la moins sympa du tracé, puis on voit l’arrivée de l’autre côté du chenal alors qu’il reste 3km à faire ! » Comme prévu on prend bien le vent de face avant le retour vers le port. Par moments je suis frigorifié et cache mes mains dans les manchettes …

Devant l’Encan je rattrape (par les oreilles) les Lapins Runners, couple de kikous adorable, et pas seulement parce qu’ils se griment en lapin-lapine. Furtif mais sympa.

Le passage au semi se fait en 01:59:00. On est pile poil à l’objectif, les filles sont toujours aussi en forme, ça force l’admiration ; d’ailleurs je ne me souviens pas avoir été aussi bien qu’elles lors de mes premiers marathons !

Le second tour est entamé, désormais il n’est plus besoin de freiner les ardeurs, la cadence est régulière en 05:35/km. Les ravitos s’enchainent, bien chronométrés. On patiente jusqu’au 30e comme prévu.

 

La permission du 30e

Depuis quelques kilomètres, il faut dire que François François s’est peu à peu calmé. Il se concentre pour son entrée en scène je crois. Car ces 12 derniers kilomètres ne sont pas gagnés pour lui non plus, contrairement aux apparences : il faut savoir rester humble devant un marathon…

Passage au 30e dans les temps, pour un 03:57:30 à l’arrivée.

Rue Aristide Briand c’est le ravito : faut y aller. J’ai encore du pain d’épices plein la bouche, le coach Lutin lance : « Katia, tu peux y aller, François à toi de jouer ! ».

- « Scrontch scrontch … Oui Chef ! »

Le temps de faire la bise à Françoise, je rattrape Katia 200m plus loin. Elle a accéléré (tranquillement je pense) de 10 secondes par km. C’est bien, car c’est progressif. La place de Verdun arrive vite. Toujours autant de monde, je rappelle à Katia de ne pas s’enflammer malgré la foule. Je la précède pour lui montrer les trajectoires au plus court au cas où sa lucidité s’évaporerait.

Quelques instants après, elle me démontre le contraire et me rappelle à l’ordre fort justement : je suis monté à 05:10/km … trop vite. Oups …

Le boulevard de Cognehors et son faux plat sont avalés un peu moins facilement qu’au premier tour, mais en amortissant l’effort. Le visage de Katia a rougi d’un ton, il faut se relâcher dans la descente suivante, se détendre et bien respirer…

Déjà nous déboulons sur le Quai Maubec pour le deuxième passage, triomphal pour François François, dans le dur pour Katia désormais...le visage est moins serein. Juste après effectivement, au ravito du 35e, la relance est moins nette. Le passage devant l’Encan est moins fluide.

« C’est maintenant qu’il faut s’accrocher ! » Je tente de la relancer un peu dès le passage devant la Fac de Sciences et le Cinema. Mais je sens que ça coince cette fois, le souffle parait plus court. Je dois faire attention désormais à ne pas prendre plus de 3 ou 4 mètres d’avance maximum, je me retourne sans cesse pour essayer de détecter un signe de relance, qui ne vient pas malheureusement. Des bourrasques de vent se sont levées dans ce second tour et nous ralentissent…

A proximité du Rond-Point de l’Europe, Katia me lâche : « j’ai un coup de moins bien, là ». Je confirme, on doit plafonner à 05:50/km.

L’avenue Michel Crépeau qui nous ramène au camping est in-ter-mi-nable - comme prévu finalement. Katia serre les dents (et les poings peut-être), au 38e j’ai commencé à lui faire le compte à rebours des kilomètres restants. Je ne cesse de lui dire de relever la tête, de regarder l’horizon, le haut des arbres, de monter un peu les genoux, de tirer un peu sur les bras…

Enfin on peut voir en face l’aire d’arrivée, il reste 3km. Katia tente de relancer à plusieurs reprises, je l’encourage à continuer de doubler les morts, les clopinants et ceux qui sont déjà au bout d’eux-mêmes. Il est loin le sourire serein du premier semi ! Je sens qu’elle peut encore s’arracher pour taper son record, même si elle n’est pas venue pour ça uniquement aujourd’hui. C’est à l’évidence une battante alors je ne la lâche pas, me retourne indéfiniment et hausse les décibels à chaque hectomètre supplémentaire franchi !

Le dernier ravito je lui crie « Allez on continue, on continue ! » Pas un regard pour les tables. Le regard est fixé droit devant, ça me plait ! L’arche noire du 41e km est devant nous : « Plus que 1500m ! ». Katia donne tout maintenant, c’est sûr. Je lui crie « Regarde la foule, profite, fonce ! ». Pas facile de doubler tant il y a du monde, le passage s’est rétréci. Je slalome entre les concurrents devant nous pour ouvrir la voie « Suis moi, on y va on y va ! ».

Au bout du Quai Valin : « Allez on lâche rien, il reste 500m ! c’est fini !» aux abords des pavés : « Allez lève les genoux, on continue ! plus que 300m ! »

 

 

Devant les Tours : «  Jusqu’au bout, jusqu’au bout, encore 150m ! »

Les derniers mètres sont pour elle, le tapis bleu, l’arche d’arrivée.

 

Le chrono s’arrête en un peu moins de 3h57. Katia aura réussi un joli negative split mais n’aura que frôlé son record, d’une poignée de secondes.

 

Après coup, Elle n’a aucun regret car elle savait qu’elle aurait bien du mal à battre ce record en partant « si lentement ».

Le plus important, il est vrai, est qu’elle conserve une belle marge de progression pour l’avenir. Elle est déjà prête à repartir.

(photo prise par le Lutin avant le départ)

Je garderai un souvenir merveilleux de cette course, d'autant que je n'étais pas sûr - contrairement aux apparences - de pouvoir allier ces deux nouveautés, 5 semaines après avoir pris l'eau à Vannes (...)

La satisfaction est grande pour tous à l'arrivée, c'est certain. Perso je suis vraiment fier d'avoir pu donner un coup de main et un peu de Folie pendant ces 4 courtes heures...

 

 

 

François

Dossard 1221

03:56:58

2930e sur 4944 arrivants

 

22 commentaires

Commentaire de philtraverses posté le 27-11-2013 à 18:42:39

En somme, c'est la balade des gens heureux. C'est rafraîchissant et enthousiasmant et en plus le beau temps était de la partie.

Commentaire de francois 91410 posté le 27-11-2013 à 18:54:35

Oui enfin … le mot "balade" est peut être inapproprié … pour certaines

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 27-11-2013 à 19:46:42

Je ne sais comment te remercier pour tout cette joie et ce soleil que tu nous a apportés. Quel récit sympa, mon fils et moi avons bien ri par moments en te lisant. Ton récit, très différent du mien, apporte une joyeuse polyphonie à ce marathon.

Pour une course ensemble à nouveau, c'est quand tu veux ... comme pour le pacs.

Commentaire de francois 91410 posté le 27-11-2013 à 20:15:44

Heu … le PACS c était pour rire !!
Oui pour remettre ça faut qu on s y prenne a l avance ;-)

Commentaire de bubulle posté le 27-11-2013 à 22:25:05

Ils sont choupinous, tous les deux, quand même. Mais je sens que le prochain défi de poutrage va être terrrrrrible. Bon, déjà je sais que le marathon déguisé, on peut donc le faire, c'est déjà ça...:-)

Commentaire de francois 91410 posté le 27-11-2013 à 22:37:14

C était moins spectaculaire qu un bob l éponge mais bon …

Commentaire de blob posté le 28-11-2013 à 08:18:43

magnifique le prototype de la nouvelle tenue Kikourou ! On lance la fabrication à grande échelle ?

Commentaire de francois 91410 posté le 28-11-2013 à 08:20:54

C'est une tenue "été" quand même, car la chemise est très très très fine ... surtout en plein vent ! Préviens Langevine ;-)

Commentaire de Lapins Runners posté le 28-11-2013 à 13:46:59

Merci pour ce superbe compte-rendu François ! Au plaisir de te retrouver sur une prochaine course ! :)

Commentaire de francois 91410 posté le 28-11-2013 à 17:38:37

C'était bien sympa de se voir "en vrai", mais trop furtif ! Faut qu'on fasse mieux la prochaine fois ;-)

Commentaire de Eric Kb posté le 28-11-2013 à 18:51:18

On ne sait pas bien s'il faut t'appeler François ou François mais c'est un récit qui fait des étincelles ! Merci

Commentaire de francois 91410 posté le 28-11-2013 à 21:00:05

Pas de ça entre nous : appelez moi François tout simplement !

Commentaire de baboune59 posté le 28-11-2013 à 19:48:18

Grandiose François

Commentaire de francois 91410 posté le 28-11-2013 à 21:03:08

Faire un truc grandiose c était pas gagné vu la hauteur du gnome ecouvien …

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 28-11-2013 à 20:40:39

Agadez comme il est fier Le Lutin, dans les bras de François François !!
Bravo et merci pour ce chouette CR!

Commentaire de francois 91410 posté le 28-11-2013 à 21:05:17

C est vrai qu il était content … bien que n étant pas humain comme chacun sait !

Commentaire de JLW posté le 28-11-2013 à 22:08:06

Comment faudra-t'il vous appeller ?
François d'Ecouves, le Lutin François, ... ?
Et le pseudo ?
Bravo pour ce marathon qui me donne envie du coup.

Commentaire de francois 91410 posté le 28-11-2013 à 22:30:54

Ça donne envie, peut-être … mais les cousines sont déjà réservées pour le prochain !!

Commentaire de Françoise 84 posté le 29-11-2013 à 15:43:07

Après le récit de ton cher et tendre (!!), le tien est très complémentaire: 2 coachs d'enfer et super efficaces!! Bravo!!!

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2013 à 22:20:27

Merci Françoise.
On vous invitera tous pour la célébration du PACS ;-)

Commentaire de Arclusaz posté le 14-12-2013 à 19:54:37

un pacer qui veut se pacser, c'est normal ...
brvo pour cette vourse et ce CR tout en bonne humeur.

Commentaire de francois 91410 posté le 15-12-2013 à 10:43:47

Merci ! depuis je crois qu'on a fait encore plus fort ... cf le CR de notre 10km de fin édans qq jours ...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Votre annonce ici !

Accueil - Haut de page - Aide - Contact - Mentions légales - Version mobile - 0.16 sec
Kikouroù est un site de course à pied, trail, marathon. Vous trouvez des récits, résultats, photos, vidéos de course, un calendrier, un forum... Bonne visite !